Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 17 ... 33  Suivant
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 21 Nov 2012 - 10:55

Bourlinguer : v.
Lorsque j'ai posé le pied et mon baluchon sur ce forum, j'ai montré mes écrits à Romane. Elle m'a dit : je veux bien t'embarquer: ta prose, c'est pas mal, mais tes phrases sont trop longues ! Tu devrais mettre des points.
J'ai mis des points pour lui faire plaisir, mais je ne me suis pas arrêté pour autant. Aujourd'hui, je vois des filles qui reviennent pour avoir le droit d'écrire comme des chats. On ne sait pas où elles étaient parties. De plus, cela ne nous regarde pas. Non, elles reviennent ici jouer avec une pelote délaissée un temps, pour mieux nous emmêler de leurs fils sur la toile.
Et puis, il y en d'autres qui s'en vont. On ne sait pas où. Ça les regarde, vu qu'eux non plus ne savent pas trop où ils vont. Ils ne peuvent pas plus s'arrêter.

Alors, j'ai réfléchi à mes phrases trop longues. Faudrait que je me trouve un modèle, que je me suis dit. Et c'est vrai qu'il en existe désormais dans tous les traitements de texte. De toutes sortes. Pour écrire une lettre d'amour où à son patron en vue d'une augmentation. Seulement, il n'en existe pas beaucoup pour le voyage. Pour cela, il vous faudrait un guide. Je veux dire une citation :
Cinquante ans plus tard, vers 1703, un vieil aventurier vénitien, qui était arrivé aux Indes via la Perse et qui, durant un demi-siècle, avait tiré ses grolles à l’intérieur du pays, tour à tour comme simple artilleur dans l’armée d’Aurangzeb, l’empereur-conquérant, et dans celles des princes du sang et des rajahs révoltés ou entrés en dissidence à la suite de l’eunuque Bassant pour s’attacher finalement à la fortune du prince héritier en qualité de chef de son artillerie à 8o roupies par mois; déserter; bourlinguer sur les côtes orientales et occidentales dans les établissements des Européens auxquels il sert de négociateur, d’interprète, de correspondant, d’intermédiaire plus ou moins avoué dans leurs différends avec les petits et grands chefs mahométans et les principicules et roitelets hindous; retourner à la cour, à Agra et à Delhi, suivre les armées, s’improviser médecin à Lahore, guérir la sultane d’un abcès dans l’oreille, être attaché en qualité de chirurgien au harem du prince héritier qui s’éprend d’une singulière amitié pour lui, trahir cette amitié en passant dans l’armée de Jai Sing, le célèbre sabreur; retourner chez son maître pour accompagner Shah Alam dans son expédition contre Jodhpur et, fatigué de la vie des camps, déserter encore, passer à l’ennemi, et du royaume de Golconde se réfugier à Goa, chez les Portugais; négocier pour le vice-roi, le comte de Alvor, être décoré par le roi du Portugal de l’ordre de San Jago le 29 janvier 1684, perdre ses économies dans une mauvaise spéculation, se bagarrer avec les Jésuites et prendre passionnément parti dans leurs démêlés avec les Capucins au sujet du « rite de Malabar », les fameux « Accommodements », concessions supposées des Jésuites aux cérémonies des païens dans la célébration de la messe, échapper de justesse à l’Inquisition et, déguisé en Carmélite, aller derechef chercher fortune à la cour de Lahore, chez son ancien maître qui le fait arrêter, cette fois, et menace de le faire décapiter comme déserteur, avoir la vie sauve, rentrer en grâce et dans ses prérogatives de médecin personnel du prince aux appointements de 300 roupies par mois, titre et rang à la cour du Roi des Rois qui lui donne droit à un cheval et à une suite montée ou escorte, s’enfuir encore de guerre lasse; aller s’établir à Fort-Saint-Georges, au nord de Madras, chez les Anglais, comme médecin, marchand d’orviétan et faire fortune avec la pierre de Goa ou pierre de Lune, un caustique contre le choléra, dont il a surpris le secret aux Jésuites, et un cordial de son invention, dont il est immensément fier, probablement un aphrodisiaque qu’il vendait aux indigènes, le plus clair de son revenu; se marier avec la veuve portugaise d’un colon anglais; reprendre ses vagabondages dans les royaumes et les principautés en qualité d’émissaire occulte de William Pitt, alors gouverneur de la Compagnie royale des Indes, puis prétextant de ses infirmités et d’un commencement de cécité, quitter cet harassant service où l’on est toujours sur le qui-vive de négociateur, de porteur de firman, d’ambassadeur blackboulé, d’agent secret à la merci d’un coup de poignard sous le manteau pour aller s’établir à Pondichéry, auprès de son vieil ami François Martin, le délégué de Colbert à la tête de la Compagnie française des Indes, et du gendre de ce dernier, Deslandes-Boureau, le fondateur de la ville de Chandernagor, à l’instigation de qui notre Vénitien, qui a échappé à tous les dangers du climat, de la guerre, des aventures, des rivalités, de la politique, des intrigues, des jalousies, du favoritisme, dont les moindres embûches n’étaient pas toujours celles tendues à la cour du Grand Mongol, où les empoisonnements et les distributions « d’eau d’opium », les disparitions mystérieuses étaient quotidiens, le vieux roublard, qui en a vu de toutes les couleurs et qui est revenu de tout, s’assoit pour écrire les Mémoires de sa vie, convaincu qu’il est que l’heure est enfin venue pour lui de se retirer des affaires actives, d’autant plus que Louis XIV vient de lui faire remettre un lot de médailles pour le remercier de ses services dans l’établissement des Français; et notre vieux fourbe sourit en pensant à l’escapade d’un gamin embarqué en douce à bord d’une tartane en partance, il y a de cela une cinquantaine d’années; et le vieux médecin, habillé à l’orientale, portant robe et babouches et, chaque fois, une drôle de casquette sise bien en arrière sur la tête comme on peut le voir au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque nationale à Paris dans un volume de miniatures musulmanes (O. D. N° 45 – Réserve), où son ami, à qui il avait commandé au temps de sa splendeur à la cour des Indes cette suite de portraits, le peintre Mir Muhammad, l’a fait figurer deux fois au milieu des rois et des empereurs trônants ou en parties de chasse, donnant audience dans leurs jardins secrets ou sur leurs terrasses caressant distraitement leurs animaux favoris en conseil avec leurs grands vizirs ou montant d’admirables chevaux sur les chemins de la guerre, suivis des princes du sang, des plus fameux généraux et guerriers, des concubines, danseuses, musiciennes et autres dames du harem, dont la matrone des éléphants de guerre les plus chevronnés, accompagnées des derviches et astrologues les plus célèbres, s’arrêtant et interviewant les yogis les plus saints, visitant les idoles païennes les plus monstrueuses, les plus sanguinaires, les plus folles, une première fois, probablement à ses débuts, la barbe hérissée, l’œil inquiet, efflanqué comme un chat maigre, cueillant des plantes, des simples dans la solitude, la deuxième, rasé de près, ventripotent, l’air satisfait, prenant le pouls d’un indigène avec autorité, chacune de ces deux actions faisant allusion à sa profession, le vieux médecin, volontiers prolixe, bavard, goguenard quand il parle des avatars de sa carrière ou conte en riant des anecdotes du sérail, un tantinet radoteur et furieusement dévot quand il se vante de ses interminables disputes avec les Jésuites, le vieux médecin écrit avec bonhomie : « Quand j’étais gosse, j’avais envie d’aller faire le tour du monde, mais comme mon père ne voulait pas en entendre parler, j’avais décidé de quitter Venise, ma ville natale, à la première occasion et de partir par n’importe quelle voie ou moyen. Un jour, ayant appris qu’une tartane appareillait sur le port pour je ne savais quelle destination, je réussis à me glisser à bord. J’avais quatorze ans … »
Blaise Cendrars, Bourlinguer.



Rêve à quai
Écrire comme un chat
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 21 Nov 2012 - 13:46

Belle entrée en matière, pour ce deuxième tome à qui je souhaite longues phrases longue vie !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 21 Nov 2012 - 17:03

Longue vie à ce deuxième tome où je trouve une phrase de l'ampleur de celles délectées dans Proust qui, chacun devrait le savoir, de la description d'un clocher ou de l'état d'âme d'un personnage en fait trois pages, fouillant et retournant tous les mots appropriés à décrire les choses, sinuant dans tous les recoins visitables du réel ou de l'imagination afin de ne pas nous laisser perdre une miette du gâteau qu'il compte nous faire déguster jusqu'à plus faim tandis que d'autres auteurs nous laissent sur notre appétit, estimant peut-être à raison, qu'il est plus élégant de suggérer que de tout dire, laissant ainsi à l'imaginaire du lecteur le soin de se faire éventuellement sa propre histoire, sa propre musique, contrairement à ceux comme Zola ou Proust ou Balzac qui se croient dans l'obligation d'une écriture inventaire, non seulement accrochée aux détails matériels des situations, aux faits et gestes des personnages, mais à leur impact sur leur pensée; façons de faire favorables au déclenchement de la sieste, mais peu encline à vous ouvrir le rêve, même si leurs écritures sont remarquables.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 9:53

Préambule : n.m.

Ce premier post ci-dessus s'appelle un incipit. Cherchez pas, c'est du latin. Ça veut dire : commencer. Dès le moyen-âge, les moines scripteurs écrivaient de leur plus belle plume sur la première page de leur manuscrit: incipit liber : ici commence le livre. Alors, j'ai été chercher un même !bazar sur internet pour le coller tout pareil ici. Pour que les lecteurs, qui lisant dans le titre : tome 2, ne puissent se dire : Ha ! Mais alors, si je veux comprendre quelque chose, faudrait d'abord que je lise entièrement le tome 1. Donc mon éditeur m'a dit : mets-y un incipit pour les rassurer.

En effet, il existerait peut-être (et j'emploie à dessein le conditionnel) quelque part quelque groupie qui aurait lu l'ensemble du lexicalf 1. Rassurez-vous de suite, ce n'est pas la majorité de mon lectorat. En fait, je n'ai, jusqu'à présent, que deux lecteurs : le fidèle cité plus haut et l'épisodique qui s'en fout du feuilleton et pioche dans mes définitions quand ça lui chante. A mon avis, mais ce n'est qu'un avis, le deuxième est nettement plus nombreux. Donc, si vous êtes entièrement nouveau sur ce forum ou sur ce fil, sachez que vous pouvez démarrez votre lecture à partir de n'importe où et pourquoi pas de hic et nunc. Vous ne louperez rien du début de l'histoire. On n'est pas chez Harry Potter ! Maintenant, je n'interdis rien non plus aux curieux...

Dans ce préambule, un troisième paragraphe s'avère nécessaire pour les anciens. En effet, sans vous rendre compte de rien vous venez d'embarquer sur un nouveau prototype. C'est le changement de tome qui permet cela. Un peu comme si vous naviguiez jusqu'alors sur le Pen Duick II et que là, toute proportion gardée s'entend, vous voilà ni plus ni moins que sur le Pen Duick III. Profitant de cette transition, le chantier naval a apporté quelques modifications à votre embarcation que vous allez découvrir en cours de navigation. Mais, on vous rassure tout de suite, le bateau est le même, voyez notre marraine qui vient juste de nous baptiser d'un même champagne.

Déjà, vous vous êtes aperçus que vos hyperliens de bas de page ont changé de forme. Bon là, sur le post précédent, le deuxième bugge déjà, mais nos ingénieurs y travaillent. On vous a donc mis des hyperliens plus ergonomiques. Ainsi, vous aurez moins à lire pour vérifier nos sources. Ça vous fera un gain de temps appréciable dans toutes vos manœuvres.

Autre nouveauté, le lexicalf ne se nourrira plus uniquement de vos vers. Il ne dédaignera plus désormais votre prose, voire vos discussions et autres blablas. Vous voyez donc qu'avec cette légère modification, nous allons nous risquer en haute mer. Sinon, le principe demeure le même. Vous êtes toujours tous bienvenus à bord, simple lecteur silencieux ou écrivain plus bavard .

Filer la métaphore, c'est comme choquer une écoute. A l'heure où je vous écris, nous sommes exactement au onzième jour, 19 heures zéro minute du tour du monde à la voile . Après les tempêtes du golfe de Gascogne, nous dérivons sur une mer étale, en plein pot au noir, sans le moindre vent. Pour redémarrer, nous n'attendons plus que vos mots, autant dire nos Alizées
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 13:50

VOILÀ, C'EST RECTIFIÉ, MAIS C'EST PAS L'ADMIN QUI A TRAVAILLÉ !!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 13:53

JoK a écrit:
VOILÀ, C'EST RECTIFIÉ, MAIS C'EST PAS L'ADMIN QUI A TRAVAILLÉ !!
Ce qui prouve à tous que le modo général est capable. Il pourra dorénavant faire plus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 20:57

Merci Jok!
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 21:25


Ca promet d'être encore plus délectable de substantifique moëlle! incl36
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 22 Nov 2012 - 23:02

Si je puis me permettre, noble lexicateur, vous n'avez pas commenté que des vers, relisez-vous, la prose et autres textes y figurent aussi - n'auriez -vous lu vos écris qu'épisodiquement ? AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 10:12

kate100fin a écrit:
Si je puis me permettre, noble lexicateur, vous n'avez pas commenté que des vers, relisez-vous, la prose et autres textes y figurent aussi - n'auriez -vous lu vos écris qu'épisodiquement ? AngeR

Et voilà comment on découvre la groupie qui a lu et qui connait par coeur tout le tome 1.
Bravo pour ce courageux outing, chère et très fidèle lectrice. Dès que j'aurai fini ce tome 2, je vous en dédicacerai un exemplaire spécialement pour vous...

Ah oui, autre nouveauté de ce tome. Je commence sa promo avant de l'avoir écrit...
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 15:03

J'en suis toute retournée.....une dédicace.. Ange
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 15:41

kate100fin a écrit:
J'en suis toute retournée.....une dédicace.. Ange


Ben oui...il l'a dit et Vic est un homme de parole...une dédicace ..;et pour toi toute seule.....j'suis jaloux.... AngeR

Y'a plus qu'a attendre qu'il écrive le tome 2.....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 16:13

pffff c'est juste qu'elle a dit tout haut ce que beaucoup d'entre nous pensent tout bas. Moi je trouve une suite logique à ce deuxième tome, parce qu'il était évident que ça démangeait les doigts de l'auteur du fil d'officialiser ce qu'il avait commencé à faire depuis un bon moment sur le précédent.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lison

avatar

Nombre de messages : 7704
Localisation : Gatineau, Québec
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 18:19

Oufffff! j'ai vraiment eu peur quand j'ai senti que le Tome 1 tirait à sa fin. Je me suis dit, ça y est, M. Taurugaux en a marre et il nous laisse tomber...

Et voilà que je découvre l'ouverture du Tome 2.

Quel soulagement! Et, en plus, plein de changements.

Il sait oser ce grand monsieur! N'est-ce pas!
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 23 Nov 2012 - 21:04

Espace : n.m ou f.
Une espace est, en typographie, un caractère particulier qui permet d'insérer un espace, un blanc dans le texte. On voit dans cette représentation du vide combien le féminin signifie le masculin. Comment, en quelque sorte, elle en est la matrice. Ce double genre est sans doute issu du mot intervalle qui, lui aussi, a longtemps connu un statut d'androgyne. Rassurez-vous pour lui, il est désormais entièrement masculin.
D'aucuns prétendent qu'espace est féminin sur votre clavier au même titre qu'elle demeure une autre touche, une voyelle ou une consonne, autant dire une lettre.
C'est à dire que la touche produit sur votre feuille ou votre écran, une empreinte dénommée lettre. Grâce à la touche MAJ, vous pouvez d'ailleurs transformer les touches m a j soit en m a j soit en M A J
Mais pas avec votre barre d'espacement. Celle-ci produit la même empreinte que votre touche MAJ soit appuyée ou pas. Donc, l'espace a deux genres mais pas de majuscule ou de minuscule.

Un espace est donc la surface vide située autour du dessin d'une lettre. La somme de ces surfaces vides entre deux lettres s'appelle l'approche. Cette approche peut-être nulle, les lettres faisant alors partie d'un même mot, mais aussi négative comme entre le o et le e du mot cœur.

L'espacen'estpasutilisédanstouteslesépigraphies. On peut tout à fait écrire une phrase sans espace de la même façon que Cendrars nous a écrit plus haut tout un incipit sans point. Enfin, on pourrait si ce n'était ma marraine ! Imaginez que tout le forum poste désormais sans que plus personne n'utilise sa barre d'espacement. Ça ferait désordre.

Donc, comment utiliser votre barre d'espacement ? Et bien, ça dépend d'où vous parlez. Ainsi en Europe, on écrira : C'est moderne ! Et cela ne choquera personne. Et bien figurez-vous qu'au Québec, ils écrivent : C'est moderne! Sans le moindre espace entre le dernier mot de la phrase et le point d'exclamation. Pourquoi ? Peut-être que ces gens n'ont pas assez d'espaces autour d'eux, peut-être pour se tenir chaud, demandez-le plutôt à Lison qu'à moi.
Maintenant, si vous ne comprenez pas tout ce que je vous raconte, allez plutôt là

Donc, mettre un espace entre nos mots ne va pas de soi. D'ailleurs les romains s'y prenait différemment. Ils.écrivaient.comme.ça. En place d'espaces, ils inséraient des points dits points médians.

Alors, devrais-je mettre un espace entre le tome 1 et le tome 2 du lexicalf et si oui lequel? Dois-je par ailleurs spécialisé un tome pour les vers et l'autre pour la prose ? A moins que mes définitions ouvrent de nouveau espaces à vos mots ? C'est là des questions qui me turlupinent au plus haut point et m'empêchent de dormir. Aussi, ai-je décidé de résoudre cet épineux problème en laissant la réponse au vent.

Espaces ou vers Alizé


Dernière édition par Vic Taurugaux le Dim 25 Nov 2012 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Dim 25 Nov 2012 - 16:54

Stage : n.m .
Si pour Verlaine en 1888, le stage n'est plus que le synonyme d'un simple séjour, pour l'historien et l'étymologue que je tente modestement d'être, le stage fut d'abord, en droit canonique, le séjour qu'un nouveau chanoine devait faire pendant un temps minimum dans le lieu de son église pour pouvoir jouir des honneurs et des revenus de sa prébende.

Cette prébende qui demeure, je vous le rappelle pour mémoire, le revenu ecclésiastique provenant à l'origine du partage de la mense capitulaire et destiné à l'entretien d'un chanoine séculier, mais qui peut être attribué à un autre clerc ou même transféré à un laïc demeure donc fonction d'un préalable.

Par exemple aujourd'hui, on ne peut décemment se prétendre auteur sans avoir effectué un minimum de stages d'écriture.
Ce stage est dit, dans de nombreuses professions, probatoire. Il plonge le candidat-apprenti dans une période d'initiation aux conditions réelles du métier. Ainsi, si vous souhaitez devenir vendeur, vous devez désormais effectuer un stage d'un ou deux ans dans un magasin ou mieux une enseigne, et où remplaçant le titulaire du poste, vous apprendrez à faire mieux que lui pour un salaire dix fois moindre.

Le stage s'oppose donc au séminaire, (bien qu'il existe de nos jours des stages-séminaires) dans le sens où le stagiaire serait déjà formé. L'apprenti-écrivain s'inscrivant dans un stage d'écriture sait déjà écrire, ou du moins le pense-t-il pour avoir été à l'école.
Dans le séminaire, qui vient du latin seminarium : la pépinière, le novice ne sait rien. L'enseignement vise alors à sortir de ce genre d'établissement, d'institution, des stagiaires, c'est à dire des gens pour qui, un séjour dans le milieu professionnel semblerait des plus profitables pour mettre en œuvre ce qu'ils imaginent savoir.

On peut décemment penser que le stage représente une étape. Mais, pour autant, ces deux mots ne sont en rien des doublets.
Le stage français est latin. Il vient du latin médiéval stagium : demeure, résidence, et est plutôt le doublet d'étage, c'est à dire là où l'on est établi.
Le stage anglais n'a rien à voir. D'ailleurs, Chateaubriand lui-même ne s'y était pas trompé quand, en 1822, il utilisa l'anglicisme stage-coach pour désigner une diligence. En effet, ce véhicule hippomobile, au confort exceptionnel pour l'époque n'était pas pour autant un lieu de séjour. Non, le stage-coach était une voiture qui allait, le plus diligemment possible d'étape en étape, stage to stage. Que les auberges disséminées sur son parcours possèdaient dans leurs étages des chambres luxueuses, ne doit vous faire oublier en rien le sens de tout cela, à savoir que le lexicalf est d'abord là pour vous offrir le voyage de la même façon qu'en son temps Autan-Lara vous proposait son Auberge Rouge.

Bien entendu, un tel séjour, fut-il court, fait peur. C'est pour cela qu'il existe désormais des conventions de stage. Elle définissent la nature et la durée du séjour, ce qu'on peut attendre du stagiaire, ce qu'il est en droit de réclamer.

De nos jours, où il est de plus en plus fréquent de brûler les étapes, les étudiants tout comme les entreprises négligent parfois le temps du stage. On ferait comme si cela ne servait à rien. Comme si un jeune diplômé pouvait en un jour s'adapter à son poste de travail. Or, le stage, quand il est bien mené, apporte un mûrissement. C'est une étape de la vie.

Dans Ramuntcho, Pierre Loti en 1892, décrit un pays Basque de Cocagne. Un pays qui invite au voyage, ou plutôt à la contrebande. Bientôt, initié, aux coutumes des hommes de ce pays, le jeune Ramuntcho, franchira, comme il est de tradition et de façon secrète la limite des Pyrénées. Mais auparavant, il séjourne une nuit à l'auberge. Il y dort. L'auteur écrit à son propos et celui de sa tendre amie:
Une étape de leur vie finissait avec ce jour ; un temps était révolu, leur enfance avait passé.

Voyez combien, quand on veut faire de la littérature, il n'est pas nécessaire de faire des phrases compliquées.

Formulaire d'inscription
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Dim 25 Nov 2012 - 16:59

Excellent ! Le mot "stage" s'est vulgarisé au point de représenter maintenant une possibilité d'accueil pour les débutants, mais tu as raison, il est en principe les travaux pratiques sur le terrain, suivant l'apprentissage dispensé par les cours.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 28 Nov 2012 - 10:25

Pamphile : n.m.
Comment que tu causes la France, toi ?

J'ai déjà du vous faire remarquer (dans le premier tome, tant pis pour ceux qui ne l'ont pas lu) qu'il existe toutes sortes de gens. Le pamphile est de ceux-là. Fin XVIIème siècle, pour La Bruyère, (qui ne connaît pas La Bruyère?), grand observateur de nos caractères, le pamphile est de nature bas et servile. Une sorte de laquais. Voire, pire, un courtisan. Alors, des gens, d'autres gens, ont nommé Pamphile le valet de trèfle dans le jeu carte. Il devint même une sorte d'atout dans le jeu du mistigri, encore dit jeu de Pamphile. D'où l'expression : ce mistigri est un véritable Pamphile ! Bon, ça, c'est une expression que je viens d'inventer, mais avouez qu'elle en jetterait au détour d'une conversation.

Le contemporain de La Bruyère, c'est notre brave Jean-Baptiste. Et pour lui, un valet n'est pas si bas du front. Il s'en trouve même de fort intelligents. C'est pour cela qu'il s'en sert comme confidents dans la plupart de ces comédies. Un maître a un problème, et bien avant que cela ne tourne à la tragédie, son valet, fourbe, solutionne la chose avec son intelligence à lui et nous fait marrer. Les atouts du gars Molière se nomment alors Scapin, Dorine, Sganarelle, etc. Ce sont là des gens du peuple qui aident des gens de cour.
Dans le jeu de Beaumarchais, le valet devient même le personnage principal de la pièce, les nobles n'étant plus que des seconds rôles, des faire-valoir, comme dans le Mariage de Figaro. Ça sent la Révolution.

Alors que maintenant, certains de vous autres m'obligent à ouvrir mon dictionnaire rien que pour suivre leurs conversations, je les accuserai d'un brin de pédantisme. Jusqu'à preuve du contraire, c'est moi ici le seul maître de philosophie ! Et je prierai une certaine Nicole de cesser de rire !

Pamphile ! Comment ça, je ne connaissais pas ce mot ? C'est un peu facile ! Je t'en fouterai, moi, des pamphiles....

VIVOR!
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 28 Nov 2012 - 10:52

Y a t-il un rapport proche ou lointain avec pamphlet ? Je sais c'est une question idiote mais je me la suis posée..
Revenir en haut Aller en bas
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 2:17

kate100fin a écrit:
Y a t-il un rapport proche ou lointain avec pamphlet ? Je sais c'est une question idiote mais je me la suis posée..
je suis de plus en plus enclin à penser qu'être idiot c'est ne pas se poser de question...
bisou
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 2:34

Citation :
ce mistigri est un véritable Pamphile !
A replacer dans une conversation mondaine, et à observer les réactions....

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 10:54

PamphletN.m.

Le pamphlet est au pamphile ce que la sornette est au corniaud : un feuillet qui parle des sots.
Dans la grèce antique, le pamphile était l'ami de chacun ; un gars pas difficile. Du coup, les gens se sont moqués. Au douzième siècle, il a existé une comédie écrite en vers latins : Pamphilus seu de Amore. Le nom de cette comédie, très connue à cause d'un personnage remarquable de vieille entremetteuse, Pamphlette, servit à désigner, en Angleterre, depuis la fin du XVIème siècle, un court écrit satirique. En 1653, on trouve le mot pamphlet pour la première fois dans un texte français. Mais, il est présenté comme un terme étranger, un anglicisme.

Or, avant 1633, l'esprit français avait déjà conçu moult pamphlets. Les historiens l'attestent. Pourtant le mot n'existait pas. Je vous renvoie donc à l'excellent article d'Yvonne Bellanger : le pamphlet avant le pamphlet :le mot et la chose

Vous y apprendrez entre autres qu'à l'époque le pamphlet pouvait être dit une mazarinade. Bien sûr le mot était aussi daté qu'aujourd'hui une raffarinade.

En psychopathologie, on désigne par pamphlétaire, un revendicateur qui cherche à attirer l'attention de l'opinion publique sur sa cause, par le moyen d'affiches, de lettres, de livres.
Fort heureusement, de tels malades n'existent pas sur notre forum. Plus courants sont les désespérés qui y expriment leur mal-être au moyen d'un humour aussi corrosif que talentueux.
Il décida de publier, à ses frais, un pamphlet périodique dont il serait l'unique rédacteur, qu'il remplirait de toutes les indignations de sa pensée et qu'il lancerait chaque semaine sur Paris, comme un tison.
Léon Bloy, Le désespéré.

Alors, de la même façon dont votre serviteur vous embarque dans un deuxième tome, ce même pamphile jouirait grandement à la lecture prochaine et tout à fait finistérienne des Pamphlets des Monts d'Arrée.

Ai-je proféré une idiotie?
Revenir en haut Aller en bas
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 13:56

Vic Taurugaux a écrit:
....
Ai-je proféré une idiotie?

ah que non!
le peu que je connaisse des hôtesses des monts d'Arrée me permet d'affirmer céans qu'elles possèdent sans conteste la "pamphlétaire attitude" , non que j'en eusse été moi-même victime (Dieu m'en préserve!), mais dont j'ai pu en observer l'expression verbale , me trompant d'ailleurs lourdement sur l'interprétation des flèches décochées .. mais ceci est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 16:07

La chose existe avant le mot.

La phrase n'est pas de moi mais de Madame Bellenger cité plus haut. Professeur es lettres de littérature, j'en ai conçu à son titre, l'idée qu'elle ne disait pas que des conneries.

Voulant donc être son élève, je réfléchis tout haut. C'est vrai, quand on se prétend le lexicologue ou graphe d'un forum de littérature, il est bon de trouver des maîtres puis de se poser des questions.
J'avais déjà remarqué, de par mon métier, que les choses se présentent aux enfants avant que ces derniers n'utilisent la parole. Comme si il existait une préexistence du monde à sa représentation. L'enfant vient au monde. Il constate tout un bordel autour de lui. Mais pour se sortir de ce chaos, il doit en nommer les choses. Bien sur, avec un peu d'empathie, on comprend combien les mondes sont mêlés pour le jeune enfant. Monde interne ou monde externe, la frontière demeure floue, surtout en l'absence de maman. Alors, de se servir de sa bouche, pour mettre à l'extérieur de soi un mot sur la chose qui nous a touché, avouez que ce n'est pas con.
Par exemple Maman vous touche. Je veux dire, touche votre monde intérieur. En retour, dans une sorte de rot, vous dites le mot Maman. Une tentative de parole qui vous échappe. Un peu comme une bouteille à la mer. Et bien, vous n'avez pas idée du retentissement d'un tel gargarisme.
De l'autre côté : il a dit Maman, non mais tu te rends compte, sors-toi un peu de ton journal, il a dit Maman ! Une sorte de scud dans le monde de votre mère. Je ne dis pas que vous l'avez fait exprès. Tout ça est venu de vos neurones. Mais quand même, c'est pour dire, une maman, c'est une chose particulière.

Les plus doués de la classe peuvent désormais essayer de dire Papa. En même temps, je ne garantis pas les mêmes résultats. « Oui, notre gosse parle, et alors ? »
Un papa, ça n'est pas l'équivalent d'une maman.
Alors, pour en revenir à Madame Bellenger, un pamphlet, ce n'est rien d'autre à l'entendre que de la médisance. Une sorte de négatif, si vous préférez. Et effectivement, on peut considérez le mot maman comme le négatif d'une maman. Une maman renversée. Une empreinte de maman.
L'autre jour, j'avais dans mon bureau une maman venu me consulter parce que son enfant de trois ans la mordait. Consciente que ça faisait mal, elle s'était dit que ce n'était pas normal. D'où la consultation. Pour voir. Je lui demande comment ils font. Elle dit : il m'a mordu au bras. Je lui ai montré la trace, on voyait la trace des dents. Puis, elle a commenté : tu as fait mal à Maman. Pour lui expliquer. Pour qu'il comprenne. Moi, j'ai dit que, compréhension ou pas, c'était interdit de mordre une maman, on a le droit de mordre la viande ou les légumes, les fruits que donne Maman, mais jamais maman en personne. Mais elle, soucieuse de la pensée de son enfant : il faut que je lui explique pour qu'il comprenne. On n'était pas d'accord. Moi avec mon interdit, elle avec leurs mondes internes.

Dans le mot papa, il y a à la répétition du mot pas. C'est à la fois un interdit et une avancée. Une sorte de castration. Il ne faut pas mordre Maman, un point c'est tout. Comprenez l'ampleur de la médisance. Et bien, figurez-vous que cette dernière doit toucher à la fois le monde interne de la mère et de l'enfant pour que ça s'ordonne. C'est pas toujours gagné !

Les choses existent avant les mots. C'est quand même un truc auquel il fallait penser !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 29 Nov 2012 - 16:34

Citation :
Les choses existent avant les mots. C'est quand même un truc auquel il fallait penser !
Elles existent même avant qu'on en aie conscience. Je dis une bêtise ?

@ Mihou :

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 33Aller à la page : 1, 2, 3 ... 17 ... 33  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2
» Le dessin est-il à la portée de tous?
» [Site partenaire] Androland.com - Des Sensations Fortes à Portée de Tous
» La Semeuse... "à la portée de tous"(Louis Barrier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Dictionnaires et outils d'écriture-
Sauter vers: