Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Etats-Unis au moment du départ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Les Etats-Unis au moment du départ   Mar 4 Juin 2013 - 22:57

Fabienne Sintes, envoyée permanente de France Inter et France-Info aux Etats-Unis, livre sur son blog ce bilan de six années de travail là-bas. Ce texte, je le trouve si juste que j'aimerais bien le faire travailler à mes élèves... Si on étudiait encore les pays de manière "classique"...

http://radiofrance-blogs.com/fabienne-sintes/2013/05/31/cher-mon-successeur/

Citation :
Cher mon successeur,

Tout journaliste qui laisse son poste à Washington a quelque part en tête le «syndrome Jérôme Godefroy».

Après des années aux Etats-Unis pour RTL, Jérôme a quitté le pays le 9 septembre 2001. L’histoire qui se transmet d’un correspondant à l’autre dit qu’à son successeur, il déclaré quelque chose du genre : «De toute façon, Bush vient d’être élu, il ne se passera plus rien ».

Certaines versions disent même que cette phrase a été prononcée en haut d’une des tours jumelles. Je ne sais pas si la légende s’est emparée de cette anecdote, mais dans le doute, pour m’aider à partir sans regarder derrière et t’aider à t’installer tranquillement, j’évite de monter plus haut que le tabouret de ma cuisine et je m’abstiens de toute phrase définitive.

D’autant que moi aussi j’ai eu en 6 ans mon lot de clairvoyances douteuses. Je suis arrivée en septembre 2007 en démontrant à mes chefs qu’une femme serait présidente des Etats-Unis; j’ai passé toute un après midi le lundi 16 mai 2011 à expliquer sur les antennes pourquoi DSK n’avait aucune chance de finir à Rickers ; longuement disserté sur le fait que les débats présidentiels ne servent à rien ; envoyé un texto au red’chef de la matinale en disant que j’allais me coucher et qu’on verrait demain, quand un policier tué à Boston ne m’a pas paru avoir un lien avec les attentats de la veille.

Cher mon successeur, c’est peut-être toi qui finiras par élire Hillary Clinton ; pour ce qui est de l’avenir d’Obama, n’hésite pas à en faire des tonnes s’il arrive à convaincre le congrès de passer une réforme, ce sera peut-être la seule de son 2eme mandant ; je ne crois pas que DSK s’aventure aux Etats-Unis de sitôt ; et je ne te souhaite pas de passer une semaine d’antenne sur le fonctionnement détourné d’une cocotte minute.

Je te laisse l’Amérique dans l’état où je l’ai trouvée en arrivant : fascinante, irritante, étonnante, agaçante, changeante et immuable.

J’ai été bien occupée ces dernières années. En particulier d’ailleurs la veille ou pendant mes vacances. Mais je t’ai laissé quelques petites choses qui sauront te divertir : J’ai cru un moment que j’avais déterré puis enterré les Tea Party le temps d’un cycle électoral, mais ne t’inquiète pas, la bête est finalement coriace et le parti républicain a fait naître depuis quelques spécimens très attractifs; je t’ai mis au chaud une mauvaise affaire de fonctionnaires du fisc au zèle très embarrassant, des écoutes téléphoniques à l’agence AP et une attaque à Benghazi qui reviendront empoisonner l’administration ; j’ai vu Obama prendre des cheveux blancs, tu le verras peut-être devenir chauve, et toi aussi tu finiras par avoir 10 fois entendu des discours moralement justes mais pas toujours efficaces.

Tu seras forcément celui qui couvrira son retour à Chicago

Tu seras peut-être celui qui verra le Texas latino virer démocrate.

Tu auras peut-être la chance de raconter la fermeture de Guantanamo

Tu monteras en haut de la Liberty Tower de New-York enfin terminée.

Tu agaceras toi aussi tes amis quand tu laisseras échapper un soupir parce que tu dois descendre en Floride en plein hiver pour la 8eme fois avant les élections. Mais va faire un tour sur les plages de la sortie de Tampa tôt le matin. Tu seras le seul à marcher sans déambulateur, c’est excellent pour le moral.

L’Ohio aussi va finir par te sortir par les yeux. Mais ne le dis jamais trop fort, tu risques de finir avec le fait divers le plus glauque de ces 10 dernières années.

Quand tu seras dans l’Iowa pour ton premier «caucus» et que tu verras la plus grande démocratie occidentale voter à main levée en mangeant des muffins à la banane, essaye de ne pas trop t’étonner. Au début ça fait flipper, mais on s’y fait.

Si tu passes par Santa Rosa, Nouveau Mexique, va voir mon pote Mike qui dirige le «Communicator» ; il t’emmènera dans son “diner” Mexicain préféré. N’oublie pas de demander au patron de te montrer les semi-automatiques qu’il vend dans son arrière boutique.

Essaie d’aller voir une course de tondeuses à gazon dans le Tennessee, je me remets difficilement d’avoir raté ça. Mais je compte avant de partir, aller faire du bulldozer à Las Vegas.

Si tu entres en Arizona, vise la fin d’après-midi et prends la route 163 qui vient de l’Utah voisin : tu traverseras la Vallée des Dieux avant de voir se découper Monument Valley. C’est le plus beau paysage des Etats-Unis.

Si tu entres en Oklahoma par le Sud Ouest du Kansas au dessous de la ville de Liberal, vérifie que mes initiales sont toujours sur l’un des piliers en bois du panneau d’entrée dans l’état.

Cher mon successeur, tu verras, on cesse très vite de lever un sourcil devant ceux qui demandent du ketchup pour accompagner leur poisson ; on finit par raconter sa vie comme tout le monde en faisant la queue chez CVS ; on se surprend à dire « amaaaazing » même quand on nous raconte des trucs pas du tout étonnants ; on boit son café dans du carton comme si c’était normal; et même quand il n’y a pas une voiture en vue, on attend le signe «walk» pour traverser la rue.

Je t’ai laissé quelque part une casquette des “Washington Nationals” qui depuis la saison dernière semblent avoir enfin compris les règles du baseball; tu jugeras vite que le football Américain est un sous-rugby sans intérêt mais tu regarderas le Super Bowl ; tu mangeras du pop corn géant au cinéma ; tu auras des points chez Staples à force de leur acheter des rames de papier, et tu retiendras bêtement les noms de tous les journalistes de CNN.

Comme nous tous avant toi, tu apprendras les “feet” et les “inches” au lieu des mètres et centimètres pour passer le permis de conduire et tu t’empresseras d’oublier ensuite comment ça marche; tu auras un moment d’effroi la première fois que tu te pèseras en “Pounds”; tu ne sauras jamais traduire les Fahrenheints en Celcius; et quand tu te feras arrêter pour exces de vitesse, si tu envisages de faire croire au flic que tu as confondu “miles/h” et “km/h”: n’essaye pas.

Si tu es une fille -ou que tu as une femme- n’oublie pas de me demander l’adresse de mon coiffeur. Ses cheveux, c’est la seule chose qu’on ne DOIT pas laisser entre les mains d’un Américain.

Si tu aimes les séries télé, ne t’avise pas de me raconter la saison 3 de « Homeland », ou la saison 5 de «The Good wife»: désormais de mon côté de l’atlantique, télécharger illégalement les séries US pour les avoir en temps réel et en VO, c’est mal.

Cher mon successeur, Washington n’est pas toujours une ville festive, mais elle se laisse apprivoiser. L’un de mes amis l’a toujours appelée «Limoges sur Potomac ». Elle se couche tôt et court sur un tapis à 5h du matin. Elle ne sait s’arrêter de travailler que pour Thanksgiving mais se paralyse instantanément dès qu’il tombe 2 cm de neige. Tous les lobbyistes de K street se ressemblent ; les congressistes snobent la presse étrangère, mais le Capitole est magnifique dans la lumière du soir ; si les Américains ne sont jamais tendres avec leur Etat Fédéral, tu les verras tout au long de l’année visiter les symboles du pouvoir et profiter des musées gratuits; ne boude surtout pas ton plaisir quand tu verras passer pour la première fois les 25 voitures de la « motorcade » de Barack Obama. Autour de toi vous serez rares à ne pas tourner la tête d’un air blasé.

Mon Starbucks préféré est à l’angle entre New Hampshire et la 16eme. J’y ai souvent transporté mon bureau, la terrasse est très agréable. Mais prends de l’anti-moustique l’été. Le Whole Foods de P street est impraticable le week-end ; le plus chouette club de Jazz est sur U street ; pour boire un dernier verre, passé minuit tu n’auras d’autre option que le «Bar Dupont», mais le meilleur Mojito est au Havana Café d’Adams Morgan.

Si tu as des enfants, oublie tout ça : tu habiteras forcément à Bethesda ou à côté à cause de l’école ; mais pense déjà à commander un clown ou un magicien pour leurs anniversaires. Tu ne crois quand même pas que les petits voisins Américains se contenteront de jouer dans le jardin.

Cher mon successeur, tu as de la chance. L’Amérique est vaste. J’ai adoré mes 6 ans chez ces zozos dont on croit qu’ils nous ressemblent parce que nous sommes pétris de leur culture, mais qui n’ont souvent rien de commun avec nous. Tu te surprendras très vite à les défendre. Même s’ils ont une arme à la ceinture et croient que Jésus est passé par le Missouri.

Cher mon successeur tu as de la chance. Tu vas pouvoir faire de l’antenne dans ton pyjama sans que personne ne soupçonne rien. Il est temps pour moi de penser à m’habiller pour aller travailler.

Bien des bises.

Fab.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Les Etats-Unis au moment du départ   Mer 5 Juin 2013 - 3:02

mdr mdr mèche Beau résumé de "la première puissance mondiale".
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Les Etats-Unis au moment du départ   Mer 5 Juin 2013 - 13:22


C'est excellent!

Les States vus de l'intérieur, une fenêtre sur leur culture, qui n'a rien à voir avec LA culture aseptisée qu'ils nous revendent.
j'ai lu il y a quelques temps un article sur ce thème, écrit par un américain, qui disait que la culture vraiment américaine (façon de vivre et de penser) est inexportable telle quelle.
On ne connais bien un pays que vécu de l'intérieur.

On n'étudie plus les pays de façon "classique", on ignore quasiment leur géographie physique et tout de la façon dont les gens se pensent en tant qu'américains (mais un texan n'est pas un californien), allemand, tchéque, chinois...
Question:
Pourquoi certains américains s'obstinent-ils à vire dans "Tornado Valley" où leurs maisons sont régulièrement ravagées par des tornades?

Un pays n'est plus un pays avec une réalité physique et des gens dedans, c'est des flèches sur une carte,un PIB, des indices, des chiffres! C'est l'ECONOMIE!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Les Etats-Unis au moment du départ   Mer 5 Juin 2013 - 13:36

Désolé de te contredire... Dans l'enseignement, les pays restent des territoires, des espaces mais on les voit plus dans leurs inter-relations avec les autres (donc à travers la mondialisation et leur situation de puissance... ou pas). Donc il y a les aspects économiques mais aussi le hard power militaire ou le soft power culturel... Mais là où tu as raison c'est que la géographie physique est un préalable supposé maîtrisé en lycée (sauf qu'on n'étudie plus qu'un seul pays en collège... La France, bien sûr... Ce qui nous rapproche de la vision américaine : il y a nous et les autres). On fait vraiment de la géographie (et plus de l'économie ce qui était le cas clairement quand j'ai commencé à étudier... et où on ouvrait le territoire du milieu naturel avant celui de la population et ensuite l'énorme tiroir de l'économie. Le hic c'est que le pays n'a plus de vraie légitimité comme objet d'étude. Comme je l'expliquais ce matin, qu'est-ce qui est français ? Un saucisson Cochonnou passé à des capitaux chinois et vendu en Argentine ou une Dacia Logan fabriquée en Roumanie mais dont la vente rapportera à Renault ?


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Les Etats-Unis au moment du départ   Jeu 6 Juin 2013 - 1:20

"J’ai adoré mes 6 ans chez ces zozos..."

Je comprends !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Etats-Unis au moment du départ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Etats-Unis au moment du départ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Etats-Unis au moment du départ
» [Kaspi, André] Comprendre les Etats-Unis d'aujourd'hui
» [Alesina, A., Glaeser, E.] Combattre les inégalités et la pauvreté : Les Etats-Unis face à l'Europe
» Bryce Canyon (Etats-Unis) - PC et Mac
» Achat achats aux States Etats-Unis/US/USA/monde/Douane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Connaissance du Monde :: Géographie - Peuples du Monde - Voyages, culture, art :: Réflexion sur la géographie-
Sauter vers: