Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

 

 comment lutter contre Monsanto....

Aller en bas 
AuteurMessage
Vilain
Nain de Jourdain
Vilain

Nombre de messages : 9126
Date d'inscription : 20/02/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyJeu 20 Sep 2012 - 21:59

voir la vidéo en bas de la page....http://biosanto.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyJeu 20 Sep 2012 - 22:24

comment lutter contre Monsanto.... Chinois A diffuser largement, cela va de soi...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyVen 21 Sep 2012 - 11:50

Rapatrié dans Protection de la Nature. Wink

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyVen 21 Sep 2012 - 14:00


" Notre société est construite sur l'idée que la nature est morte". Ce depuis des siècles. Sur l'idée que la nature ne sachant pas ce qu'elle fait doit être cadrée, aidée, corrigée! Le tout pour le plus grand profit de quelques uns qui assoient leur pouvoir sur le besoin vital de nourriture, avec la bénédiction des gouvernements nationaux ou multinationaux comme l'Europe.

Je n'ai jamais cru à la "Révolution Verte" qu'on nous a servi comme une panacée pour résoudre les problèmes économiques de l'Inde d'abord et des autres pays ensuite. Peut être parce que je ne crois pas aux bienfaits des révolutions.
Mais je prouve que je ne suis pas une indécrottable conservatrice: formons une société financière et brevetons le vers de terre, puis nous entrons en Bourse, et nous distribuerons le vers de terre à ceux qui aurons les moyens de payer pour une agriculture saine. Des lombrics génétiquement modifiés pour être plus performants ça va de soi! AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyLun 10 Déc 2012 - 11:01

Le troc de graines, et alors ça gêne quelqu'un ?

Citation :
"Oui, c'est de la dissidence, confirme même Christine Coffy. Parce qu'on fait ce en quoi on croit et qui nous semble être juste. Interdire l'échange de graines, ça serait revenir sur un droit qui va de soi, alors que justement, ça peut-être une réponse à la crise. Il y a des gens qui ont peur de ne pas bouffer, là. On ne va pas leur interdire de planter quand même ?"

http://crise.blog.lemonde.fr/2012/12/01/jardinier-resistant-echange-graines-de-laitues-contre-plants-de-tomates/

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyDim 16 Déc 2012 - 1:28


"Il faut dire qu'en France, il existe un catalogue officiel des semences, et que le commerce de graines qui n'y sont pas inscrites est interdit."

Tu as la réponse, les semenciers, les gros, les agro industriels se sont appropriés le vivant, on doit passer par eux qui ont par profit obtus tué la diversité pour pouvoir planter son jardin.
Mais les résistants hors la loi sont quand même utiles. les races animales et espèces végétales artificielles fatiguent grave, alors ceux qui ont contre vent et marées continué à élever et cultiver des vieux machins non rentables dans l'immédiat mais rustiques sont courtisés pour que leur trucs archaïques aident à sauver les produits industriels sur pattes ou feuilles qui n'en peuvent plus, épuisés de rentabilité.
Sauf que de ces produits "rustiques et naturels" ont fait une mode qui produisant une demande bien supérieure à l'offre puisque les offrants n'ont pas été autorisé à développer leurs pratiques, on va arriver comme d'hab à une production "naturelle" artificialisée. je sais pas comment ils vont s'y prendre pour nous refourguer du naturel artificiel, mais je fais confiance à Monsanto et consort soutenus par nos politiques à l'échelle mondiale, ils trouveront si ce n'est déjà fait parce qu'ils sont capables d'avoir anticipé le besoin de naturel en réaction à l'artificialisation qu'ils ont programmée!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMar 26 Mar 2013 - 20:15

Citation :
La loi scélérate du 8 décembre 2011 va-t-elle bientôt sévir ?

La loi du 8 décembre 2011 relative au « Certificat d’Obtention Végétale » (COV), proposée par un sénateur UMP, soutenue par le gouvernement de Nicolas Sarkozy et votée par la majorité UMP, a gravé dans le marbre l’interdiction de semer le grain récolté et l’obligation, dans cette hypothèse, de payer des royalties aux semenciers-sélectionneurs dès l’usage en deuxième génération des semences vendues sur le marché.

Bien que François Hollande, alors candidat à la présidentielle, se soit engagé1 à retirer ce texte, ses décrets d’application sont en cours de préparation.

Pour comprendre les enjeux de cette loi, il faut en connaître le contexte technique : là où les méthodes de sélection agronomique n’ont pas réussi à rendre le grain stérile ou dégénérescent en deuxième génération (hybrides F1), les semenciers cherchent, par des méthodes juridiques cette fois, à recréer le marché captif extrêmement lucratif que les hybrides F1 leur ont permis de s’aménager.

C’est ainsi qu’ils sont parvenus à interdire la reproduction de leurs semences par le biais des droits de propriété intellectuelle applicables aux variétés végétales (le COV), et à faire qualifier la semence récoltée de contrefaçon, sur le plan international d’abord (Convention UPOV dans sa version de 1991), puis au niveau européen (Règlement 2100/94) et plus récemment sur la scène nationale.

Cela signifie donc qu’au delà d’un seul usage, la semence vendue ne peut plus être utilisée, même à des fins personnelles, sur l’exploitation.

C’est un peu comme s’il n’était pas possible d’écouter un CD plusieurs fois ou qu’un logiciel informatique devait s’autodétruire passé un certain délai, pour obliger les consommateurs à racheter ces produits régulièrement. Ici les semenciers ont tiré parti du caractère auto-reproductible des semences pour prétendre que, au delà de la première génération et alors même qu’il s’agit du même matériel génétique, le droit d’usage du produit était expiré.

C’est ainsi que la règlementation a mis en place, rappelons-le, une grotesque « Contribution VOLONTAIRE OBLIGATOIRE », faite, comme la dîme naguère, d’une fraction de la récolte obtenue, pour qui dans les campagnes oserait semer le grain récolté. Cela afin de « financer les activités de recherche » des semenciers-sélectionneurs…

Mais par qui les agriculteurs se sont-ils laissés hypnotiser pour accepter une sémantique aussi arrogante ?

Et comment les semenciers, menés par le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS), ont-ils réussi à imposer dans les esprits de nos députés l’idée que la survie de la sélection variétale impliquait d’interdire aux agriculteurs de semer une partie de sa récolte ?

L’exposé des motifs de la proposition de loi, de même que les rapports réalisés par les parlementaires POINTEREAU et LAZARO fournissent une réponse.

Ainsi parlait donc Thierry LAZARO le 9 novembre 2011 devant la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale :

« le COV est un outil indispensable pour notre recherche. (…) je l’ai dit dans mon propos liminaire, sur les 74 entreprises françaises concernées, 70 % sont des PME familiales. Si l’on compte quelques coopératives importantes, elles n’ont rien à voir avec des groupes comme Monsanto. (…) notre secteur semencier n’a pas la puissance des multinationales. La vraie question consiste donc à savoir si nous disposons ou non des moyens de financer la recherche. »

La proposition de loi commence également ainsi :

« Le secteur semences français occupe une place prépondérante en Europe (1er pays producteur) et dans le monde (2ème exportateur mondial), notamment grâce à ses 73 entreprises de sélection de semences, dont une majorité de coopératives et de PME familiales. »

=> Il s’agit ici ni plus ni moins du baratin du GNIS sur le secteur semencier français.

En effet, le groupement aime à entretenir les images d’Epinal d’une France agricole encore dominée par une majorité de petites entreprises familiales ou artisanales, et où les plus gros acteurs sont régulièrement présentés comme des « coopératives », attachées à un terroir régional et au monde paysan.

Cette présentation des choses a l’avantage de masquer la toute-puissance des entreprises de sélection, les phénomènes de concentration, la présence étrangère et force ainsi l’apitoiement de nos décideurs publics.

Mais la réalité est toute autre.

En effet, le GNIS confond systématiquement, pour les besoins de la démonstration, entreprises de sélection et entreprises de production de semences, de même que leurs chiffres d’affaires respectifs.

Or, en France, la sélection et la production de semences sont deux activités distinctes, aux enjeux très inégaux. Les activités de sélection représentent 71 entreprises, qui se dédient à l’obtention de « variétés » nouvelles et à l’enregistrement au Catalogue de ces obtentions. L’activité de production, quant à elle, représente 225 entreprises, qui ne font que multiplier les semences par des contrats signés avec environ 18.000 agriculteurs multiplicateurs, puis les conditionnent pour la vente. Ce dernier secteur n’est pas particulièrement intéressé à l’application stricte des droits de propriété intellectuelle.

Les semences de grandes cultures et fourragères

Or, un « Palmarès des firmes de semences grandes cultures et fourragères » (les plus concernées par la pratique des semences fermières), publié récemment par la presse agricole, fait apparaître, après quelques regroupements d’entreprises appartenant aux mêmes groupes :
un marché partagé entre seulement 35 entreprises, dont les dix plus grosses réalisent près de 74% du chiffre d’affaire global de tout le secteur.

De plus, le reste des entreprises présentes sur ce marché, si, compte tenu de leur chiffre d’affaires individuel, peuvent être apparemment rattachées aux groupes des PME ou des TPE, un examen plus détaillé montre qu’elles sont pratiquement toutes des filiales de gigantesques groupes de l’agroalimentaire, ayant des implantations multinationales (Groupes Euralis, Florimond Desprez, Maïsadour, Saaten Union, Terrena, Barenbrug, Acolyance, Scael, Unéal, De Sangosse, etc.).

C’est ainsi que, dans le palmarès précité, 12 entreprises seulement apparaissent comme des entreprises indépendantes.

Enfin, au TOP 10 des plus grosses entreprises, 4 sont des multinationales étrangères (Pioneer, Monsanto, Syngenta, KWS)

Les semences potagères

Quant au secteur des semences potagères, et au phénomène de concentration qui n’a pas manqué de s’y produire, les chiffres ne sont pas disponibles. Le GNIS ne publie que des chiffres généraux, qui, ici encore, cumulent les activités de sélection et de production.

Cependant, un examen détaillé du Catalogue officiel français, pour quelques espèces, permet de se faire une idée :
Sur 15 espèces2 potagères examinées, le géant Limagrain détient 61,16% des variétés F1 et 5 multinationales, en général, contrôlent 90% des variétés F1.

Ces multinationales sont essentiellement les suivantes : Limagrain, Monsanto, Syngenta, Bayer, Sakata. Une seule est française, les 4 autres sont étrangères.

Pour quelques espèces, parmi les 5 premiers groupes peuvent également se trouver les entreprises : Gautier, Rijk Zwaan, Hollar Seeds. Une seule est française, les 2 autres sont étrangères.

=> On est donc loin des 70 % de PME françaises avancés par le GNIS et repris par nos parlementaires injustement apitoyés. Et le régime du COV récemment renforcé bénéficie aux géants multinationaux de ce qu’il est légitime d’appeler « l'industrie semencière ».

Quant à la nécessité pressante de permettre aux entreprises de sélection de financer leurs activités de « recherche » en ponctionnant les agriculteurs, notons que celles-ci sont loin d’être à plaindre sur le plan économique, à la différence de ceux-là :

Le GNIS a publié une enquête rétrospective sur la période 2005-2011 aux termes de laquelle il apparaît qu’en 5 ans l’ensemble du secteur semences a fait une progression de 23%. Or les plus fortes progressions sont observées dans les secteurs oléagineux ( 58 % - chiffre d’affaires qui passe de 162 M€ à 256 M€), céréales à paille ( 26 % - CA qui passe de 270 à 341 M€) et pommes de terre ( 25 % - CA qui passe de 129 à 161 M€), secteurs les plus directement concernés par le « problème » des semences de ferme !

De plus, le prix des semences certifiées est exorbitant par rapport à celui de la semence fermière et il n’a pas cessé d’augmenter.

Ainsi, les statistiques publiées par l’INSEE font apparaître une hausse de 414% du prix des semences et plants entre janvier 1975 et janvier 2013 .

Comparé au coût des semences de ferme de maïs, par exemple, les semences commercialisées par les semenciers sont pratiquement cent fois plus chères, selon un ancien Directeur de Recherche à l’INRA et un professeur à l’Université Harvard.

=> Ce qu’il faut ici comprendre c’est que, comme dans la vente d’un CD, d’un logiciel informatique ou de tout produit manufacturé, le paysan n’a aucun lieu de « rémunérer le sélectionneur pour ses activités de recherche », puisque celui-ci a déjà perçu cette rémunération lorsqu’il lui a vendu ses semences pour la première fois.

Ce qu’il fait sur son exploitation de ce travail de sélection qu’il a acquis, présent ou non sur la descendance de la première graine, ne devrait regarder que lui.

Mais il faut se rendre à l’évidence : ce n’est en fait pas la rémunération d’un travail effectif de recherche que poursuivent les sélectionneurs, mais la recherche d'une rémunération sans travail, c'est-à-dire une situation de rente.

Le législateur ne devrait pas se rendre complice de ces aspirations à la féodalité.

Les semenciers, comme tous les autres acteurs de l’économie, n’ont aucun droit à rendre leurs consommateurs captifs, et leur prospérité ne devrait dépendre que de la mise sur le marché de produits innovants et séduisants pour leur clientèle.

Que les semenciers souhaitent obtenir des semences de céréales ou d’oléagineux le même profit qu’avec les semences de maïs, pour lequel les hybrides F1 leur assure un marché captif, est une chose. Que cette prétention soit légitime en est une autre. Et qu’elle ait été reconnue par certains traités internationaux3 ne la rend pas immuable.

Rappelons aussi que d’autres traités internationaux, signés par la France et l’Union Européenne, ont reconnu le droit inaliénable des paysans à semer le grain récolté. Il serait temps de donner application à ces traités là.

Quant aux agriculteurs, il est urgent qu’ils reviennent à ce qu’ils n’auraient jamais dû abandonner : les variétés paysannes du domaine public, librement reproductibles.

Rien ne les empêche de poursuivre le très prolifique travail de sélection qu’ils ont interrompus il y a 50 ans en se soumettant au dictat des technocrates de l’agronomie.

C’est le message que véhicule, partout, l’association Kokopelli, qui milite pour la liberté et l’autonomie des paysans, et dont la collection est intégralement fertile et libre de droits.

Kokopelli, le 26 Mars 2013

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
blue note

blue note

Nombre de messages : 7959
Age : 56
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMar 26 Mar 2013 - 23:38

Je fais toujours un tour au stand Kokopelli lorsque je visite un salon bio et éthique (c'était le cas ce week-end). Je regarde les nouveautés, j'achète parfois des graines de fleurs pour le jardin, et je discute avec les gens qui tiennent ce stand, toujours passionnants, afin d'encourager cette démarche, pas seulement militante, mais surtout humaine.
Que feront tous ces financiers de mes deux sur leurs lingots d'or quand la terre sera devenue stérile et qu'on crèvera tous de faim ?
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyDim 7 Avr 2013 - 15:31

Jardiner autrement, c'est possible évidemment. L'écueil pour bon nombre de jardiniers est de ne pas faire le lien entre les produits qu'ils utilisent, et les pesticides.
Un bon plan, c'est toujours bon à prendre :

http://www.jardiner-autrement.fr/

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMer 10 Avr 2013 - 20:01

En signant la pétition:
http://www.avaaz.org/fr/monsanto_contre_mere_nature/?bBBgUab&v=23922

Parce que certains dans l'Europe acceptent de laisser breveter la nature, y compris plantes et animaux "naturels", c'est totalement hallucinant!
Brocolis, concombre, salade... tout y passe.
Le but: offrir à Monsanto and Co tout pouvoir sur le vivant, tout bénéf parce que le moindre pékin qui voudra planter trois radis dans son jardin devra passer sous les fourches caudines de ces firmes, parce que toute innovation (encore qu'à titre de dinosaure néanderthalien les "innovations" sur le vivant je suis franchement contre). Parce que ces firmes toutes puissantes régnant déjà sur le vivant deviendront absolument dictatoriales, parce que, merde, où on va?
J'aime bien les brocolis, mais je vais plus les regarder de la même façon!

http://www.no-patents-on-seeds.org/sites/default/files/news/1303_epo_feuvert_fr_korr.pdf
Revenir en haut Aller en bas
blue note

blue note

Nombre de messages : 7959
Age : 56
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMer 10 Avr 2013 - 23:38

Signé.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyJeu 11 Avr 2013 - 1:24

signé aussi. On ne devrait même pas avoir à faire circuler une telle pétition.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyVen 20 Sep 2013 - 20:19


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyJeu 17 Oct 2013 - 0:42

Mail reçu ce soir :


Kokopelli a écrit:
SOS - la réforme de la législation sur le commerce des semences est une catastrophe !

Chers adhérents, chers sympathisants, che(è)r(e)s ami(e)s,

Voilà maintenant pratiquement deux ans qu’une réforme de la législation européenne sur le commerce des semences est ‘dans les tuyaux’ à Bruxelles. Après plus de 50 ans d’application d’un carcan législatif autoritaire et préjudiciable à la biodiversité, l’enjeu est important.

Après des mois de discussions internes, la Commission Européenne a finalement publié sa proposition de Règlement, le 6 mai dernier.

Le dossier se trouve maintenant entre les mains du Parlement Européen et du Conseil de l’Union Européenne.

Au Parlement Européen, c’est la Commission Agriculture qui est chargée d’examiner ce dossier, sous le rapport du député italien Silvestris, du parti de Berlusconi. Celui-ci doit avoir déposé son rapport pour le 24 octobre. Le 26 novembre, il devrait être présenté en séance publique et le vote des députés, au sein de la Commission Agriculture, devrait intervenir le 4 décembre prochain.

Nous avons donc très peu de temps pour faire connaître nos positions par rapport à ce texte.

Sur le fond, la proposition de réforme est tout à fait inacceptable au regard de la préservation de la biodiversité et de la libération de nos semences de variétés anciennes, patrimoine de tous. Vous trouverez nos explications ci-dessous.

Nous vous sollicitons tout spécialement aujourd’hui pour faire connaître à nos députés français siégeant à la Commission Agriculture du Parlement Européen notre rejet de ce texte et nos propositions.

Si vous adhérez à nos positions, en totalité ou en partie seulement, vous êtes invités à leur écrire. Les modalités de votre participation sont expliquées ici.

L’Équipe de Kokopelli

* * *


La législation européenne sur le commerce des semences :
une réforme écrite par et pour l’industrie semencière
Les variétés anciennes appartenant au domaine public toujours interdites de cité

La Commission Européenne (DG SANCO), le 6 mai dernier, a finalement fait connaître sa dernière proposition de réforme (la 4e version) de la législation sur le commerce des semences. C’est le Collège des Commissaires Européens qui a fini par trancher, dans un contexte difficile où la DG SANCO était soupçonnée de couvrir une situation de conflits d’intérêts (participation de l’ancienne Directrice des Relations Internationales du GNIS, Groupement d’intérêt de l’industrie semencière française, en tant qu’« expert national », à la rédaction de la proposition), et où les DG Agriculture et Environnement, directement concernées par les mesures proposées, s’opposaient à l’adoption du texte en l’état.

Le compromis trouvé n’a rien d’une simplification ou d’un progrès et la proposition législative aggrave le cadre normatif actuel. Il n’y a pas de refonte du système en profondeur : il s’agit du même cadre normatif actuel, assorti d’un chapelet de facilités offertes à l’industrie semencière, selon un modèle proposé par ses représentants.

✔ Pourquoi une aggravation du cadre normatif actuel ?

La définition de la « commercialisation » des semences s’élargit, pour inclure désormais les transferts de semences non destinées à une utilisation commerciale.

Or, actuellement, la définition de la commercialisation est la suivante :
« Commercialisation: on entend la vente, la détention en vue de la vente, l'offre de vente et toute cession, toute fourniture ou tout transfert, en vue d'une exploitation commerciale, de semences à des tiers, que ce soit contre rémunération ou non.
Ne relèvent pas de la commercialisation les échanges de semences qui ne visent pas une exploitation commerciale de la variété »
La référence à une « exploitation commerciale de la variété », dans la définition actuelle de la législation, permettait d’exclure de son champ d’application les échanges de semences entre jardiniers amateurs, mais aussi la vente de semences à des utilisateurs non professionnels, en général.
Cette exception, d’importance majeure, disparaît dans la proposition de la Commission.

✔ Des facilités nouvelles pour l’industrie semencière ?

   Un subtil changement dans la définition de la « variété » et du critère de « distinction », pour faire maintenant référence au « génotype », et non plus seulement aux « taxons botaniques », va permettre à l’industrie semencière de créer des centaines de variétés « nouvelles » absolument identiques entre elles sur le plan botanique, mais « différentes » sur le plan génétique.

   L’obtention de Droits de Propriété Intellectuelle (COV : Certificat d’Obtention Végétale) sur les variétés va donner un accès direct au Catalogue Officiel, ce qui va finir d’opérer la confusion totale entre régime de Droits de Propriété Intellectuelle et régulation du marché des semences.

   L’industrie semencière aura la possibilité de réaliser les examens et tests officiels obligatoires elle-même (pour l’enregistrement des variétés au Catalogue et la certification des semences), sans avoir à passer par l’administration, au moyen d’une « habilitation officielle » préalable.

✔ Les variétés anciennes : toujours dans le collimateur du législateur

Deux pseudo brèches sont ouvertes dans le système :

   « le matériel pour marchés de niche » (art. 36) : Il s’agit d’une minuscule niche pour la vente de petits sachets de semences (aujourd’hui non concernés par la législation). Aucun enregistrement obligatoire au Catalogue Officiel n’est prévu les concernant, mais cette niche est réservée aux MICRO entreprises (un maximum de 10 salariés et pas plus de 2 millions d’€ de chiffre d’affaires). Et pourquoi pas les PETITES entreprises, ou bien même les MOYENNES entreprises, s’il s’agit de petits sachets ??? Ces dispositions visent à évincer du marché tous les opérateurs qui, en Europe, diffusent une large collection de variétés anciennes, et, qui, par conséquent, ont besoin de plus de personnel. Ex : Kokopelli, association de plus de 20 salariés.

   « les variétés avec description officiellement reconnue » (art. 57) : leur enregistrement sera obligatoire, mais sans application des critères DHS.

   Problème : les variétés doivent être reproduites dans leur « région d’origine » !!! Mais QUI a les moyens d’avoir des agriculteurs-mainteneurs dans toutes les régions d’origine d’une vaste collection ??? La « rose de Berne » à Berne, la « tomate Marmande » à Marmande, le haricot « tarbais » à Tarbes, la « cornue des Andes » dans les Andes ???

   Ce genre d’obligation, posée dans le but de conserver leurs caractéristiques d’origine aux variétés anciennes, doit être assumé par des conservatoires botaniques publics, pas par des petits opérateurs privés !!! Ces dispositions viseraient-elles en fait à évincer, ici encore, les acteurs dont la collection dépasse la dizaine de variétés ?

   Autre problème : il faut payer des frais d’inscription, alors que les variétés anciennes sont le patrimoine de tous et appartiennent au domaine public ! Voilà de quoi dissuader les opérateurs aux vastes collections.

Ce que nous demandons :

La législation européenne sur le commerce des semences s’applique, depuis 50 ans, à dérouler le tapis rouge aux variétés modernes protégées par des droits de propriété intellectuelle. Elle n’a jamais concerné nos variétés du domaine public. Et quand elle ne les a pas ignorées, elle les a rendues illégales.

Nous demandons donc que les variétés appartenant au domaine public sortent purement et simplement du champ d’application de cette législation. Pour la régulation de certains paramètres essentiels comme la faculté germinative ou la qualité sanitaire, les garanties applicables aux « semences standards » suffisent largement.

Subsidiairement, l’exception créée pour les « marchés de niche » doit être applicable également aux petites et moyennes entreprises, dès lors qu’il s’agit de petites quantités de semences, qui ne seront diffusées, vraisemblablement, qu’aux jardiniers amateurs.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Main basse sur les semences   comment lutter contre Monsanto.... EmptyDim 24 Nov 2013 - 22:16

C'était dans l'air, ça vient de tomber: un projet loi interdisant de ressemer soi même des graines issues de nos récoltes, les semenciers et autres Monsanto vont pouvoir définitivement faire la loi, faire disparaître les plantes qu'ils estiment non rentables, tripatouiller... C'est Noël pour eux!

Article complet, qui donne de nombreux liens:
http://www.rue89.com/2013/11/22/agriculteurs-jardiniers-seront-ils-bientot-obliges-cultiver-clandestinite-basta-247748

"Contribution volontaire obligatoire" Ce serait pas un oxymore "Volontaire/ Obligatoire?"

Mort de la biodiversité. Sad Rage 
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyDim 24 Nov 2013 - 22:34

Ça devient de plus en plus difficile. Le pot de fer est bien gardé.


L'article a écrit:
Les paysans qui ressèment leur récolte seront-ils considérés comme des trafiquants ? Oui, ont répondu les sénateurs en adoptant le 20 novembre à l’unanimité un projet de loi élargissant aux plantes le délit de contrefaçon. S’émanciper des droits de propriété détenus par les grandes firmes semencières sera désormais un délit. La loi prévoit aussi de nouveaux moyens de répression contre paysans et jardiniers clandestins. Pour les promoteurs de la loi, il s’agit simplement de « protéger les entreprises ».
Pour le lire en intégralité :
http://www.bastamag.net/article3548.html

Je me retiens pour ne pas faire suivre d'insultes.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyLun 25 Nov 2013 - 2:32

http://liensutiles.forumactif.com/t23083-main-basse-sur-les-semences

J'ai ouvert ce fil tout à l'heure dans "Coups de Gueule", il présente un article de Rue 89 qui m'a conduit à celui de Bastamag.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
alejandro

Nombre de messages : 1880
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyLun 25 Nov 2013 - 2:37


Article dans Médiapart aussi :

http://blogs.mediapart.fr/blog/malto-cortese/221113/agriculteurs-et-jardiniers-seront-ils-bientot-obliges-de-cultiver-dans-la-clandestinite

(article gratuit)

Cela étant dit, l'article donne un lien vers les débats au sénat et on a un peu de mal à faire le lien entre ces débats et ce qui est dénoncé. Les sénateurs s'accordent sur l'idée que les semences ne sont pas concernées par la discussion sur la contrefaçon.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyLun 25 Nov 2013 - 2:48

Il fait double emploi avec ce fil, je vois que c'est le même article. On réunit ici ce genre d'infos, trys. Wink

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
Tryskel

Nombre de messages : 9760
Age : 72
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMar 26 Nov 2013 - 17:26

http://www.bastamag.net/article3560.html

" Emmanuel Giboulot, vigneron en biodynamie à Beaune, encourt jusqu’à six mois de prison et 30 000 euros d’amende. Son délit ? Avoir refusé de traiter son vignoble avec un insecticide pour lutter contre une maladie de la vigne, la flavescence dorée [1], comme en témoigne sa convocation au tribunal. En résumé, le vigneron pourrait être condamné pour avoir refusé de polluer..."

La maladie en question ne s'est pas répandue en Côte d'Or... tchin 
Mais les marchands de salopericides ne veulent pas, comme disait un cadre de Monsanto "risquer de perdre un dollar"

A lire aussi, du même tonneau, l'article suivant:
"  Santé publique Pesticides et toxiques : le gouvernement veut-il se dédouaner de toute responsabilité ? "

Ausi à lire de Marie monique Robin:
" Les Moissons du Futur "
Et
"Du poison dans nos assiettes" où l'on voit que les alertes sur la toxicité de certains produits "phytosanitaires" (on dit plus pesticides parce que le suffixe "cide" fait un peu peur en disant clairement que ces machins sont des tueurs) ne datent pas d'hier, mais que tout est fait pour déconsidérer les lanceurs d'alertes par des "scientifiques" grassement rétribués par les multi des "Cides" en tout genre"et des OGM.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90111
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... EmptyMar 26 Nov 2013 - 19:27

On cumule les décisions crétines bientôt à la vitesse de la lumière. Ecoeurant.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




comment lutter contre Monsanto.... Empty
MessageSujet: Re: comment lutter contre Monsanto....   comment lutter contre Monsanto.... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
comment lutter contre Monsanto....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De retour a la maison avec toi (PV Riku) (Hentaï ) (terminer)
» [MU] Neuilly sa mère ! [DVDRiP]
» Télécharger Le Pacte (Seeking Justice) 2012 [DVDRIP MD][FR] (Avec Nicolas Cage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Loisirs :: Plein air :: Protection de la nature-
Sauter vers: