Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Constitution, démocratie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Constitution, démocratie   Mar 24 Avr 2012 - 1:19

Qu'est-ce que la démocratie ?
Réponse : le contraire de notre système.
Nous sommes les électeurs d'une élite, pas les citoyens d'une démocratie.
Il y a 2500 ans environ, les Athéniens tiraient au sort parmi le peuple les chargés de pouvoir. Bon, évidemment c'était l'antiquité, les esclaves et les femmes ne faisaient pas partie de la sélection. Mais le principe était intéressant, il a permis pendant au moins 200 ans de faire gouverner les pauvres, et non une élite riche, étant donné que 99% du peuple est pauvre et 1% riche, le tirage au sort était au bénéfice du peuple pauvre. C'était la vraie démocratie (demos-kratos, souveraineté populaire).

La souveraineté va aujourd'hui à une élite non choisie par le peuple, qui gouverne et souvent abuse du pouvoir (rares sont ceux qui détiennent le pouvoir et n'en abusent pas). Pour obtenir ce pouvoir, il faut le désirer. Or le philosophe Alain disait bien que l'homme juste est celui qui ne veut pas gouverner (autre que lui-même), et du coup, seuls les justes devraient gouverner, comme dans le cas du tirage au sort, ou représentation démocratique.
Pour empêcher ceux qui gouvernent, dans ce régime aristocratique (souveraineté des riches), d'abuser du pouvoir, voire de trahir les volontés du peuple, il existe normalement un filtre, une limite, une protection dont le pouvoir est plus grand encore que celui des gouvernants : la constitution. La constitution devrait donc être rédigée par le peuple pour protéger celui-ci des abus des gouvernants.
Pourtant, ce sont ceux qui gouvernent qui écrivent ou modifient la constitution... Cherchez l'erreur.

Le peuple est donc floué. On l'a conditionné à croire que le mot "démocratie" correspond à un gouvernement (soi-disant) représentatif formée d'énarques, de riches.
Le mot démocratie est galvaudé et usité à contrario de son sens d'origine, et ce depuis 200 ans.
En effet, en 1789, l'Abbé Sieyès a bien dit lui-même : "Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. S’ils dictaient des volontés, la France ne serait plus cet État représentatif ; ce serait un État démocratique. Le peuple, je le répète, dans un pays qui n’est pas une démocratie (et la France ne saurait l’être), le peuple ne peut parler, ne peut agir que par ses représentants." ; il savait donc parfaitement ce que "démocratie" signifiait encore alors, et le système qu'il a institué, force est de constater qu'il n'est plus efficace aujourd'hui, car il s'assimile de plus en plus à la monarchie qu'il était censé combattre.

Nos gouvernants sont à la botte des banques et des empires financiers, surtout depuis que ces derniers ont pu faire plier les gouvernements au système des emprunts de l'état aux banques privées avec intérêts. En France cette loi, proposée par Rotschild notamment, a été adoptée sous Pompidou, trop faible pour résister, via son ministre des finances Giscard, en 1973. Entérinée en 1992 (Maastricht), elle a été définitivement rendue obligatoire au niveau européen par Sarkozy en 2008 (traité de Lisbonne, que la France avait pourtant refusé par référendum), par son fameux article 123 qui interdit à l'état d'emprunter à la Banque de France (BCE pour l'Europe), et l'oblige donc à payer des intérêts faramineux aux banques privées, elles-même à la botte des grands cartels bancaires comme Rotschild ou Rockefeller.
Le système bancaire devrait être un service public gratuit, et un état devrait pouvoir créer sa monnaie. La dette publique (1600 milliards d'euros) de la France est impossible à rembourser. l'état ne peut rembourser régulièrement que les intérêts. Pourtant, si on additionne tous les intérêts payés depuis 1973, on arrive approximativement à la somme... de la dette publique !
La Grèce est en pleine crise exactement à cause prioritairement de ce problème, et d'autres pays sont menacés.
La Suisse, qui intelligemment ne s'est pas laissée embarquer par l'Europe, n'a pas ce problème. Et notons d'ailleurs qu'elle est un des seuls pays d'occident à connaître encore une représentation démocratique ou presque. Certains cantons permettent en effet de faire voter les habitants d'une commune pour des décisions les concernant.

Il serait donc grand temps que le peuple redevienne souverain dans notre société qu'on fait passer pour démocratique.
Hollande fait un pas intéressant : il compte ramener à 1% seulement les intérêts que prennent les banques privées aux emprunts de l'état, et de taxer sévèrement les plus riches. Ce n'est certes pas suffisant, mais c'est un bon début. Comme Obama pour la sécurité sociale aux USA, il risque d'être entravé dans l'application de cette mesure, et s'il y arrive ce sera une victoire historique sur l'erreur monumentale de Pompidou-Giscard. Et le peuple, qui ne comprend pas cet enjeu, ne s'en rendra même pas compte.
Mélenchon, lui, plus réaliste et efficace, propose carrément d'annuler ce système et de revenir comme avant 1973, époque où la dette de la France était insignifiante, ce qui devrait être à mon avis une priorité pour stopper l'évolution de la dette nationale.

Hélas, le peuple dans tout cela, est toujours dépossédé de sa souveraineté. La sixième république devrait prévoir une constitution contrôlée par le peuple, pour remplir son office prioritaire : empêcher les abus de pouvoir des dirigeants, et ramener ceux-ci à leur rôle premier : servir le peuple. "Gouverner c'est servir".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9688
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   Mar 24 Avr 2012 - 2:56

Idéalement c'est juste, il est grand temps de changer de constitution en rendant une grande partie du pouvoir au peuple, et en lui donnant des moyens de contrôle sur ses élus.
Qu'on recrute les gouvernants dans une palette nettement plus large que notre oligarchie auto reproductrice, rares sont les ministres, députés ou autres élus qui ne sont pas apparentés à un élu. Ils sont quasiment tous passés par L'ENA ou un grand corps, viviers des politiques qui n'ont pas un recrutement d'élèves démocratiques puisque la majorité des impénétrants sont eux mêmes enfants de parents qui y sont passés.
Les Grands Corps censés former des serviteurs de l'Etat ne sont que des voies de passage vers une sinécure dans le privé ou un poste en politique de préfèrence auprès d'une grosse pointure qui vous mettra vite le pied à l'étrier.
Qualité exigées: arrivisme, manque de scrupule, ambition modèle dent qui rayent le parquet, servilité, art de la peau de banane et du croc en jambe...

Que Pompidou soit celui qui a favorisé les banquiers, rien d'étonnant, il venait de la Banque Rotschild!

Il faudrait inscrire noir sur blanc que tous ceux qui intégrent les grands corps d'Etat sont tenus de SERVIR pendant au moins 10/15 ans avant d'aller dans le privé et mettre fin à la pratique du Pantouflage qui permet à un haut fonctionnaire d'aller se faire du fric dans le privé tout en conservant la possibilité de réintégrer son corps. Ces allers retours font que les carnets d'adresses permettent de servir le privé à travers les relations et informations acquises auprés de l'état. Un bon moyen de verouillage des postes interesssants (et rémunérateurs) tant privés que publics.

Je ne dirais pas Aristocratie qui n'a jamais vraiment été un mode de gouvernement malgrè le suffixe mais un groupe social qui eut jadis et naguère son utilité, mais finit très mal sous la Révolution pour ne plus avoir rempli son rôle, donc devenu inutile et parasitaire. Quoi que contrairment à un mythe tenace, beaucoup d'aristocrate ont survécu, au final il yeut davantage de gens du peuple que de nobles exécutés!
Mais l'Empire se dépêcha de recréer une aristocratie comme si on ne pouvait pas s'en passer... Et aujourd'hui nous avons l'anti démocratie: Oligarchie, Ploutocratie.


Dernière édition par Tryskel le Mar 24 Avr 2012 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8132
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   Mar 24 Avr 2012 - 8:36

Petite précision, filo, sur l'antiquité... Outre que le système présenté n'était valable qu'à Athènes (et pour les cités soumises par Athènes ce qui démontre déjà une idée un peu particulière de la démocratie : vous ferez comme nous sauf que vous devrez d'abord nous obéir), le tirage au sort s'effectuait uniquement entre les volontaires (qui étaient rarement le paysan du fin fond de l'Attique), il n'y avait pas de tirage au sort pour la fonction principale (celle de stratège), le point commun à ceux qui exerçaient cette fonction était du coup leur richesse. Le système présenté n'a été valable qu'une partie du Vème siècle et au IVème siècle le fonctionnement de la démocratie athénienne était devenu très complexe, des sortes de fonctionnaires court-circuitant les décisions populaires (déjà !). Peuple dont il ne faut pas non plus exagérer le rôle : dans cette démocratie directe, malgré le misthos supposé financer la présence des plus pauvres à l'Assemblée, l'installation réalisée sur la colline de la Pnyx ne pouvait accueillir environ qu'1/10 des citoyens, preuve qu'on ne s'y bousculait pas. Donc, quelque part, la démocratie a toujours été plus ou moins une illusion. Ce que j'aimerais en revanche qu'on adopte du système athénien, c'est la reddition de comptes. A la fin de ton mandat (d'un an) de stratège, tu devais te présenter devant le peuple qui jugeait si tu avais respecté les engagements pris avec le risque d'un exil de 10 ans à la clé... Sûr que ça éviterait à beaucoup de dire de grosses bêtises pour pouvoir être élu (genre je dis un truc et je me dépêche de faire l'inverse).

Autre remarque pour compléter. Il ne faut pas imaginer qu'en 1789 et dans les années qui suivent les mots qu'on utilise de manière courante en politique aient eu le même sens Par exemple, on ne met pas derrière le vote la même chose qu'aujourd'hui (c'est bien ce que veut dire Sieyès). Voter c'est rechercher l'unanimité et pas la majorité. Voter c'est unir et pas diviser. Raison pour laquelle on ne vote pas dans la commune mais au chef-lieu de canton au terme d'une réunion préparatoire où on cherche à dégager un consensus. C'est en fait la pratique qui existait avant la Révolution dans les assemblées de village et qui va subsister en gros jusqu'en 1848. Autre fait qu'on ne précise que rarement, l'abstention dont on nous rebat les oreilles qu'elle soit forte ou faible (parce qu'il n'y a rien à dire avant 20 heures) était de près de 80 % dans les premières élections... Alors, on peut quand même mesurer les progrès de la conscience politique du peuple. De toutes les manières, c'est d'abord par l'éducation qu'on pourra permettre au peuple de choisir vraiment librement. Cela fait juste plus de deux siècles que certains le disent et, croyez-moi, à force de formatage à coups de notes et de cadences infernales, les générations qui viennent ne seront pas mieux à même de le faire.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   Mar 24 Avr 2012 - 22:13

Merci pour cet intéressant débat, je lis, je lis...
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9688
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   Mer 25 Avr 2012 - 0:04


MBS: mot à mot d'ac!
Nan, c'est pas une conspiration d'historien de LU, c'est juste que c'était comme ça, même pas vrai le beau modèle athénien ! Comme tous les modèles d'ailleurs, il sonne faux.

Nan, la "Démocratie athénienne" et non pas grecque, on confond souvent, n'était pas une "démocratie": gouvernement du peuple par le peuple". Et quand le "Peuple" on se demande encore lequel des dizaines de siècles après a pris la parole, ça a été pour condamner Socrate!

Si on veut vraiment (mais qui parmi les possédants pourrait le vouloir?) que le Peuple gouverne, il faudrait l'éduquer, lui donner les moyens de gouverner, de comprendre les enjeux, les perspectives, le "Bien public" qui passe par la mise entre parenthèses de ces petites exigences persos... On lui apprend pas ça au contraire, c'est l'individualisme, le marche sur les autres, le moi d'abord et ça marche! 20% pour le FN, c'est pas inquiétant?

Je me suis appuyé en long en large et en travers cette fameuse démocratie athénienne, en Fac pour mes études, en étude pour former des candidats au CAPES, ben... plus j'ai étudié la question, plus je me suis rendue compte que cette "Démocratie" n'est qu'une illusion!
Athènes Vème Avt JC (la glorieuse époque de Périclés): 400 000 habitants (beaucoup pour l'époque) 40 000 citoyens reconnus, soit 1/10ème de la population totale. Exclus d'office: les femmes, les "météques" soit les étrangers, c'est à dire les non athéniens mais qui pouvaient être grecs, les esclaves on n'en parle même pas... c'est pourtant ces esclaves qui faisant tout le travail permettaient aux citoyens friqués (ils avaient les moyens d'avoir des esclaves) de parader sur l'Agora en causant philosophie et politique.

Rappel: POLITIQUE= Gouvernement de la Cité, juste la cité. La "Gréce" n'existait pas comme telle, il y avait des cités de gouvernement politique différent et Athénes qui a voulu imposer sa "démocratie" aux autres, qui n'en voulait pas, pas comme ça!
Aprés les guerres médiques Athènes s'est emparé de la vicoire et au passage du trésor de la Ligue de Délos constitué entre cités , qui n'avaient pas d'autre choix que l'alliance contre le Perse. Lequel trésor rapporté à Athénes a financé les grands travaux d'embellissement de l'Acropole!
Ce que les autres cités contributrices dudit trésor ont très mal pris et guidées par Sparte (un gouvernement oligarchique) ont flanqué lors de la Guerre du Péloponèse une pâtée mémorable à l'arrogante démocratie!

Alors SVP, épargnez moi le "Modéle" athénien!
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   Jeu 21 Fév 2013 - 13:09

Voici d'où je tenais ma source l'année dernière.
Même si le modèle athénien n'est pas la panacée, et même s'il confond Hypocrate avec Hérodote, son raisonnement tient tout de même bien la route, non ?


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Constitution, démocratie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Constitution, démocratie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Constitution, démocratie
» Pour ou contre la revision de la constitution dessine l'image de scrutin
» 2 Sols Constitution dit "au faiseau" de Louis XVI
» Qui détient le symbole de la démocratie ?
» La démocratie de la rue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: