Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vox Populi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 4:31

22/02/12




VOX POPULI


Salut m’sieurs dames.

Vous me reconnaissez ?
Ne me dites pas que non, je serais fâché, et quand je me fâche ça peut faire des dégâts.
Non, n’ayez pas peur, je dis ça, mais je ne suis pas méchant contrairement à ce que certains racontent, c’est juste quand on m’énerve, vous comprenez ?
Allez, je vais vous prouver que je suis bon bougre, je vous excuse de ne pas me reconnaître, bien que ne pas être reconnu, et être constamment ignoré soit très vexant et fasse beaucoup de peine.
Mais j’ai l’habitude !

On me voit pas souvent sur le devant de la scène. Mais j’y suis, on m’a sorti du magasin des accessoires, on ne parle que de moi, j’suis la star. Sont tous fans de ma pomme !
Je sais que ça ne va pas durer, ça dure jamais bien longtemps, alors, j’en profite.
Je parle, je cause, je jacte, je dégoise, je jaspine…
Soyez pas choqués par mon langage, j’ai pas fait les écoles, je sais pas faire les belles phrases, j’avions point appris comment il faut. Je suis pas éduqué, c’est pas pour moi.

Je suis LE PEUPLE !

Vulgus populus.
Parfaitement !
J’ai des potes qu’on étudié, y m’ont filé un coup de paluche, m’ont écrit mon monologue, ça s’appelle comme ça quand on parle tout seul y paraît, moi, j’veux bien les croire. Mais c’est moi qui leur ait dit ce qu’y fallait mettre dedans, quand même, j’en ai ras la casquette qu’on cause pour moi, en mon nom, surtout pour dire des conneries, y causent de moi, y savent même pas qui je suis.
J’ai une langue, vulgaire évidement, populaire, normal, je suis le peuple, et si le peuple était pas populaire qui le serait ?
S’cusez, j’lis mon papier parce que y’a des mots que je connais pas :
« Le mot peuple vient du latin populus et permet de désigner plusieurs concepts :
Les habitants d’une certaine région, l’ensemble de personnes définies par la région qu’elles habitent, et la masse des personnes appartenant à la classe plus basse d’une société par opposition aux classes possédantes.
« Masse, basse » pas flatteur tout ça, c’est vrai que je suis pas ben haut, et que je possède rien.
« D’autre part le peuple désigne le plus grand nombre de personnes par opposition à celle qui s’en distinguent par leur niveau social ou culturel. Autrement dit, il s’agit des citoyens appartenant à la classe sociale connue sous le nom de plèbe, soit la population active (celle qui apporte sa main d’œuvre).
Cette signification sociale du peuple (soit tout le monde) est employée depuis l’époque romaine qui coïncide avec l’apparition de la devise « Sénatus Populusuqe Romanus qui était l’ensemble de l’Etat. »

Vous avez compris ? Moi un peu, mes potes m’ont expliqué que j’ai pas l’air d’une cloche si on me pose des questions.
La plèbe (c’est un truc de romains) au début c’était tous ceux riches ou pauvres qui étaient exclus des honneurs. Depuis, ça a pas changé, j’suis toujours exclu des honneurs, et j’sais toujours pas pourquoi j’y ai jamais droit.
Oh, des droits j’en ai, je sais plus trop lesquels, mais j’en ai. Celui de vote par exemple, celui pour lequel on me sort de ma boîte une fois tous les 5/6 ans, pour élire mes « représentants ». C’est long vous savez 5/6 ans dans une boîte sans pouvoir rien dire, ni rien faire, mes « représentants » disent et font pour moi, enfin, c’est ce qui est écrit dans la « Constitution », paraît, parce que je l’ai pas lue. Prenez pas vos grands airs mon p’tit monsieur, vous non plus j’suis sûr.
Pour moi ? Y’a pas grand chose pour moi dans ce qu’y disent et font, surtout dans ce qu’ils font.
Toujours plus taxé, « taillable et corvéable à merci », j’dis pas merci !
Ma « main d’œuvre » veut bien œuvrer, mais personne n’en veut, j’suis trop cher qu’y disent, trop revendicatif, trop protégé…
Protégé par qui, de quoi ?
Je suis « la France qui se lève tôt », j’ai intérêt, mon taulier il est pas content si j’suis à la bourre, même si c’est à cause des trains que mes « représentants » suppriment à tout va, ou qui sont tout le temps en retard. Le TGV, y passe pas dans ma cité ni dans mon village, et toutes façons, je pourrais pas le payer
J’ai qu’à habiter plus prêt du boulot ? Vous me payez le loyer ?
Comment ? Non, j’suis pas proprio, j’ai des copains qu’ont voulu, c’était mieux pour les enfants, ben, on leur a saisi la maison quand y z’ont plus pu payer parce que leur boîte avait « délocalisé », on les a viré. Ils ont le culot d’appeler ça un « Plan social », social mon c… (on m’a dit de pas être grossier). Le peuple qui se lève tôt et qui œuvre, il est moins cher en Chine ou en Europe de l’Est, ou ailleurs. Et pis ce peuple là y râle pas, y revendique pas, y touche des clopinettes sans moufter, pas de syndicat, pas de « droit », sauf celui de ceux d’en haut à se remplir les fouilles sur son dos !

Paraît qu’avant, y’a longtemps, à Rome, j’avais des « tribuns » qui « exerçait la fonction de défenseurs de la plèbe face au pouvoir politique ». Ca, c’était chouette. On me les accordé ces tribuns parce figurez vous que je me suis fâché contre les « patriciens » ceux d’en haut qui « main d’œuvrait » pas, déjà, mais qui, déjà, avaient tous les pouvoirs. C’était en – 494, moins, ça veut dire que le Jésus il était pas né. Alors pour me calmer, ils ont finit par décider que j’aurai le droit d’élire ceux qui causeraient pour moi. Et, au moins au début, ils prenaient leur boulot très au sérieux mes tribuns. Tiens, les Gracques, j’ai lu leur histoire, j’les aime bien ces deux là, ils étaient sincère, et ils se sont fait assassiner.
Ben oui, je lis et sans en faire tout un plat à la télé en déformant les titres et en emmêlant les auteurs, j’ai lu Voltaire, mais j’ai pas les moyens de me fringuer chez Zadig et Voltaire.
Les tribuns de la plèbe « disposaient d’un droit de veto qui leur permettait d’annuler toute mesure jugée contraire à mes intérêts. La justice et les dieux les protégeaient. » C’était pratique en ces temps là, y’avait plein de dieu, on choisissait celui qui nous plaisait.
Ils étaient « inviolables et sacro- saints , les toucher revenait à commettre un crime et un sacrilège » rien que ça ! Maintenant les autres qui causent à ma place, ils se croient intouchables et ils font n’importe quoi ! Mais ils me défendent plus, donc y’a pas de raison qu’ils restent protégés, qui c’est qui me protège moi ?
Mais ça a pas duré, comme d’hab, y’a l’Auguste (pas le clown, l’empereur) qui « ne voulut pas se priver des avantages que procurait cette fonction, et recouru à une astuce juridique ; en – 23, il revêtit non la charge, mais la « puissance tribunicienne » : il la renouvela chaque année, et tous ses successeurs l’imitèrent »
Mais c’était pour lui, plus pour moi, déjà baisé le populus, la plèbe.
Oh, ils m’ont calmé, « Panem, Circens », ça a marché, je travaillais le matin, l’après midi après être passé chez le patricien dont j’étais le client, j’allais au cirque, ou au théâtre, gratos !
Aujourd’hui, le panem se fait rare, et le circens il est continuel, sauf que ça me fait plus du tout rigoler leur numéro, c’est toujours le même, et le théâtre c’est trop cher, me reste la télé qui me prend pour un zozo avec ses crasses.

Après Rome, ben, après je disparais quasi, non pas que j’étais plus là, au contraire, j’étais déjà le plus nombreux, vous savez « la Masse. » Mais j’avais pas la parole, y’avait les nobles qui passaient leur temps à se battre entre eux, ceux qui combattaient, pour me protéger bien sûr. Et l’Eglise qui priait pour moi (et les autres) en me disant d’être bien sage, d’accepter ma condition parce que c’est Dieu qui le voulait comme ça et que je serai récompensé dans l’autre monde : « les premiers seront les derniers ; les riches seront pauvres, Dieu punit les méchants » Bla/ Bla/ Bla…
Drôle de Dieu qui tolère qu’une poignée opprime tous les autres, sur mesure leur discours, bosse, crève et ferme la !
Oh, je m’échauffais bien de temps en temps, des « Emotions Populaires » qu’ils appelaient ça, ça durait pas, vite réprimées nos émotions, comme si j’avais pas droit à des « émotions ». Que voulez vous que ça donne quelques fourches et faux contre des gens bien armés dressés à se battre ? Ca finissait dans le sang et la corde.
On me pendait facile, pas besoin d’avoir égorgé père et mère. A la campagne, je braconnais, dame, pigeons et lapins bouffaient mes récoltes, et j’avais pas le doit de chasser, c’était pour les aristos, alors je m’arrangeais, et ça agrémentait le frichti. A la ville, il m’arrivait d’être un peu voleur, et ça y allait, la corde, la roue, et d’autres mignardises. Les galères, tiens, ça c’était une trouvaille, on m’y envoyait pour un oui pour un non, et quand les galères c’a été fini, ils ont fait le bagne, demandez à Valjean !

Le temps a passé, puis y’a eu la « Révolution », et là, je suis sorti de ma boîte pour quelques années, z’avaient besoin de moi les bourgeois pour dégager les nobles et leur piquer la gâche !
Comment qu’il a dit l’autre, le Mirabeau ? « Nous sommes ici par la volonté du peuple » tu parles, Charles, je sais le roi c’était Louis, le Loulou Capet qu’y z-ont raccourci, en mon nom bien sûr, j’ai le dos large et les épaules solides !
Une belle couillonnade, on m’a vite remis à ma place, y’a eu le Napo, pis encore des rois, pis encore un Napo. Cui la, il a eu son Hausman qu’a tout cassé dans les rues, trop étroites, insalubres qu’y disait, c’était pour plus que je fasse des barricades comme en 30 et en 48. Parce que comme en 89 on m’avait dit que j’avais des droits et la parole, j’ai causé, j’ai voulu mes droits, que ch’ti mes droits.
C’était la « Révolution Industrielle » la Modernité, la Science qu’allait tout régler mes problèmes. Mais moi je trimais dans des usines et je créchais dans des taudis, en me demandant comment j’allais nourrir mes gosses, qui allaient à l’usine ou à la mine dés qu’ils tenaient sur leurs pattes.
J’étais devenu le « Prolétariat ».
J’en ai fait des grèves, le Napo III il nous l’avait accordé en 64 le droit de grève, j’ai des copains qu’y ont laissé leur peau.
J’ai fait la Commune à Paris, je me suis fait écrabouiller, déporté, fusillé. Du coup, je l’ai bouclé, pendant des années
Pis y’a eu la « Grande Guerre », on m’a envoyé me faire hacher par les boches, des populos boches comme moi, même que des fois on causait entre peuple et qu’on nous saquait parce c’était de la « trahison », trahison envers qui ?
Ceux qui ont pas crevé sont rentré chez eux, souvent amochés, et nos brillants généraux ont pas été punis de nous avoir envoyés au massacre.
Pis ça été la « Grande Crise », plus de boulot, plus d’argent (déjà j’en avais pas bézef) et encore une guerre, les mêmes contre les mêmes. J’ai pas tout pigé pourquoi y fallait recommencer.

Après il a fallu « reconstruire », allez le peuple, au boulot, au moins, du boulot, y’en avait, les « Trente Glorieuses » qu’y z’appellent ça, au moins je bouffais, mes gosses allaient à l’école et je pouvais espérer qu’ils aient une meilleure vie.
Et depuis 89, j’avais le droit de voter, oh, ça a pas été facile, ils ont voulu me le reprendre « Suffrage Censitaire », ceux qu’avaient des ronds pouvaient voter, pour ceux qu’avaient des ronds. Ceux qui veulent être élus sont toujours ceux qu’on du pognon, et y défendent ceux qu’on du pognon. Et y’avait que les hommes qui votaient, les bonnes femmes elles avaient rien à dire !
Pas tous, on a eu les socialistes, puis les Communistes, eux ils nous défendaient vraiment, et ils flanquaient une belle trouille aux bourges. Surtout les cocos, les « rouges », les « partageux », « l’homme au couteau entre les dents. », j’ai eu des « avantages » des « acquis sociaux », même qu’ils disent aujourd’hui que c’est trop, j’en veux trop, c’est pu possible, y’a la « Crise » ! J’en ai morflé mon compte de « crises » que c’est pas moi qui les déclenche, mais toujours moi qui ramasse au bout du compte !

Aujourd’hui, j’ai le « Suffrage Universel », même ma femme vote ! Et y’a toujours la « crise », y’a pu de communistes. Ils disent que je suis un profiteur, que je chôme par plaisir, pour toucher le fric de l’Etat qu’en a plus de fric, et mes impôts, y vont où ? Y’a plus d’Etat non plus ! Y’a des « actionnaires » et des banquiers, je les aime pas, eux non plus ils m’aiment pas. Les actionnaires, y veulent me virer de partout, et après ils me reprochent de pas travailler, mais je veux travailler moi, je veux pas qu’on ferme mon usine même si le boulot est pas toujours drôle, je suis fier de ce que je sais faire. Oui ma p’tite dame, j’ai ma fierté !

Et me revoilà sur scène, y paraît qu’on va me demander mon avis sur tout, même sur le chômage, c’est simple : le chômage, j’en veux pas, mais je veux pas non plus me lever tôt pour des prunes!
Demander l’avis du « Peuple », ça s’appelle un « référendum », mais quand on me demande mon avis et que mon avis c’est pas le leur, ils font comme si j’avais rien dit !
Faut pas me prendre pour un guignol. Faut pas se foutre du peuple, quand il s’y met, ça peut leur faire mal. Regardez les arabes, on les croyait pas capables, ben, ils l’ont fait !
Ils sont pas sortis de l’auberge, mais ils l’ont fait !

Alors, je vais user de mon droit et croyez moi, j’ai pas l’intention de retourner dans ma boîte après, ils causent du « Peuple », ils vont l’entendre causer !

Vous connaissez, la bonne femme à moitié à poil qui tient un drapeau sur une barricade ? ca s’appelle « La Liberté guidant le Peuple » d’un certain Delacroix. Faut la suivre cette gonzesse, faites gaffe, on cherche à vous embobiner, comme on m’a roulé dans la farine pendant des… mais faut les défendre, elle et la République, une autre bonne femme, elles ont du bon parfois les femmes…


Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 16:43

Très bon ce texte. Bonne idée, bien traité, et évidemment, d'actualité.
Dommage qu'à un moment, le peuple semble n'être plus qu'un homme ( "ma femme" ), mais je comprends l'intention de la semi-digression.
Compliments !

(ça m'intéresse pour le numéro de mars de mon mensuel dissident)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 17:13

"Minuto popolo" qu'ils disaient en Italie dans des Républiques où seuls les riches avaient le droit de décider...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 18:01

Merci messieurs, le Peuple vous salue!

MBS, je crois que l'expression était surtout en usage à Venise et à Florence qui pour être des républiques, n'avaient rien de populaires!

Filo, feu vert si tu veux publier cet article dans ton mensuel. Ce sera un honneur pour le peuple!
Je me suis posé la question pour la femme qui vote et fait partie du peuple, mais outre que "Peuple" est masculin, le droit de vote a fluctué, failli être repris après avoir été réduit au censitaire, et surtout en France les femmes n'ont eu que fort tard (en 45) ce droit, et elles ne l'ont pas encore dans tous les pays.
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 18:16

Tout à fait pour les villes italiennes (et les riches formaient le grosso popolo... ce qui veut tout dire)

Quant aux femmes, je fais mon chercheur de poil sur les oeufs... Parce que je passe mon temps à embêter les élèves avec ça... Le vote des femmes est obtenu en 1944. En 1945, c'est la première élection à laquelle elles participent (élections municipales). La différence est minime certes mais l'obtention est bien de 1944 dans la foulée de la publication du programme du CNR.

Scusez-moi m'sieurs-dames, je peux pas m'en empêcher... Je suis le maître Capello de l'Histoire et, que ça vous plaise ou pas, je remets 100 balles dans le nourrin...

mdr


Le peuple a droit à la culture, la vraie... Pas celle du samedi soir sur TF1...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Lun 27 Fév 2012 - 18:42


Voui, c'est ben c'que j'ai dit: 45, elles s'ont servis, et accord officiel en 44, on va pas chicaner! mdr
Programme du CNR et fort appui de De Gaulle qui pêchait les voix, celles des femmes étaient bienvenues!

Et des petits rigolos ont vite transformé "grosso" en "grasso" ce qui veut tout dire aussi! Le populo italiano a le sens de l'humour, la preuve, il aimait bien son amuseur de Berlu!
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Mar 28 Fév 2012 - 19:15

Tryskel a écrit:
Filo, feu vert si tu veux publier cet article dans ton mensuel. Ce sera un honneur pour le peuple!
Hé bien voilà, Trys, aussitôt dit aussitôt fait : http://chaosdazibao.hautetfort.com
il faut cliquer sur le dernier numéro (8, de mars 2012) dans la colonne de droite.
Je me suis permis d'enlever quelques points d'exclamation et de corriger les fautes.
Merci pour ta contribution ! Je suis très content d'avoir ce pamphlet original dans nos colonnes.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Ven 2 Mar 2012 - 17:26

Trouvé sur le Web, une autre expression de la Vox Populi.


http://zeredac.com/2012/02/27/la-chute-de-la-maison-sarkozy/

Rendez nous les "Chansons" de la rue qui brocardaient les puissants.

Je n'ai jamais suivi d'aussi près une campagne éléctorale, c'est peut être pourquoi je n'ai jamais entendu autant de mauvaise foi, de contre vérité, ni vu autant d'archarnement à nier l'évidence et à dresser peuple contre peuple...

Entendre le Monarque et sa clique accuser l'autre "d'arogance" c'est comme disait mon tonton Jules: "l"Hôpital qui se fout de la charité!", ou: "Vaut mieux entendre ça que d'être sourd".
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Ven 2 Mar 2012 - 18:00

Pour aller plus loin, ce qui me frappe surtout c'est le déni de l'opinion de l'autre. Qu'on malmène tel ou tel candidat pour montrer qu'on n'est pas d'accord avec lui et c'est tout juste s'il ne s'agit pas d'un attentat condamnable. Huer quelqu'un n'est peut-être pas très élégant (personnellement je ne le ferais pas) mais c'est une manifestation de la liberté d'opinion et d'expression. Plutôt que de le reconnaître ainsi, on désigne des "coupables" et le fait d'appartenir à un autre camp et de le faire savoir est pratiquement devenu un crime. Ben non, ne pas être d'accord et le manifester, c'est juste un droit fondamental dans une démocratie... Au lieu d'être un citoyen, un électeur, on est un UMP, un socialiste, un professeur, un immigré, un intellectuel, un facho, un coco... Et même si ce n'est pas comme une étoile jaune qu'on porterait sur la poitrine, il y a quand même un peu de ça. On n'est plus un humain, on est un raccourci...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Ven 2 Mar 2012 - 18:12

Pas faux, MBS, mais pareillement, lorsque les communistes parlent de "travailleurs", ça me fait sourire quand même. Qui est "travailleur" ? Qui ne l'est pas ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Ven 2 Mar 2012 - 18:25

Forcément... Les mots n'ont pas de sens, ils ont des images.

Une banlieue, c'est une zone qui craint avec de vieux immeubles pourris qui sont des HLM

Un travailleur, c'est un ouvrier

Un intellectuel, c'est quelqu'un qui parle sans être compréhensible

Un sportif, c'est un débile mental

Un homosexuel, c'est quelqu'un qui s'habille en fille (si c'est un mec) et qui a les cheveux très courts (si c'est une nana)

Un prof, c'est un fainéant (très à la mode depuis trois jours)

Un patron, c'est un gangster

Un riche, c'est un parasite

Et on pourrait continuer la liste longtemps... Mais je préfère m'évader dans l'histoire de l'Ecosse au XIIIème siècle. C'est beaucoup moins "imagé"...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9747
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Vox Populi   Sam 3 Mar 2012 - 1:10

Je me souviens d'un texte qui date de fin XIIème, début XIIIème, je crois que l'auteur est Raoul Glaber, mais j'arrive pas à le retrouver, il est gratiné. L'auteur étant bourguignon, allume tous les autres "peuples" : les allemands, sont... les flamands sont... les anglais sont... et ainsi de suite, bien sûr ils "sont" rien que pleins de défauts!

Sur les sportifs les patrons et les riches, je dirais pas je suis d'accord, mais y'a du vrai AngeR Voir le sarkophile David Douillet ex champion de judo, on peut pas dire qu'il illumine le gouvernement de son génie!
Et des "minuto popolo" passés ministres, on les compte sur les doigts d'une main dans notre démocratique France!

Moi c'est Nantes au XIXème, le croiriez vous, les notables locaux (tous négociants) étaient d'un conservatisme frileux, la nouveauté les effrayait, le renouveau de Nantes après l'arrêt de la traite et l'ensablement du port est le fait de "Capitaine d'Industrie" venus d'ailleurs, comme l'incontournable Jean Romain Lefèvre (un ti gars du populo à l'origine) fondateur de LU.

Je ne m'étonne pas du "diviser pour régner" mais que ça fonctionne encore auprès du bon peuple, les vieilles ficelles sont toujours solides.

"C'est dans les vieux pots qu'on fait la meilleure soupe", dicton populaire.
Autre dicton populaire que les sarko's boy sont en train de vérifier à leur dépents dans les sondages: "A force de cracher en l'air, ça te retombe sur la g..."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vox Populi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vox Populi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» gloire et trépas du Genius Populi Romani
» Follis de Galère "Genio Populi Romani"
» JP Callu, Genio Populi Romani
» monnaies de ma collection
» Follis de GALERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Connaissance du Monde :: Il était une fois... :: Histoire-
Sauter vers: