Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le sondage qui fait peur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Le sondage qui fait peur   Ven 26 Oct 2012 - 14:18

Citation :
On apprend ainsi que :

68% des Français jugent que la première cause du manque d’intégration des musulmans réside dans… « leur refus de s’intégrer à la société française » ;

43% du même public juge que la présence d’une communauté musulmane en France est « plutôt une menace pour l’identité de notre pays ».

Pis, interrogés sur les signes visibles de la présence de musulmans en France, 63% des Français se disent opposés « au port du foulard dans la rue pour les musulmanes qui le souhaitent » et 43% sont contre l’édification de mosquées en France, alors qu’on aurait pu s’attendre à une relative indifférence sur des questions qui, l’une comme l’autre, relèvent juridiquement du libre exercice des cultes.

On pourrait s’inquiéter de l’aggravation de ces chiffres depuis l’édition précédente de cette étude, en 2010. Et on aurait raison, mais pas forcément pour les bons motifs.

Le professeur et militant Pierre Tevanian décryptait, dans un article pour Les Mots sont importants, quelques-uns des partis pris implicites de l’étude. J’apporte aujourd’hui deux éléments complémentaires sur le terrain de la méthodologie statistique liée aux sondages.
(Une partie de) la réponse dans la question

L’Ifop étant un institut de sondage réputé sérieux, on se serait attendu, au moins dans l’introduction méthodologique de l’étude, à ce qu’ils précisent que les questions posées participent dans leur formulation à la façon dont le choix est perçu par les personnes interrogées.

On peut ainsi renforcer un certain type de réponses par rapport aux autres en posant la question sous une formulation avantageuse. C’est ce qu’on appelle le « cadrage ».

Dans une brillante étude datant de 1981 intitulée « The Framing of Decisions and the Psychology of Choice », Daniel Kahneman et Amos Tversky (qui gagneront plus tard le prix Nobel pour une partie de leurs résultats), expliquent la façon dont la formulation des choix proposés influe de manière décisive sur les réponses des personnes interrogées.

Le dispositif est simple. On présente à deux groupes d’étudiants la question :

« Une épidémie menace le pays. Quelle politique vous semble la plus raisonnable ? »

Au premier groupe, on donne le choix suivant :

« A. Sauver 200 personnes sur 600 de manière certaine.

B. Sauver 600 personnes avec une chance sur trois. »

Au second groupe, un autre choix est proposé :

« C. Laisser mourir 400 personnes.

D. Laisser mourir 600 personnes avec deux chances sur trois. »

Quel que soit le choix A, B, C ou D, l’espérance mathématique est rigoureusement la même. Par ailleurs, les deux alternatives proposées, au premier comme au second groupe, sont identiques. Seule la formulation change. Pourtant, les réponses sont très différentes dans les deux groupes.

Dans le premier groupe, les participants prennent une attitude d’aversion au risque et optent majoritairement pour le choix A. Dans le second, ils ne veulent pas assumer la mort des 400 personnes et se portent sur le choix D, même s’il ne leur garantit pas une meilleure chance de survie.

L’impact de la formulation est d’autant plus décisif que la question posée est liée à une peur. Or il relève de l’euphémisme le plus élémentaire que de noter que les questions liées à l’islam et aux musulmans sont souvent anxiogènes dans le contexte socio-politique français.

Quand on mesure l’impact que ce genre d’études peut avoir sur les perceptions que les citoyens ont les uns des autres au travers d’un traitement médiatique qui s’affranchira le plus souvent des réserves nécessaires dans l’exploitation de ces sondages, on est en droit de poser la question de la responsabilité des instituts, mais en premier lieu de leurs commanditaires.
A force de le dire…

Au-delà des réponses fournies, les questions posées induisent des schémas de représentation chez les personnes sondées (puis chez les lecteurs de l’étude).

Poser la question de savoir si oui ou non il faut autoriser la construction de mosquées induit par exemple l’idée que cette liberté de culte dont jouissent les musulmans au même titre que leurs concitoyens serait « questionnable ». Le questionnement, comme tout discours, a un effet performatif. Il produit des schémas, des façons de se représenter le monde, modifiant notre jugement.

La place des musulmans en France n’est pas soumise au débat. Elle est un fait statistique. Le droit des musulmans à disposer de lieux de culte n’est pas soumis à discussion. Il est un fait juridique.

Pourtant, à force de le dire, à force de remettre en cause leur appartenance, à force de poser des questions orientées les concernant, on propage une idée simple et malheureusement profondément ancrée chez beaucoup de nos concitoyens, même si les résultats de l’étude montrent qu’elle n’est pas toujours formulée : les musulmans ne font pas partie de ce pays.

C’est du moins la thèse qui sort renforcée par cette étude et par le traitement qui en est fait, alimentant une fois de plus des débats sans objet sur la place des musulmans en France.

Pour sortir par le haut de cette étude, il convient de porter un regard clinique sur ce malaise qu’expriment les Français interrogés.

Sondés sur leurs perceptions à propos de l’islam, viennent en tête :

le rejet des valeurs occidentales,
le fanatisme,
la soumission
la violence.

Quatre clichés fréquemment cités, initialement à l’extrême droite, mais de plus en plus répandus. Il convient d’y répondre de manière calme et argumentée afin de désamorcer les crispations sans les nier.

C’est pour cela que nous lancerons la semaine prochaine une campagne nationale de sensibilisation sur les questions de racisme et d’islamophobie.
http://www.rue89.com/2012/10/26/le-grand-malaise-des-sondages-sur-lislam-et-les-musulmans-236541

Evidemment qu'il fait peur, ce sondage.

1/ La peur de perdre son identité est somme toutes normale. Nous avons tous besoin d'un repère identitaire. Pour preuve, un enfant n'ayant pas connu l'un de ses parents ou les deux, recherche en général ses origines pour trouver son équilibre personnel. Sur le plan national, le pays de naissance représente aussi nos racines. Culturelles, et à tout point de vue. Voir une identité se diluer dans l'identité des autres, peut être perçu comme disparaître.

2/ La différence et son acceptation marchent sur un fil, dans un équilibre précaire. Je vois ça un peu comme : les différences sont enrichissantes, à condition de ne pas perdre ce qui fait notre différence par rapport aux autres différences. Cohabiter sans se faire dévorer, en quelque sorte.

Vous en pensez quoi ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: .   Ven 26 Oct 2012 - 15:51

je pense que pour comprendre ce comportement, la lecture d'une analyse historique objective des récents évènements de Yougoslavie pourrait être instructif.
Quoiqu'on pense de l'ancien régime y sévissant, c'est bien l'affaiblissement (pour ne pas dire la disparition) d'un système étatique fermement laïc qui a été le déclencheur de la réapparition de "clans" radicaux et fanatiques souvent copié-collé à des croyances religieuses.
Pour moi le danger de perdre son identité est de s'y enfermer, alors que l'identité est "évolution et progrès", et je partage l'idée qu'on ne nous (les européens) enferme pas dans une identité judéo-chrétienne.
Je termine par une image: Toulousain en voyage à Paris, je suis heureux de rencontrer un autre Toulousain.
Français en Allemagne, je suis aussi heureux de croiser un autre français.
Occidental en Asie, je familiarise facilement avec un autre européen.
Bientôt, humain voyageant dans l'univers qui s'ouvre à nous, quel bonheur de partager un moment avec un autre humain....
Autrement dit, l'étiquette identitaire ne nous grandit pas autant que l'amour du genre humain.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Ven 26 Oct 2012 - 16:11

J'ai la même définition que toi, sauf que j'y ajoute une nuance qui à mes yeux est incontournable : ne pas s'enfermer dans une identité (pour reprendre ton expression), ne doit cependant pas revenir à perdre son identité. Autrement dit, je suis pour le respect des différences. Et en cela, le respect de l'identité de chacun, entendons par là : la mienne aussi.

Un bémol par rapport à ta dernière phrase : je ne vois pas en quoi l'identité empêcherait l'amour du genre humain, si tant est que l'on soit fier de ce genre-là (car reconnaissons que s'il est constitué de fantastiques personnalités, il est aussi truffé d'imbéciles destructeurs, et autant je suis admirative des premiers, autant les seconds me donnent la nausée)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Ven 26 Oct 2012 - 16:44

Je pense aux Guerres de Religion dont la France fut au temps de la Réforme la seule à être le théâtre. Non qu'ailleurs tout se soit passé dans la plus totale sérénité, mais les chefs parvinrent à trouver des compromis, lesquels semblaient impossibles chez nous. Certes la question était plus politique que religieuse et il n'y avait pas de sondages. Mais il fut aisé aux chefs de la Sainte Ligue d'agiter l'épouvantail huguenot. Les violences populaires firent nombre de victimes (des deux côtés parce que les réformés n'étaient pas tendres avec les papistes.)

Je pense à l'Espagne arabo/judéo/ chrétienne, surtout Al Andaluz, creuset de culture et d'échange entre les meilleurs esprits du temps issus des trois religions. Même si tout n'y était pas absolument idyllique, la cohabitation était cordiale et fructueuse. Puis les petits souverains décidèrent que leurs territoires étaient un peu étroits et décidèrent de ne plus souffrir la présence musulmane, il fallait de toute urgence chasser les Infidèles! Avec la bénédiction du Pape et un joli butin à la clef. C'est une partie du produit du sac de Grenade qui permis aux rois "Catholiques" de financer l'expédition de Christophe Colomb. a l'occasion, les juifs aussi furent chassés d'Espagne. Avec une catastrophe économique à la clef.

Je pense au lancement du grand débat sur "L'Identitè Française" du Sarko's Band. débat qui n'aboutit à rien qu'à exaspérer les conflits communautaires. Peut être était ce, avec la volonté de draguer les voix d'extrême droite, l'un des buts. A moins qu'il n'y ait point eu de vrai but autre qu'occuper le bon peuple en vaines palabres tandis qu'on le tondait moultement en enrichissant les riches. Pointer du doigt (un très gros doigt sans subtilité) la réalité de l'intégrisme islamique que nul ne peut nier- et dont les musulmans modérés, tout simplement adhérents à une religion tout aussi respectable que le christianisme, sont les premières victimes- tout en déroulant le tapis rouge à des dictateurs sanglants et au Qatar dont il est avéré qu'il finance en partie ces mouvements ne gênait guère l'ex monarque. Lequel ne semble pas avoir pris la mesure de la menace, CF les cafouillages de l'affaire Mérad. Lequel c'est empressé d'aller chercher son hochet papal en compagnie de personnages aussi respectables et représentatifs de la société française que Bigard et sa belle mère. Discours du Latran dans lequel il a rappelé les "racines chrétiennes de l'Europe" ce qui est historiquement faux, enfin ça dépend de quelles racines on parle. Et surtout, surtout le président d'une république LAIQUE s'est permis de fustiger l'instituteur incapable d'insuffler à nos chers bambins la "Morale" alors que le curé lui...

Mihou a raison, seul un état laïque et ouvert, tenant sa laïcité non comme une coercition mais comme une force peut endiguer peur racisme et phobies en tout genre. Comme ce même état peut se renier, allumant la marmite infernale des conflits communautaires!
Le "peuple" ne demande qu'à être caliné et rassuré, si on lui désigne un ennemi commun, il fonce, déplorable mais c'est un des résultats de son manque d'éducation politique et social soigneusement entretenu, une "masse" ne pense plus, et l'individu éduqué hésite à se fondre dans cette masse qui de ce fait fond et n'est plus utilisable par des dirigeants sans conscience!

Et pour terminer (au moins pour aujourd'hui AngeR) la façon de poser les questions biaise les réponses évidement! Si le mot "Musulman" avait été remplacé par Ours blanc ou Yéti, les réponses auraient été semblables.
Et les cathos intégristes, ils refusent pas de s'intégrer? Ils sont pas dangereux eux? Curieux, on ne sonde pas sur leur attitude, mais j'oubliais, sont ben d'cheu nous ces rétrogrades qui flirtent jusqu'à coucher avec l'Extrême Droite!

Posté en même temps que Ro, j'ajoute:
Non, ne pas mettre son identité toujours en avant n'est pas risquer de la perdre. ceux qui le craignent sont ceux qui n'en sont pas si sûr et qui la revendiquent d'autant plus haut et fort. Si nous savons ce que et qui nous sommes, nous n'avons pas de crainte de l'autre, s'il nous rentre dedans, nous savons comment répondre. En outre tout humain intelligent et ouvert sait que son identité est construite d'un patchwork, sauf à nier les multiples invasions et occupations de l'Europe par des peuples divers et variés au cours des âges. Et ce chaudron a cuit une civilisation: la nôtre.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Ven 26 Oct 2012 - 22:39

Tryskel a écrit:

Et pour terminer (au moins pour aujourd'hui AngeR) la façon de poser les questions biaise les réponses évidement! Si le mot "Musulman" avait été remplacé par Ours blanc ou Yéti, les réponses auraient été semblables.

Moi c'est ça que je retiens de l'article de Rue 89. Les questions sont orientées, les choix proposés tendancieux et les chiffres biaisés. Donc, le tout sans relévance aucune.

Ce que disent ces chiffres sur l'attitude des français n'ont aucune signification. On sera pas surpris d'apprendre que le Figaro, l'inconditionnel de Sarkozy et de drague décomplexée des électeurs du FN, est le commanditaire de cette étude.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Ven 26 Oct 2012 - 22:59

Tout pareil qu'Alejandro, on devrait obliger les sondeurs à publier leur questionnaire, ou du moins pouvoir le consulter

Posons deux questions identiques : les musulmans forment une masse d'un million de pratiquants en France, les musulmans forment à peine 2 pour cent du total de la population française.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Sam 27 Oct 2012 - 9:48

Au passage, j'avais bien noté que l'orientation des questions est évidemment primordiale. J'ai déjà refusé de remplir des questionnaires dont les questions m'ont arraché les yeux et les nerfs, et d'ailleurs je crois que j'avais ouvert un fil là-dessus (ou plutôt, je crois que quelqu'un s'était inscrit pour nous faire remplir ce questionnaire et j'avais commenté sur son fil pour dire ce que j'en pensais)

Ceci dit, c'est plutôt la question de l'identité et des différences qui m'ont donné l'envie d'ouvrir ce fil. Mais je pense que vous l'aurez compris.

Il ne s'agit pas de porter son identité comme un drapeau, évidemment. Ce serait un peu ridicule. Les villes colorées par les différences de culture sont vivantes et permettent une richesse dans les échanges et les découvertes. Au contraire, le chauvinisme forcené m'a toujours semblé ridiculement réducteur. Ce que je veux dire, c'est que le plus intelligent (à mon sens) est l'harmonie grâce aux différences, plutôt que la prise de pouvoir d'une culture au détriment des autres ou d'une autre.

L'Homme n'est pas toujours un Sage... c'est bien connu.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Sam 27 Oct 2012 - 10:27

J'ai entendu hier soir sur je ne sais plus quel radio des spécialistes en géostratégies parler des objectifs d'Al-Quaïda.
1. Par le biais de l'Afganistan, devenir maître du Pakistan et détenir ainsi une force nucléaire.
2. Profiter de l'instabilité du monde musulman, pour faire main basse sur le Proche-Orient, son pétrole et son fric.
C'est deux premiers objectifs semblent de plus en plus incertains, Al Quaïda cherchant à se refaire actuellement avec Aqmi bien plus à l'Ouest, en Afrique.
3 Faire s'effondrer les démocraties européennes en y provoquant des dissensions parmi les musulmans qui y vivent, puis en les victimisant grâce aux partis nationalistes, et enfin en les retournant contre toutes ces démocraties qui les ont accueillis à la façon Mohamed Merah.

Donc Al Quaïda suit de très près tous ces sondages fort instructifs sur l'opinion française et sur l'avancée de leur travail.

La politique française actuelle est de renouer tant faire ce peu avec l'Algérie car des conflits avec Aqmi sont de plus en plus certains. L'Algérie est la plus grosse force militaire dans le coin, mais ils leur paraît toujours tout à fait inconcevable qu'un seul militaire français foule leur sol. Faudra donc faire avec les Américains...
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   Sam 27 Oct 2012 - 14:33

C'est leur avis, mais le mien est que les afghans n'ont rien à voir avec Al-Quaïda. Je rappelle que les USA avaient demandé l'exfiltration de Ben Laden. Ils avaient répondu qu'ils le feraient à condition qu'on leur apporte la preuve que celui-ci est directement impliqué dans les attentats du 11/09, ce qui est impossible. Il ne faut donc pas confondre la nébuleuse d'Al-Quaïda, les salafistes, les frères musulmans, ce sont mouvements fort différents. Notons aussi que par exemple, les salafistes, s'ils sont tous fondamentalistes, une majorité est tout-à-fait pacifique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sondage qui fait peur   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sondage qui fait peur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black Mirror : les nouvelles technologies, ça fait peur
» truc glauque qui fait peur et j'adore ça
» Seifer2000, ou l'éclair arc en ciel qui fait peur
» Trouvez moi un film qui fait PEUR ...
» "CA FAIT PEUR", avec extraits de plusieurs films

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Religions-
Sauter vers: