Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le signe de la salamandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vic Taurugaux



Nombre de messages : 4816
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le signe de la salamandre   Dim 1 Sep 2013 - 11:00

Personnellement, j'ai trouvé que ta fin était tombée trop vite. Tout ça partait bien, moi je m'installai dans la lecture d'un roman, plusieurs personnages à la psychologie complexe apparaissaient et l'intrigue se développait. Et tout à coup, patatras, une belle chute mais, pour nous tirer ta révérence. Alors, je me suis dis : peut-être que tu as été pris par l'angoisse des feuilletonistes. Un peu comme désormais à la télé. On lance une série télévisée, et si les premiers épisodes ne font pas d'audience, alors on arrête tout. Du coup, j'ai eu peur que le post de Bianca qui annonçait qu'elle décrochait, t'ai fichu la trouille à un moment de ta création (de doute sur la façon dont les événements pouvaient tourner dans ta fiction) où tu devenais par conséquent trop incertain d'intéresser ton lectorat. La preuve, c'est que, tout en continuant ton histoire, tu réponds à ta lectrice en l'assurant qu'il n'y en a plus pour très longtemps !

Au théâtre, ça s'appelle déjouer. Un spectateur tousse, et voilà l'acteur qui sort de son personnage. Personnellement, j'aime bien écrire en feuilleton comme dans le lexicalf car de savoir être lu me soutient pour la suite de ma prose. Mais, comme j'écris des pensées, des définitions, des conneries, mon format m'autorise à dialoguer avec les interventions de chacun que je peux reprendre dans mes délires.

Ici, le travail était plus ardu. Il s'agissait d'un vrai sujet : comment faire avec une sexualité qui a tournée à la perversion. Peut-on la soigner ? J'aimais bien le personnage du docteur : il posait bien le dilemme. Que tu le noies dans l'alcool, je veux bien suivre, mais, c'est vraiment dommage de le suicider aussi rapidement. A mon avis, l'énigme policière n'était qu'un prétexte à s'interroger sur les méandres de l'âme humaine. Aussi, que le spectateur se doute de qui continue à tuer n'avait pas trop d'importance. Par contre que l'empathie amène à s'identifier à ce point à l'autre est une idée très intéressante, la dépendance des êtres humains à l'amour, etc ... Ce sont des sujets difficiles à traiter et qui demanderaient au romancier de ne pas trop se sentir à la merci de l'éventuel mépris de son lectorat. Mais bon, le thème démarrait scabreux … Bravo encore pour ce trop court essai.
Revenir en haut Aller en bas
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: Le signe de la salamandre   Dim 1 Sep 2013 - 14:25

Vic, je ne pense pas une seule seconde que mon commentaire a perturbé filo dans la création de son récit.  
A lui de le dire…Smile 
En tout cas filo, n’y voit aucun mépris de ma part, la prochaine fois, je choisirais mieux mes mots.
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Le signe de la salamandre   Dim 1 Sep 2013 - 19:25

C'est un récit court, il peut toujours être étoffé par la suite en approfondissant les personnages - moi je l'aime bien comme ça aussi, ça nous laisse imaginer le reste, tout ce qui n'est pas dit - il est vrai que la fin arrive un peu vite par rapport au reste, il faudra que je le relise d'un seul trait pour voir il m'est difficile d'émettre un avis sur la forme d'une histoire lorsque je la lis par saccade - Dans tous les cas j'ai beaucoup aimé...
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le signe de la salamandre   Dim 1 Sep 2013 - 20:51

Merci pour ces retours, ça fait du bien.
Vic, tu as touché un des soucis principaux sur lequel je suis tombé dans ce récit : son format.
En effet, je l'ai commencé dans l'intention d'en faire un roman, bien vu. Et comme d'habitude, j'écris en improvisant, sans savoir où je vais ou comment les personnages vont réagir, ce que je découvre moi-même à mesure que j'écris ! Je ne sais pas écrire autrement : j'aime cet espèce de challenge, de partir sans savoir où je vais, et de devenir finalement comme un outil de transmission d'un récit dont les auteurs sont en fait les personnages eux-mêmes.
Au niveau du chapitre 14, je sautai un an, et là commençait en fait la seconde partie du futur roman. Mais je l'avoue : je me suis retrouvé bloqué. Je ne savais plus comment continuer cette histoire. Le médecin était censé jouer un rôle important, Mado était censée probablement aider Sal à s'évader, d'une manière encore à déterminer, et les crimes signés La Salamandre constituaient un mystère que je ne savais pas encore résoudre (ceux qui ont trouvé pour Mado sont donc très forts !). Tout cela était encore à l'état de substrat, d'installation littéraire. J'ai donc laissé ce récit en plan pendant quelques temps, en essayant parfois de le reprendre, sans savoir par où ni comment. Puis s'est imposé en effet l'idée de le transformer en nouvelle, à condition de produire une chute et de tout expliquer au lecteur évidemment.
En effet, dans une nouvelle on n'approfondit pas autant la psychologie des personnages, on va plus à l'essentiel. J'ai donc opéré de larges ablations, de descriptions propres aux romans, d'explications sur la vie carcérale et sur les conditions de travail d'un tel médecin, sur lesquels je m'étais documenté pour des besoins de véracité.

Je dois dire aussi que j'avais proposé le début de ce récit à une écriture collective dans un autre forum littéraire, et qu'un seul auteur (une auteure, F.G.) avait répondu à l'appel, et l'idée d'introduire un médecin est d'elle à la base. Nous avions croisé quelques chapitres, et c'est avec sa permission que j'ai remanié ou recommencé les passages qu'elle avait écrits pour en faire in fine mon récit à part entière.

Seul le dénouement et les éléments convergeant vers celui-ci ont donc été écrits récemment, avec la réécriture des passages co-écrits. Car sinon le début de l'histoire, je l'avais écrit en 2007.

En fait, le récit le plus récent que j'ai écrit entièrement (alors que je croyais déjà avoir perdu mon inspiration en terme de prose) est Le Monde de Juyen, écrit en 2 ou 3 jours en 2008, posté aussitôt ici, et ensuite placé en tête de mon recueil de nouvelles du même nom paru en 2009.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le signe de la salamandre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le signe de la salamandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le signe de la salamandre
» Le signe de la Salamandre
» Signe de piste
» Sous le signe du démon
» signe astrologique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: filo-
Sauter vers: