Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi l'Ecole?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 17 ... 34  Suivant
AuteurMessage
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 6 Sep 2012 - 13:13


J'ai hésité, ouvrir un énième fil sur l'Ecole dont on parle beaucoup? Et si ouverture où le mettre?
Quel titre lui donner?
Dans "histoire"? Mais ce doc parle aussi de l'Ecole d'aujourd'hui.
Ferry pour Ferry, ils auraient pu zapper l'homonyme de Jules qui fit tant pour achever la destruction de l'Ecole.
Je ne mets pas dans "Comment détruire" puisqu'on y parle de sa construction, en dévoilant les pourquoi de cette construction. Pourquoi en effet décider que tous les ti n'enfants de notre belle France iront à l'Ecole? Attention, en 1881, c'est Ecole primaire, le secondaire restera longtemps encore inaccessible aux enfants du peuple, à de rares exceptions près qu'on montera en épingle pour dire que c'est possible, que ceux qui sont sages et travailleurs peuvent réussir, obtenir une bourse. La bourse s'obtenait sur concours!

Petit rappel que le Ferry, Jules fut un colonialiste pur et dur... Que la République qui devait s'affirmer devait aussi être "une et indivisible", exit les patois et les cultures régionales, "Je ne veux voir qu'une seule tête" qui chante la Marseillaise et va se faire hacher menue lors de la Grande Guerre sans poser de questions, la fleur au fusil et la patrie en bandoulière!
Un crâne d'oeuf d'un quelconque ministère avait eu l'intuition que "C'est l'instituteur allemand qui a gagné la guerre" celle de 1870, défaite que la France ne digère pas, et dont est née quand même la République IIIème du nom!
Alors il faut instruire (mais pas trop et pas n'importe comment) et patriotiser!

Seulement, certains y ont cru à l'universalité et aux bienfaits de l'Ecole (réels par ailleurs)

http://www.pluzz.fr/histoire-immediate-2012-09-05-20h45.html

Sauf qu'aujourd'hui, et c'est une des premières paroles du film, la démocratisation" a échoué.
Et si on relevait le défi de ceux qui y ont cru en faisant vraiment et enfin de l'Ecole ce qu'elle prétendait être en 1881, il serait temps, non?


Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Sep 2012 - 19:56


Les idées sont intéressantes, même si elles ne sont pas si neuves que ça.

Certaines comme l'entrée des parents dans l'école ont été appliquées avec le bonheur qu'on sait: les parents des élèves qui en majorité n'ont pas de problèmes se croient autorisés à fourrer leur nez dans tout, y compris la pédagogie du prof (qui rappelons le est censé maître d'icelle).
Et à l'image de la société l'école est de plus en plus injuste et inégalitaire!


http://www.rue89.com/2012/09/10/ecole-six-idees-neuves-pour-aider-les-eleves-pauvres-235141
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Sep 2012 - 21:23

C'est un véritable débat que tu ouvres là. J'avais déjà lu ta première intervention mais sans trouver le temps pour réaliser la réponse que j'aurais voulu lui donner. Avec le recul, je pense pouvoir faire court mais sans perdre mon pessimisme (croissant) sur le sujet.

L'éducation de tous c'est un peu comme la paix dans le monde. Une belle idée qu'on ne peut que soutenir mais en sachant que c'est irréalisable car trop éloigné de la nature humaine profonde. On a longtemps affirmé que c'était une question de moyens. Faux problème, masque commode pour cacher des échecs répétés. Comme disait une collègue - avec laquelle j'étais rarement d'accord sur sa conception du métier - "on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif". L'éducation pour tous, cela ne pourrait s'envisager que si tout le monde était naturellement intéressé par quelque chose. Or - et c'est terrible à dire - tu te rends compte que beaucoup de jeunes ne sont intéressés par rien. Cela ne veut pas dire qu'ils n'aiment rien ou qu'ils ne font rien... Non, ce qu'ils aiment faire, ils n'ont aucune envie de le creuser, d'aller voir au-delà. Tu te dis que quand tu vas faire la géographie de l'Ipod pour étudier la mondialisation, tu vas accrocher ceux qui ne jurent que par leur portable. Même pas ! Ce sont globalement tout le temps les mêmes qui sont curieux et ceux qui ne le sont pas. On a tendance à penser que c'est propre à cette génération élevée aux écrans... Que nenni ! Cela existait avant mais selon un processus inversé. Aujourd'hui, on ne s'intéresse à rien parce qu'on peut tout voir, tout avoir, tout comprendre sans effort (c'est ce qu'on croit du moins) alors qu'avant on ne s'intéressait à rien (à moins d'être un grand rêveur) parce qu'on avait du mal à concevoir qu'autre chose existât que l'univers proche qu'on connaissait. Pour qu'il y ait éducation, il faut de la curiosité, du rêve, de l'envie... A quoi nos dirigeants quelle que soit leur couleur politique (et leur administration qui change rarement en profondeur, elle) répondent programmes, objectifs à atteindre, même menu pour tous (tu peux faire aujourd'hui quasiment le même cours d'HG à des S et à des STMG - ex bac G en gros - puisque leurs programmes sont très proches). Sur une partie du "cheptel" moutonnier, il y aura toujours une part dotée d'un bon feeling et une part qui en sera privée... Et, à moins d'une forme de machine à laver les cerveaux et à les reconfigurer - mais quelle horreur ! -, d'autres y resteront hermétiques.

Et admettons - juste par pure hypothèse - que cela puisse se faire... Quid des fameux programmes ?... Faut-il les rendre plus simples pour permettre la réussite du plus grand nombre ? Cris effrayés et réactions violentes des partisans d'un élitisme pur et dur !... Les rend-on plus sélectifs ? Ce sont les tenants de l'égalitarisme républicain qui montent au créneau pour dénoncer - et non sans raison - une volonté de simple reproduction des élites en place !... Donc comment éduquer tout le monde s'il y a toujours des parties du corps à éduquer qui refusent ce qu'on leur propose ou refusent de le partager ?...

Alors pourquoi l'école malgré tout ? Pourquoi travailler à s'en rendre malade physiquement et moralement si on ne croit pas que cela puisse vraiment réussir comme on le rêve ?... Si seulement je le savais... Peut-être tout simplement parce qu'on a eu à un moment de notre vie des profs qui nous ont permis d'être ce que nous sommes devenus... Nous... Juste nous... Peut-être est-on le seul sur une année, sur une carrière ? Mais bon sang, même si ce n'est que ça, même si ce n'est pas grand chose, on n'aura pas vécu pour rien...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Sep 2012 - 21:36

Annexe

J'ai retrouvé ce mail d'une ancienne élève de terminale ES que j'avais imprimé et conservé... et qui m'est retombé lors d'un rangement samedi. Cela a bien cinq ou six ans mais cela reste d'actualité (j'en parlais encore vendredi aux élèves ayant pris l'option Histoire-Géo en terminale S).

Bonsoir monsieur,

J'espère que vous allez bien.
Je vous envoie ce mail qui ne s'adresse pas spécialement à vous mais aux profs en général.

Parce que jusqu'à présent je croyais que les profs faisaient de leur mieux pour aider les élèves. Et là en fait je me demande si c'est vrai.

Cela fait maintenant 3 mois que nous, anciens membres de la TES4, nous sommes étudiants. Et plus le temps passe plus je suis sidérée.

En effet, à chaque fois que j'ai des nouvelles de quelqu'un, ce n'est pas très rassurant. Entre autre, nous en avons 3 qui nous font une année sabbatique, des changements de filières déjà réalisés... voire déjà des changements d'orientation pour l'année prochaine. De nombreux élèves à la fac mais qui ne vont plus qu'en TD (car sinon c'est un zéro d'office). Et encore, je n'ai pas de nouvelles de tout le monde. Mais j'espère que pour les autres ça va mieux.

Enfin bref, plus le temps passe plus je me dis que cela aurait pu être évité. Parce que jamais un prof, du moins dans mes souvenirs, n'a parlé de la fac en disant que ça pouvait être dur. On ne s'intéresse qu'à ceux qui font des dossiers (BTS, DUT...). Et on ne s'intéresse pas à ceux qui ont déjà du mal à aller en cours au lycée et dont on sait d'avance qu'ils seront perdus à la fac.

Alors pourquoi ?
Est-ce une erreur du système ?
Ou les profs ne veulent-ils pas s'ennuyer avec ça ?

Enfin bon, je n'attends pas de réponse particulière mais je tenais à envoyer ce mail.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 11 Sep 2012 - 15:46

"Et admettons - juste par pure hypothèse - que cela puisse se faire... Quid des fameux programmes ?... Faut-il les rendre plus simples pour permettre la réussite du plus grand nombre ? Cris effrayés et réactions violentes des partisans d'un élitisme pur et dur !... Les rend-on plus sélectifs ? Ce sont les tenants de l'égalitarisme républicain qui montent au créneau pour dénoncer - et non sans raison - une volonté de simple reproduction des élites en place !... Donc comment éduquer tout le monde s'il y a toujours des parties du corps à éduquer qui refusent ce qu'on leur propose ou refusent de le partager ?...

Alors pourquoi l'école malgré tout ? Pourquoi travailler à s'en rendre malade physiquement et moralement si on ne croit pas que cela puisse vraiment réussir comme on le rêve ?... Si seulement je le savais... Peut-être tout simplement parce qu'on a eu à un moment de notre vie des profs qui nous ont permis d'être ce que nous sommes devenus... Nous... Juste nous... Peut-être est-on le seul sur une année, sur une carrière ? Mais bon sang, même si ce n'est que ça, même si ce n'est pas grand chose, on n'aura pas vécu pour rien..."

L'égalitarisme est une déviation de la notion d'égalité. L'égalité c'est celle des chances avec les moyens qu'on a, que ceux qui ont les moyens intellectuels et non matériels ne restent pas sur le banc de touche à cause de ça. S'il est vrai que certains partent dans la course assis sur une fusée pendant que d'autres tentent de décoller avec un boulet au pied, il faut juste décrocher le boulet. Mais ça, les "élites" n'en veulent à aucun prix. Si n'importe qui mal né peut arriver à faire quelque chose que leur reste t-il?
Et le système est bien fait pour que les élites restent les élites peinardes sur leur petit nuage inaccessible. Oh, on laisse bien passer par ci par là quelques petits poissons pour montrer qu'on est pas mesquin, que c'est possible, que si on est bien sage et bien travailleur on peut "réussir." Et on exhibe volontiers ces méritants, mais tout est fait pour qu'ils demeurent une espèce rarissime!
L'inverse a consisté à affirmer que tout le monde il est égaux, que tout le monde y peut réussir à l'Ecole, c'est pas vrai! Mais comme tu le soulignes, faut surtout pas le dire à peine de passer pour un horrible facho élitiste.

Mais quand on voit des gamins s'emmerder royalement parce qu'ils ne sont pas à leur place, on est en droit de s'interroger. L'expression "On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif" m'a aussi choquée quand jeune prof je l'ai entendu de la bouche d'un collègue. Ben, il avait raison.
Seulement ces gamins faudrait trouver quoi en faire, ou plutôt ce qu'ils peuvent et veulent faire. Donc inventer une voie qui ne soit pas de garage ou de perdition pour eux. Et s'ils ne veulent vraiment rien faire, out!
Parce qu'en effet il y en a; et ça ne date pas de l'ère numérique; qui vraiment et décidément ne veulent rien faire! Alors les profs s'épuisent, les parents s'arrachent les cheveux ou arrachent la peau du prof, l'institution préfère ne rien voir et ne rien faire et c'est l'enseignement qui se barre en sucette, ne touchant plus que ceux qui sont bien disposés à son égard, soit par intérêt intellectuel, soit par intérêt matériel pour avoir "une bonne place" et gagner des sous!
Mais pour dire ça, autant se placer devant le mur des Fédérés en attendant la fusillade!

Ton élève a raison, en Fac on est tout seul et ils n'ont sont pas du tout préparés!
Mais quand je l'ai dit, j'ai failli me faire lyncher par les parents, je me suis faite engueuler par mon proviseur et par certains collègues parce que je les "décourageais"! Merde, c'était juste la vérité, mon fils l' expérimenté alors que lui avait été dûment chapitré.
Ils étaient 700 dans sa section au jour de la pré rentrée,le prof leur a dit:
"Vous êtes 700, à la fin de l'année, vous serez à peine la moitié, et encore la moitié de cette moitié à la fin de la 2ème année" Ca choqué le mignon qui m'a tel affolé: "Tu te rends compte?", Ben vis, je sais, je te l'ai dit, c'était déjà comme ça quand moi j'étais en Fac. Sauf que tout le monde avait pas le Bac et que le "déchet" était bien moins important!

Au moins MBS il y a (pour ne citer que des lutiens) des gens comme toi, Phi et moi pour y croire encore, si on en guide un sur mille c'est déjà un!
Avec ta permission et fraternellement historique, bien que tu sois géographe, je suis pas sectaire mdr

bisou Et bon courage, tiens bon la barre matelot, ou plutôt dans ton cas, tiens bon le volant du TGV!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 11 Sep 2012 - 15:59

Non, non, je ne suis pas géographe... Historien pur jus... mais ça ne change pas grand chose au regard sur le système ça l'ancre juste plus facilement dans le temps...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Dim 23 Sep 2012 - 19:24


C'est juste des moyenne, c'est juste que la France se situe sous la moyenne!
Notre gouvernement nouveau a bien compris que les enseignants français ne sont pas assez payés, mais il a pas de sous pour faire mieux! AngeR Et si nos chers zélus nous renvoyaient un peu de tout ce qu'ils touchent? Ca équilibrerait la balance sans coûter plus cher! Rêve

http://blogs.lexpress.fr/l-instit-humeurs/2012/09/22/locde-releve-des-inegalites-entre-lecole-primaire-et-le-secondaire/

Mes excuses MBS pour t'avoir "traité" de géographe! mdr
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Dim 23 Sep 2012 - 19:36

Sous la moyenne de quoi ?...

Je ne pense pas qu'il y ait un pays dans le monde où on demande à des jeunes de maîtriser autant de choses complexes... Du coup, les bases ne sont pas solides et les "évaluations" internationales le pointent. Si on demandait aux élèves du monde entier de réfléchir sur la fiabilité d'un document historique, on n'aurait pas les mêmes classements...

On doit être masos...

mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Dim 23 Sep 2012 - 23:01

En tout cas, cher MBS, c'est à toi que cette ancienne élève a écrit pour faire part de son sentiment. Comme quoi, tu auras fait partie des meilleurs profs pour cette jeune fille, et ce n'est pas rien de le savoir.

Quant à ce qu'elle dénonce, que dire...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 24 Sep 2012 - 0:10

Je crois bien que pendant deux ou trois ans je lui ai périodiquement remonté le moral et redonné confiance... Au point qu'un jour elle m'attendait au lycée à la fin des cours avec une boite de bonbons pour me remercier... Et depuis je n'ai plus eu de nouvelles... Ce qu'elle m'a appris c'est qu'une élève sérieuse n'est plus grand chose une fois son bac en poche si elle n'a pas confiance en elle. Le moindre commentaire négatif d'un prof du supérieur et tout s'effondre (je suppose qu'il y a des exceptions évidemment). Je lisais tout à l'heure dans un courrier des lecteurs (pas mon genre de lecture, c'est un vrai hasard) une enseignante qui se plaignait que les grands penseurs de l'éducation qui trainent dans tous les médias oublient qu'on a face à nous autant de profils et de personnalités que d'élèves et pondent des recettes toutes faites et globales. C'est clair qu'en partant du principe que c'est même programme pour tous, on ne développe pas l'originalité des uns ou on ne lutte pas contre les faiblesses des autres.

En opposition à ce témoignage, j'aurais une phrase terrible d'un prof stagiaire réagissant à une affirmation de ma part qui devait être du style "le cours magistral systématique ça ne marche pas pour la grande majorité des élèves". Il a dit "Ca a marché pour moi". Se dire que des gens débutent dans le métier avec cette mentalité-là, ça peut expliquer pourquoi un jour des élèves en viennent à se demander s'ils n'ont pas été sacrifiés.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 24 Oct 2012 - 20:37

http://www.metrofrance.com/info/ecole-80-des-francais-contre-la-suppression-des-notes/mlhE!TU0NRISFK1NI/
A lire aussi les articles connexes sur le sujet les liens sont donnés à droite de l'article.


"Comment expliquez-vous l'attachement des Français aux notes ?
Quand il s'agit de scolarité, les parents ne sont attachés qu'à une seule chose : à la réussite de leur enfant. L'épanouissement, la préparation du futur adulte qu'il sera, les parents le relèguent bien souvent au deuxième rang, car ils sont happés par l'exigence de réussite. La note leur permet ainsi de savoir, en un coup d'oeil, où se situe son enfant dans chaque matière. Et donc de corriger le tir : il va valoriser la bonne note et stigmatiser la mauvaise. Quand l'enfant a 18/20, c'est bon, quand il a 4/20, ce n'est pas bon. C'est clair, et tout le monde le comprend ainsi."


"Les notes font le malheur des élèves"

Le débat ne date pas d'hier. cette remarque: "les notes font le malheur des élèves" rejoint ce qu'à dit MBS sur les dossiers d'entrée dans certaines écoles, voire universités qui trient en exigeant les notes dés la Première. Ca devient une obsession, et si les notes font le malheur des élèves elles ne font pas le bonheur des profs qui contrairement à une idée bien ancrée ne prennent pas leur pied en saquant!

Maintenant si quelqu'un a une méthode d'évaluation qui ne soit pas traumatisante, mais néanmoins juste et fiable à sortir de son chaudron, je suis preneur. Parce que des séances/ réunions/ prises de tête et de bec sur la notation, sur "l'harmonisation des notes", non seulement aux examens amis aussi au sein de la même discipline d'un même établissement, pour n'aboutir à aucun résultat concret, j'ai donné plus que mon compte. et prise de tête itou pour tenter de noter "juste"! puits


Dernière édition par Tryskel le Mer 24 Oct 2012 - 20:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 24 Oct 2012 - 20:43

... sauf quand cela concerne leurs gamins... faut voir comme ça râle si tu ne mets pas assez vite les notes à disposition sur ProNote...

Cauchemard

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 25 Oct 2012 - 10:24

MBS a écrit:

"on ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif".
Pourquoi travailler à s'en rendre malade physiquement et moralement si on ne croit pas que cela puisse vraiment réussir comme on le rêve

J'ai vu la semaine dernière qu'une enseignante s'était suicidée. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/10/23/97001-20121023FILWWW00340-suicide-d-une-enseignante-de-bethune.php

A la consultation médico-psychologique, je reçois de plus en plus d'enfants de petite section de maternelle trois mois après la rentrée, dont les parents viennent nous consulter pousser par les enseignants, au motif que: leur enfant n'aime pas l'école.
Moi, aussitôt, je leur rappelle que l'école maternelle n'a rien d'obligatoire, mais ils me rétorquent: et qui va nous le garder, vous peut-être? Malheureusement non! On n'a déja pas suffisamment de place dans notre hôpital psychiatrique pour nos malades.
J'avais imaginé que l'école maternelle était comme un jardin d'enfants dans lequel quelques enseignantes disposées au milieu de nombreuses ASEMs feraient découvrir aux enfants le goût de l'école. Que dans le même temps où l'on irait y jouer dans des cours de récréation protégées des voitures par un grillage, il y aurait des petits intermèdes, et qu'on appelerait "classe" où des Phi expliqueraient à ces chers têtes blondes qu'elles auraient droit, maintenant qu'elles ne seraient plus tout à fait des bébés, de distinguer le rouge du bleu et que même, le rouge et le bleu, ça s'appelle des couleurs.
Malheureusement, actuellement, l'école maternelle passe son temps à faire des évaluations, convaincue que les enfants apprennent tous à la même vitesse, et à faire ingurgiter à tous ces bambins des tonnes de "pré-requis" pour qu'au C.P. la collègue puisse terminer à Noël son programme d'apprentissage de la lecture!
Il faut que les profs de lycée ici présents et qui attendent légitimement de leurs lycéens un minimum de rigueur comprennent que beaucoup de leurs élèves sont devenus allergiques à la rigueur scolaire bien avant le C.P.
Un peu comme si vous quittiez la table à l'issue de l'apéro!
Il existe une sorte de gimmick que l'on entend tout le temps durant la scolarité de son gosse quand on est parent d'élève et qu'on se rend encore aux réunions parents professeurs: qu'est-ce que les profs de la classe de l'année prochaine vont penser de moi, si votre fils passe chez eux avec un tel niveau!
Le nombre d'enseignants qui travaillent, non pour le simple plaisir de faire classe avec ses élèves tels qu'ils sont, mais mus par l'inquiétude d'être évalué par le collègue qui va leur succéder est impressionnant. L'échec scolaire viendrait de son seul fait: il n'a pas réussi à convaincre sa classe d'accomplir les efforts surhumains nécessaires au passage en classe supérieure. Depuis que le maintien a été supprimé, ce phénomène s'accroit de façon exponentielle.
Je rêve pour ma part d'une éducation nationale dans laquelle, il n'y aurait plus un tel séquençage entre les instits de maternelle et les profs de lycée. Qu'un enseignant puisse avoir une année la charge d'une terminale et la suivante d'une petite section de maternelle. Que le prof se balade également en primaire ou au collège pour comprendre comment le système produit de la désaffectation scolaire parmi les éléves et les enseignants, plutôt que de se culpabiliser tout seul dans son coin, son établissement qui ne lui procure qu'un point de vue étroit sur le problème.

Pourquoi un enfant devrait-il apprendre? Pourquoi aller dans une école qui fait peur à Papa et à Maman? Pourquoi la maîtresse se met-elle en colère contre moi quand je confonds le rouge et le bleu alors que j'ai inventé le violet? Comment ça, ce n'était pas au programme?
Vu de l'extérieur, l'éducation nationale française demeure un monstre mystérieux qui demande parfois le sacrifice humain d'une de ses agents, obligée d'enseigner coûte que coûte dans n'importe quelles conditions, des trucs dont on se demande bien à quoi ça sert, comme si il n'y avait que ça à faire dans la vie.

Quand mon aîné fut étudiant, il partit étudier une année au Danemark. En milieu d'année, leur prof annonça une prochaine évaluation. Panique chez les français de la classe qui potassèrent pendant une semaine comme des fous. Puis, lors de l'évaluation, le prof leur posa cette unique colle: comment trouvez-vous mes cours? Est-ce que ça vous intéresse? Sinon, je peux changer. L'oral durait deux heures.
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 25 Oct 2012 - 13:52


" Malheureusement, actuellement, l'école maternelle passe son temps à faire des évaluations, convaincue que les enfants apprennent tous à la même vitesse, et à faire ingurgiter à tous ces bambins des tonnes de "pré-requis" pour qu'au C.P. la collègue puisse terminer à Noël son programme d'apprentissage de la lecture!
Il faut que les profs de lycée ici présents et qui attendent légitimement de leurs lycéens un minimum de rigueur comprennent que beaucoup de leurs élèves sont devenus allergiques à la rigueur scolaire bien avant le C.P
"

Je ne peux que souscrire à ce déplorable constat.
"Qui va nous les garder?" Pas Vic, certes, mais il faut aussi concevoir que la Maternelle n'est pas une garderie non plus. Je suis toujours choquée qu'en cas de grève des enseignants mout parents et institutions soient davantage inquiets de ce que vont faire les chères têtes brunes ou blondes que de la perte des cours. Encore que les cours sont si précieux et utiles AngeR que certains parents s'alarment dès qu'il manque une heure. cC'est qu'il faut remplir, remplir, et remplir. Décrocher la "Bonne note, la bonne mention"il faut être bon, que dis je meilleur que les autres surtout, les places sont chères en excellence! A ce détail près que tous n'ont pas les capacités et/ou l'envie, le désir, le besoin de se remplir la tête dés l'âge du doudou! Effectivement tous n'avancent pas au même rythme, mais comme on fait semblant de le croire; c'est plus pratique, imaginez s'il fallait faire des groupes de niveau et non d'âge, sans pression, permettant le développement de l'enfant et éveillant la joie d'apprendre, combien faudrait-il mobiliser d'adultes autour de ces bambins? Le coût en serait bien trop lourd, il faut ECONOMISER, et surtout laisser croire à l'égalitarisme conforme des jeunes esprits, ça permet de distinguer dès l'âge tendre ceux qui vont courir en tête et les traînards!

L'Education Nationale est une broyeuse, tant des enseignants- mais après tout ont pris le risque volontairement, et ceux qui souffrent le plus sont ceux qui s'obstinent à y croire- que des enfants! Et pour les enfants c'est avec la complicité active ou passive des parents qui croient "bien faire" mais le croient-ils vraiment ou se projettent-ils dans la réussite programmée de leur descendance, sans grand souci des aspirations et du bien grandir de ladite descendance?

Une amie aujourd'hui décédée directrice en maternelle me disait voici déjà quelques années:
"On voit tout de suite ceux qui vont s'en sortir ou non", et c'était une adepte des méthodes proches de Freynet et Montessori, pas une productiviste!

Rage grrrrrrrrrrr grrrr09
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 25 Oct 2012 - 17:24

Mes secondes sont terrorisés par leur prof de maths... Moyenne à leur dernier devoir : 2,75 ou à peu près. Je ne dois pas les terroriser puisqu'ils viennent me le dire. Si je ne peux que déplorer que certains commencent à se rebeller et à répondre, j'arrive à comprendre ce qu'ils ressentent. On est dans un monde scolaire devenu kafkaien. Des élèves qui effectivement ne croient plus à l'école (mais ça ne vient pas que des évaluations, il y a aussi le monde qu'on leur annonce qui ne donne pas envie de s'y projeter) mais qui sont exigeants. Des programmes qui sont toujours faits pour que les meilleurs aient tout. Des innovations qui renforcent les tensions (une élève me disait ce matin de l'ENT - en l'occurence les relevés de notes - que c'était ce truc qui mettait la merde à la maison). Des profs si différents qu'on se demande s'il pourrait y avoir un jour une philosophie commune, une vraie ligne directrice, pour structurer. Des hésitations perpétuelles sur ce qu'on doit faire en cours, sur la manière de procéder... (je pourrais continuer mais pas trop le temps là).

Juste cette image entrevue tout à l'heure en corrigeant une copie. Je me suis revu, élève de 6ème, jouant au rugby en cours de gym (comme on disait à l'époque). Quel rapport ?... Ben, je connaissais déjà bien le sport et ses règles mais là, cerné de toute part, appelé par plein d'autres joueurs, j'ai balancé le ballon n'importe où (en l'occurence vers l'avant) comme le premier ignorant des lois du jeu. Pourquoi ça m'est revenu tout à l'heure ? Parce que la copie que je lisais était pareille... L'élève, paniquée, avait balancé tout ce qu'elle avait en tête sans réfléchir le moins du monde à ce qu'elle écrivait. Je continue à leur dire "amusez-vous bien" après avoir distribué les sujets, ça ne suffit visiblement pas à les dé-paniquer... Ils ont l'impression (pour certains) de jouer leur vie sur chaque devoir.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 25 Oct 2012 - 23:40

A ce point de vue, il est très intéressant de lire le livre qu'a édité filo sur filosphère concernant les enfants intellectuellement précoces.
Ce n'est évidemment qu'une toute petite partie du problème, mais on comprend mieux, en plus du problème particulier qu'ont ces enfants, à quel point l'éducation globale n'arrive pas du tout à répondre aux besoins et aux particularités de chacun.
Je recommande vivement cet ouvrage, écrit par une spécialiste, il m'a grandement éclairée.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Sam 27 Oct 2012 - 14:49


Oui, des lycées font le ménage en dégageant (par en dessous parce que c'est illégal) les élèves qui ne fournissant pas des performances suffisantes risquent de faire chuter le taux de réussite aux examens, lequel taux conditionne le rang de l'établissement et que tout le monde veut être dans le haut de la liste!
Mais les victimes de ce système ne mouftent pas, elles sont "coupables" de n'être pas conformément brillantissimes, et l'Institution cautionne en silence!


http://www.rue89.com/2012/10/08/bienvenue-dans-le-lycee-ou-lon-doit-signer-sa-demission-pour-sinscrire-235722
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Déc 2012 - 10:52

Voilà pas que le Haut Conseil de l'éducation (remarquez où se situent les majuscules et la minuscule, je n'ai fait que reproduire le titre de l'article) tombe de sa chaise, et nous fait une crise d'angoisse : nos gosses sortent de l'école comme s'ils n'y étaient jamais entrés...

http://www.lemonde.fr/education/article/2012/12/09/le-haut-conseil-de-l-education-s-inquiete-d-un-echec-scolaire-croissant_1802098_1473685.html

Curieusement et une fois de plus, le Haut Conseilmachin arrive trop tard à la soupe. Les parents et les enseignants, eux, savent ça depuis longtemps...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Déc 2012 - 11:07

Oui... Mais il ne faut pas oublier qu'avec le précédent ministre ces fameux rapports étaient enterrés... Tout allait très bien, madame la marquise.

Maintenant, il faut aussi relativiser (je n'ai pas lu ledit rapport et peut-être qu'il le dit). Les élèves sont peu performants sur certains points d'un enseignement classique mais très performants sur d'autres qui ne sont absolument pas pris en compte par les programmes... Mais tu ne peux pas aller sur ces territoires-là (le son, l'image...) pour des raisons de droits à l'image (bref, faire un film de quel type que ce soit avec des élèves n'ets pas possible sans se bagarrer pour avoir plein d'autorisations). Donc, difficile de faire des projets dans des formes originales pouvant les motiver...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Déc 2012 - 11:11

Tout allait tellement bien (ça me rappelle l'efficacité de nos frontières face au nuage de Tchernobyl) qu'aujourd'hui on crée des postes et des emplois. Mais pas n'importe comment :

"Nous avons besoin de bons professeurs. Professeur est un métier de talent, d'excellence"
http://www.lepoint.fr/societe/education-nationale-43-000-postes-a-pourvoir-10-12-2012-1547705_23.php

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Déc 2012 - 11:18

Moyennant quoi tu as aujourd'hui des remplaçants qu'on va chercher à l'université (enfin, il paraît que ce sont des universitaires). Ca donne un prof de lettres d'origine camerounaise qui a bac+12 et qui raconte sa vie plutôt que faire cours pendant une bonne semaine ou une prof de lettres (encore ?!) qui donne des diminutifs aux élèves ("Fifi") et parle d'en décapiter un pendant le conseil de classe... Ou une jeune stagiaire ramenée en catastrophe pour effectuer le service d'une prof à la fragilité psychologique connue depuis longtemps et qui n'a tenu qu'un peu plus d'un mois (on l'avait aussi bombardée prof principale). Bref, y a du boulot pour remettre le système d'équerre... Parce que je vois les profs tomber comme des mouches depuis la fin de l'année dernière (et pas des flemmards... que des valeurs sûres du bahut) preuve que tout le monde s'épuise... Et quand tu vois ce qu'il y a en "stock" pour remplacer...

Et zut, je me suis plains... AngeR

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 10 Déc 2012 - 23:42

Oui, il arrive des tas de choses très bizarres dans pas mal d'administrations.
A sa plus grande surprise, on a envoyé à mon chef de service une candidate adjoint administratif pour un poste chez nous (normalement, de rédactrice).
La candidate se présente. Seule surprise, mais de taille : elle est italienne.
En fait, le concours d'adjoint administratif est ouvert à l'Europe entière. Soit.
Sauf que la dame, d'un certain âge, parle correctement le français, bien qu'elle indique l'avoir appris "sur le tas", mais ne l'écrit pas vraiment. C'est un peu ennuyeux.
On a besoin de personnel, mais là sa candidature a été refusée. Une rédactrice qui n'écrit pas, c'est gênant.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9696
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 11 Déc 2012 - 4:16

Faut arrêter de se foutre de notre gueule avec des effets d'annonce!

" Cet organisme consultatif dessine quelques pistes comme "trouver d'autres solutions que le redoublement" qui, "outre le coût qu'il représente pour la collectivité", "tend (...) à ancrer un sentiment d'échec chez l'élève et ne tient pas compte de la diversité de ses acquis".

Ca y'a longtemps que les profs (enfin les vrais) le savent. Et dire que c'est tout la faute à Sarko si l'Education nationale n'éduque plus et se privatise, c'est faux. Certes le Nico a accéléré le processus de démolition, mais il était entamé bien avant lui!
La "Crise " ne date pas de 2007. Aller faire un métier mal payé, dévalorisé, dans une institution qui est la première à mépriser ses employés, sauf quelques stars de l'Université qui pour la plupart n'enseignent plus depuis des lustres, c'est vraiment avoir la vocation.
Que le niveau général est en baisse constante aussi on le sait depuis longtemps, et c'est pas parce que les élèves deviennent plus bêtes. C'est parce que l'Institution ne s'est pas adaptée à l'évolution de la société, à l'évolution des moyens techniques que les jeunes manipulent chez eux. Parce que le Privé est privilégié depuis au moins la Loi Debré. Chacun est libre de faire donner à son enfant l'enseignement qu'il estime être le meilleur (vision de parents bien sûr) mais il est absolument scandaleux que l'argent public, nos impôts financent un enseignement qui n'est pas public, et truste les bons résultats, normal, il trie les élèves en éliminant ceux qui risquent de ne pas réussir au premier coup, comme nombre de lycées phares qui sont pourtant publics!

On découvre régulièrement l'enseignement à deux vitesses, l'ouverture "généreuse" de Science Po aux élèves "défavorisés" est a contrario un superbe exemple de reconnaissance que nos Grandes écoles une spécificité française sont réservées aux enfants de l'Elite qui s 'auto reproduit, avec les brillants résultats sociaux que nous voyons chaque jour s'épanouir dans nos dirigeants politiques et économiques.
L'Education Nationale est une vaste machine à évacuer, un entonnoir qui filtre les bêtes à concours.
Alors oui, faut plus de profs, mais pas ramassés n'importe comment, oui faut les former, mais pas n'importe comment non plus. La fermeture des Ecoles Normales remplacées par les IUFM a abouti à un désastre total , entre autre à la disparition des MAFPEN qui assuraient une formation continue des enseignants. Cette formation continue je l'ai vue au cours de ma carrière rétrécir comme peau de chagrin jusqu'à disparaître.
Je ne chante pas les louanges de feue l'Ecole Normale, j'y ai mal vécu une formation qu'au début des années 70 je trouvais déjà dépassée, mais au moins elle existait!

Ca fait des décennies que ça va mal, des décennies que les enfants des classes "défavorisées" et pas par l'intelligence sont peu ou prou exclus. Des décennies que le "BAC pour tous" a montré ses limites. Pourquoi sommes nous si en retard au niveau industriel? Parce que la formation professionnelle a été méprisée, on y envoie les enfants mal notés, ceux qui n'accrochent pas, c'est pas leur vocation. En pro aussi il faut travailler et apprendre.
Le coeur du problème c'est l'apprentissage, le goût du travail, l'appétence pour l'étude quelle que soit cette étude. L'école ne sait pas et je crois de plus en plus n'a jamais su le donner. Je parle de l'Ecole, pas de certains profs qui savent faire passer.
Il y a des cas difficiles,parmi les élèves, des fouteurs de bordel qu'il faudrait appréhender autrement, mais non, l'Ecole doit accueillir tous les élèves, dans des classes de 35, va tenter de les intéresser tous comme s'il n'y avait qu'une seule tête. On peut même pas virer les emmerdeurs. Et la responsabilité des parents auxquels on a "ouvert" l'Ecole est immense, responsabilité ou irresponsabilité, ils en ont fait leur chose au profit de leur seul chérubin. Ca, ça date de Jospin, enfin pas tous les parents, il y a les dépassés qui voudraient bien mais... les qui s'en foutent, l'Ecole ça sert à rien, au mieux de garderie, les qui profitent et connaissent le système.
L'administration incompétente et tentaculaire, dans les bureaux oui, y'a du dégraissage à faire, à la tête aussi, et les profs qui baissent les bras. Ceux qui craquent sont soit les "fragiles" soit ceux qui voient que malgré tous leurs efforts rien ne bouge au contraire, ça empire!

Et ça fait des décennies que le courage politique le plus élémentaire manque pour prendre le taureau par les cornes et engager non de moultiémes réformettes mais une véritable refondation!

Tu vois MBS, t'es pas tout seul, je me plains pas, je gueule n'en déplaise à certains, la situation est catastrophique, le pays le paye aujourd'hui qui décline économiquement, culturellement et n'est plus considéré à l'International. L'international perso je m'en fous de notre "image" si la France ne vivait toujours depuis Louis XIV sur l'illusion de sa "grandeur" et ne continuait à faire comme si contre toute évidence en refusant de voir les racines du mal!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8139
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 11 Déc 2012 - 23:03

Une des origines des difficultés est là : http://www.franceinfo.fr/education-jeunesse/lecture-les-ecoliers-francais-sous-la-moyenne-europeenne-830179-2012-12-11

Maintenant (presque) tout le monde le sait et en est convaincu. La question est : est-ce que cela peut changer ?... Parce que les jeunes sont de moins en moins lecture et quand on leur demande de lire quelque chose de long (soit au-delà de quelques lignes) c'est terrible... Même les petites scènes de théâtre qu'on a fait jouer sur le premier trimestre était surhumaine pour certains qui ont joué sans vraiment comprendre (la scène du duel en particulier). Contrairement à ce que certains excités claironnent ce n'est pas une question de méthodes de lecture mais une absence d'attractivité pour un truc qui n'est pas perçu comme plaisir car demandant un effort.

----

Trys, j'ai bien lu tout ce que tu as écrit dans le post précédent. Je te rejoins globalement (juste un peu moins affirmatif sur certains points).

Quand on arrive à motiver les élèves, on voit des progrès arriver assez vite. Le hic c'est qu'il reste toujours une part (10 à 20 %) de réfractaires et ils finissent toujours par casser la dynamique générale.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
thierry

avatar

Nombre de messages : 601
Localisation : Savoie.
Date d'inscription : 28/10/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 11 Déc 2012 - 23:28

Il est inutile de vouloir améliorer un système mort-né. Il faut l'enterrer. On essaie tous de regonfler un pneu crevé mais il serait inutile de même vouloir le réparer. C'est le pneu qui n'est pas bon. Les réformes de Peillon, c'est de la connerie. Tout ça est mort, n'a aucun avenir, dans cent ans, on en sera toujours au même point. Il n'y a que l'enseignant lui-même qui peut changer de voie. Il faut sortir de la carrière en ayant la certitude de n'avoir pas fait de mal. Ça sera déjà un bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://la-haut.e-monsite.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi l'Ecole?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 34Aller à la page : 1, 2, 3 ... 17 ... 34  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pourquoi l'Ecole?
» Pourquoi faut-il être maigre pour devenir danseur classique?
» Pourquoi les hommes reviennent ils ?
» Quel personnage de dessin animé aimeriez vous etre et pourquoi?
» De l'amour à la haine,pourquoi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: