Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les ardélions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 31
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Les ardélions   Mar 24 Avr 2012 - 15:21

Ardélion, c'est ainsi que l'on appelait ces bonnes gens qui ont toujours le bon conseil à la bouche. Ils aident, disent-ils, en vous postillonnant leur prose dolosive, ils frappent du poing sur la table pour vous éperonner dans vos moments de désespoir, quand tout s'est écroulé autour de vous ; ils vous regardent avec des yeux furibonds comme pour vous inculquer l'indignation que leur inspire votre infortune, ils vous abreuvent de préceptes bons pour vous, car ils savent mieux que vous ce dont vous avez besoin. Ils iront même jusqu'à vous proposer l'ultime concession possible à leur altruisme, vous laisser réfléchir une petite semaine, dans le calme, loin des convulsions de l'inquiétude. La preuve qu'ils disent vrai, c'est qu'ils vous quittent aussitôt, plein de la satisfaction repue d'avoir été votre étançon... moral, évidemment.
Vous pouvez toujours leur faire la réponse de Chrysale : "je vis de bonne soupe, et non de beau langage", ils ne comprendront pas. Ou plutôt ils feindront de ne pas comprendre. Alors ils s'en vont et vous, vous qui allez bientôt faire votre baluchon, vous dont l'existence n'est plus qu'un nomadisme obligé, vous qui n'avez plus en poche qu'une vingtaine d'euros et sous le crâne des idées de suicide, vous les voyez partir, ces bonnes gens si bien intentionnées, un peu comme Chateaubriand voyait Talleyrand et Fouquet bras dessus bras dessous, l'hypocrisie et le vice claudicant tristement sur le chemin de l'éternel retour des scélérats.
O beaux parleurs qui, du reste, parlez si mal, ô faiseurs de phrases banales à en pleurer, ô précieux discoureurs de la misère humaine, vous qui n'avez jamais reniflé la boue qui colle aux basques des laissés pour compte, ô dignes émules de monsieur Jourdain, taisez-vous, ne dites rien : si l'indigence frappe à votre porte, tournez les talons, soit, mais en silence ; n'ajoutez pas à la duplicité l'hypocrisie et à vos grimaces de tabarin des larmes de crocodile. Laissez les pauvres mourir en paix, ignorez-les, cela vous sauvera de greffer à votre indifférence le mensonge et à votre avarice des faux airs de générosité.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mar 24 Avr 2012 - 16:15

C'est drôle (enfin, façon de parler...) parce que le sujet n'avait pas encore fait l'objet d'un fil (ou alors je ne m'en souviens plus, ou plutôt l'avons-nous évoqué au cours d'autres conversations), alors que ce que tu dénonces est un phénomène plutôt récurrent.

Qui n'a pas rencontré des personnes fort érudites, au langage facile pour ne pas dire exubérant, capables de donner des séances de formation assez édifiantes et surtout surréalistes. Et d'autres tout à fait banales, affectionnant les formules toutes prêtes, dans un automatisme réglé au millimètre près, formules creuses n'apportant même pas l'ombre d'une réflexion personnelle. Apparemment tu sais de quoi tu causes, et bon nombre de personnes parmi nous tous se sentiront solidaires, pour être passés par les mêmes machines à broyer.

Je souris, parce que j'ai connu une nana qui m'a sorti un jour qu'elle me connaissait bien mieux que quiconque y compris moi-même. C'est assez hallucinant, je trouve, et je crois me rappeler avoir éclaté de rire tellement le morceau était gros. Moyennant quoi, si j'avais eu la mollesse de l'écouter, à l'heure actuelle je serais complètement démolie, et il est probable que j'aurais plongé dans le fond de la bouteille.

Et cet autre qui, fort de ses somptueuses études et ses milliers de lectures entassées sur des rayonnages de bibliothèque à faire tomber les murs de sa baraque, qui passait son temps à me prendre pour une crétine en ayant l'air de m'apporter de l'or en barre sur un plateau d'argent, mais qui n'était pas foutu de donner l'exemple en faisant preuve de cohérence entre ses paroles et ses actes.

Et cette autre qui, nouvellement plongée dans ses études de psy, se permettait de juger en hurlant qu'il ne fallait jamais juger, que personne n'avait à s'octroyer ce droit qu'elle s'autorisait sans vergogne, quitte à user de mépris pour tancer la paille en oubliant la poutre.

A la pelle il y en a. Moi ça finit par me faire marrer, ce qui n'empêche en rien la colère de gronder quand j'assiste à pareille imbécilité. Les ronds de jambe et les jolis minois ne sont que des images. Leurs mots aussi, ils ronflent pour leur plaisir mais en réalité ils ne recèlent ni profondeur, ni mouvement d'aide, mais une simple parade qu'ils se font à eux-mêmes en y croyant dur comme fer.

Mon père, hier, me parlait de l'un d'eux et m'a dit ceci : c'est un marseillais. Et de m'expliquer comment, avec les mains, l'autre appuyait ses magnifiques phrases, en orateur rôdé prêt à la curée. Il faut bien entendre ici qu'il ne s'agit pas de tomber sur les marseillais contre lesquels nous n'avons aucune dent, ni même de pivot, mais d'une comparaison d'extravagance verbale. Une personne (issue d'un milieu environnant plutôt réservé en matière d'expression), dont il a vite compris qu'il n'y avait rien de consistant à en attendre, parce qu'elle n'était capable de donner que du vent. L'autre n'y a vu que du feu, et a continué à se pavaner en se pensant admiré. Quelle désillusion, si le pot aux roses était découvert.... Mon père, lui, l'a trouvé depuis longtemps. Il est un homme de la terre, un besogneux, un sobre qui ne dit pas grand chose, mais qui n'a pas les yeux ni le cerveau dans sa poche.

Quant aux conseils, il faut être rudement attentif à l'autre pour pouvoir compter l'aider en commettant le moins d'erreurs possibles. D'abord savoir si l'interlocuteur est en demande, ensuite être à l'écoute à mille pour cent et pas faire semblant, et enfin, ne jamais oublier de dire que les réponses que l'on donne sont celles que l'on ressent à travers ce qu'on est soi, mais qu'on n'a pas vécu la même chose, et que notre regard n'est qu'un indice, pas une obligation de le suivre à la trace. D'ailleurs je pense que le plus grand service qu'on puisse se rendre les uns les autres, tient à aider à trouver des pistes en soi et des capacités encore inexplorées. C'est tout. Ensuite, le plus beau spectacle est de voir les êtres renaître à chaque instant, parce qu'ils ont trouvé en eux des richesses insoupçonnées.

Le reste n'est que cour d'école maternelle et ego démesuré.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 31
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mar 24 Avr 2012 - 16:25

Les parents de mes filleules, eux, n'ont rien dit : ils m'ont embrassé et fait un chèque de 3000 euros. Sans cela, j'étais à la rue. Pas un mot dans leur bouche, si ce n'est : "tu sais, on t'aime". Voilà ce qu'est la vraie, la grande amitié. Reconnaissance éternelle... Un jour, je le sens, je serai dans ce cas-là d'avoir à aider quelqu'un, et je devrai ne pas oublier que j'ai été secouru.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mar 24 Avr 2012 - 16:32

à eux. Et ça ne court pas les rues. Quel trésor humain !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 31
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mar 24 Avr 2012 - 16:42

Oui, trésor humain : res non verba, c'est leur devise.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mer 25 Avr 2012 - 0:12

Ils sont bien plus sages et sans doute bien plus modestes que la plupart de ces flambeurs qui passent leur temps à leurrer le monde.

Il ne suffit pas de marcher comme un danseur étoile, de parler de toute la science qu'ont inculqué les livres, les cours, les formations, les écoles d'élites et tout le tralala. Il ne suffit pas d'étaler son point de vue panoramique sur le fonctionnement mondial, politique, économique, philosophique, ni de prétendre exercer un métier hors du commun, ni de lister les nombreux pays foulés, ni de ponctuer par les anecdotes croustillantes des expériences vécues comme un héros. Il ne suffit pas d'inventer des recettes, des jeux, des défis, des promesses, de planter un arbre en jurant vouloir en planter plusieurs. Ni de claquer son pognon dans une générosité renversante. D'être partout à la fois, funambule de toutes les situations.

Encore faut-il ne pas faire semblant.

Tout finit par se savoir, à commencer par le fantoche qui dort dans ces je-sais-tout.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vivor
Scribouilleur infernal
avatar

Nombre de messages : 755
Age : 31
Localisation : Chez les Bigourdans
Date d'inscription : 15/10/2011

MessageSujet: Re: Les ardélions   Mer 25 Avr 2012 - 11:27

Avoir du cœur, c'est parfois un exploit. Mais c'est le naturel de mes amis, ils sont ainsi, un peu panier percé, la générosité dans le regard, spirituels, avenants, et c'est un grand plaisir d'aller chez eux passer deux ou trois jours, qu'est-ce qu'on rigole. Il y a même mon vieux piano d'étude dans le garage, tout désaccordé, où je joue du Ragtime.
Des âmes nobles, voilà ce qu'ils sont.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les ardélions   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les ardélions
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les ardélions
» Création du Pipe-Club Ardéchois
» Nourriture pour lions
» [11-12/09] La Grande Castagne Ardéchoise III
» Les Tigrélions du Tigarou !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: