Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?   Mar 24 Avr 2012 - 0:14

Citation :
En février dernier, Bernard Gruson, le directeur des Hôpitaux universitaires genevois (HUG), créait un scandale en annonçant qu'il fallait dorénavant éviter de nommer des frontaliers aux postes de responsables d'unités de soins. Il récidivait peu après en annonçant qu'il préférait embaucher un résident genevois plutôt qu'un frontalier, "même s'il est moins bon".

Des paroles particulièrement malheureuses, surtout dans le monde hospitalier. Qui viendra dorénavant se faire soigner, sachant que le personnel est davantage recruté en fonction de son lieu de résidence plutôt que sur ses compétences ? Pourtant, Bernard Gruson a aussitôt reçu le soutien de Pierre-François Unger, le président du canton de Genève. Ce démocrate-chrétien, professeur de médecine, prenait position pour la "préférence cantonale", ajoutant que ce n'était "que du bon sens".
"Arrogance, pollution, mépris, insolence"

À présent, un tract anonyme, distribué jusque dans le local syndical des Hôpitaux universitaires genevois (HUG), s'en prend à "cette racaille frontalière". Il dénonce l'"arrogance", la "pollution", le "mépris", l'"insolence" et les "privilèges" des quelque 95 000 frontaliers, domiciliés en Haute-Savoie et dans l'Ain, qui viennent travailler chaque matin dans le canton de Genève. Après s'être demandé si Genève était devenu le 96e département français, ce texte annonce que "désormais la guerre totale est déclarée. Brûlons leurs maisons, leurs voitures. Frontalier(e)s, dégagez de gré ou de force".

Depuis des années, le Mouvement citoyens genevois (MCG), le parti le plus à droite de l'échiquier politique local, s'en prend très régulièrement aux frontaliers. Vendredi dernier, il a encore publié un communiqué. "Plus de 11 % de frontaliers en 2011 : une hausse insupportable !" pouvait-on y lire. Toutefois, le MCG n'a jamais lancé un tel appel à la haine et à la violence.
Source et intégralité de l'article : http://www.lepoint.fr/monde/geneve-un-tract-appelle-a-bruler-les-maisons-des-frontaliers-23-04-2012-1454423_24.php

Il est quand même curieux que ne soient pas visées les maisons des frontaliers dans l'autre sens, c'est à dire les natifs suisses résidant en France pour une raison d'intérêt économique. C'est bien moins cher par chez nous. Sans doute le chiffre est-il bien moins important, mais tout de même : tant qu'à tomber sur le dos des profiteurs, pourquoi ne pas considérer tous les profits ? Décidément, les œillères sont à la mode tous azimuts.

Perso, je suis contre les frontières et pour le mélange des différences. Il suffirait simplement que ces différences soient utilisées à destination d'enrichissement culturel, et non aux fins de dénigrement des "autres".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9695
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?   Mar 24 Avr 2012 - 2:33


Les suisses n'ont jamais été réputés pour leur hospitalité à qui n'a pas un compte bancaire avec plein de zéros!

La Genève de Calvin, si elle recevait volontiers les protestants (essentiellement français) fuyant les persécutions faisait néamoins monrte d'une rigidité et d'une intolèrance aboslue!

Il ya des suisses qui préfèrent vivre en France, pourquoi, leur paradis fiscal ne leur convient pas?

C'est triste à dire, mais c'est logique, ça s'inscrit dans la montée des communautarismes et du repli sur soi, marqué en France par les 20% du FN qui malgré la drague de Sarko ont préféré l'original à la copie, ils ont choisi, et pas seulement par dépit face à la crise et aux promesses non tenues comme on veut nous le faire croire (même si c'est vrai pour une part), ils ont choisi en toute conscience un parti d'Extrême Droite, même si fifille a toiletté, l'extrême droite reste l'extrême droite avec tout ce que ça suppose.
1er verset du credo: la xénophobie, les étrangers dehors, les juifs autrefois (pas si lointain l'autrefois), les musulmans aujourd'hui, et celui qui ne vient pas de la porte à côté, encore que, faut se méfier de son voisin, l'est y ben français son sang?

Tous les gouvernements européens font semblant de ne pas voir le danger que représente la montée des extrêmes droites partout en Europe, ils préférent taper sur une supposées extrême gauche! D'ailleurs s'il fallait , ils s'allieraient bien avec le diable, un peu dédiabolisé parce qu'il est élu.
Le premier ministre des Pays Bas a donné la démission de son gouvernement, motif: désaccord avec son allié d'extrême droite lequel a permis la constitution dudit gouvenement, donc en fait partie, dans un pays qui fut jusqu'il y a peu un modèle de démocratie, d'ouverture, de tolérance!
Sarko l'europhile d'hier crache aujourd'hui sur l'Europe, menace d'en sortir si les frontières ne sont pas renforcées, pour plaire aux électeurs du FN il renie ce qu'il disait avant hier. Et la campagne d'entre deux tours sera encore plus à droite, c'est plus qu'inquiétant.
Une Europe (même si les suisses se sont bien gardé d'en faire partie) divisée, repliée sur ses frontières interieures toujours plus fermées, ça vous rapelle rien? Avec une bonne crise (qui contrairement à ce quon nous dit est loin d'être terminée) par là dessus, et...
Je sais qu'il ne faut ni comparer ni extrapoler mais quand même...

Mais si les frontaliers français préfèrent travailler en Suisse c'est qu'ils y ont du boulot (donc que les suisses ont besoin d'eux) et qu'ils y sont mieux payés (comme ceux qui vont chaque jour bosser en Allemagne), si xénophobe soit-on on a toujours économiquement besoin d'un "étranger".
Et tant qu'à refuser les français, qu'ils renvoient nos millionnaires et milliardaires, le canton de Genève est celui où on en trouve le plus au mètre carré...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?   Mar 24 Avr 2012 - 12:40

La petite guéguerre à propos des frontaliers me fait assez sourire, car par exemple pour la Suisse et la France, Genève trouve son compte à embaucher des français. Ils sont moins payés que les salariés suisses, font le même boulot et pour ce qui concerne l'article objet de ce fil, il s'avère que leurs compétences dépassent celles des suisses (il faut aussi lire les commentaires, assez sympathiques).

Les genevois résidant en France sont finalement plus nombreux que ce que j'imaginais, et y trouvent bien leur compte, puisqu'ils gagnent bien plus que les français et profitent des prix locatifs et impôts bien plus attrayants que de l'autre côté de la frontière. Mais pas que. Les produits alimentaires et autres de nature à remplir le caddie sont moins rédhibitoires en France qu'à Genève.

Pour la Belgique et l'Allemagne, je ne sais pas trop. Pour l'Espagne, pas mal d'espagnols vivent de notre côté, mais les frontaliers vont se servir en tabacs, carburants et alcools en Espagne.

Ce qui fait que chacun voit midi à sa porte, et tente de perdre le moins d'argent possible, quel que soit le côté de la frontière et qui que ce soit.

La montée des propos haineux et propositions d'actes de violence est comme d'habitude stupide et ne résoudra aucun problème puisqu'ils ne s'attaquent pas au fond du problème, mais à une manifestation de tentative de mieux vivre qui n'aurait pas lieu si les gens ( ben oui : les gens) n'étaient pas acculés à grappiller tout ce qu'il est possible de grappiller.

Quant aux profiteurs, ce n'est pas nouveau. Imaginons la situation inverse : la France et ses banques prêtes à planquer les lingots des friqués ; le suisses ne viendraient-ils pas en profiter pour soustraire au fisc leurs richesses ? Bavoyons, ne pas se boucher les yeux. Ici, il n'y a ni suisses, ni français, ni belges, ni espagnols, il y a des hommes et des femmes avec leur pot commun de réflexes, envies, auto-protection et ainsi de suite.

Maintenant, vrai que la montée du FN commence à faire jaser...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Frontaliers dans le collimateur d'un côté. Mais de l'autre ?
» La pause pipi dans le collimateur
» Bosco Ntaganda, accusé des mêmes crimes que Thomas Lubanga, dans le collimateur de la CPI
» resident d'un hotel peut'on se rendre dans une piscine d'un autre hotel disney?
» [MICROSOFT] Skype dans le collimateur de l'état français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: