Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoires en feuilleton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Histoires en feuilleton    Lun 27 Mai 2013 - 20:46

Alors voilà, ça y est, j'ai eu cette idée, et je me lance. Ça fait longtemps que je voulais écrire une histoire un peu longue, j'ai reculé, reculé, et puis bon, y'a un moment ou il faut y aller, n'est-ce pas ?

Donc je compte sur vos critiques, vos jugements, vos avis, toussa toussa.


La fille du forgeron

Ça fait longtemps, très longtemps que cette histoire est arrivée. Tellement longtemps qu'elle a presque disparue de l'histoire de l'humanité. Seuls quelques initiés en gardent la mémoire. Ces initiés ont fondé une société considérée comme inoffensive puisque concernant toutes les légendes se rapportant aux dragons. Cette société, composée de ceux et celles qui aiment les contes et des lointains descendants de cette héroïne, s'est muée en association à but non lucratif de nos jours, et a élargi son champ d'action: ce sont les Conteurs de l'Ancien Monde. Ils racontent des histoires, mythes, légendes, et un soir, je suis allée les écouter. C'était l'histoire de la fille du forgeron, l'histoire de leur ancêtre.


Il faut savoir que, dans l'Ancien temps, les dragons vivaient encore sur Terre, que certains animaux parlaient, d'autres avaient des ailes, et que les licornes côtoyaient les chimères et les sirènes. Il vous faut savoir également que la magie était aussi commune que l'électricité de nos jours, et que les vaisseaux spatiaux et extra-terrestres étaient monnaie courante. Mais tout n'était pas rose...

Non, tout n'était pas rose car il y avait des mauvaises personnes, des voleurs, des tueurs, des personnes ayant le pouvoir et en abusant... et aussi des héros et héroïnes.

L'une d'entre elle était la fille du forgeron du village situé sur la Montagne des Brumes. Toute petite déjà, la magie se manifestait en elle. Ses parents lui ont trouvé un tuteur dans la lointaine capitale du royaume.

Elle partit donc à l'âge de 10 ans pour son apprentissage, et , au bout de 15 ans, son tuteur lui avait appris tout ce qu'il pouvait lui apprendre.

Elle partit...enfin, elle essaya de partir... Le problème, c'est que la ville s'est trouvé entourée de dragons qui empêchaient quiconque de sortir ou d'entrer; des centaines, des milliers de dragons... les gens étaient terrifiés, des rumeurs toutes plus folles les unes que les autres se répandaient, et le roi et la reine, ma foi, c'est peu de dire qu'il étaient un tantinet ennuyés de cette histoire. Ils étaient effondrés, ne sachant quoi faire pour débloquer cette situation. Ils avaient envoyés des ambassadeurs qui avaient été bien traités, et renvoyés sains et saufs vers le roi, auquel ils avaient délivré le message suivant : "Nos enfants nous ont été volés, nous savons que c'est l'un d'entre eux, mais pas qui exactement est cette personne, nous savons que nos petits sont dans votre ville. Nous nous en irons que lorsqu'ils nous on été rendus. Et ce n'est pas négociable."

La jeune sorcière novice dut rester donc chez son tuteur, et discutèrent de la situation. Son tuteur lui dit que là c'était son épreuve , qui la consacrerait sorcière à part entière. Mais il n'avait aucune, vraiment aucune idée de la résolution de cette histoire.

La jeune sorcière se nommait Tynuvielle , d'une lointaine ancêtre elfe, dont l'histoire a été écrite par un auteur de notre monde à nous, J.R.R Tolkien. Elle tenait de sa mère pour le sang humain, et de son père pour le sang elfique. Elle avait une amie qui se nommait Titania, et qui a eu une autre histoire.

Et toutes deux résolurent cette histoire avec brio.


Quand elles eurent rejoint les dragons, elles étalèrent une grande couverture et déposèrent les œufs délicatement sur le tissu, s'agenouillèrent en signe de paix et baissèrent la tête, terrifiées devant la colère des dragons.

Le roi des dragons s'avança vers elles...










Dernière édition par L'infréquentable le Lun 3 Juin 2013 - 2:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Mer 29 Mai 2013 - 2:28

Ce qu'il vous faut savoir maintenant, c'est la façon dont notre héroïne a résolu cette terrible histoire.

Elle avait fait savoir qu'elle cherchait des œufs de dragon à n'importe quel prix, discrètement, sous le manteau, de bouche à oreille, l'annonce fit son petit effet. Le voleur...d'ailleurs franchement comment peut-on voler des œufs à un dragon... m'enfin bon y devait posséder un sacré somnifère çui-là. Bref, le possesseur de ces merveilles se fit connaître auprès d'elle, elle lui dit que "grâce" à lui , les dragons encerclaient la ville, et étaient prêts à la réduire en cendre. Le voleur, reconnaissant qu'il avait commis une légère erreur, déclara que ce seraient les dragons eux-mêmes ou le bourreau du roi qui le tueraient. Tynuvielle l'assura qu'elle le paierait bien de sa peine, mais que lui devait maintenant s'assagir, et qu'elle le garantirait des colères de tous et de toutes, en disant qu'il avait contribué à rétablir la paix, même si tout le monde savait que la réalité était quelque peu déformée, il valait mieux que ça se passe de cette manière. De toutes façons, le voleur a eu tellement peur, qu'il s'arrêta de commettre des délits , et passa le reste de sa vie à cultiver un herbe médicinale magique nommée "herbe de dragon", et la vendre aux herboristes, magiciens, enchanteurs et tout ça.

Tynivuelle, munie des œufs , sortit de la ville pour rejoindre les dragons.... les mêmes dragons qui avaient juré, que même si leurs petits leur étaient rendus, le crime était si horrible que l'humain qui viendrait vers eux serait tué, mais que la ville serait libre.

Tant pis. Elle s'est dit "tant pis", mieux vaut moi que des milliers de personnes.

C'est ainsi qu'elle se retrouva , devant le Roi des dragons, et tous les autres dragons autour...et qu'elle attendit....les secondes, puis les minutes s'écoulèrent. Les dragons commencèrent à reculer, et les œufs petit à petit, se fendirent, et des dragons en miniature sortirent et s'envolèrent. Tynuvielle , émue , émerveillée, regardait, et souriait et elle entendit le Roi des dragons s'approcher d'elle. Elle se dit "C'est maintenant". Et ferma les yeux.

Mais le dragon parla, et Tynuvielle fut grandement étonnée. Non, les dragons en fait ne voulaient tuer personne, ils voulaient juste vivre en paix, c'est tout. Ils ont déclaré ça pour voir qui serait assez courageux pour venir vers eux.

"Et ce fut toi. Tu es celle que nous attendions, un être humain doué de compassion pour tout ce qui vit, tu es venue à nous, nous rendre nos petits, et offrir ta vie en toute connaissance de cause. tu es notre amie. Nous te serons à jamais redevables".

La nouvelle se répandit comme un cri de dragon dans tout le royaume. Tynuvielle fut respectée dès l'annonce de la nouvelle.... Parce que ça en jette un brin , tout de même d'avoir des amis dragons !

Tynuvielle, une fois ce terrifiant épisode terminé, ne savait où porter ses pas.

Une après-midi, on frappa à sa porte....





Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Sam 1 Juin 2013 - 21:22

(mouais, j'ai tenté un suspense haletant entre deux chapitres ... heuuu jcrois que jpeux mieux faire lk )


...Tynuvielle ouvrit , et une dame habillée magnifiquement quoique entièrement voilée entra. Une fois la porte refermée, la visiteuse enleva les tissus qui lui dissimulaient entièrement le visage.

Tynuvielle , reconnaissant la reine, s'exclama : "Majesté, vous êtes venue sans escorte ?"

La reine : "Oui, à pied... Il y a eu un coup d'état, personne encore ne le sait, à par vous et le personnel du palais... J'étais seule dans mes appartements, j'ai pu donc m'enfuir par un souterrain privé et seulement connu de mon mari, mes enfants, moi et quelques personnes de confiance. Quoique... je ne sais plus à qui faire confiance à part vous. Vous avez sauvé la ville et ses habitants, rétabli la paix entre les puissants dragons et notre royaume, alors je me suis dit que ... peut-être vous pouviez faire quelque chose. Au moins sauver la vie de mes enfants, mon mari, et des personnes qui me sont encore fidèles et loyales. Je ne sais même pas qui a pris le pouvoir, ni pourquoi, ni comment. De plus je n'ai rien pour vous aider ou vous récompenser, je suis partie très vite..." La reine s'arrêta de parler et se mit à pleurer "mes enfants, mon chéri, où êtes-vous ?".

Tynuvielle prit les mains de la reine dans les siennes, et commença à dire "Ecoutez, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir..;" quand elle fut interrompue par des coups à la porte "Ouvrez, au nom du Roi, ouvrez".

"Attendez, je sors de mon bain" s'écria la jeune sorcière, histoire de gagner du temps, oui gagner du temps....Et elle se mouilla les cheveux, se passa du shampooing dessus, les rinça, mais mal exprès, en laissant un peu de mousse. Ensuite elle lança un sort à la reine, la transformant en vieille gouvernante légèrement barbue et moustachue, musclée et costaude comme un hercule de foire, et dotée d'une voix à faire tomber les coqs de girouette. bien malin qui reconnaîtrai la belle reine douce et délicate dans cette créature ! Enfin, cinq minutes après que les soldats aient frappé à sa porte, Tynuvielle ouvrit, et vit les soldats qui attendaient impatiemment.

"Nous avons ordre de fouiller toutes les maisons de la ville , la reine s'est échappée, et nous devons la retrouver."

"Je vous en prie, faites votre travail", dit la sorcière en ouvrant largement la porte.

La reine, en les apercevant, s'évanouit.

Tynuvielle dit aux soldats "Elle n'a pas l'air, comme ça, mais elle est très impressionnable, vous savez".

La maison étant petite, les soldats s'en allèrent.

Quand la reine eut repris ses esprits, Tynuvielle lui dit " Vous ne pouvez pas rester là , le sort n'est que de courte durée. Il me faut aller à ma maison de campagne, là j'aurais de quoi composer un breuvage qui vous transformera pour très longtemps. Ensuite je vous emmène chez des amis qui ne peuvent me refuser un petit service. Vous serez bien, là-bas, les gens sont très gentils. Bon, le sort que je vous ai lancé a une durée de deux jours, mais c'est assez pour aller à l'autre maison. Pendant le voyage , vous serez ma gouvernante, et vous vous nommez Aphrodite". La reine s'étant regardée dans un miroir, éclata de rire.

Tynuvielle sourit et dit " ah, vous voyez, vous reprenez espoir". Allez, c'est parti."

Par chance, un fiacre passait par là, elles y montèrent, et il les emmena à la grande porte de la ville. Là, un grand chariot qui les attendait, les prit en charge, et le voyage commença.

Une fois arrivée dans le village natal de Tynuvielle, la reine s'aperçut que le sort ne faisait plus effet, mais cela n'était pas grave. Aucun roi ne s'était occupé de ce petit village perdu et inconnu, d'ailleurs aucun habitant de ce village ne connaissait le visage de la reine. Aucun risque, d'autant plus qu'elles étaient arrivées de nuit, et qu'à part un hibou, et deux trois chats, il n'y avait personne dans les rues.

Tynuvielle mit trois jours pour composer le breuvage qui devait retransformer pour longtemps la reine en "Aphrodite la gouvernante". Pendant ce temps , son invitée prenait le soleil dans le jardin situé au milieu de la maison, donc totalement invisible aux voisins.

Enfin tout fut prêt. La reine avala le breuvage, et retrouva le corps, la voix et les habits de "Aphrodite".

Elles repartirent. Et le voyage fut long, très très long. Jusqu'au bord de la mer.

Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Lun 10 Juin 2013 - 8:42

Tynuvielle, une fois arrivée en bord de mer avec la reine toujours déguisée, prit quelques jours de repos dans une auberge, puis elles sortirent et allèrent sur la falaise la plus éloignée et la plus haute. Elle se mit à chanter, et un dragon arriva. Elles se firent leurs adieux, et la reine monta sur le dragon, et Tynuvielle les regarda jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus les suivre des yeux. Le cœur un peu gros, elle redescendit vers le village. Et s'en alla. Personne n'avait rien vu, rien entendu. De ce coté là, tout était bien.

(oups panne d'inspiration, je reviens dès que possible pour terminer décemment ce chapitre)
Revenir en haut Aller en bas
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Lun 8 Juil 2013 - 23:26

le relai de Vic m'a précipité dans ce conte déjanté , plus verbal que littéraire, et dont le fil emprunte à toutes les sources ... pour un mescle détonant où nous mèneras-tu? mèche 
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Mar 9 Juil 2013 - 3:19

Eh bien un grand merci à Vic , à toi Mihou et à toutes les personnes qui ont simplement lu ce texte et le trouvent intéressant (critiques constructives admises mdrrr).


En fait je me suis lancée, sans plan préconçu, sans "squelette" et ne sais pas moi-même où cette aventure me mènera mdr . J'attends l'inspiration . bisous et encore merci Rêve 
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Mar 9 Juil 2013 - 3:50

Eh bien voilà, chers zamis je viens d'attraper une tite idée pour la suite..

Tynuvielle rentra à sa maison de campagne et prépara tout ce qu'il lui fallait pour des potions puissantes, mais elle devait accomplir deux exploits, et pas des minces, avant de songer à sauver le roi et les princes et princesses.

D'abord, elle devait retrouver les Puissants Légendaires , car rétablir paix et justice dans le Royaume ne serait pas de la ptite bière... les usurpateurs étaient extrêmement puissants et intelligents, ce qui ne facilitait pas les choses, de plus ils étaient aidés par une créature très forte, enfin, c'est ce que les gens du pays disaient. Elle devait aussi se déguiser et se débrouiller pour entrer un temps dans le château pour tenter de savoir où les prisonniers royaux étaient retenus.


Les Puissants Légendaires étaient : le Roi Arthur, l'Enchanteur Merlin, Lysiane L'elfe , Baba Yaga la sorcière russe, et les centaures, les centaures qui détiennent toute la sagesse du monde et vivent là-bas, à l'ouest. Quand aux autres, elle ne savait où porter ses pas.

"Eh bien, ça commence bien, se dit-elle, enfin, je vais me déguiser et entrer dans le château puis trouver la famille royale, et je la confierais aux dragons , ainsi elle sera en sécurité".

Sortant de sa maison de campagne, elle se dirigea vers la ville.

Elle avait marché toute la matinée quand elle aperçut un homme dans une armure , un homme qui l'appelait à l'aide. Il était coincé dedans depuis des siècles, et personne ne s'en était bien occupé. Il était rouillé et coincé, et servait d'épouvantail . Quel ennui !


Dernière édition par L'infréquentable le Mar 30 Juil 2013 - 18:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Lun 29 Juil 2013 - 8:41

ouf  a y est j'ai eu une idée pour la suite !Gaga 

Prise de compassion, elle imbiba un chiffon d'huile, frotta pour enlever la rouille, et enduisit totalement l'armure avec le contenu d'une pleine burette d'huile. Puis elle lui donna une de ses burettes, une burette magique qui ne le quitterait jamais, et qui se remplirait d'huile à chaque fois qu'il en aurait besoin. L'homme de métal la remercia chaleureusement, puis lui donna un cadeau précieux, et s'en alla rejoindre une jeune fille du nom de Dorothy. Tynuvielle n'y comprenait rien à cette histoire d'arc en ciel et toutes ces choses, mais bon... Faut-il toujours comprendre les motivations des personnes, je n'en suis pas sûre.  Elle s'assit sur une pierre et ouvrit le cadeau de l'homme de métal : c'était une boîte à musique, qui, selon les besoins, endormait, rendait heureux, faisait danser quiconque était dans un rayon de 100 mètres autour du porteur de la boîte.

Mais le porteur de la boîte à musique n'en était affecté que si il le voulait, et pouvait de toute façon arrêter quand il le voulait. IL pouvait dire par exemple "fais -moi dormir pendant 8heures" et hop, au bout de 8 heures, le porteur se réveille; il pouvait dire aussi " fais danser les autres pendant une heure et moi pendant un quart d'heure" ou l'inverse. Un cadeau vraiment, vraiment précieux, d'autant plus qu'il ne pouvait pas être volé. Il ne pouvait pas être séparé de son porteur que si le porteur l'offrait en cadeau à quelqu'un d'autre.

Voilà ce qu'avait dit à Tynuvielle cet étrange homme de métal; mais il lui avait précisé aussi qu'il existait un pouvoir inconnu capable de redonner le bonheur même quand tout espoir était perdu, pouvoir lié à cette boîte.

"Bah, se dit la jeune sorcière, je verrais bien", et continua son chemin vers le château dans lequel était retenu la famille royale, et dans lequel aussi vivaient les usurpateurs.

Elle fut reçue par la fausse reine et le faux roi, qui lui firent mille et mille courbettes mielleuses et dégoulinantes d'obséquiosité, ils croyaient comme ça se la mettre dans la poche. Mais c'était raté, même si Tynuvielle n'en montrait rien. Ils lui firent visiter le château, et à la fin, la chambre du Trésor, dans laquelle se trouvaient, ô horreur et malédiction, le vrai roi et ses enfants...mais statufiés. Une des filles était en statue de diamant, l'autre en émeraude, la troisième en marbre. Un des fils était en argent, l'autre en or, le troisième en platine. Le Roi, lui , était une statue de lumière. La ou les personnes qui les avaient transformés en statue s'attendaient à les voir en pierre de carrière, en sable aggloméré, en bois vermoulu...peine perdue. La famille royale avait l'esprit et le cœur pur, ce qui donnait autant de noblesse aux traits des statues, et qui leur valait d'être transformés en ces matières si précieuses. Tynuvielle fut grandement impressionnée mais choquée aussi, du traitement qui leur avait été réservé. Elle les admira et observa pendant tant de temps, qu'elle aperçut une larme qui coulait de leurs yeux, par intermittence ... Les deux usurpateurs lui proposèrent alors d'acheter les statues, et de les emmener chez elle. Elle les regarda, les yeux ronds d'incompréhension .

" Nous avons pu noter votre intérêt pour ces statues, et , pour ne rien vous cacher, nous avons grandement besoin d'argent. Nous ajouterons à votre achat, un cadeau de grande valeur; un fleur d'or, nommée fleur du soleil, et une fleur d'obsidienne, nommée fleur de la nuit, faites-en ce que vous voulez, elles ne poussent pas chez nous" Tynuvielle accepta, et emmena les statues dans sa maison de campagne. Une nuit d'orage et de tonnerre, une nuit pendant laquelle notre sorcière était sûre que personne ne sortirait, elle appela le roi des dragons, et il vint avec vingt de ses congénères, afin de transporter ces précieuses statues près de la reine. Quand la reine vit son mari et ses chers enfants dans cet état épouvantable, elle s'évanouit. Et rien ne put la faire revenir à elle.

Tynuvielle s'en voulait d'avoir créé ce malaise à la reine. Mais le roi des dragons, auquel elle s'était confiée, la rassura en ces mots " Sais-tu, ma chère, que si tu n'avais fait que lui annoncer la catastrophe, elle aurait voulu les voir, et cela aurait créé encore plus de problèmes, probablement qu'elle en serait morte, de ne pas être près d'eux. Mais nos amies les fées vont tous les faire dormir, d'un sommeil plein de rêves beaux et délicieux, et ce jusqu'à ce que tu aies trouvé le remède à tant de haine et de tristesse."

"Moi ???? S'écria Tynuvielle en ouvrant de grands yeux , mais je n'y connais rien à la puissante magie !"

Le Roi des Dragons éclata de rire, d'un rire puissant et communicatif, et au bout d'un quart d'heure à peu près, il se reprit, et déclara : "Nos amis les centaures on annoncé la venue d'une personne pure , compatissante et surtout, maîtresse d'une magie si puissante que seuls les dieux des anciens temps pouvaient la manipuler: ils t'ont vue entrer, et m'ont dit que c'était toi. Ils en ont été sûrs quand ils ont vu que tu avais ramené la famille royale".

Tynuvielle, se sentant flageoler, s'assit, sous le choc. Et justement un centaure s'approcha, salua le Roi des Dragons en ami, et dit à Tynuvielle "le roi a raison, c'est ce que nous avons vu. c'est bien toi". Tynuvielle sortit dans le jardin, marcha quelque temps, et finit par s'endormir à l'abri du fort soleil, sous un saule pleureur. Quand elle se réveilla, elle sut qu'elle devait et savoir qui possédait cette magie qui avait statufié le roi et ses enfants, et qui tenait tout le royaume en esclavage, et , pour vaincre cette malédiction , demander l'aide des Puissants légendaires.

"ah, voilà, c'est parti, je tiens la suite, mais je laisse passer un peu de temps afin de bien écrire , de bien trouver les mots afin de vous emmener encore plus loin" .
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Mar 30 Juil 2013 - 18:40

gnérrrh gnérrrh gnérrrh et là je me fait plaisir par rapport à la corrida..."tain si ça pouvait être vrai !!!

Tynuvielle, dans son voyage pour trouver les Puissants Légendaires, arriva à Mont-de Rodillhan, une très belle ville, colorée, pleine de bonnes odeurs, vivante, joyeuse autant en hiver qu'en été. Et comme elle était connue dans tout le royaume pour son exploit avec les dragons, elle était invitée partout ! Et justement, dans la joie et , je dois dire, un brin d'impatience, la mairie préparait un spectacle en l'honneur de Tynuvielle : une corrida. Tynuvielle savait parfaitement ce qu'était une corrida, mais n'en n'avait jamais vu , ni à la télé ni en tant que spectatrice dans une arène.

Elle sentait sa colère monter, monter, mais, après une séance de yoga, elle décida d'y assister, et d'essayer de faire quelque chose. Pendant que sa cervelle et ses sentiments bouillonnaient, elle faisait risette au maire, au préfet, et à tous ceux qui aiment ce genre de "spectacles". Une fois entrée en grande pompe dans les gradins, la jeune sorcière s'aperçut avec horreur que tous ces gens avaient amené leurs enfants !!!! "oh non, ce n'est pas possible", se dit-elle, "non non non, ils ne doivent pas subir ça ! pas les enfants" !  

Mais la jeune sorcière fut encore plus horrifiée quand elle vit que ce..."spectacle" commençait avec des "graines de torero", des enfants qui "combattaient" des veaux !  Elle se contint, quoique difficilement, quand elle vit que les veaux ne subissaient aucune blessure, que c'était juste des bouts de tissus agités devant les pauvres bêtes. N'empêche qu'elle était énervée, et même si vous me passez l'expression, vachement énervée, la jeune sorcière !

Mais quand vint le moment des récompenses, elle marmonna un sort entre ses dents...et les coupes d'argent, de bronze et d'or devinrent des coupes en bouse séchée....  mais personne ne s'en aperçut sur le coup. Ce ne fut que quelques secondes après que l'on cria au scandale. Mais on ne put trouver de "coupable". Tynuvielle riait intérieurement, puis se reprit pour assister au "vrai spectacle".

Un taureau magnifiquement proportionné, tellement noir était son pelage qu'il en avait des reflets bleus, entra dans l'arène, et commença à en faire le tour. Tynuvielle admirait la bête, qui trottinait tranquillement, s'arrêta et se coucha , mâchonnant placidement un brin d'herbe. Puis une autre porte s'ouvrit et un homme habillé de façon clinquante marcha de façon ridicule , pompeusement, en paradant. Tynuvielle leva les yeux au ciel "Mon dieu qu'il a l'air stupide celui-là".

Le torero déploya un chiffon rouge, qu' il agita devant l'animal , " pffff comme si les taureaux voyaient les couleurs n'iiiiiiiiiiiiiiiiiimporte quoi" pensa Tynuvielle, les yeux au ciel .  Le taureau se leva, et fonça vers le chiffon . Alors des hommes à cheval , quatre exactement,  plantèrent des lances aiguisées que l'on appelle banderilles, de façon à affaiblir l'animal par la perte de sang , et qu'une partie du sang coule dans les poumons.... La foule se leva dans un rugissement de joie,  le taureau mugit de douleur, et essaya de se défendre en attaquant les humains sur les chevaux, mais malheureusement ne réussit qu' à blesser gravement un cheval au ventre. Tynuvielle vit et ressentit tout cela, et perçut la détresse du cheval et du taureau, elle se leva.... et invoqua la force de notre mère la Terre, la puissance du rocher originel, et tous les humains adultes furent transformés en pierre noire, pour montrer la noirceur de leur âme et de leur cœur, et sa voix résonna dans l'arêne :

"Oh, vous, hommes et femmes cruels, vous serez dans cet état, en pierre d'obsidienne jusqu'à ce que vous soyez changé en sable par le vent et la pluie, ou que votre cœur change. Le jour où vous pleurerez devant le malheur d'un autre , devant le malheur d'un animal, ou d'un arbre abattu, vous serez délivrés.  Elle lança un sort de façon à retirer les statues restées sur les dos des chevaux, et se précipita vers le cheval blessé, l'entoura de des bras, et aussitôt le cheval se releva, guéri. Ensuite Tynuvielle se coucha à coté, tout contre le taureau, et passa la nuit avec lui. Le lendemain le taureau était guéri. Les enfants, qui avaient pleuré de terreur devant ce "spectacle", qui avaient hurlé de joie et de bonheur devant l'acte de Tynuvielle, allèrent dormir chez eux et furent heureux de pouvoir caresser le taureau.

Depuis ce temps-là, dans le royaume, les corridas sont interdites.

Et Tynuvielle, suivie de quatre chevaux, montée sur un taureau et accompagnée par une bande d'enfants joyeux, s'arrêta devant l'église, et confia les enfants aux bonnes sœurs, qui, elle le savait , ne donnaient qu'une éducation dépouillée de toute croyance, car, elles le disaient elle-mêmes, "nous enseignons que ça existe, mais nous leur laissons le choix de leur religion, ou de leur athéisme, chacun est libre".  Tynuvielle parla avec le taureau -elle savait y faire- et les chevaux: ils voulaient rester avec elle .

C'est ainsi que la légende de Tynuvielle grandit encore un peu plus dans le royaume .

Poursuivant son chemin, elle vit apparaître sur la route un immense taureau blanc, avec une couronne de fleurs dans les cornes.

"merci de ta compassion, jeune sorcière, je suis le taureau Apis, dieu des anciens Égyptiens, je fais partie de ceux que tu nommes les "Puissants légendaires" , je viendrais à toi lorsque tu seras en danger ou que tu auras besoin de moi ". Et le taureau disparut. Tynuvielle fut abasourdie. Et décida de monter le camp. Elle s'endormit.

Le lendemain, elle monta sur le dos du taureau noir, et continua son chemin , toujours  à la recherche des "Puissants Légendaires", quand elle arriva devant un piège dans lequel se débattait un lion blanc.
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Lun 5 Aoû 2013 - 16:42

A vrai dire, je ne sais quand ce conte se terminera, c'est ça aussi que je trouve amusant. Je sais comment et pourquoi il va se terminer , ça c'est sûr en tous cas. Mais j'ai bien envie d'écrire tout ce que je pense là-dedans, de faire passer mes idées...et si vous en avez, dites-le moi, je les étudierais avec le plus grand sérieux. Ceci est un chapitre que je qualifierais de "classique" , à la fois pour ne pas vous laisser en plan pendant des jours et des jours, à la fois parce que j'aime bien épissétou AngeR  .



Elle délivra le lion , guérit ses blessures, et le lion lui lécha les mains et s'en alla. Et Tynuvielle, dans le trou qui constituait le piège, vit un petit, tout petit coffre en métal forgé et ornée de pierreries. Elle prit, se disant qu'elle l'ouvrirait une fois qu'elle aurait comblé le trou, mais l'oublia dans ses bagages, où il resta longtemps .

Ayant voyagé pendant une dizaine de jours, Tynuvielle arriva dans un village, un village où tous les habitants étaient malheureux. Elle descendit du dos du Taureau, s'approcha d'un couple de paysans tristes comme un jour d'hiver sans pain ni feu. Elle leur demanda pourquoi tant de tristesse, et si ils voulaient bien le lui dire.

"Oh, ma petite, c'est gentil de votre part , nous allons vous raconter , mais je ne pense pas que vous puissiez faire quelque chose pour nous. Allons voir le chef du village.".
Durant le court trajet de l'entrée du village jusqu'à la maison du chef, la jeune sorcière eut le temps de remarquer qu'il n'y avait pas d'enfants, même pas de nouveaux-nés, ni même de femmes enceintes, malgré la présence de jeunes couples, de jeunes hommes et de jeunes femmes. Elle eut la réponse dans le récit du chef -le deux paysans la laissèrent seule avec lui et s'en retournèrent à leurs occupations :

" Il y a dix ans de cela, nous étions heureux et prospères, nous cultivions toutes sortes de légumes et de fruits, et nous avions même des vignes et des jardins de fleurs...et puis...et puis un jour, nous avons changé de seigneur du château. Il a rassemblé une immense armée, et défait l'ancien seigneur, celui que nous aimons tous, car il était juste, généreux, intelligent, enfin bref c'était vraiment quelqu'un. Malgré son armée, malgré son expérience de combat et de guerre, il fut vaincu, exilé, traîné dans la honte et la boue et le mensonge; le nouveau seigneur du lieu, afin d'asseoir sa domination sur ce petit royaume, a enlevé tous nos enfants, et continue à les enlever, et nous menace, si nous rechignons à payer l'impôt désormais très élevé, de les tuer ou bien de les garder éloignés de nous pendant un temps indéfini...et si nous songeons à partir, il menace de les tuer, et de déposer les corps devant la porte d'entrée du village.".

Tynuvielle sentit ses larmes couler, sans pouvoir les arrêter. Elle sortit marcha un peu au bord de la rivière, et revint dans la maison du chef. "Je vais vous aider, c'est intolérable, je dois faire quelque chose, mais surtout attention : ne dites rien à personne, il ne faut pas que ce seigneur sache quoi que ce soit, alors, chef je vous demande de ne rien dire aux villageois qui pourraient reprendre espoir, et que le seigneur s'en aperçoive".

"Dans ce cas, je vous demande de le dire à ma femme, elle se meurt depuis que notre quatrième et dernier enfant nous a été enlevé, ça l'empêchera de mourir de chagrin , et ça lui redonnera espoir". Alors Tynuvielle, sur la prière du chef, parla à la femme couchée dans la pièce du fond; cette brave dame eut un sourire, ses yeux pétillèrent d'espoir, et pour une fois, elle dormit bien cette nuit-là.

Au matin, la jeune sorcière alla voir son taureau et ses chevaux, et leur expliqua l'affaire, puis s'en alla vers le château .  La grand-route était assez longue, et il fallut une semaine à Tynuvielle pour arriver à destination. Entre-temps, elle vécut quelques aventures. Tout d'abord, elle rencontra, alors que, la première nuit, elle cherchait un endroit pour dormir, un fantôme, le fantôme d'une dame, qui hantait la forêt. Tynuvielle avait allumé un feu, et après son repas s'apprêtait à dormir, quand elle vit le fantôme; elle le héla, et le fantôme s'approcha d'elle et s'assit sur une pierre, et raconta son histoire. "Je ne suis pas vraiment morte, en fait, je suis juste plongée dans un profond sommeil. Je suis la dame de l'ancien seigneur du château, et le nouveau me voulait, je me suis débattue et l'ai blessé, de colère il m'a jeté un sort qui tient mon corps prisonnier dans la plus haute tour. Mais mon amour pour mon mari est plus fort que tout, et ainsi mon esprit erre sans fin, sans pouvoir le retrouver". Tynuvielle lui parla du village, et quand elle eut parlé aussi du château et de ce nouveau et mauvais seigneur, le fantôme déclara que c'était tout à fait ça, c'était bien ça. Alors Tynuvielle lui demanda de l'accompagner, disant que , sur place elle trouverait peut-être comment lever le sort. Le lendemain matin, Tynuvielle , reposée, reprit son chemin.

Elle aperçut une petite chaumière, et s'y dirigea, pour faire reposer ses compagnons et demander si il se passait quelque chose de particulier par ici. La vieille dame qui lui ouvrit l'accueillit avec un grand sourire " ah Tynuvielle, j'espérais ta venue, entre fais comme chez toi". Devant l'étonnement de notre héroïne, la vielle dame lui dit :

-Je suis moi aussi une sorcière, je suis Baba Yaga, les dragons me connaissent bien et sont mes amis, ils m'ont parlé de toi, comme ils me parlent de tout ce qui se passe dans ce monde. Je sais que tu me cherchais, afin d'avoir des réponses, de l'aide. C'est avec un immense plaisir et une grande joie que je t'apporterais mon aide et mes conseils , mais tu dois me montrer tes capacités actuelles dans quelques épreuves, la première consiste à ramasser et cueillir tous les fruits et légumes du jardin et du potager, afin de les transformer en conserve pour que je puisse passer l'hiver sans soucis de nourriture. Et tu auras depuis le premier rayon du soleil jusqu'au dernier. Ne t'inquiètes pas pour tes compagnons, ils sont bien logés, lavés, soignés nourris et abreuvés. En attendant l'aube, va donc te reposer , ensuite tu viendras manger, et passe une bonne nuit."

La jeune sorcière, devant les immenses pouvoirs de son aînée, se sentait totalement incapable de faire quoi que ce soit. Puis elle s'endormit. Et se réveilla avant que paraisse le premier rayon de soleil, fit sa toilette, s'habilla et descendit. La vieille sorcière était assise, prenant son petit déjeuner , et invita notre héroïne à faire de même. Puis elle l'accompagna dans le jardin...et rentra dans sa maison.

Tynuvielle poussa un cri d'horreur : le jardin était ...immense, immense , à perte de vue ce n'étaient que légumes et salades, tubercules et arbustes, arbres en tous genres. Nul ne savait où cela finissait.... . C'était tout bonnement impossible. Sa magie en était encore à ses balbutiements, même si toutes les personnes douées de magie lui avaient dit et répété qu'elle avait un immense potentiel, elle savait que pour l'instant elle en était incapable. Sous le choc elle s'assit...pus se mit à réfléchir, enfin se leva, et commença par les tomates.
Mais, quand le soleil arriva à son zénith, elle n'avait pas ramassé le millionième des tomates. Mais elle continua. Quand le soleil fut au ras de l'horizon, elle se rendit compte que sa magie était bien faible. Alors qu'elle songeait à s'en retourner pour avouer sa défaite à son aînée, elle entendit rire à côté d'elle. C'était le chat de Baba Yaga. "ah tu es bien heureux de savoir rire, mon beau chat, viens là que je te fasse un gros câlin, mon minet, au moins j'aurais eu ce petit bonheur". Et le chat, dans les bras de la jeune sorcière, ronronna tant et plus. Quand le chat descendit de ses genoux, Tynuvielle jeta un regard en arrière, et s'aperçut, ô stupeur, que tout le jardin avait été cueilli, ramassé, replanté, émondé, soigné, pansé, sarclé... Et le chat lui dit "Ta gentillesse envers moi m'a amené à t'aider. Maintenant tu seras une cultivatrice accomplie".  "Wow", dit Tynuvielle, "merci à toi. " , non, non dit le chat, c'est moi qui te remercie". Tynuvielle, émerveillée, s'en alla vers la maison de Baba Yaga.  La vielle sorcière sourit et dit "bien, première épreuve accomplie, la deuxième maintenant; demain, tu devras me garder cent lapins, toute la journée, et me les ramener le soir sans qu'il en manque un seul.

Tynuvielle alla se reposer dans sa chambre, et commença à s'endormir , lorsqu'un bruit répété la réveilla. Elle s'approcha de la fenêtre, et vit que c'était une branche du grand chêne de la cour qui tapait sur la vitre, à cause du vent et parce qu'elle était cassée.

Tynuvielle sortit donc, alla jusqu'au pied de l'arbre, et utilisa sa magie dessus. La branche qui pendillait lamentablement se répara, et aucune trace de blessure ne put être constatée. C'était comme si il n'y avait rien eu, ni vent trop fort, ni rien. A l'avenir, cet arbre ne pourrait plus souffrir d'attaques, que ce soit les intempéries ou les vers et insectes.  Le chêne se mit à parler et lui dit : Tu m'as aidé, alors que tu aurais pu couper la branche et panser la plaie, tu as fait plus que ce que j'espérais. A mon tour de te venir en aide, petite sorcière. Tends ta main". Un sifflet en bois tomba dans la main tendue de Tynuvielle. Le lendemain, elle pensa avoir rêvé, mais la vue du sifflet sur la table de chevet lui enleva cette illusion. Eh oui, ça s'était réellement passé.  Elle mit le sifflet dans sa poche, passa à la cuisine, prit de quoi manger pour midi, et s'en alla dans le pré. A peine eut-t-elle ouvert le sac, que tous les lapins s'éparpillèrent dans la prairie. A la fin de la journée, plus aucun n'était en vue. Mais Tynuvielle était confiante; Elle sortit le sifflet de sa poche, et souffla dedans : alors tous les lapins entrèrent dans le sac. Et la jeune sorcière retourna chez Baba Yaga le sourire aux lèvres.

" Ah très bien, très bien, dit Baba Yaga. Eh bien, encore une épreuve, ma chérie, encore une." "Je t'écoute ô mon aînée", répondit notre héroïne, maintenant sûr de pouvoir surmonter tout ce qui lui serait lancé comme défi. "Eh bien voilà, au fin fond de la forêt, vit une colonie d'abeilles, mais je sais qu'elles ne sont pas trop bien là -bas, et seraient plus heureuses dans mon jardin." Fais en sorte de les convaincre de vivre avec moi, et je t'en récompenserais largement." D'accord, je vais voir ce que je pourrais faire."

Le lendemain, Tynuvielle se mit en route.

Arrivée au fin fond de la forêt, avec ses compagnons, le taureau et les quatre chevaux, elle entendit des vrombissements. Elle avait trouvé les abeilles. Elle leur fit part de la proposition de Baba Yaga , ce qu'elles acceptèrent si Tynuvielle pouvait transporter leurs ruches. Elle dit qu'elle pouvait le faire sans aucun problème. Elle détacha les ruches en douceur des vieux troncs morts , les fit flotter au-dessus de sa tête, et retourna chez Baba Yaga.

Arrivée dans le jardin, elle lança un sort aux ruches, qui allèrent d'elles-mêmes se fixer sur des gros arbres bien costauds et dont les racines étaient solidement et profondément enfoncées dans la terre et accrochées aux gros rochers des dizaines de mètres sous les pieds.

La reine de toutes les abeilles vint voir Tynuvielle et lui dit " Enfant de la magie, enfant du Forgeron, enfant des dragons, mille fois mercis de ta bonté pour une vieille dame et des abeilles en détresse. Puisque tu n'attends aucune récompense, eh bien en voici une quand même. Je te donne le pouvoir de créer des plantes , des arbres et de l'eau là où ça manque cruellement, et voici un pot de miel, inépuisable, de cette sorte de miel qui rend les gens heureux, qui les guérit. Va en paix, jeune sorcière".

"Eh bien, dit Baba Yaga qui était arrivée au jardin , quel bonheur ! Merci jeune sorcière, merci ! Maintenant, ce n'est pas fini. Encore une épreuve.

"L'hiver , je fais du feu, mais l'été, ce qui me manque le plus, ce n'est pas tellement le feu, c'est surtout de la lumière ; j'aurais donc besoin d'une fiole pleine de larmes de fantôme", une centaine , ça devrait aller.

Tynuvielle prit une dizaine de fioles vides, en verre, qui traînaient là, les lava, et les emporta avec elle jusqu'au bois, dans lequel errait le fantôme. La dame diaphane dit à tynuvielle que c'était facile, en ce moment elle n'arrêtait pas de pleurer sur ses malheurs. Tynuvielle n'eut aucun mal à remplir ses fioles, qu'elle rapporta à Baba yaga, laquelle ouvrit de grands yeux : "une amie fantôme ! tu as une amie fantôme ! tu m'épates, ma petite chérie, tu m'épates tu ne sais pas à quel point tu m'épates ! Tiens, garde deux fioles sur toi, tu en auras peut-être besoin au cours de tes aventures. Mais encore une épreuve , mon enfant, encore une épreuve. "  "Je suis prête! " dit Tynuvielle.

"C'est la dernière nuit que tu passeras ici. Demain, ma maison et moi iront autre part. Mais pour me récompenser de mon hospitalité, tu dois me payer en une soirée de chants, poésies et contes".

Lorsque le moment fut venu, Tynuvielle enchanta la soirée de Baba Yaga. Elle lui raconta mille et une merveilles, chanta les amours, les malheurs et les bonheurs du monde, récita des poésies, et ainsi pendant trois mille ans. Et Baba Yaga dit à Tynuvielle qu'elle pouvait partir. Notre héroîne récupéra ses compagnons, et s'aperçut,une fois franchi le portail , de deux choses : que le temps ne s'était aucunement écoulé dans le monde réel, et que le taureau portait un petit sac en plus. Elle l'ouvrit, et découvrit un crâne qui avait du feu dans les yeux et la bouche : cadeau de Baba Yaga, le feu éternel de Baba Yaga. Elle referma le sac , et se retourna, ayant entendu du bruit. La maison de la vieille sorcière s'en allait, sur ses pattes de poulet.  "Baba, te reverrais-je ?" , "Oui, un jour!", répondit la voix déjà lointaine .

Tynuvielle avait rencontré un des "puissants légendaires", tels qu'on les nommait ainsi à son époque.

Il lui restait d'aller au château pour en évincer ce mauvais seigneur.

Mais en chemin, elle vit un aigle à terre, et il avait le bec cassé, les ailes en piteux état. Un chasseur l'avait laissé pour mort, mais l'aigle était encore vivant.  Tynuvielle prit l'aigle dans ses mains et l'embrassa, le berça dans ses bras, et l'aigle guérit au bout de quelques minutes. "Avant de partir, je voulais te dire que tu es telle qu'on t'a décrite, sois sûr que maintenant je m'en vais conter au roi des aigles ce que tu as fait. Tu peux compter sur nous si jamais tu es en détresse". " Ce fut avec grand plaisir , mon ami" dit Tynuvielle. Et elle arriva au château.

Le seigneur lui ouvrit et à peine l'avait il vue qu'il dit , d'un ton méprisant : "ah,,,oui c'est toi la "fille du forgeron dragon ou je ne sais quoi , alors écoute moi bien : tu n'es pas assez forte pour me contrecarrer, je resterais ici et toi tu es ma prisonnière . Hahahahahaha ...aah aaaaaah arg non au secours !" Les aigles attaquaient le seigneur, et toute sa magie n'y pouvait rien. Elle hurla "non attendez ATTENDEZ !!!".

Le silence s'installa soudainement " j'ai une autre idée: au lieu de le tuer, changeons-le en pierre, il ornera le jardin sous le nom infâmant de "Seigneur scélérat" et ceci jusqu'à ce qu'il pleure de compassion sur autre que lui. Qu'en pensez -vous ? "  .  "Bien, il en sera comme tu voudras, Tynuvielle". Ainsi fut fait.

Tout aussitôt, se déroulèrent plusieurs évènements en même temps ; le vrai seigneur du château revint, il fut là, d'un coup, comme ça, ouvrant de grands yeux, et le fantôme disparut, à la place accourut la dame, complètement guérie et vivante, et ils se jetèrent dans les bras l'un de l'autre. Tous  les enfants changés en statues se réveillèrent, entourèrent le seigneur, sa dame et Tynuvielle, chantant et faisant une ronde, les oiseaux revenus sur les arbres et à chanter. Le seigneur et sa dame offrirent à Tynuvielle lui, une bague, et elle, une armure en fil d'araignée .  Toute une troupe joyeuse chemina jusqu'au village. Les villageois n'en revenaient pas. La vie leur était revenue, leurs enfants leur étaient rendus. Et Tynuvielle se rendit dans les jardins et vergers et potagers, et les plantes retrouvèrent la santé. Tynuvielle fut fêtée comme une déesse. Mais elle dit qu'elle n'était qu'un être humain, certes douée de magie, mais à ses débuts de sorcière. La femme du chef retrouva la santé. Notre héroïne s'en alla, ayant fait des bonnes choses, et c'est pourquoi dans cet endroit, à travers les âges, on parle soit d'une déesse, soit d'une fée, soit d'un être magique ou venu d'un autre monde, qui aurait rendu le village à la vie.

En ce qui concerne Baba Yaga, j'ai voulu la rendre aimable et sympathique, car à mon goût, mais ça reste mon avis perso, Baba Yaga a un très sale caractère dans une majorité de contes; ensuite, quand je répète "enfant de .." je me fais plaisir en faisant allusion aux deux Joueurs du Grenier, Fred et Seb", le crâne de feu est un des attributs de Baba Yaga, et c'est aussi un clin d'œil à Bob Lennon qui aime les crânes. Les larmes de fantôme est une allusion au jeu Minecraft, dans lequel il faut des larmes de fantâmes, en anglais ghast, pour faire des potions, mais rien à voir avec la lumière, j'ai juste ajouté ça dans le conte. Pour les statues en pierre d'obisdienne, je fais allusion à un conte qui a pour titre "le roi de la rivière d'or ". Voilà, posez moi des questions si vous en avez, les amis et amies !
Revenir en haut Aller en bas
L'infréquentable

avatar

Nombre de messages : 1070
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 28/09/2010

MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    Mar 24 Sep 2013 - 13:38

aaah l'huile de palme et ses ravages.... j'espère que ce chapitre remettra les idées en place et changera un peu, un tout petit peu, les choses...et un clin d'œil à ce texte magnifique "L'homme qui plantait des arbres"


Tynuvielle, dans sa recherche des Puissants Légendaires, arriva dans un pays aride, un pays qui manquait d'eau et d'arbres...l'un ne va pas sans l'autre, me direz-vous. Dans le village, elle ne vit qu'enfants , hommes et femmes amaigris et malades, souffrant de malnutrition...les médecins donnaient gratuitement de leur temps et de leurs talents, mais c'était peu, ils ne pouvaient pas faire autrement. Le chef du village, le médecin en chef de l'équipe et Tynuvielle se réunirent dans la grande hutte du chef, lequel s'adressa à Tynuvielle :

"Nous ne savons plus quoi faire, on nous avait dit que les palmiers à huile allaient nous faire du bien mais non, nous sommes payés une misère, et nous n'avons plus d'eau, parce que nous avons dû tout couper et brûler pour faire pousser ces maudits palmiers. Et les ruisseaux et rivières ont disparus. On ne peut plus planter, on va acheter la nourriture aux magasins de nos employeurs, mais nous n'avons que juste assez pour survivre.C'est comme si les dieux et déesses et les forces de la nature nous avaient abandonnés".

Le chef de l'équipe de médecins prit à son tour la parole : "les enfants meurent tout doucement, le bétail est malade, les cultures vivrières sont non seulement interdites sur ce sol pourri par les produits chimiques, mais impossibles car les nappes phréatiques sont elles aussi contaminées, empoisonnées. Tout est foutu sur la terre de leurs ancêtres. Et le chaman entend les plaintes et les pleurs de ceux et celles qui ont vécu avant eux...La tribu pense sérieusement à déménager et aller s'entasser dans les bidonvilles, pour au moins gagner leur vie en servant les personnes riches. Je n'ai aucune idée personnellement pour faire renaître cet endroit, qui paraît-il , était un paradis il y a vingt ans. En laissant ce coin à l'abandon, il faudra au moins deux ou trois siècles avant que ça ne redevienne l'oasis bienheureuse d'avant. Cette tribu s'est faite avoir avec ces palmiers à huile".

C'était au tour de Tynuvielle de parler.

"Je ne sais pas quoi faire, je vais chercher, mais je ne promets rien". Et elle s'en fut..vers la ville.

Le lendemain, un petit homme se présenta au chef :

" Ô chef, je te salue, je suis envoyé par Tynuvielle, elle m'a demandé de vous venir en aide, alors voici ce que je vais faire, avec votre accord : j'ai mis au point, dans mon laboratoire, des graines d'arbres qui ont plusieurs fonctions : si vous les plantez dans un sol contaminé, empoisonné par tout un tas de produits nocifs y compris la radioactivité, ces arbres absorbent tout ça et assainissent le sol : ensuite, et j'ai testé dans mes éprouvettes et sur des cellules prélevées sur mon corps, nous pouvons sans danger manger leur fruit, nourrissant, plein de vitamines, et pas nocif pour un sou ! L'arbre transforme tout ce qu'il trouve en quelque chose de bon pour la santé ! De plus ses racines retiennent l'eau, la font remonter à la surface, ce qui redonne des rivières et des ruisseaux; et ce n'est pas fini... quand tombe son écorce, elle peut être utilisée , réduite en poudre et mélangée à l'argile, un bon nettoyant pour la peau. Et ses fleurs fanées sont un excellent shampoing naturel. De plus, sa sève est un excellent antivenin contre toute sortes de poisons... et si d'aventure on mâchonne ses feuilles, c'est bon pour les dents. Vous me direz, c'est trop beau pour être vrai. Tynuvielle a testé et elle m'envoie vers vous avec cette lettre, ah au fait , on m'appelle le Savant Fou, à la ville...".

Le chef de la tribu rit, et dit " j'ai toute confiance , si c'est la petite qui vous envoie ! Je vous envoie dans la hutte en face de la mienne, elle est vide. Faites comme vous l'entendez, si vous avez besoin d'aide, je vous enverrais des hommes".

...je vous laisse avec le Savant Fou... à plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires en feuilleton    

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires en feuilleton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [En ligne!] Histoire du roman feuilleton
» Contes et Histoires philosophiques
» [Collection] Les Histoires illustrées (Jacquier)
» histoires de gamins
» [Collection] Radio Luxembourg (Airel)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Espace collectif : Prose-
Sauter vers: