Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Dim 8 Avr 2012 - 21:30

Un projet, c'est comme un voyage.

Cendrars a écrit:
Quand tu aimes il faut partir. Quitte ta femme, quitte ton enfant, quitte ton ami, quitte ton amante, quitte ton amant. Quand tu aimes il faut partir. Apprends à vendre, à acheter, à revendre, donne, prends, donne, prends. Quand tu aimes il faut savoir chanter, courir, manger, boire, siffler et apprendre à travailler. Quand tu aimes il faut partir. Ne larmoie pas en souriant. Ne te niche pas entre deux seins, respire, marche, pars, va-t-en. Je prends mon bain et je regarde. Je vois la bouche que je connais, la main, la jambe, l’œil. Je prends mon bain et je regarde. Le monde entier est toujours là. Là vie est toujours pleine de choses surprenantes. Quand tu aimes il faut partir.

Se déraciner est plein de vertus.

Tiré de l'émission Carnet d'une architecte, ou la fabrique d'un chantier

* * * * * *

Je vous propose de vous inspirer de ce qui précède, pour écrire un texte ou cent, comme vous en aurez l'envie.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Mer 11 Avr 2012 - 14:36


J'y viendrai comme sur la photo de la maison perchée qui m'interpelle, mais pas tout de suite, d'autres écrits et regards en cours...
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Jeu 12 Avr 2012 - 0:15

Romane a écrit:
Un projet, c'est comme un voyage.

Cendrars a écrit:
Quand tu aimes il faut partir. Quitte ta femme, quitte ton enfant, quitte ton ami, quitte ton amante, quitte ton amant. Quand tu aimes il faut partir. Apprends à vendre, à acheter, à revendre, donne, prends, donne, prends. Quand tu aimes il faut savoir chanter, courir, manger, boire, siffler et apprendre à travailler. Quand tu aimes il faut partir. Ne larmoie pas en souriant. Ne te niche pas entre deux seins, respire, marche, pars, va-t-en. Je prends mon bain et je regarde. Je vois la bouche que je connais, la main, la jambe, l’œil. Je prends mon bain et je regarde. Le monde entier est toujours là. Là vie est toujours pleine de choses surprenantes. Quand tu aimes il faut partir.

Se déraciner est plein de vertus.



j'ai vécu, ça me suffit.... AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Jeu 12 Avr 2012 - 0:19

Je rappelle que c'est un fil jeu littéraire.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Jeu 12 Avr 2012 - 1:32

07 Août.

Seule la brise rompait le silence quand elle frôlait l’angle du mur, là où dépassait le feuillage de la glycine. Un friselis doux amer, lui qui d’habitude exhalait le plein air d’une campagne sous l’été encore caniculaire. Une chanson trop pleine de rires éteints, de crépitements désintégrés, de senteurs de la cuisine muette.

Dernier sac chargé dans le coffre. Le noir, celui des cahiers et de l’ordinateur. Claquement du hayon.

Ivan se laissa aller contre le mur, devant le jour finissant et ses traînées d’or sur la rondeur presque timide des champs. La brise lui donnait le vertige. Il faisait encore trop clair. Ses yeux embrassèrent machinalement la beauté environnante : le vinaigrier alourdi par les grappes lie de vin, le gigantesque tilleul manifestement roi dans la cour des arbustes qui l’entouraient, la cime des bambous par-dessus le hangar, le chemin de terre qui se perdait toujours après le carrefour du noyer. Mais elle ne voulait plus rien lui raconter, la nature. Elle était là, simplement là, depuis toujours et pour un temps si lointain plus tard, que la nausée monta à la gorge d’Ivan.

Le sourire d’Elle, presque indifférent. Déjà ailleurs. Ses yeux fuyants. Eux aussi.

Il n’en pouvait plus de l’indifférence des arbres, des fleurs, des champs, du moindre brin d’herbe, du ciel et du vent, des cailloux, de la poussière, du pépiement des oiseaux, du jour et tout à l’heure de la nuit, et de tous ces lendemains dont il lui sembla soudain qu’il ne pourrait plus rien en faire.

L’étreinte brève, lèvres détournées, un baiser dans le vide. La main sur la portière. Le moteur ronflait déjà depuis tout à l’heure. Prêt à partir. Vite.

Il pensa que ce n’était pas important. Qu’il n’avait qu’à remplir un verre d’orangeade, prendre le meilleur des livres de sa bibliothèque, s’assoir sur un fauteuil et se laisser porter par l’histoire. Il se dit qu’il pouvait monter dans la voiture, mettre le contact, passer la première et rouler jusqu’au bourg pour aller s’attabler à la terrasse du café, regarder les touristes finir leur repas ou les écouter autour du dernier verre du soir. Il imagina une balade jusqu’à ce que ses jambes ne le portent plus, à travers champs, à la lisière de la forêt, en laissant ses poumons boire les senteurs nocturnes tout à l’heure. Il échafauda brièvement le plan d’un futur roman, chercha un titre, une histoire, des personnages. Et puis soudain, il lui sembla entendre la rumeur de la capitale. Le vrombissement des moteurs, les coups de klaxon, le bruit des talons sur les trottoirs. L’incessant va et vient des visages inconnus devant les boutiques, les monuments, les portes cochères, les places, les avenues. De cette capitale ou d’une autre, de toutes les autres. La cacophonie du monde. Pourquoi ici rien ne perçait, hormis la brise douce amère ?

Le virage du bout de la propriété avait avalé la Corsa rouge. Comme ça. Tout d’un coup. Le moteur avait laissé flotter un léger ruban ronronnant, estompé de seconde en seconde. Et puis plus rien.

Il se détacha du mur, entra dans la maison, ferma portes et volets.

Elle ne reviendrait plus jamais.

Le silence.






Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par Romane le Ven 13 Avr 2012 - 11:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   Ven 13 Avr 2012 - 0:32

Bon, ben j'en ai parlé ailleurs. J'ai juste oublié de dire à quel point ce texte me touche et comme je le trouve abouti.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeu d'écriture : Quand tu aimes il faut partir.
» Vos poèmes préférés
» Ah, écriture quand tu nous tiens!
» [Shakespeare, William] Roméo et Juliette
» Quelques trucs et astuces pour éviter les fautes en tout genre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Jeux d'écriture-
Sauter vers: