Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pourquoi l'Ecole?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 34  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur


Nombre de messages : 91113
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 21 Fév 2013 - 21:43

Le titre me fait tilter à nouveau. Je ne sais plus dans quel article de presse du jour, j'ai lu un autre titre du genre : l'école ne sert à rien.
MBS, Phi et Trys vont être contents : la prise de conscience a peut-être commencé, quant à la qualité du système....
Quoique... ça bataille sec sur l'organisation...
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 21 Fév 2013 - 23:30

Mais dans quel monde vis-tu ?... Bien sûr que l'école ne sert à rien... Puisqu'elle repose sur des bases différentes du monde "dehors"... Et quand celles-ci convergent c'est toujours pour des comportements négatifs (tricher, menacer, casser...). D'ailleurs ce n'est pas l'école qui est obligatoire mais l'enseignement. L'école est gratuite mais elle coûte des sous à la collectivité tandis que l'enseignement lui peut ne rien coûter si tu es en mesure de le faire toi-même à tes enfants. Premier échec : tout cet argent pour rien !...

Dans un monde qui promeut la réussite et l'efficacité, le système scolaire ne peut rien puisqu'il ne peut pas être efficace dans ces dimensions-là. Pour être efficace, il suffirait de sélectionner les élèves. Pour offrir la réussite, il faudrait des structures souples permettant une personnalisation des aides ce qui coûterait beaucoup d'argent. Moyennant quoi, on met 35 gamins du même âge ou à peu près dans une classe et par une sorte de formule magique appelée cours, on attend qu'ils réussissent tous. Démocratie = tous pareils ! Quiconque a passé plus de vingt minutes dans une salle de classe peut constater que ce n'est pas vrai. Donc, dans ces conditions, seuls les meilleurs émergent du lot... ceux qui s'en seraient sortis de toutes les manières (avec quelques notables exceptions heureusement mais qui sont perçues comme des intrus par les autres). L'école ne sert donc à rien pour eux.

D'ailleurs peut-elle servir à quelque chose quand ceux qui décident sont aveugles, sourds et mettent leurs enfants (droite comme gauche) dans des établissements privés ? Hier, réunion de formateurs d'HG. Intéressant comme souvent (même si on se dit qu'on perd notre temps puisque seuls 1/5 des enseignants se forment dans leur carrière) parce qu'on apprend, parfois en avant-première, ce qui se profile dans un avenir plus ou moins immédiat. Parmi les scoops d'hier, "on" s'est rendu compte que les élèves avaient des problèmes pour mémoriser, c'est-à-dire conserver longtemps en tête ce qu'ils avaient pu apprendre. Merci Paris !... Sur le terrain, on ne s'en était pas du tout rendu compte (ça chouine pour 5 dates à apprendre par coeur). Comme me le disait un parent ce soir (enfin, un "demi-parent"), il y a de quoi être épouvanté quand on voit le manque de culture qui s'étale sur de simples exercices de restitution de connaissances. La preuve est donc évidente : l'école ne sert à rien puisqu'elle ne permet pas d'acquérir ce que les petits Finlandais ou Japonais, tous ces champions qui sont meilleurs que nous dans les enquêtes internationales, maîtrisent... Qu'on mette ces champions en herbe devant un exercice type bac en France et on en reparle... On pourrait alors clamer que chez eux aussi, ça ne sert à que dalle vu qu'ils seraient incapables d'analyser un document de manière critique, de concevoir un plan en trois parties ou de mettre au point une légende pour un sujet intitulé "Dynamiques de localisation des activités productives en France". Sujet qui je vous l'accorde ne sert lui aussi à rien mais qui est au programme de Première.

Ce qui est terrible c'est que l'école ne sert à rien pour le monde extérieur (sauf les parents lorsqu'il faut que le gamin passe en classe supérieure, là on a le choix entre Lourdes et le Professeur principal comme lieu de prière) mais qu'elle ne sert à rien pour les élèves. Pour les moyens, les "mauvais" et même parfois les plutôt bons, elle renvoit l'image de l'échec personnel. L'élève traverse ce moment-là en serrant les fesses et en se demandant d'où va venir le coup de hache qui va le découper en morceaux. Une sorte de supplice de l'estrapade sur dix ans avec dans les reins, pour avancer, une épée qui s'appelle 80 % d'une génération au niveau du bac. Rien d'étonnant à ce qu'on préfère les requins du monde extérieur aux hacheurs menus du collège ou du lycée (il faut dire qu'un certain nombre de profs ne font pas grand chose pour que ça change... et même quand tu essayes, on te considère à peine mieux).

L'échec de l'école c'est celui d'une forme de réussite parfaite érigée en modèle : l'enfant qui, parti d'un milieu familial très modeste, "réussit" à décrocher un important poste (bien pourvu question salaire en plus). Pour réussir, il faudrait que tout le monde fasse ça... Donc, ne cherchons plus de balayeurs, d'ouvriers spécialisés ou d'agriculteurs. La France pour réussir ne doit avoir que des maîtres de conférence, des magistrats, des capitaines d'industries et des intellectuels vendant essai sur essai. Tous issus de la base puisque les autres se reproduisent socialement sans problème majeur. Mais en fait, c'est tout simplement impossible. On vise quelque chose qui n'a existé que dans des récits un peu fantasmatiques ou dans des périodes particulières (après la saignée de 14-18, des enfants modestes ont pu accéder à de hauts postes mais simplement parce qu'il y avait moins d'enfants issus de familles aisées pour les leurs contester...). C'est comme la question de la croissance économique : au plus fort de la "révolution industrielle", elle n'était en moyenne que de 2 % environ... On n'arrivera jamais à faire du 3 ou 5 par an aujourd'hui (ou alors après une bonne guerre planétaire). L'échec vient donc du fait qu'on se donne des objectifs impossibles à atteindre : comme si demain je me disais que je vais faire le 100 mètres en 9 secondes... Echec garanti...

On dit qu'il vaut mieux ne pas réaliser ses fantasmes... Alors, continuons à fantasmer une école qui réussit puisqu'elle ne se réalisera pas... Du moins pas avec ce contexte, cette société et ses exigences...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9744
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Ven 22 Fév 2013 - 0:30


MBS: Analyse correcte, des exemples bien choisis, bien que l'on sente dans votre texte une certaine rancoeur contre le système scolaire! AngeR

J'aurais pas dit plus, ni mieux. le système repose sur un mensonge: "L'Ecole permet à chacun de réussir s'il est bien sage et qu'il travaille bien."
Je rappelle que comme dit au début de ce fil initié à partir d'une émission sur l'Ecole, que celle ci n'a pas été créée pour que tout un chacun "réussisse", mais pour fabriquer des petits républicains, genre ceux qui sont allés se faire hacher dans les tranchées en 14, et des bons petits employés sachant lire, écrire et compter pour les bureaux de l'industrie. Mais que les bonnes âmes précisaient bien que les "enfants du peuple" ne devaient pas avoir trop d'ambition pour ne pas devenir des "déclassés" qui souffriraient. Chacun à sa place, le populo en bas, l'élite auto proclamée en haut et l'élite a tout fait pour protéger son pré carré. le secondaire ne s'est ouvert à tous que bien plus tard, suite à la pression du peuple qui n'ayant rien compris au système croyait à l'Ecole.

Le titre n'est pas une attaque contre l'Ecole en elle même, elle pourrait être ce que beaucoup on cru: un lieu où sont fournis les éléments pour que chacun trouve sa voie et s'épanouisse dans un métier choisi et/ou accepté, mais accompli avec plaisir. Mais la France méprise absolument les travailleurs manuels dont certains il y a quelques décennies se saignaient pour que leurs enfants en sortent et s'élèvent sur l'échelle sociale. Sauf que plus haut sur l'échelle sociale il y a les nantis, les installés qui balancent de méchants coups de pieds dans la gueule de ceux qui croient pouvoir grimper plus haut parce qu'ils en sont capables, parce qu'ils bossent en classe, parce qu'ils en sortent diplômés. Diplômés mais sans "réseaux", sans parents qui connaissent qui, connaît qui, qui connaît qui... peut assurer une bonne gâche au chérubin. Voir le fiston sarko qui ne doit pas à ses capacités le poste qu'il vient d'obtenir. Cas extrême, ou plutôt cas visible à cause du nom mais loin d'être unique.
Le "Plafond de Verre" ce plafond invisible que ceux d'en bas si travailleur, méritants, diplômés soient-ils ne franchiront jamais, de verre, invisible mais à l'abri de toute effraction, de toute incursion d'étrangers à la caste!

Oui, l'Ecole ça pourrait être vachement sympa! Rêve
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Ven 22 Fév 2013 - 0:48

Rancoeur sans doute... Frustration, à coup sûr... A entendre ce que j'ai entendu hier sur ce qu'il faut faire, ce qu'il faut viser, je devrais être excellent (bon, ok, c'est qu'il y a depuis des années sur mes évaluations annuelles mais je n'en crois pas un mot) et mes élèves devraient être cultivés, autonomes, méthodiques, disposer d'un solide esprit critique. Ben non... Les évaluations passent, les problèmes restent. Avec moi comme avec les autres... Les élèves s'ennuient, comptent les minutes, ont du mal à s'intéresser... Mais quand tu viens vers du concret, vers du qui leur parle, alors là ce n'est plus la même chose... Surtout si c'est une incise, une parenthèse ouverte... Etudier un truc proche avec un devoir et une note au bout beurk... Mais écouter le prof qui raconte son désormais célèbre Toulouse-Orléans via l'Espagne, là c'est du bonheur... Tu te dis que c'est reparti, tu poses une question sur ce qui est au tableau et les regards fuient. Retour dans le scolaire...

En fait, l'élève n'apprend jamais mieux que quand il ne sait pas qu'il apprend. Il retient des choses d'un cours mais rarement ce qu'on voulait qu'il retienne parce que'au truc lourd dans un programme il va préférer la bulle de légèreté de l'anecdotique, du qui les touche et qui leur parle. Alors pourquoi continue-t-on à pondre des programmes de folie où on survole des tonnes de thèmes pour fabriquer du flou ? Aujourd'hui sont "tombés" les nouveaux programmes des séries S : on reprend plein de morceaux des anciens qui étaient lourds sur quatre heures et on refait du lourd sur deux heures. Plein de choix possibles pour les profs entre les anciens thèmes mais ce n'est pas parce qu'on propose de choisir une question parmi quatre que ça sera plus intéressant, surtout si tu dois traiter la question en deux heures (Berlin dans la guerre froide ; la guerre d'Algérie ; la naissance de la Vème République...). Et vous êtes priés de trouver ça terriblement excitant et d'avoir une bonne note, sinon c'est que vous êtes des glandeurs et des nuls.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9744
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 15:33

L'éternelle question des vacances, surtout des "Grandes". j'ai toujours dis qu'elles sont bien trop longues, que les vacances scolaires en général sont non trop importantes mais très mal réparties.
Deux mois (et c'était plus encore avant) de vacances d'été c'était justifié dans une France majoritairement rurale et encore peu mécanisée où les bras des enfants étaient utiles aux champs pendant les moissons, les fenaisons, les récoltes en tout genre. et garder les bêtes.
Ce n'est plus justifié du tout, mais un autre impératif a pris le relais: l'industrie du tourisme, qui s'est développée précisément parce qu'il y a les vacances et pour laquelle on a aménagé des "Zones" permettant des départs étalés donc un remplissage assuré pour les hôteliers, stations de sport d'hiver et balnéaires.
Et ces fameuses vacances justifient le faible salaire des enseignants payés pour être en vacances, déjà qu'ils ne glandent rein dans l'année...
Je suis pour une modification du rythme, avec son corolaire: payer davantage ceux qui travailleront plus. Mais je suis contre un allongement de la "pause méridienne", on sait qu'elle démobilise des élèves déjà pas formidablement mobilisés (Cf ce que MBS ci dessus). 1H, 1h30 c'est largement suffisant, je pencherais pour une journée continue (avec coupure repas courte) se terminant au plus tard à 15h, ce qui permettrait aux élèves de pratiquer d'autres activités, de rester dans l'établissement pour faire leurs devoirs, ou des ateliers ou... Puisque l'école assure aussi une activité "garderie" qui ne dit pas son nom.
Tout enseignant sait que les dernières heures de l'après midi ne sont pas "rentables". En zone rurale, fin des cours 17h, décrochage assuré dés 16H, piétinements d'impatience dès 16h30, affaires rangées à 16h45 pour ne pas rater les cars de ramassage, institution sur laquelle il y a beaucoup à dire.

http://sarkofrance.ragemag.fr/peillon-lecole-et-mes-vacances/

Mais on touche à une "institution", dans le même temps où nombre de parents se demandent ce qu'ils vont faire de leur rejeton pendant les vacances, ceux qui ont les moyens exigent qu'on aménage ces vacances à leur avantage, tout en exigeant une rentabilité du travail scolaire!
Toucher à une institution c'est provoquer une levée de bouclier, souvent par routine, on n'aime guère le changement. Et pour les vacances risquer de fâcher le puissant lobby du buisness touristique, sans compter tous les autres! AngeR

http://www.bahbycc.com/2013/02/le-diable-les-details-et-les-rythmes.html
Revenir en haut Aller en bas
phi

avatar

Nombre de messages : 514
Age : 30
Date d'inscription : 06/03/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 19:27

Je n'ai pas vraiment de convictions sur la question (enfin si, j'aime mes vacances Razz ) mais je n'ai pas l'impression que de longues vacances nuisent aux élèves. 6 semaines de vacances, contrairement à ce dont nous rebattent les médias, ça serait s'aligner sur l'exception plutôt que sur la norme (et personne n'a l'air au courant qu'en Finlande, LA référence brandie à tout bout de champ en raison du succès des petits finlandais à Pisa, on a entre 10 et 11 semaines de congés d'été)

Moi je suis pour 27 ou au moins 26 h de cours par semaine, pause méridienne réduite, et qu'on ne touche pas à mes congés... Et en tous cas absolument contre 24h de cours par semaine (pour obliger les petitous à ingurgiter le programme à coup d'entonnoir sans avoir le temps de le digérer, merci bien!) sur 5 jours de suite pour ne même pas finir plus tôt en récupérant des élèves qui auront passé 3h dans le bruit et l'agitation. Ca c'est le pire scénario possible, surtout si en plus on le fait 2 semaines supplémentaires (elles vont être rentables les semaines de cours en juillet ou en aout, sous la canicule, quand la moitié des élèves seront déjà partis en vacances) sans augmentation (il paraît que le ministre aimerait bien mais n'peut point)...
Revenir en haut Aller en bas
http://ouiphi.eklablog.com/
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:02

Chères camarades,

J'apprécie vos efforts mais ne voyez-vous pas qu'ils seront vains. Des idées venues du terrain ? Des remarques sensées fondées sur l'observation de la réalité quotidienne ? Allons, on ne vous a pas dit qu'il y avait pis que la découverte de l'inexistence du Père Noël, celle des rouages de l'administration supérieure de l'EN... J'entendais il y a 2 ou 3 jours à la radio quelqu'un qui disait "depuis 30 ans, aucune réforme de l'école n'a été possible à cause du blocage des enseignants". Vous voyez bien que vous ramez à contre-courant puisque les enseignants ne portent pas d'idées, ils ne portent que des oppositions et des blocages. Il y a en haut des gens (universitaires ? énarques ? copains d'un copain d'un ministre ?) qui ont la science infuse et qui distille ces idées qui arrivent dans les médias. Ballons d'essai que ça s'appelle... C'était déjà comme ça sous les précédents ministres... L'idée est la même mais on va essayer jusqu'à ce que l'opinion soit en situation de consensus contre ce que pourront dire les enseignants... Enfin les enseignants qui parlent, c'est-à-dire ceux qu'on interroge, c'est-à-dire ceux qui râlent... A quel moment a-t-on laissé un enseignant lambda expliquer la situation réelle, les problèmes, avec du temps... Ramené à quelques phrases, ça ne veut plus dire grand chose. Si l'Education nationale était une si grande priorité que cela, il y aurait longtemps qu'on aurait organisé de grands débats télévisés sur le sujet, qu'on se serait relevé les manches et posé de bonnes questions. Quand, par hasard, les médias découvrent certains trucs (dans ces émissions où les auditeurs sont amenés à réagir), on entend des animateurs-journalistes incrédules parce qu'ils touchent du doigt la complexité du truc... mais comme l'idée est de donner la parole à tout le monde, il y aura derrière quelqu'un pour entonner le grand refrain "toujours en vacances ou en grève et ils ne foutent rien"... Et les choses reprendront leur cours...

Ca vaudrait vraiment le coup de monter un truc tout fait et de le balancer à l'opinion... Genre un tableau avec trois colonnes : Ce qu'il faudrait, ce que cela coûte, les raisons pour lesquelles cela ne se fera pas.



Petit rajout : le problème est-il celui des horaires ou celui des programmes ? J'aurais tendance à privilégier le second terme mais c'est parce que prof de lycée voyant des élèves comprenant à peine ce qu'ils lisent. Mais je reste persadé que beaucoup pensent que le bac avec mention se joue dès le premier trimestre de CP...


Dernière édition par MBS le Mer 27 Fév 2013 - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:06

Citation :
Ca vaudrait vraiment le coup de monter un truc tout fait et de le balancer à l'opinion... Genre un tableau avec trois colonnes : Ce qu'il faudrait, ce que cela coûte, les raisons pour lesquelles cela ne se fera pas.

Hmmm... Tu sais te servir de Excel ?? Ange balançoire
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:15

Je n'aime pas trop... Sous word ça le ferait bien... La question fondamentale c'est : cela pourrait-il servir à quelque chose ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9744
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:20

Les "idées venues du terrain" mdr mdr mdr
Je me gausse, combien ai subi de réunion, combien rempli de questionnaire, combien de fois ai je donné en toute naïveté l'avis qu'on me demandait?
Quand l'Education sera NATIONALE, ça se saura, et peut être alors oui, peut être on prendra les vrais problèmes du quotidien par les cornes du taureau on la crinière du cheval puisqu'il paraît qu'il y a autant de confusion entre bovins et équins qu'entre travail d'enseignement à la base sur le terrain et "pensées" des qui sont tellement hors du terrain qu'ils ne touchent plus terre, ce incluant les parents et les pro du loisir vacance. Que sans L'EN et ses vacances y seraient bien emmerdés pour faire du fric les pros!

J'ai longtemps refusé les cours privés alors que même en exercice "national" j'étais très sollicitée, et d'expliquer que, non, moralement je pouvais pas: injuste, pas normal y'a des défavorisés, faut que l'éducation soit pour tous, je trahis pas, je passe pas à l'ennemi... Service public les yeux fixé sur la ligne idéale, naïve...
J'ai franchi la ligne, et je récupère des éclopés du système, juste que ces éclopés là ont la chance que papa/maman ont les moyens, c'est pas juste, bah nan, c'est pas juste! Mais je le fais, enfin, même à ce niveau là, je fais ce que je peux, c'est à dire pas grand chose!
Le gâchis me navre et le mot est faible, putain de merde, j'ai consacré des décennies de ma vie à un boulot auquel je croyais, le plus grave pour moi parce que je suis irrécupérable, c'est que je continue à croire que c'est possible, juste donner des moyens qui ne sont pas que financiers, juste un vrai consensus, juste de vrais enseignants, juste.. merde! Sad Sad Sad

Ajout après lecture de vos post Jok et MBS, si tu lances, je suis!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:27

Si tu savais comme je me reconnais dans tes scrupules...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
phi

avatar

Nombre de messages : 514
Age : 30
Date d'inscription : 06/03/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:35

MBS a écrit:

Petit rajout : le problème est-il celui des horaires ou celui des programmes ? J'aurais tendance à privilégier le second terme mais c'est parce que prof de lycée voyant des élèves comprenant à peine ce qu'ils lisent. Mais je reste persuadé que beaucoup pensent que le bac avec mention se joue dès le premier trimestre de CP...

Voyant des élèves de CE1 ne comprenant absolument pas ce qu'ils (ne) lisaient (pas) en septembre, et qui maintenant lisent, voyant des élèves de CP, certes choisis pour le double niveau (en fonction des géniales évaluations de grande section) mais tout de même élèves de 6 ans et pas vraiment nés avec une cuillère en argent dans la bouche, qui à présent lisent... Quand je parle de lire, je parle de pouvoir lire un vrai texte, en le comprenant, même s'il y a encore beaucoup à faire au cp ce qui est normal (encore quelques sons complexes et beaucoup d'entrainement nécessaire pour 4 sur les 6 - je compte parmi les 6 une élève née fin décembre officiellement inscrite au CE1 qui au début de l'année ne reconnaissait aucune lettre, n'avait pas compris le principe de la combinatoire et dont on se demandait si elle n'avait pas une déficience intellectuelle, elle suit en réalité avec les cp), voyant tout cela donc, je pense que le problème est avant tout celui des méthodes, et des programmes.
Il y a peu on m'a reproché de faire lire les élèves... oui oui. Plus de détails en privé si vous voulez AngeR
Revenir en haut Aller en bas
http://ouiphi.eklablog.com/
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 22:49

D'une diversité de personnes il faut faire un seul modèle : celui qui apprend à lire pile entre septembre et juin d'une année scolaire...

Normalement, il y a longtemps qu'on sait (avant même le CP) que le cube carré ne rentre pas dans le trou du rond et que l'étoile ne passera jamais dans le trou du triangle... Mais on continue à dire "même programme pour tous et que les meilleurs s'en sortent"... Finalement, l'école qui est aux mains des "gauchistes" est le truc le plus libéral (au sens économique du terme cad avec loi de l'offre et de la demande mixée sur la loi du plus fort) qui soit...

AngeR
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
phi

avatar

Nombre de messages : 514
Age : 30
Date d'inscription : 06/03/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mer 27 Fév 2013 - 23:20

MBS a écrit:
D'une diversité de personnes il faut faire un seul modèle : celui qui apprend à lire pile entre septembre et juin d'une année scolaire...
Je développerai demain mais je pense quand même qu'une grande partie du pb vient de ce qu'on n'a pas appris à lire aux gamins pendant l'année de CP et que 99% des enfants en sont capables si on leur apprend correctement (sauf enfants très jeunes, déficience très importante ou autres cas très particulier) Quand j'entends le ministre espérer que les élèves sortiront lecteurs du... CE2 en faisant 15h de français par semaine (oui maintenant il paraît que tout ce qui n'est pas français/maths on peut le laisser au périscolaire hein, nous on fera du bled et des tables de multiplication jusqu'à plus soif, comme ça on sera au point pour PISA) je me dis qu'on est tombés bas...
Revenir en haut Aller en bas
http://ouiphi.eklablog.com/
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 28 Fév 2013 - 0:04

phi, tu as l'avantage de la jeunesse... Le problème de l'âge, c'est qu'on a vu se déployer des stratégies diamétralement opposées... De la priorité absolue maths/français que tu évoques à juste titre (et pour les bonnes raisons, ces foutues enquêtes qui de révélateurs deviennent une fin en soi... comme l'avis des agences de notation) au refus d'une priorité se traduisant par un assemblage de matières supposées servir de vecteurs pour acquérir les autres en même temps (en clair, en faisant des sciences tu fais de smaths et en faisant de l'histoire tu fais aussi du français). Le balancier passe de l'un à l'autre (sans que ça soit un systématisme droite/gauche en plus) et ça ne change rien. Comme tu le dis très justement, le gros problème c'est la compréhension (il y en a d'autres comme l'étouffement d'une saine curiosité au profit d'une curiosité voyeuriste). Certains apprendront avec du directif, d'autres auront besoin de passer par un projet, du concret... Mais le modèle qu'on leur proposera étant unique (soit boufer du bled, soit se lancer dans des projets plus ou moins farfelus où l'écriture et la lecture ne seront que de soutils-prétextes), on en perdra "toujours" une partie en route. De là l'inefficacité... l'humain a ceci de remarquable c'est qu'il est divers mais sa formation devrait entrer dans une grille horaire et de programmes unique. De là ma remarque sur le fait d'apprendre à lire en CP. Ma femme y enseigne depuis des années. En septembre, certains savent déjà lire et en juin certains toujours pas... Et ce n'est pas faute d'essayer. C'est juste qu'il faudrait réussir à individualiser un enseignement de base pour 30 gamins différents.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
phi

avatar

Nombre de messages : 514
Age : 30
Date d'inscription : 06/03/2010

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Jeu 28 Fév 2013 - 0:14

Non non je suis jeune et naïve mais je les vis aussi tous ces projets farfelus, et puis je suis dune famille d'instit Wink En plus en tant que débitante je dois le justifier en permanence notamment auprès de ma hiérarchie... Faudra vraiment que je développe demain, concrètement Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://ouiphi.eklablog.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9744
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Sam 2 Mar 2013 - 14:56

Harcèlement à l'Ecole:
[/
b]
http://www.marianne.net/Harcelement-a-l-ecole-ce-qu-on-n-ose-pas-dire_a226965.html

" En France, il existe trop peu de formation des enseignants, et encore moins des élèves. Quand ces actions de formation se font, c’est à la demande d’un établissement : il n’y a pas de décision nationale. Même si les clips ministériels sont très bien faits, on ne dispose d’aucun outil pédagogique de type témoignages vidéo pour développer avec le public concerné les caractéristiques et les conséquences du harcèlement.

Aujourd’hui, le ministère communique en situation de crise, c'est-à-dire en fonction des faits divers qui se sont malheureusement produits dans les collèges, et en fonction des actions judiciaires menées par les parents d’élèves. J’ai peur que nous soyons encore confrontés d’ici quelque temps à d’autres suicides de jeunes car [b]les orientations ministérielles manquent à ce point de cohérence et de lisibilité qu’elles ne sont que très difficilement transposables sur le terrain… "


Il ne date pas d'hier, mais on le découvre parce que victimes et familles osent le dire. D'où le ministère ne peut plus l'ignorer, les enseignants et personnels scolaires en général non plus. Mais... les harceleurs qui briment un élève ne vont pas le faire devant les adultes, ils menacent les témoins élèves qui préfèrent se taire pour ne pas subir le même sort, quand ils n'approuvent pas.
Alors oui, bien sûr, ça concerne l'école, mais pas seulement, les familles des harceleurs sont aussi et même plus concernées/responsables. Et l'institution qui comme d'hab ne voit la cata que quand elle lui explose dans la poire, avec les dégâts afférents qu'elle tente de colmater tant bien que mal sans vraiment s'en donner les moyens, comme d'hab!

Pour consoler Phi de ses vsiteuses à "objectifs":
"... Non, l'école républicaine n'a pas alphabétisé la France, grosso modo, elle l'était déjà. Non, la république conquérante n'était pas un paradis pour les maîtres: ils connaissaient des fins de mois difficiles, étaient soumis à une hiérarchie tracassière, vivaient effacés et marginalisés au seins des communautés villageoises...
Non l'école primaire n'était pas un havre de liberté et d'égalité: école du peuple, les riches s'en passaient, elle n'ouvrait guère les portes de l'enseignement secondaire et la discipline y était souvent sévère..."
Article paru dans le Monde daté 14 Septembre 1980 (ça fait 33 ans, Phi n'était pas née Ange ) à propose du centenaire de l'école Laïque, obligatoire, universelle et voie royale du peuple vers l'ascension sociale...

Voilà pour le mythe, aujourd'hui c'est pareil,sauf qu'il y a plus d'élèves, et un ministère de plus en plus dépassé qui a de moins en moins de courage pour mettre l'école sur les rails. Mais si plus que le courage, c'était la volonté qui manquait, si en fait les responsables politiques, économiques, éducatifs se satisfaisaient de cette gabegie, parce que l'objectif c'est toujours l'école de Jules Ferry justement? A deux vitesses: une pour ceux qui ont les moyens financiers et culturels, une pour la masse de plus en plus grosse à laquelle on jette quelques os, en faisant bien attention qu'il n'y ait qu'un très petit nombre d'élus, du type oligoélément, pour la galerie, qui puisse saisir l'os?
C'est peut être parano, ça n'exclue pas certaines avancées (qui reculent autant que glacier sous l'effet de serre), mais ça expliquerait beaucoup de chose!

Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 25 Mar 2013 - 20:04

Passons donc un peu de l'autre coté... Quand des proviseures sont d'une bêtise, comme c'est pas permis.

http://www.leparisien.fr/yvelines-78/exclues-du-lycee-pour-des-tweets-23-03-2013-2664501.php
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Lun 25 Mar 2013 - 21:12

Il y a quand même des profs qu'il faudrait exclure aussi. Pas pour des tweets mais pour des remarques et des commentaires qui rappellent l'époque de la guillotine. Trouvé tout à l'heure sur le bilan trimestriel de la classe dont je suis professeur principal à propos de deux élèves qui chez moi ne bronchent plus (les deux sont du genre à dire tout haut et en face ce qu'elles pensent) : "ne devraient plus être au lycée depuis longtemps". Elles ont chez moi la sacro-sainte moyenne (ce que tout le monde n'est pas capable de faire) mais elles ne devraient donc plus être au lycée depuis longtemps. On se fonde donc sur quoi pour évaluer les capacités des futurs adultes : sur leur niveau de réflexion ou sur leur degré de servitude ?
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 0:23

Moi ce qui m'étonne, c'est que des parents soient allés manifester en faveur des ces mal-embouchées. Des élèves, passe encore, on pourra imaginer qu'il s'agit d'une solidarité de corps, mais des parents ??
Ecrire cela d'un prof sur un réseau, rappelons-le, parfaitement public, est inadmissible. Elles étaient énervées ? Hé bien qu'elles apprennent à mesurer leurs propos. Ce sont juste des sales morveuses mal élevées, leur exclusion est bien méritée.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9744
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 3:35

Je rejoins Blue, il serait grand temps que ces sales mômes mesurent l'impact des propos qu'ils tiennent en public, parce que Twit c'est public. Cela étant, une exclusion "définitive" est cruelle, mais qui a commencé a être cruel? Une "rumeur" de contrôle pas prévu, et quel réglement dans l'EN dit que les profs sont obligés d'avertir quand ils vont faire un contrôle? Et quels résultats brillantissimes donnent les contrôles prévues deux semaines à l'avance pour pas traumatiser les chers migons? Pas mieux bien souvent que si le prof avait asséné le couperet sans prévenir... Au moins, il a le bouclier "le contrôle était prévu"...

L'injure, l'insulte, l'attaque deviennent quotidiennes, un mot mal pris, une rumeur, et hop, lynchage. Certes il y a des profs qui sont de sales cons, mais faut pas pousser quand même!
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 11:36

Zéro pointé pour toutes les deux, là.

Je vous recommande de bien relire l'article, puis vos commentaires.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 14:39

Citation :
On se fonde donc sur quoi pour évaluer les capacités des futurs adultes :
sur leur niveau de réflexion ou sur leur degré de servitude ?
absolument d'accord.
Une réflexion que je me fais de plus en plus, quand je vois à quel point déjà les plus jeunes dont je m'occupe (7 à 10 ans pour le groupe des enfants) sont formatés-canalisés au point de devoir faire un effort pour oser sortir du moule et entrer dans le monde de la fantaisie. Je n'en reviens pas, parce qu'à leur âge, je peux vous dire que c'était la guerre des boutons et que les mômes savaient encore inventer des histoires, fabriquer des inventions de leur cru, et rêver.
Donc si jeunes déjà, comment voulez-vous qu'en grandissant il soit admissible qu'ils aient des idées personnelles et qu'ils osent les dire ?
Des jeunes qui n'ont pas envie de suivre le mouvement obligé, j'en connais pas mal, maintenant. Ceux là doivent galérer deux fois plus pour aller dans la direction qu'ils choisissent, et faire face à un tas d'obstacles. Si tu ne rentres pas dans le moule mouton, t'es mort.
Adulte, on repère vite ceux qui ont refusé...

Moi ça me fait flipper.

Quant aux histoires twit ça me laisse perplexe. Quand on voit les grains de sable monter en flèche en tragédie, on est en droit de se demander si on est revenu à la cour d'école maternelle. Bon sang de bonsoir, personne ne sait donc faire la différence entre un vrai problème et un bidule démesuré qui ne veut rien dire ? ça faisait un sacré moment que j'avais perçu le phénomène, ça m'a scotchée quand la compagne de Hollande s'est battue comme un chiffonnier contre la Royal pour une affaire sur Twitter, et j'en suis restée sur le cul. Il y a franchement des moments où prendre du recul ne ferait de mal à personne, au moins pour apprendre à relativiser.
P'tain, s'il faut maintenant se baser sur les délires Twit et FB pour assurer ou raser l'avenir de quelqu'un, c'est qu'on est graves de chez graves. Pire : puérils, imbéciles et irrévocablement idiots.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 14:59

C'est en fait un vrai problème générationnel. Hier, je vois une élève qui reluque son portable pendant le "cours" (en fait une activité en salle informatique). Je lui fais remarquer qu'elle n'a pas à faire ça. Elle range le portable dans sa poche. Je lui dis de le mettre dans son sac. Tout ça sans agressivité aucune (on a déjà parlé des portables à plusieurs reprises et cette fille se demande comment je fais pour laisser mon portable dans la voiture pendant que je suis en cours : "mais si on a besoin de vous appeler"...) Ben oui, il faut de l'immédiateté en tout. "On est comme ça, on s'en sert depuis longtemps" m'a-t-elle dit un jour. Donc entre le règlement qui interdit le portable en cours (mais pas dans le lycée) et la force de l'habitude quasi obsessionnelle, elle considère que la seconde prime sur le premier. D'ailleurs, je vais l'entendre dire en sortant de la classe "purée ! pour une fois que je ne peux pas regarder, trois messages !" On est donc face à un vrai problème de dépendance. Le portable - et tout ce qu'on échange avec - c'est le centre de la vie de beaucoup de jeunes. "Et alors, ma soeur qui a 12 ans c'est pire..."

Eh ben...

Hier soir, j'ai eu une petite idée. Demander les numéros de portable en début d'année et, de temps en temps, en faire sonner un en cours pour interroger un élève. Histoire de leur montrer qu'être toujours joignable n'est pas forcément une bonne chose.

AngeR
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 15:06

Oui, encore en phase. Le problème est donc que nous qui avons vécu sans, vivons maintenant avec et pouvons aussi glisser dans la dépendance si nous ne sommes pas vigilant, alors qu'eux ne se posent pas la question, immergés qu'ils sont là dedans depuis toujours, sans mémoire du sans.

J'aime beaucoup ton idée, elle fait partie de ce genre de provoc qui en général marquent les esprits. Il faudrait pouvoir leur expliquer le phénomène de la dépendance, et la nécessité de l'indépendance par eux choisie (en général, quand ils comprennent qu'ils ont le pouvoir de choisir, ils y sont sensibles. Je me sers de ça au théâtre, pour les sensibiliser sur le respect du temps de travail et ça fonctionne)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   Mar 26 Mar 2013 - 15:18

Au risque de dévier par rapport à la question actuellement abordée ici, je suis frappé par les attitudes dans l'activité théâtre que je fais au lycée. Mon partenaire de l'année, prof de lettres investi, dynamique mais trop pénétré sans doute de son savoir, aborde la critique des prestations des élèves toujours sur le mode négatif... ce qui fait que presque plus personne ne l'écoute, tout simplement parce que la critique est perçue par les élèves (surtout ceux ayant de la personnalité) comme une totale remise en cause de ce qu'ils sont. Il ne sait pas utiliser certains temps pour faire ça. Non, il critique ouvertement, devant tout le monde, en ressassant toujours les mêmes choses et ça ne donne rien puisque plus personne ne l'écoute (il parle par exemple alors que ertaines filles essayent de s'enlever la couche de maquillage qu'elles se sont mise sur le visage pour leur rôle). D'où vient ce phénomène là aussi ? D'où vient que ce rapport à la critique soit devenu si exacerbé ? D'où vient que les adultes ne le comprennent pas et ne cherchent pas à le contourner... Ce n'est pourtant pas compliqué de discuter avec certains élèves à part, de remplacer les "Tu dois..." par des "Ce ne serait pas mal si...". En fait j'ai l'impression que les élèves n'étant pas porteur d'une même culture (au sens très large, c'est-à-dire une façon de vivre), les adultes se sentent agressés systématiquement et, par symétrie, les élèves aussi. Personne ne met du sien pour comprendre l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi l'Ecole?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pourquoi l'Ecole?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 34Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 34  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pourquoi l'Ecole?
» Pourquoi faut-il être maigre pour devenir danseur classique?
» Pourquoi les hommes reviennent ils ?
» Quel personnage de dessin animé aimeriez vous etre et pourquoi?
» De l'amour à la haine,pourquoi?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: