Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant
AuteurMessage
blue note



Nombre de messages : 8002
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Dim 9 Fév 2014 - 23:14

On en avait parlé, effectivement.
J'avais même apporté mon petit caillou à l'édifice en faisant remarquer qu'en elfique également, le soleil est féminin et la lune masculin.
Kekseksa l'elfique ? Hé bien, lisez Tolkien !
Par ailleurs, Tolkien a "inventé" l'elfique avec une base de germanique, de celtique, de saxon et diverses langues de cet acabit.
Et oui, bien sûr, le langage est essentiel, il en dit très long sur le peuple qui l'emploie.
La philologie, c'est l'étude d'une langue, d'une civilisation par l'analyse de ses textes.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Lun 10 Fév 2014 - 10:02

Et personne pour parler de Linga ou Yoni?
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Lun 10 Fév 2014 - 20:15

Je pourrais parler du lingam (forme plus répandue du mot que linga) et de la yoni, évidemment, surtout qu'à Bénarès où j'ai séjourné, ville de Shiva, on trouve des lingams à tous les coins de rue. Mais je crois que le lien que tu nous as donné explique bien les choses, et le symbole.
Donc pas grand chose à ajouter (et non pas rajouter : j'ignore pourquoi mais une mode orale est apparu depuis une quinzaine d'années incitant tout le monde à placer systématiquement un R au début du verbe "ajouter", si bien que ce mot est de moins en moins utilisé dans sa forme courante orale. Surenchère ? Habitude d'être précédé de "pour" ? Je parlais ailleurs de fautes mondaines qui deviennent des tics de langage puis qui sont peu à peu adoptés par l'usage, comme les pléonasmes "bien évidemment" et "au jour d'aujourd'hui". Je crois que le verbe "rajouter" est en passe d'absorber sa forme simple "ajouter", du moins à l'oral pour le moment).

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 0:33

Tiens, en parlant de lingam, en voilà un maousse costaud, que j'ai pris en photo l'année dernière lors de mon périple en Inde du sud.

Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 11:07

Pastiche : n.m.

A l'heure du copié-collé, du plagiat, le pastiche demeure une discipline à laquelle encore certains de nos poètes souscrivent. Copier un style, une époque, nous permet en effet d'apprivoiser nos plumes ; les oblige à éviter les lieux communs contemporains qui, à force de blogs, de sites, de réseaux sociaux, se multiplient oiseusement sur la toile.
On peut donc louer ici les efforts de Charles Sabatier, versificateur démystificateur des parlers de nos puissants. Tel un Jean de la Fontaine privé de ses habituels animaux, notre confrère tord le coup au sens trop communs des mots, dénonce les hypocrisies des discours bien-pensants, au moyen, non de redéfinitions comme ici, plutôt de centons savants qu'il nous faut relire par trois fois pour commencer à entendre de c'est de quoi qu'il cause.
Dans sa dernière œuvre, la centième – excusez du peu – notre ami récidive en titrant placet sa parodie. Késaco ?

Il faut bien comprendre mes chers enfants, que l'on ne peut vraiment dénoncer le caractère pompier d'un style qu'en l'utilisant soi-même. De cela, l'artiste en fait ses gammes. Dans tous les ateliers de peinture, les jeunes barbouilleurs s'exercent d'abord à recopier les maîtres du passé. Pour mieux ensuite les dépasser. Cela vaut pour la peinture, pour la musique comme pour la littérature. Ensuite, quand l'homme de l'Art a suffisamment compris, manipulé les travers de ses aînés, il pense enfin s'être forgé la main.

Je suis content que mes pastiches vous aient amusée. Cet un exercice facile et vulgaire. Mais enfin je crois tout de même que j'y ai mis une certaine largeur, que ce sont de bonnes « copies » comme on dit en peinture.
Proust. Lettres à la comtesse de Noailles.

Au XVIIe siècle, l'écriture précieuse devient le support de notre langue, du bon usage de notre langue. A la cour, chacun rivalise de bons mots, ridiculise les sots qui ne savent point parler, pond des billets d'humeur, des flatteries à plus haut que soit, des ignominies à plus bas. Le placet est alors une requête, - du latin placere, il plaît, il est jugé bon … - écrite et adressée au roi, au ministre pour demander justice, se faire accorder une grâce, une faveur. Il devient chez nos artistes de la plume, un genre poétique : petit poème en forme de placet. Bien sûr, ce genre abuse de références mythologiques, de métaphores, recourt aux hyperboles et autres hypallages. Rien n'est trop beau alors que toutes ces dentelles versifiées pour paraître son rang. Aujourd'hui sans doute, ces mondanités vous sembleraient futiles si nous n'étions de retour sous la dictature de la « petite phrase sortie du contexte » et qui tue si bien un discours, quel qu'il soit. Aussi dire qu'en placet est futile relève du pléonasme. Pléonasme voulu par un certain Stéphane Mallarmé qui titra ainsi une de ses œuvres, pastiche des « écritures galantes » des siècles passés.

Alors que Charles Sabatier nous serve en dessert son propre placet comme mot d'excuse d'être toujours là à participer à nos conversations fort peu rhétoriciennes, dénote l'humour d'un qui nous cause un patois fort abscons !

La majorité a forcément tort car elle est composée d'imbéciles. La minorité aussi ! Mais ils sont moins nombreux.
Pierre Dac.

Placet

Placet futile

Pour aller plus loin
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 13:04

Heureusement que tu es là pour dégrossir nos pauvres petits cerveaux limités, mon cher Vic.  Ange 
Ceci dit, TE lire est toujours aussi chouette, pour ne pas dire de plus en plus (mais de plus en plus depuis un bon moment !!)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 15:33

Pardon Vic, mais utiliser une forme ancienne ou classique de prosodie, même peu connue, ne relève pas du pastiche, sinon chaque fois que l'on écrit un sonnet par exemple on proposerait un pastiche !
Le pastiche imite le style d'un auteur. C'est du "à la manière de". Dans le poème de Charles Sabatier, je ne vois aucun pastiche, ni placet d'ailleurs.
Un placet est une demande, une requête, pas un remerciement, à fortiori mêlé d'un amer pamphlet, comme je viens de lire.
Remerciement à ceux qui lisent l'auteur sur LU, pamphlet contre ceux qui ne le lisent pas (faux pas, hypocrites, imbus, fieffés, avides d'honneurs, fiers carillonneurs, m'as-tu vu, etc), dont je suis, donc.

Je suis désolé Vic, mais contrairement à mes taquineries fréquentes, cette fois-ci je m'inscris vraiment en faux.
Si encore c'était un placet beau...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 15:36

filo a écrit:
(faux pas, hypocrites, imbus, fieffés, avides d'honneurs, fiers carillonneurs, m'as-tu vu, etc), dont je suis, donc.

Idem.
Il semble que Charles et moi ayons une notion différente du partage.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 16:05

Filo, faut changer ta phrase référence :
rentrer dans le lard..., mais faut bien que quelqu'un le fasse...
Mais pas de quoi se faire toutefois une "branlette mondaine". Gardons notre humour, c'est sans conteste ce que Charles attend !N'allons pas, de ce pas, faire de notre poète de cape et d'épée un faquin de quintaine.


Dernière édition par gérard hocquet le Mar 11 Fév 2014 - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 16:06

L'explication du "Placet Futile" est presqu'aussi hermétique que la poésie de Mallarmé.
On se croirait dans un cours de français niveau lycée...  AngeR Lesquels cours sont censés expliquer les textes, mais si on explique avec des termes abscons ou inconnus des élèves, comment peuvent t-ils comprendre?
Je me pensais capable de survoler avec aisance une analyse de texte, ayant fort bien réussi cet exercice au temps de mes années studieuses. Mais je découvre avec un certain effarement un vocabulaire qui outre m'être étranger, n'apporte guère de lumière sur les textes, qui, pour n'être pas tous de Mallarmé, n'en demeurent pas moins obscurs à notre jeunesse.
Ainsi faut-il parler de "phrases amélioratives, d'incipit, et autres termes savants qui n'éclairent point la lanterne de nos Diogène errant dans les mots comme le philosophe cynique dans les rues d'Athéne.
Et puisqu'ils n'y voient goutte, je leur conseille de s'approprier le texte en le re- écrivant avec des mots à eux. Lesdits mots étant, cela va de soi, bannis d'un devoir qui doit être composé et rédigé selon les normes académiques dictées par l'Institution.

Ainsi me vois je contrainte de traduire le français en français...  Gaga


Dernière édition par Tryskel le Mar 11 Fév 2014 - 18:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 16:15

Je n'ai jamais lu "Le nom de la Rose" (ni même choisi de le regarder). Mais je me souviens d'une amie qui l'avait adoré (une comptable à patience d'ange). Il avait cependant fallu qu'elle se se sépare pas d'un bon gros dictionnaire pendant la lecture du bouquin.
Je ferais volontiers la démarche, en d'autres circonstances. Mais l'acidité n'est pas ma tasse de thé, pas plus que les partages à sens unique.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 17:44

"Le nom de la rose" n'a rien à voir avec un bretteur de rimailles qui faute de nous cirer les pompes, Cyrano de berger accro de bâton.
L'érudition y est une nécessité pour être dans le contexte du récit. Je m'en fais l'écho : c'est un incontournable à lire et à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 17:48

Je ne faisais pas le lien entre les deux genres, mais avec le fait de devoir y adjoindre le dico, en réponse à ce que disait Trys  tong 
Oui, il paraît que c'est génial, mais comme pour le Seigneur des Anneaux, je prends mon temps pour y venir...  Rolling Eyes

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 19:44

Le nom de la Rose, et n'oublions pas Le pendule de Foucault, qui à mon avis est encore meilleur, et dont les "besoins de dico" ne se font sentir qu'au début du livre, après ça va.
Umberto Eco est un de mes auteurs contemporains préférés.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 19:56

filo a écrit:
Pardon Vic, mais utiliser une forme ancienne ou classique de prosodie, même peu connue, ne relève pas du pastiche, sinon chaque fois que l'on écrit un sonnet par exemple on proposerait un pastiche !
Le pastiche imite le style d'un auteur. C'est du "à la manière de". Dans le poème de Charles Sabatier, je ne vois aucun pastiche, ni placet d'ailleurs.
Un placet est une demande, une requête, pas un remerciement, à fortiori mêlé d'un amer pamphlet, comme je viens de lire.
Remerciement à ceux qui lisent l'auteur sur LU, pamphlet contre ceux qui ne le lisent pas (faux pas, hypocrites, imbus, fieffés, avides d'honneurs, fiers carillonneurs, m'as-tu vu, etc), dont je suis, donc.

Je suis désolé Vic, mais contrairement à mes taquineries fréquentes, cette fois-ci je m'inscris vraiment en faux.
Si encore c'était un placet beau...

Un pastiche peut imiter le style d'un auteur ou d'une époque. Il est d'ailleurs mieux compris comme tel quand le trait est forcé. Un synonyme du pastiche étant la caricature. Maintenant, à trop pasticher un langage ésotérique et précieux, on risque également de faire naître des quiproquos, des incompréhensions et à retourner contre soi l'hypocrisie que l'on cherchait à dénoncer. Il ne me semble pas que Charles Sabatier méprise les gens de Lu qui ne le lisent pas et que les adjectifs que tu cites s'adressent à eux, seulement dans l'autre sens, le seul style trop amphigourique de ses interventions peut lasser. C'est toujours le dilemme de la forme du fond. N'oublions pas, très chers amateurs de ce forum atelier d'écriture, que la langue demeure la meilleure et la pire des choses.

Donc, ma prochaine contribution portera sans doute sur les niveaux de langage afin de ne me pas me faire lyncher par mon propre et fidèle lectorat. Ce qui serait, avouez-le, un comble!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mar 11 Fév 2014 - 20:39

mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 12 Fév 2014 - 2:51

miam, je me suis réservé la soirée pour engloutir goulument les pages de retard ....

un régal!

"ce serait un comble".... de ne point y avoir gouter
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 12 Fév 2014 - 15:24

Machicouler : v.

Verbe ne sommeillant plus guère que dans le dictionnaire du Moyen Français, lui-même couché sous l'incommensurable couette qu'est le site du Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales. On disait  également jadis machecoller. Or, cette action défensive est tombée en désuétude. Du coup, le verbe aussi. Ne nous restent comme vestiges de ces temps médiévaux que les mâchicoulis.  Littéralement, machicouler consistait donc à « mâcher » dans le sens d'écraser, le cou de vos adversaires au moyen de projectiles en tir plongeant du haut des remparts.

Ce vocabulaire militaire se retrouve aujourd'hui sous la plume d'Alizé. Le caractère belliqueux et agressif de notre amie poète ne m'avait jusqu'à présent que peu interpeler aussi dois-je comprendre l'emploi poétique de ce terme plus par la joliesse de ses sonorités que par l'austérité de son sens premier.

Doit-on alors lire la poésie à l'aide d'un dictionnaire ? Mes avis demeurent partagés. Oui, si vous considérez qu'il existe une certaine poésie dans la recherche des sens et emplois anciens des mots mais non, si le recours à l'ouvrage lexical s'avère une corvée.

Ici, machicoule se suffit en effet à lui-même du fait de son étonnante esthétique. A le regarder comme ça, on imaginerait facilement une sorte de vielle, peut-être même un orgue de barbarie. Machicoule tient également en bouche du fait de ses trois syllabes et un certain de mes amis me le conseillerait volontiers comme appellation d'un grand cru : un château machicoule. La chose devient d'autant plus étrange quand le poète le conjugue à la première personne du singulier de l'indicatif présent : je machicoule, nous affirme en effet Alizé. Du coup, cette assertion vous amène à gamberger : que peut-elle bien machicouler toute seule dans son coin ? On imagine forcément des choses. Ce serait un peu comme de dire : j' échauguette ou je poétise. Il existerait ainsi certains d'entre vous capables de poétiser tout en machicoulant. L'hermétisme du procédé aiguiserait les curiosités. Douces. Car, depuis son adoption par les poètes, le mâchicoulis a gagné en musique ce qu'il a perdu en pouvoir meurtrier. Visitez désormais des remparts de châteaux, vous n'y découvrirez plus que des familles de touristes avec de jeunes enfants. Car les enfants, tout comme les poètes, adorent ce qui est moyenâgeux. Ça doit les faire rêver. Je suppose. N'étant moi-même ni enfant ni poète, je ne peux avancer ici plus avant que par hypothèses.

Et, en prenant garde où elle met les pieds, l'hypothèse ne peut prendre appui que sur le contexte. Élargissons un peu notre champ :
Tranquille, je mâchicoule et je me retourne.
Ainsi, apparaît l'idée que le terme est employé pour décrire une action corporelle. L'auteur machicoule à l'instar du château. Elle aurait pu tout aussi bien condenser son propos par l'emploi du verbe torticoler : Tranquille, je torticole.  Mais, la musicalité du vers s'en serait alors trouvé altéré.

Machicouler de la sorte entraîne par associations deux autres verbes : verdoyer et poudroyer. Car, si le donjon machicoule, toujours le soleil poudroie et l'herbe verdoie. Vous avez beau voir venir, le blason médiéval est composé de la sorte. Forcément immobile. Il faut donc toute l'imagination du poète (des enfants) pour animer ce qui ne l'est plus. C'est pourquoi, dans la magie de ce tableau, rien n'empêche le verbe nuager : les choses s'y transformant en actions.

J'aime les nuages … les nuages qui passent … là-bas … là-bas … les merveilleux nuages, nous informe Baudelaire dans son Spleen de Paris.
En effet, la poésie nous transporte dans le merveilleux. En autorisant le songe. A la différence du dictionnaire, qui classe et répertorie, le poème libère les mots. Du coup, ces derniers s'affranchissent du carcan de leurs sens, de leurs étymologies, de leurs fonctions usuelles, voire de notre langue commune. Il existe en effet différents registres de la langue. La poésie en serait un.

Couchée ...
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Mer 12 Fév 2014 - 21:48

Quel joli mot,
Dit le Dico
Penché aux créneaux...

Registre, ou Niveau de langue?
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 13 Fév 2014 - 14:29

Ha oui, machicouler, pas mal ! Merci de l'avoir lexicalfé, celui-là !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 13 Fév 2014 - 14:39

en se prenant la langue dans le tapis, ça donne malicoucher ou miloucacher, etc...un mot renversant à secouer dans tous les sens.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Jeu 13 Fév 2014 - 15:22

Extra, ce mot. On en a plein la bouche, au point de faire des économies de chewing gum. Et puis sur le plan sonore, il incite à prendre plusieurs chemins : chique, patchouli, mâchouille gouleyante, bref, un banquet complet.

Chamicouler, ce ne serait pas mal non plus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 14 Fév 2014 - 16:13

la version écolo serait : se faire la malle de Foukouschima.... mèche 

mais le fondamental, c'est toujours le texte d'Alizé  Rêve 
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 14 Fév 2014 - 16:27

Rébellion : n.f.

Si les poètes ne sont guère bellicistes, ils demeurent pour la plupart rebelles. La paix ne les satisfait pas. Du moins, les termes qui régissent, encadrent la paix. Là où tout un chacun pourrait jouir d'un sommeil bourgeois, les poètes remettent ça. Ils agitent les lignes. Et, le plus terrible est que leur agitation séduit. Recommencer la guerre : rebellis en latin n'est pas pour eux reprendre forcément les armes, mais plutôt tenter de représenter le fracas du chaos. Qu'est-ce qui agite en effet nos cœurs, nos âmes sinon des mots que les poètes alignent consciencieusement à longueur de vers, de strophes, de rimes.
Les poètes ne sont pas belliqueux. Ils sont révoltés. Ils expriment ce qui les retourne.
Tranquille, je machicoule et je me retourne.
Ils font leur propre révolution. Sur eux-mêmes. Ce ne sont pas des va-t-en-guerre puisque la guerre est déjà en eux. En fait, ils exposent les conflits inhérents à leurs âmes.

En littérature, un sens vieilli du mot rebelle qualifie celui qui ne répond pas à l'amour qu'on lui porte.
Rien ne faisait encore battre son cœur rebelle.
Victor Hugo, les Orientales.
En effet, le poète n'est en rien un amant paisible, car son sujet consiste principalement à interroger l'amour.

Le rebelle serait en fait comme une sorte de vassal qui ne se soumettrait pas à l'autorité de son suzerain. L'idée de la subordination n'allant pas avec sa nature. L'ordonnancement que permet la hiérarchie ne lui sied pas. Il lui faut autre chose. Principalement des mots, de la peinture, des actes. Pour dire autrement.
En moyen français, le verbe reveler signifiait à la fois se rebeller et se réjouir. Reveler du latin, revelare : retirer le voile, se mettre à nu.

Autant, un guerrier cherchera à disparaître sous son armure, autant un poète livrera son cœur. En désordre. Forcément en désordre. Il autorise chacun à le lire. Éventuellement, à tenter de l'aimer lui qui souffrirait tant de cet indomptable sentiment.

Tout le jour il suait d'obéissance ; très
Intelligent ; pourtant des tics noirs, quelques traits
Semblaient prouver en lui d'âcres hypocrisies.

A.R. Les poètes de sept ans.

portrait
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Ven 14 Fév 2014 - 16:44

Vic Taurugaux a écrit:
belle jouir Reve
Trois petites pépites cachées dans un vocabulaire qui, outre sa richesse au singulier, ouvre des portes plurielles.  Ange

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   Sam 22 Mar 2014 - 15:34

Tu sèches, Vic ? Pourtant, avec la flotte qu'il est tombé....  lk

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 32 sur 33Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2
» Le dessin est-il à la portée de tous?
» [Site partenaire] Androland.com - Des Sensations Fortes à Portée de Tous
» La Semeuse... "à la portée de tous"(Louis Barrier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Dictionnaires et outils d'écriture-
Sauter vers: