Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
MBS



Nombre de messages : 8164
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   Mer 10 Avr 2013 - 20:16

Je viens installer ici ma... j'allais dire mauvaise humeur mais ce n'est même pas ça... on va dire ma profonde résignation, mon sentiment de perdre mon temps à faire don Quichotte dans un métier que j'aime, auquel je crois mais dont je sens bien qu'il est au bord de l'ex(ou im)plosion.

Ce matin, traitant en première, de la disparition de l'URSS, j'ai osé cette image pour faire comprendre en quoi la perestroïka de Gorbatchev avait tant déplu, heurté dans le pays (autant qu'elle enthousiasmait à l'extérieur) : "Imaginez que du jour au lendemain quelqu'un arrive à la tête de l'Education nationale et dise 'ça ne marche pas, on change tout'". Les élèves ont, je crois, compris et moi j'ai trouvé que la comparaison était plus justifiée encore que je ne le pensais. A la récré, c'est le prof de français de ma seconde qui arrête les élèves dans le couloir pour leur annoncer qu'ils auront un devoir de deux heures lundi prochain, qu'il ne peut pas faire autrement (les élèves partent en Espagne le reste de la semaine ; après les vacances, il y a le bac blanc de français...). Les élèves protestent (sans excès cependant car le prof, ils le voient, est gêné d'imposer ça) car ils ont déjà un devoir de deux heures de maths plus une interro en Histoire (que je vais sans doute bouger pour soulager leur week-end) mais on discute et on est tous d'accord, profs et élèves, ça va trop vite, on n'a le temps de rien poser, de rien construire. Il faut des notes, remplir des dossiers pour telles dates, relever des papiers pour tel jour. On n'a même pas le temps de se poser pour travailler un point en particulier.

La conséquence, elle se trouve là aussi : http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/bien-etre-des-enfants-la-france-classee-13e-sur-29-pays-riches-947603-2013-04-10

Ma stagiaire est inspectée mercredi prochain. Sa vie personnelle est un vrai enfer depuis quinze jours (grave maladie de son mari) mais elle continue à bosser parce qu'elle sait qu'elle va être inspectée et puis, simplement, parce que c'est quelqu'un de bien et de consciencieux. Pour pouvoir boucler son programme (ce qu'on attend de tout enseignant), elle avait imaginé faire cours jusqu'au 5 juillet en supposant bien que ce ne serait pas possible à cause du bac la deuxième quinzaine de juin... Mais voilà, en faisant attention à ne pas déraper question horaire, en rattrapant les heures manquées (toujours pour des raisons valables), ça ne rentre pas... Mais l'institution te dira que ça rentre... Moi je la vois ne pas dormir assez, avoir les yeux creusés, les mains de plus en plus fines, avouer qu'elle craque... Et qu'est-ce que je peux faire ? Qu'est-ce que le système peut faire ? Quelle est sa part d'humanité ? Aucune ! Demain, je suis convoqué par le proviseur pour que je lui donne des infos pour qu'il remplisse son rapport personnel sur elle. Première fois qu'on me demande ça, d'habitude la chef d'établissement savait quoi penser par elle-même. Moi aussi, il faut que je ponde mon rapport. J'aurais envie de le terminer comme ça : "Madame X est d'une telle valeur personnelle et intellectuelle que l'Education Nationale ne la mérite pas".

Je corrige des croquis de géo (enfin je le faisais jusqu'à ce que le besoin de crier tout ça sur le clavier s'impose pour essayer de soulager quelque chose). Les dynamiques urbaines en France... Ouais, avant, tu avais comme sujet les villes en France. Tu les plaçais en faisant des ronds proportionnels à leur importance et c'était bon. Avec un tel sujet, que même les manuels ne traitent que très imparfaitement, il faut récupérer les notions vues dans le cours, articuler tout ça dans une légende, choisir de bons figurés. Ce n'est pas simple, je le sais. C'est pour cela qu'ils avaient la possibilité de me consulter, de me demander ce que je pensais de leur projet de légende, de croquis. Certains l'ont fait mais trop peu... Résultat : des trucs qui sous prétexte de parler des villes font apparaître les grands types d'espaces économiques, les axes de transport... Du prélevé au hasard dans des bouquins ou sur le net. Ok, ils n'ont pas bossé ou ils n'ont pas su comment bosser (et en première S, à deux mois du bac, c'est quand même grave) mais ce qui me fait dire que c'est sans espoir c'est quand tu lis des expressions comme "campagnes urbaines en développement", "mobilité des villes entre elles", "espace peuplé qui a fortement diminué", "ville à fragmentation", "croissance démographique à l'éhelle internationale"... Dans deux mois ils ont aussi le bac français et les mots ne veulent rien dire pour eux. Sur un projet mené en seconde consistant à écrire des interviews imaginaires de personnages croisés dans le programme (8 questions posées par un groupe d'élèves et 8 réponses à faire par un duo avec aller-retours pour correction du style, du contenu etc...), il y a quoi ?... Quatre, cinq groupes dans la classe qui a pu mener ce travail normalement. Pour les autres, je prends un morceau de phrase dans wikipedia qui me semble correspondre à la question posée (il y a un mot en commun), je le colle et j'ai fait la réponse. La semaine prochaine, ils vont devoir lire les interviews devant les autres... je suis sûr que tout le monde sera content de soi et des autres. Ce que j'ai tiré de l'expérience c'est quelque chose que je sentais mais pas comme ça et pas aussi fort : ils n'ont pas l'idée que progresser c'est possible. C'est aux exigences de s'adapter à eux et pas l'inverse.

Demain les 1°S ont une interro de connaissances. C'est une classe sympa avec un bon groupe d'élèves moteurs, sérieux, de qualité. Pas un ramassis de brutes incapables de rien (même si une demi-douzaine d'élèves sont largués dans toutes les matières). Message reçu en début d'après-midi : "Bonjour, pour l'évaluation de repères de demain que faut-il apprendre exactement ?"... Apprendre ! Il s'agit de vérifier des connaissances de base acquises peu à peu... Ben non, toujours pas saisi la différence entre apprendre et réviser. Pas nouveau... mais à deux mois de la fin des cours d'Histoire-Géographie, après six ans d'étude de ces matières (sans compter le primaire), peut-on imaginer d'apprendre tout ce qu'on est supposé savoir (et sans tomber dans l'encyclopédisme) en une après-midi ?

Bref, Gorbatchev, puisque tu es à la retraite, tu ne veux pas venir faire de la perestroïka à l'Education nationale ? Je ne vois plus que ça comme solution... Mais vite... Et sans anesthésie...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   Mer 10 Avr 2013 - 20:55

bisou
Excuse moi, mais je ne trouve pas quoi dire d'autre!
Je viens juste de m'épancher sur mon blog à propose de mes élèves, dont à part un qui me semble planer à 15 000, en 3ème, je répète qu'ils sont intelligents, ouverts et de bonne volonté.
Je sais et j'apprécie la différence qu'il y a entre en avoir 30 et un seul devant soi!
Ben, ils sont totalement largués!

Se prendre le chou sur Cicéron (décidément, j'aime pas les romains) ça va 5mn, mais quand il faut en sortir un exposé à partir des auto justifications de l'avocat "Je suis allé au sénat parce que", ça lasse assez vite. Nous avons travaillé sur un plan (je suis championne des plans mdr ), je marche un peu sur des oeufs vu le thème, mais je suis sûre de moi côté méthode.
D'ailleurs à deux reprises après avoir travaillé des exposés: un sur les Panathénées, l'autre sur la Peste Noire, le résultat fut très bon, je précise qu'on a discuté, que j'ai proposé des directions, mais c'est lui qui a fait le boulot!
Je suis capable d'aborder quasi n'importe quel sujet en Français et Histoire (en Géo je la ramène moins), avec doc si je suis pas très au fait, mais j'ai l'apprentissage de la recherche, de la réflexion, pis un gros vice, j'aime apprendre et travailler!

Parce que ben oui, quand même, il faut bosser.
Terminales évaporés dés début Mai, motif: "On révise" mais vous révisez quoi? Réviser ça veut dire revoir ce qu'on travaillé, toi, t'as rien glandé de l'année, alors tu fais quoi? D'ailleurs réviser c'est un vrai boulot qui peut prendre la tête, souviens toi MBS de la préparation de l'Agreg Ange !
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   Mer 10 Avr 2013 - 21:13

La prépa de l'agreg, un plaisir... La preuve je continue à en faire un peu tous les ans...

De quoi on a besoin franchement pour faire changer les choses ?
- d'avoir une société moins conne (on ne pourra rien changer instantanément, donc ne pas y compter)
- d'avoir un afflux d'argent dans le système (y en a pas du fric, donc ne rêvons pas)
- d'avoir de meilleurs profs (ce n'est pas qu'ils ne sont pas bons, c'est qu'ils étouffent... même si on voit des "cas" de plus en plus sévères puisqu'on recrute des gens sans aucune expérience et on les met devant des élèves du jour au lendemain... On en a deux qui viennent d'arriver comme ça au bahut... En anglais et en français, excusez du peu)
- d'avoir du temps (il suffirait d'arrêter d'imaginer que tout élève entrant en sixième est destiné à Sciences-Po ou à Maths-Sup, donc de simplifier les programmes en ramenant vers des exigences plus réduites mais qu'on va vraiment remplir... Avec des bases solides, on peut ensuite apprendre)
- d'avoir de la marge (pas seulement en temps mais en façon d'aborder les choses... ils sont curieux ces jeunes malgré tout)

Le temps, la marge, ça ne coûte rien. Tout le monde sait que la pédagogie dite par projet est plus efficace que celle consistant à empiler 35 élèves dans une classe. Comment ça se fait que ça n'existe pas encore ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   Jeu 22 Mai 2014 - 19:35

J'avais déjà eu l'occasion de dire ici (et sans vouloir faire pleurer dans les chaumières) que travailler pour l'EN c'était s'exposer à de sacrés désagréments financiers mais je n'imaginais pas que c'était à ce point-là...

Quand j'ai corrigé le CAPES l'année dernière, on - des gens bien informés - m'a dit que je ne verrais pas l'ombre d'un remboursement avant un an... Ce qui ne me surprenait pas outre mesure mais depuis un an, je vis avec l'idée que sur le coup du mois de juin je vais avoir une rentrée d'argent assez substantielle (frais de jury + correction de 84 copies de CAPES... et bien sûr remboursement de mes frais de déplacements... Entre hôtel et train, ça faisait plus de 400 euros). Donc, il y a deux jours, je suis retourné sur le site où on devait rentrer nos frais pour voir où cela en était. Quelle surprise ! J'ai été payé... Et depuis longtemps !... Ce qui prouve que les gens bien informés ne le sont pas tant que cela... J'ai même été payé en octobre... On se doute que la somme n'a pas été assez significative pour que cela me saute aux yeux (il faut dire que nos fiches de paye sont variables et très mal renseignées). En gros, 195 euros... Voilà, c'est tout !... J'ai donc financé sur mes deniers personnels un travail au service de l'Etat... Là où c'est extraordinaire c'est de constater que tu accèdes à tout ce que tu as rempli comme infos et que ça n'a pas changé, mais qu'une mission est toujours en cours de traitement (celle qui m'a vu aller échanger les copies avec l'autre correctrice), qu'une autre a été purement annulée (celle ayant consisté à aller chercher les copies... Ils ont dû requalifier cela sans doute en sortie touristique personnelle). Bref, à vous écoeurer de bosser (bien ?)...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9739
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   Jeu 22 Mai 2014 - 21:01

J'ai eu des corrections de copies de BAc qui ne m'ont jamais été payées, sans compter les missions pour la MAFPEN, laquelle n'existe plus, donc je suis tombée aux oubliettes du Service Public!

Mais de quoi tu te plains, ça t'as donné l'occasion de faire du tourisme à Châlons en Champagne, c'est pas donné au commun des mortels!  mdr La prochaine fois qu'on te sollicite, fais toi porter pâle!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte aux bureaucrates débiles de l'EN
» LETTRE OUVERTE A LA MORT
» #4 - Sur la route, lettre ouverte
» lettre ouverte censure militaire
» Lettre ouverte aux écrivains *

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Coup de Gueule!-
Sauter vers: