Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Famine temporelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Famine temporelle   Sam 23 Mar 2013 - 13:52

Le système de fonctionnement des sociétés modernes, avec pour moteur entre autres les moyens technologiques à l'honneur, favorise la multiplication des actions au détriment du temps. Autrement dit, dans le même temps nous faisons beaucoup plus de choses qu'autrefois, et comme les contraintes de la croissance sont de plus en plus importantes puisque la technologie permet de les assumer, il reste de moins en moins de temps libre.

Exemple a écrit:
Quand on allait à pied à son travail, à 5 km de chez soi, il fallait compter une heure. Maintenant que l'on prend nos voitures, nous pouvons faire ces 5 km en 10 minutes et en gagner potentiellement 50. Mais nous n'habitons plus à 5 km de notre travail, mais à 30 km, ce qui fait qu'on passe toujours une heure à nous déplacer... Dans ce cas, le taux de croissance est le même que le taux d'accélération : il faut le même temps pour faire un déplacement plus long. Et bien souvent, en fait, nous n'habitons plus à 30 km, mais à 60 km, ce qui fait qu'on a perdu une heure plutôt que gagner 50 minutes ! Ici, le taux de croissance est supérieur au taux d'accélération. Avant, admettons qu'il nous fallait une demi-heure pour rédiger 4 lettres. Mais aujourd'hui, en une demi-heure, nous traitons bien plus d'e-mails. Nous sommes devenus plus rapides, mais nous avons également plus d'interactions à gérer, et donc plus de stress. "La pénurie de temps n'est pas due au progrès technologique, mais au fait que la croissance est plus importante que l'accélération."

L'article tout entier est passionnant : http://internetactu.blog.lemonde.fr/2013/03/22/la-technologie-est-elle-responsable-de-lacceleration-du-monde/

On y lit notamment que la décélération ne pourrait se révéler efficace que si elle était collective. Ça tombe sous le sens. Toutefois, individuellement il est encore possible de résister, parfois, si l'on sait encore prendre conscience de la préciosité du temps et si l'on sait faire gros dos contre la poussée générale.

Pour ma part, la confrontation du temps pressé et du temps long est criante lors des temps d'immersion dans la belle campagne, au contact de mes deux vieux parents qui vivent encore au temps d'autrefois, et à chaque fois c'est ce qui me frappe le plus et me fait le plus réfléchir à l'utilité ou à l'imbécilité ou aux deux à la fois, de cette urgence permanente qui tient le monde moderne en haleine.

Qu'est-ce qui est important, qu'est-ce qui ne l'est pas ?
Qu'est-ce qu'on peut laisser de côté, à quoi ne peut-on pas se soustraire ?
Savons-nous encore nous donner du temps ?

Car au fond, qu'est-ce qui fait l'essence même de la vie, si ce n'est le temps de la vivre ?

Un thème qui me revient souvent à l'esprit, dans le refus de me laisser broyer-emporter-non vivre. Avec le sentiment de devoir constamment trier, filtrer, pour ne laisser aux urgences que leur caractère d'urgence, délesté de toute fausse urgence.

Je suis convaincue que nous nous agitons pour rien, dans la plupart des cas. Il suffit d'observer un peu autour de soi pour s'apercevoir que l'affairement forcené n'apporte pas grand chose, si ce n'est une accumulation de gestes inutiles pour un résultat néant. Ne serait-ce que dans ces fameuses réunions de travail, dans le bouillonnement urgemment pressé de les concocter, pour n'y dire rien, de sorte qu'il faut immédiatement en concocter une autre, et puis encore une autre, et puis encore une autre, comme ça sans fin, pour y entendre ou y dire des hors sujet, y redire des évidences que tout le monde connaît, allant jusqu'à l'imbécilité : comment tenir une fourchette, comment balayer une salle, les personnes handicapées ont-elle droit à une vie sexuelle, bref, des sujets hallucinants qui vous mettent une entreprise en état d'éruption volcanique pour des réunions abracadabrantes.

Depuis mon trou de verdure, dans les bruits de la belle nature, sous le ciel serein, je songe souvent au bruit du monde sur les réseaux informatiques, sur les routes et dans les aéroports, entre les rayons des supermarchés, dans les entreprises entre mails et coups de fil et montagnes de papiers multipliées on ne sait pas pourquoi.

Et je me demande à quoi ça sert, tout ça.
Je me demande pourquoi le choix est si impossible pour ceux qui se retrouvent broyés par le système.
Apprendre à discerner ce qui est obligatoire, et ce qui ne l'est pas.

Je me demande si nous le monde moderne n'a pas déjà plongé dans la folie.

Décidément, plus ça va, plus je me réjouis de décrocher du wagon de l'urgence, en demeurant rebelle, filtre en main, quitte à passer pour une semi-sauvage quand je bloque les écoutilles en décidant d'opérer moi-même mes choix d'acceptation ou de refus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Famine temporelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Famine temporelle
» POLAR 50
» La RDC, un des pays le plus affamé du monde (?) (La Libre et autres)
» Forum pour débattre : La nature, flore et faune
» [Nothomb, Amélie] Biographie de la Faim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Philosophie-
Sauter vers: