Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le blocavik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
gérard hocquet



Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Mer 4 Sep 2013 - 14:04

J'attends le dialogue cocasse et casse-tête entre l'autre de "je" et l'autre de l'autre....Peut-être qu'une infusion de tilleul pourrait ...
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 5 Sep 2013 - 9:29

- Qu'est-ce que tu lis ?
- Comment vivre ?
- J'en sais rien, ça devient de plus en plus compliqué ces derniers temps, mais c'est quoi ton bouquin ?
- Comment vivre ? J'avais oublié les italiques. C'est un livre de Sarah Bakewell.
- Qui c'est ?
- Tu t'en fous.
- De l'auteur ?
- Oui.
- Ça concerne notre extimité ?
- Entre autres.
- …
- C'est édité chez Albin Michel.
- Ah  … Et, c'est bien ?
- J'en suis au chapitre 12 : comment garder son humanité.
- Tu apprends ça, toi ?
- Je lis.
- Ça parle de moi ?
- Entre autres.
- C'est moi ton humanité ?
- Si tu veux, il y a le chat qui voudrait que tu lui ouvres la porte, là ...
- Je sais, c'est toujours moi qui lui ouvre … tu crois que les gens continuent à nous lire ?
- Je sais pas, pour l'instant j'écris.
- Quoi ?
- Ce que tu me dis. Je fais comme lui.
- Comme qui ?
- Comme l'auteur que je lis.
- Ça sert à quoi ?
- J'en sais rien. Lui non plus ne le savait pas.
- Tu me rends sceptique, là...
- Montaigne l'était aussi.
- …
- C'était lui l'auteur. Michel de Montaigne (1533 – 1592) .Un périgourdin. Les voyages, ça le connaissait. Le vin aussi. Son père avait acquis pour lui un château dans le Bergeracois. Du Montravel. A cause du merlot.
- ???
- Michel de Montaigne est l'auteur qui vient de vendre le plus de livres cet été. Tu es encore complètement dans la Brenne ou tu suis un peu les informations ?
- C'est Michel de Montaigne qui a écrit : comment vivre ?
- Voilà !
- Et Sarah Bakewell ou Antoine Compagnon seraient ses plumes actuelles?
- Des pseudos, des autres de lui...
- Ah ? Mais c'est quoi alors ses « Essais » ?
- Son blog.
- En somme, tu es en train de lire son blog ?
- Oui.
- Et pourquoi tu ne lis pas plutôt celui de Blue ?
- Je le lis aussi.
- Mais ça te sert à quoi de lire tout ça?
- Je te l'ai dit : à garder mon humanité.
- C'est la seule façon ?
- Non !
- Mais qu'est-ce je peux faire moi d'original pour garder mon humanité ?
- J'en sais rien.
- Tu ne m'aides pas beaucoup ?
- …
- …???
- Pourquoi tu n'irais pas te promener avec une ânesse dans les Cévennes ?
- Une ânesse ?
- C'est bien toi qui a ouvert la porte au chat ?
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 5 Sep 2013 - 10:05

Je crois que je vais venir mettre l'oreille à cette porte tous les matins, les sujets m'intéressent.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 5 Sep 2013 - 14:10

- Ses essais sont fantastiques.
- A qui tu dis ça, l'Autre ?
- A l'Autre.
- A moi ?
- Non. A l'Autre de l'autre Je. J'ai pas besoin de te le dire, l'Autre, puisque tu les as lus en même temps que moi et que nous étions d'accord, toi et moi, avec tous nos Autres.
- Sers-moi un tipunch, j'ai mal à la tête...
- Shocked

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 5 Sep 2013 - 14:58

- Tu ne crois pas qu'on est un peu voyeur?
- Voyeur de qui, de quoi?
- Ben, on est là à regarder par le trou de la serrure chez les Vic.
- Pour quoi LES Vic, il n'y en a qu'un?
- Non, ils sont deux, tu entends bien qu'ils se parlent.
- J'ai essayé de t'expliquer qu'ils sont UN en étant deux, voire plus et qu'ils parlent sur un Bloc, donc tout un chacun peut prendre connaissance de leurs échanges.
- Quand même, ça me gêne.
- Hé bien, ne lis pas!
- Mais ça paraît intéressant quand même. Et ce Montaigne, j'en ai entendu parler à l'école, mais ça paraissait ennuyeux. Il fallait disserter des pages sur son: " Je pense donc je suis".
- Non, ça, c'est pas Montaigne, c'est Descarte qui n'était pas périgourdin.
- Pourquoi, il faut être périgourdin pour être compris?
- Suis le blocavic, tu finiras par comprendre!
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 5 Sep 2013 - 15:32

- Moi j'ai pas vu les essais de Montaigne...
- C'est normal. T'es pas abonné à Canal plus pour le Top 14.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr


Dernière édition par MBS le Ven 6 Sep 2013 - 11:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Ven 6 Sep 2013 - 8:43

- J'ai une idée.
- Pourquoi faire ?
- Pour le blocavik. Tu n'aurais pas vu par hasard notre dictionnaire franco-anglais ?
- Je crois qu'on l'a oublié au Canada. A cause de Lison. Qu'on pensait qu'on ne la comprendrait pas.
- Mais, nous n'avons jamais eu besoin de notre anglais, là-bas ?
- C'est vrai. Elle, sa sœur et ses nièces ne nous ont parlé que de leurs bobettes ! Et ben, j'ai eu beau chercher, c'est pas un mot anglais !
- Ah ! Qu'est-ce que c'est, alors ?
- J'en sais rien, c'est pas un mot français non plus …
- Mais, c'est quoi?
- C'est un mot inexpressible.
- Inexpressible, tu veux dire inexprimable ?
- Non, non ! Inexpressible, c'est un anglicisme que Kate emploie sur son fil quand elle n'a plus rien à dire...
- Et ça veut dire quoi ton anglicisme ?
- Oh ! Et bien cherche dans le dictionnaire ! Moi, il paraît que j'y ai plus droit ! C'est quoi ton idée pour le blocavik ?
- Je voudrais me servir de notre nouveau concept pour faire entrer en douce un copain sur le forum.
- Ah  bon ? Pourquoi tu ne lui dis pas de passer tout simplement par le fil « bonjour »?
- Il ne peut pas … il est mort !
- Ah ! Merde ! Tu veux dire un cadavre ?
- Un auteur. Tu sais, tous les auteurs ne sont plus vivants, mais ce n'est pas pour cela qu'ils ne s'expriment plus ...
- Mais à part ce léger détail, qu'est-ce qui te ferait craindre que ton copain ne soit pas bien accepté ici ?
- Il a que …
- Quoi ?
- Je sais pas si je peux le dire..
- Tu as peur de me scandaliser ?
- Non, pas toi. Toi, l'Autre, tu me comprendras. Mais, je sais pas comment nos lecteurs vont réagir ?
- Mais qu'a-t-il donc de si monstrueux ?
- Tu continueras à faire partie de mon équipe quoiqu'il arrive, l'Autre ?
- Est-ce qu'une seule fois, j'ai parlé de te quitter ?
- Non, mais j'ai quand même remarqué que certaines nuits … Tu comprends, Je ne veux pas jouer mon Surmoi, mais avec ce lexicalf, tu prends des risques insensés, tu fraies avec des poètes, des gens qu'ont pas toujours les idées bien arrêtées, tu sais, franchement tu me fais peur …
- Oh ! Mais faut pas ! La plupart du temps, ils ne savent même pas ce qu'ils disent ! Je leur montre notre dictionnaire, c'est tout !
- Bon. Mais tu me jures de ne jamais tourner poète à ton tour !
- Ne t'inquiète pas sur ça, je prends mes précautions. Bon, mais qu'est-ce qu'il a de si grave ton copain ?
- Et bien, j'ai peur que lui aussi souffre d'un dédoublement de personnalité !
- Et comment qu'il s'appelle ?
- Michel de Montaigne !


Dernière édition par Vic Taurugaux le Ven 6 Sep 2013 - 10:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Ven 6 Sep 2013 - 9:44

J'ai voulu consulter mon autre pour une fois, sur la question de M. de M.
"Ta gueule", qu'il m'a dit, "j'écoute France Culture".
Et ben pendant qu'il est occupé, je vous le dis, Vic et l'autre, M. de M., même en double, ça m'intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Lun 9 Sep 2013 - 9:30

- Et quand personne ne me lira, ai-je perdu mon temps de m'être entretenu tant d'heures oisives à pensements si utiles et agréables ?
Montaigne, Essais, livre II, chapitre VIII

- Bonjour, Monsieur Montaigne, bienvenue, je suis très honoré..
- Bonjour Monsieur Vic, alors voici votre fameux bloc ?
- Ça vous plaît.
- Je ne sais pas. Vous n'avez encore presque rien écrit.
- J'étais occupé à un dictionnaire.
- Ah ! Alors...
- Je voulais vous interviewer car vous n'écrivez pas pour vos lecteurs, j'ai cru comprendre ?
- Non, je suis la matière de mon livre. Je m'y peins tout entier, tout nu. Les gens ont sans doute d'autres sujets moins vains et frivoles que moi. Je me peins moi, un peu tous les jours. Quand je dis moi, ce n'est point l'être, c'est le passage. Je ne suis pas le même tous les jours.
- Oh ? Vous souffrez de dédoublements de personnalité ?
- Les autres composent l'homme. Je suis un parmi d'autres. Si les autres veulent me lire … Mais, les fantaisies de la musique sont conduites par art, les miennes par sort. Je ne peins pas les passages d'un âge à l'autre, de sept ans en sept ans, mais de jour en jour, de minute en minute.
- Vous voulez dire que vous écrivez des trucs où vous changer d'avis toutes les minutes et que des millions de lecteurs vous ont suivi malgré cela depuis tous ces siècles?
- Ce ne sont que des essais …
- Mais à part écrire tout ce qui vous passe par la tête, qu'est-ce que vous faites d'autre ?
- Je me ballade de droite et de gauche …
- Vous avez un vignoble, je crois … Une appellation dans le Montravel ? Ça doit occuper son homme à temps plein, ça ?
- J'ai ma moitié.
- Votre moitié ?
- Je suis comme vous, je suis très nombreux à l'intérieur, mais en plus, à la maison, j'ai ma moitié qui s'occupe de tout.
- ???
- Françoise, ma femme, c'est elle qui s'occupe entièrement de moi et de mon domaine …
- En plein XVIème siècle ?
- Elle dit que je suis un bon à rien ! C'est ça votre lexicalf ? Il est pas bien gros ...Vous n'avez pas de femme vous ?
- Si, mais …
- Mais, c'est pour ça que vous avez également ouvert un blocavik ...
- …
- Aimeriez-vous à votre tour visiter mon arrière-boutique ?
- …
- Descendons dans le Bergeracois !
- Quand ? Maintenant ? Tout de suite ?
- Pourquoi ? Vous avez autre chose à me montrer ?
- Non … Vous raccompagnez chez vous ? Mais avec grand plaisir, j'ai ma voiture...
- Je déteste les voitures. Je vous avais apporté un cheval au cas où vous accepteriez mon offre. Personnellement, je ne voyage bien qu'en selle...
- Vous voulez que nous fassions Périgueux- Saint Michel de Montaigne à cheval ?
- J'ai des andalous ! Ils sont rapides. Avec un bon galop, nous serons au château en moins de quatre heures ; Pile pour le déjeuner !
- Un galop de quatre heures, c'est que...
- Vous avez raison. Faisons la route au pas. Ça nous laissera le loisir de bavarder …
- Je suis curieux de visiter votre arrière-boutique. Et de gouter votre vin. Vous avez planté du merlot je crois ?
- Pour le vin, vous verrez avec ma femme. Je n'y connais rien … Allons-y !
- Une seconde, juste le temps d'attraper un carnet ...
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Lun 9 Sep 2013 - 10:07

Y avait déjà "je" et l'autre, puis les autres des deux. Maintenant voilà un revenant et sa suite. Ca va faire du monde à la fin. Mais puisqu'on part dans les vignes, y aura de l'espace pour tout ce monde-là. M. de M., si je comprends bien, c'est celui qui a marqué des Essais sans inventer le rugby ni le ballon ovale. Je vais continuer à suivre le match de près.
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Lun 9 Sep 2013 - 22:37

Du beau linge visite ton blog, mon cher... en voilà un que j'affectionnais particulièrement.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Mar 10 Sep 2013 - 14:15

- Mais, vous n'êtes pas tout seul ?
- J'ai un principe : je ne voyage jamais sans mes gens ! Tenez, ce jeune garçon qui ressangle votre selle est à mon service depuis ses douze ans. Depuis, il me suit partout.
- D'accord, mais tous ces autres ? Vous êtes au moins trente !
- Des amis à lui et des gens du château … J'aime bien me promener en sécurité. Lâchez vos rênes... Votre cheval connait son emploi … Non, mais asseyez-vous, mon cher Vic … Les épaules en arrière, comme moi … Accrochez-vous à la crinière si vous préférez … Voilà, pas d'affolement ... vous inquiétez inutilement votre monture là … Non ! Ne serrez pas les jambes, surtout ne …. Ah ! Là, là là.... Quelqu'un aurait-il la gentillesse de rattraper ce cheval et d'aider Monsieur Vic à se remettre en selle ...
- Je suis désolé, je ne comprends pas, pourtant j'ai appris à monter …
- Sans doute sur une ânesse … Attention, là vous êtes sur un vrai destrier. Je l'ai fait venir d'Espagne. Vous savez que ces chevaux ont du sang arabe... C'est tout nouveau en France ...Les gens ne sont pas encore habitués. Ne lui donnez surtout pas de jambes si vous souhaitez que nous continuions au pas.
- J'ai peur d'être ridicule...
- C'est une chose que vous ne devriez pas. Personnellement, je me l'interdis. Il y a toujours quelque chose de bon dans l'homme. Aussi impotent soit-il ! Ah ! Voilà, votre monture qui revient. Nous allons pouvoir nous mettre en marche. Votre chute me rappelle la mienne …
- Ah ! Vous aussi, il vous arrive de tomber ?
- Rarement. Mais, c'est une chute de cheval qui m'a poussé à écrire, savez-vous ?
- Ah ! Bon ? Alors, je débute bien le blocavik...
- Sûrement, sûrement... J'avais alors trente-sept ans et nous nous promenions par une belle journée comme aujourd'hui et je ne pensai nullement à galoper comme un fou. J'avais d'ailleurs un de mes vieux chevaux plus très vaillant mais que j'avais à cœur distraire de temps à autre. Or, voilà que mes gens, qui étaient restés un peu en arrière se prirent soudain de vouloir faire la course pour me rattraper. Je ne sais ce qu'il s'est alors réellement passé puisqu'ils étaient dans mon dos, mais un de mes plus lourds destriers s'est alors emballé et est venu me percuter dans le dos, moi qui marchait paisiblement au pas. Pendant tout un temps, je restai étendu à terre, perdant tout mon sang, inconscient, puis peu à peu la pensée me revint. J'avais mon estomac pressé de ce sang caillé, mes mains y couraient d'elles-mêmes, comme elles font souvent où il nous démange, contre l'avis de notre volonté.[...] Il me semblait que ma vie ne me tenait plus qu'au bout des lèvres ; je fermais les yeux pour aider à la pousser hors, et prenait plaisir à m'alanguir et me laisser aller. C'était une imagination qui ne faisait que nager superficiellement en mon âme, aussi tendre et aussi faible que tout le reste ; mais à la vérité non seulement exempte de déplaisir, mais mêlée à cette douceur, que sentent ceux qui se laissent glisser dans le sommeil …*
- Vous éprouviez du plaisir à vous sentir mourir ?
- Oui, sans doute, mais c'était de vaines pensées dans les nuages qui étaient émues par les sens des yeux et des oreilles : ils ne venaient pas de chez moi !*
- Un autre pensait en vous à votre place ?
- Il faut croire ! Seulement, c'était moi. Mes gens m'ont porté dans mon château pour me sauver la vie tandis que je sentais une infinie douceur à ce repos. C'eût été sans mentir une mort bien heureuse*.
- Mais, vous étiez malheureux auparavant ? Vous désiriez déjà mourir ?
- Pas du tout ! J'étais déjà le plus heureux des hommes. C'est juste le choc qui a provoqué cela en moi. Mais, c'est pour décrire le plus justement possible le désir de mon âme de me quitter que j'ai commencé deux ans plus tard en 1572 mes Essais.
- Vous vous êtes mis à écrire parce que vous avez vu la mort en face ?
- Je voulais recréer en moi la séquence de sensations telles que je les avais éprouvées de l'intérieur lors de l'accident. C'était pour moi plus important de mettre sur le papier tous les sentiments qui nous gouvernent plutôt que de continuer ma charge de magistrat à Bordeaux...
- Vous avez démissionné de votre emploi de juge rien que pour écrire ?
- Exactement. Bien sûr, cela n'a pas tellement plus à ma femme … mais, voyez-vous ce qu'il y a de plus terrible pour un homme, ce n'est pas que de perdre son épouse, ni même son emploi, c'est plutôt de perdre sa pensée. Comme ce qui m'était arrivé ce jour-là.
- Mais vous avez ensuite repris vos esprits … Vous étiez simplement assommé …
- Oui ! Mais pendant tout un temps, ma pensée s'est arrêtée puis elle m'a soudoyé pour m'inciter à mourir. J'ai beaucoup interroger plus tard mes gens sur ce qu'ils avaient vu de l'accident et de moi. Comment je me comportais lorsque j'étais inconscient, les paroles qui s'échappaient de ma bouche afin de mettre en rapport la souvenance de mes sensations internes et les observations qu'ils avaient gardées de moi …
- C'est marrant ce que vous dites. Ce que vous avez fait est préconisé depuis quelques dizaines d'années seulement par les psychologues en cas de choc traumatique. Permettre aux blessés, aux survivants de catastrophe de mettre en mots, de se représenter le plus tôt possible ce qu'ils ont ressenti durant le moment de violence qu'ils ont subi.
- Je ne sais qui sont vos psychologues, mais ils n'ont peut-être pas tort. Quand il y a un trou dans votre pensée, il faut la raccommoder le plus vite possible, sinon votre raison risque de fuir … Il faut demeurer prudent …
- Je suis content de vous l'entendre dire. Ce serait peut-être les traumatismes qui provoqueraient les dédoublements de personnalité...
- Je n'entends rien à vos dédoublements profitons de cette petite côte qui s'offre à nous pour nous dégourdir un peu et les jambes et l'esprit … le premier là-haut à gagner ...
- Non ! Par pitié, on n'avait dit pas de galooooooooooooooooo



* le texte en italique est un copié-collé des Essais (je ne veux pas d'ennuis avec les ayant-droits ...)
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Le blocavik   Mar 10 Sep 2013 - 14:54

J'étais justement en train de me dire(eh oui, je parle aussi à mon autre) qu'avec certains de nos métiers, nous ne faisions que gérer de l'éphémère, comme un jardinier recommence chaque saison son potager. Et que l'écrire, ce que nous faisions, lui donnait une dimension de partage et d'enrichissement culturel collectif, dans la mesure où d'autres peuvent le lire et le comprendre tandis que le garder pour soi ne faisait qu'amender note petit jardin individuel avec les limites qu'on lui connaît, géographiques et mentales. Mon arbre devenant ainsi un arbre de transmission, passant du végétal banal et périssable à une mécanique où les mots écrits font courroie et avancer le savoir universel.
Tu diras merci à M. de M.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 10:14

- Et bien, mon cher Vic, vous voyez que vous pouvez galoper comme tout un chacun …
- Merci beaucoup, Monsieur Montaigne , mais s'il était possible de ne pas recommencer l'expérience. Où sommes-nous donc ? Je ne reconnais pas l'endroit.
- C'est que nous avons changé d'époque. Vous verrez, plus nous nous approcherons du château, plus nous nous rapprocherons de chez moi, c'est à dire du XVIème siècle.
- Vous avez vu le film « les Visiteurs » avec Reno et Clavier en Jacquouille la Fripouille, vous !
- J'ignore ce que vous appelez un film. Je tente seulement avec cette promenade de vous ramenez peu à peu dans votre propre passé afin que nous nous comprenions mieux. Vous savez, pour moi, 2013, ce n'est pas si évident.
- Je comprends ! En quelle année sommes-nous désormais ?
- 1989.
- Ah ! Vous savez que durant cette année 1989,  Michel Onfray a écrit l'un de ses premiers livres « le ventre des philosophes ». A vingt-huit ans, il avait failli mourir d'un infarctus et c'est cet événement qui a déclenché en lui son envie d'écriture …
- Quelle coïncidence ! Exactement comme moi avec ma chute de cheval !
- Coïncidence, coïncidence, peut-être... Il vous avait déjà lu !
- A la page 17, il écrivit ceci :  C'est à ce délire des vaisseaux, que je dois les pages qui suivent. Tous furent étonnés : les statistiques ne m'avaient pas prévu, on trouvait l'insolence plutôt saugrenue. Un infarctus à vingt-huit ans...
- Le pauvre ! Pour ma part, j'ai connu la mort à 33 ans, mais je n'ai commencé à écrire que deux ans plus tard !
- Cet accident dans votre vie qui vous poussa à écrire, Michel Onfray l'appelle « happax existentiel ». C'est un mot que je n'ai malheureusement pas eu le loisir de définir dans mon lexicalf...
- Et pourquoi donc ?
- Parce qu'aucun de mes amis poètes ne l'ont employé. A la réflexion, il aurait peut-être pu servir pour Cathécrit … Un happax existentiel, c'est une occurrence qui ne se produit qu'une fois dans votre vie. Dans l'Art de Jouir, Onfray explique que nombre de philosophes ont connu ce que nous pourrions appeler des hapax existentiels, des expériences radicales et fondatrices au cours desquelles du corps surgissent des illuminations, des extases, des visions qui génèrent révélations et conversions qui prennent forme dans des conceptions du monde cohérentes et structurées.
- Ah ?  Et il parle de moi ?
- Je ne me rappelle plus. Il cite Nietzsche, Rousseau, Descartes, Pascal....
- Qui sont donc ces gens-là ?
- Des philosophes nés après vous mais qui auraient tous connu des happax. Qui sait ? Nous les croiserons peut-être en chemin ...Ils  vous ont beaucoup commenté...
- En bien ?
- Pas toujours.
- Les gens sont souvent dérangés par ce que pensent les autres. Pourtant, je crois à une unité de la pensée humaine. J'ai personnellement discuté avec des Topinambas, leurs âmes sont très voisines des nôtres vous savez...
- Des Topinambas ?
- Des cannibales des Amériques : des Indiens..
- Ah ! Oui ! J'ai un ami qui discute actuellement avec des bohémiens
- Et votre Michel Onfray, lui aussi a-t-il critiqué quelqu'autre ?
- Il n'aime pas trop Sigmund Freud...
- Sigmund qui ?
- Freud! On arrive bientôt par chez lui ...
- Le ventre des philosophes, l'écrit de ce Michel Onfray, ça parle de quoi ?
- De nourriture.
- Je me disais aussi … Faisons une petite halte. Mes gens vont nous confectionné un léger en-cas...


Dernière édition par Vic Taurugaux le Sam 14 Sep 2013 - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 13:55

- Je lis.
- Moi aussi.
- Nous aussi !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 16:10


Elle lit, suivant cette remontée dans le temps.
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 17:06

Nous lisons aussi tous ici en silence, mais nous n'en pensons pas moins.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 17:08

Ah non, moi je ne lis pas... Je cherche à comprendre, ce n'est pas pareil...

mdr 

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Jeu 12 Sep 2013 - 17:14

Je ne parlais pas de toi, mais de nous, ici chez moi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Sam 14 Sep 2013 - 10:24

- C'est du canard ou de l'oie, vos rillettes ? Ma femme me dit que j'ai beaucoup grossi. Selon elle, j'aurai doublé de volume. Vous en diriez quoi, Monsieur Montaigne ?
- Les femmes ont raison la plupart du temps malheureusement ! Ça expliquerait alors peut-être votre sentiment de dédoublement. Mais, pour l'heure, elle n'est pas ... Tenez ! - Vous allez goûter à la mienne et me dire ce que vous en pensez honnêtement, Monsieur Vic ?
- Mais, je n'ai pas encore eu l'honneur d'être présenté à votre charmante ép...
- Dites-moi ce que vous pensez de ce vin qu'elle assemble dans mes chais !
- Oh ! Excusez-moi, je n'avais pas vu que vous aviez rempli mon verre ! C'est du montaigne ?
- Du château montaigne ! A ce qu'elle en dit, il paraitrait que le merlot
- Jolie robe …
- Je ne vous demande pas de lui faire des compliments. Elle est suffisamment coquette. Venez-en au fait !
- Non, mais je veux dire que c'est sans aucun doute le merlot qui lui donne cette couleur bordeaux !
- Ah ! Surtout, Monsieur Vic, ne prononcez jamais cet adjectif devant ma femme. Utilisez plutôt des substantifs plus substantiels comme bergerac, montravel, vin du sud-ouest ou tout ce que vous voudrez. Mais jamais l'épithète bordeaux !
- Je vous promets de faire attention. En fait, il faut dire vermeille pour la couleur. Il est long en bouche et ...
- Dites-moi seulement si vous l'aimez ou pas et laissez tout ce charabia pour les parisiens !
- Ah ! Oui, il se laisse boire !
- C'est tout ce que je voulais savoir, tendez-moi votre verre … et faites-moi le plaisir de ne rien laisser de ces cous farcis … Je vais suivre votre avis. Je vais me débarrasser d'Eyquem ...
- Eyquem vous appartient ?
- Ben oui ! Depuis la mort de mon père. C'est une autre de mes appellations. Mais, ma femme ne peut s'occuper de deux propriétés.
- Vous parlez bien du côtes de bourg ?
- C'est cela. Il ne donne qu'une piteuse vinasse …
- Mais qu'est-ce que vous y avez planté ?
- Rien du tout ! Ce sont de vieux pieds qui datent des romains, du biturica si ma mémoire est bonne …
- C'est l'ancêtre du cabernet ! Sans vouloir vous commander, je serais vous, j'y mettrais quelques rangs de merlot
- Vous croyez ?
- J'en suis sûr ! Ne vendez pas tout de suite, Monsieur Montaigne, votre château eyquem est promis à un bel avenir, à condition de tailler court sur charpente courte tous vos rangs …
- Ah ! Et pourquoi donc ?
- Sinon, votre vigne risque de se dédoubler !
- Et c'est pas bon ?
- Trop de sarments ne vous feront pas de grappes ! Le bois, c'est bien joli, mais pour le vin, c'est le fruit qui compte …
- Vous, vous allez plaire à ma femme, Monsieur Vic ! Je n'entends rien à ces choses de paysans !
- Mais, c'est de la philosophie, Monsieur Montaigne !
- Par exemple ! Vous allez m'expliquer ça. Attendez, je vais faire ouvrir une autre bouteille. C'est un de nos blancs pour la lamproie, vous avez rien contre les mélanges …
- Non … pensez-vous … Alors, vous ne le savez peut-être pas, mais les poètes se sont beaucoup intéressés à vos écrits !
- Les poètes …
- Les romantiques du XIXème! Cette histoire que vous auriez plusieurs mois dans un même moi les a fortement tracassés …
- Alors, vous seriez peut-être un peu poète, vous aussi, Monsieur Vic ?
- Vous croyez ? Mais qu'est-ce qui vous permet de me dire ça ? Il y eut un romantique allemand, Schiller qui avait écrit : Zwei Seelen whonen, ach! In meiner Brust
Deux âmes, hélas, habitent en mon sein.

- C'est joli ! Et qu'en pensez-vous !
- Il a du corps ! Vous pourriez me resservir un fond ... Pas trop non plus … Merci …  Et c'est à partir de ce vers que Sigmund Freud a bâti son hypothèse …
- Ha ?
- Jusqu'alors les psychiatres pensaient que certains de leurs malades se dédoublaient en deux personnalités …
- C'est quoi vos psychiatres...
- Des médecins de l'âme. Et c'est là que leur confrère Freud écrivit ses essais …
- Lui aussi ! En quelle année ?
- En 1919. Ça s'intitulait « inquiétante étrangeté et autres essais ».
- Mais des essais de quoi ?
- De psychanalyse !
- Qu'est-ce que c'est que ça ?
- Il s'agit de penser sa pensée …
- Comme moi dans mes Essais ?
- C'est ça.
- Et le fait que j'écrive qu'il existe plusieurs mois dans un moi ne lui suffisait pas …
- Non, parce que, chez les poètes romantiques, il arrivait que parfois ces différents mois entrent en conflit …
- Remarquez, je le comprends votre Sigmund. Parce que moi-même, j'ai eu pas mal de travail entre les catholiques et les protestants …
- Ah ? Ils se sont chamaillés ?
- Un peu. Mais, c'est quoi son hypothèse ?
- Vous voyez un cep de vigne ?
- Je vous ai déjà dit que c'était là le domaine de ma femme !
- Si vous faites un petit effort … Quand vous ne taillez pas un cep de vigne, est-ce qu'il se dédouble ?
- Vous avez dit ça tout à l'heure, Monsieur Vic … Mais à la réflexion, non …
- Vous avez raison en partie. Il faut maintenant que vous considériez votre cep de vigne comme votre principal moi.
- Celui qui a poussé depuis mon enfance ?
- Si vous voulez... Imaginez alors que personne ne vous ai jamais taillé... Comment seriez-vous aujourd'hui ?
- Un peu comme une vigne vierge, avec des rejets partout !
- Nous y voilà, Monsieur Montaigne !
- Attendez un peu ! Sur ce fromage, je vais vous faire goûter du pécharmant. Passez-moi votre tire-bouchon, jeune homme !
- Vous ne laissez plus faire vos gens ?
- Jamais avec du pécharmant : montrez moi votre verre et continuez, je vous prie !
- D'où viennent vos rejets ?
- De mes racines ?
- Et vous connaissez toutes vos racines ?
- La plupart sont sous terre, mais, elles sont très nombreuses, j'ai étudié et le grec et le latin au coll...
- Je n'en doute pas une seconde Monsieur Montaigne. Je ne disais pas ça pour vous vexer. J'ai l'impression que ce pécharmant est plus charpenté que votre montravel ?
- C'est ce fromage qui vous fait dire ça ! Cessez d'être désagréable et reprenez, je vous prie, votre démonstration, Monsieur Vic !
- Imaginons Aristote
- Ecoutez, je peux vous parler d'Aristote mieux que…
- Non, non, imaginons-le tous les deux ..
- Vous avez étudié Aristote, Monsieur Vic ?
- Pas le moins du monde, mais je connais son nom !
- Mais son nom, on s'en fout ! C'est sa pensée qui compte, Monsieur Vic ! Aristote est un philosophe : sa pensée est complexe, c'est le père de la métaphysique et...
- Donc, ce serait mieux si la pensée d'Aristote passait par vous, je veux dire par votre cep et non par un rejet depuis vos racines ?
- Évidemment ! Je me demande si je dois vous resservir ! J'avais pour vous un verre de montbazillac pour le gâteau aux noix, mais là …
- Ne vous fâchez pas. Bon, je préfère vous faire directement un copié-collé de l'écrit de Sigmund Freud plutôt que de vous titiller davantage … Après ce vers de Schiller, il a écrit ceci : Je crois que quand les poètes se plaignent de ce que deux âmes habitent en l'homme, et quand les vulgarisateurs de psychologie parlent du clivage du moi en l'homme, c'est ce dédoublement, ressortissant à la psychologie du moi, entre l'instance critique et le reste du moi, qu'ils ont en tête, et non l'opposition, mise au jour par la psychanalyse, entre le moi et le refoulé inconscient. Il est vrai que cette distinction est estompée par le fait que parmi ce qui est rejeté par la critique venue du moi se trouvent en premier lieu les rejetons de l'inconscient.
- C'est copieux! Et mes racines formeraient mon inconscient ?
- Je crois… Et aussi que parfois, il serait bon de tailler vos rejetons pour ne pas appauvrir votre cep. Nous sommes d'accord sur le fait qu'Aristote sans vous ne présente que peu d'intérêt car la façon dont vous nous avez décliné sa pensée, c'est un peu comme du bon vin …
- Attendez Monsieur Vic, il est temps que je m'allonge un peu pour que je m'auto-analyse, là ! Servez-vous tout seul un doigt d'armagnac, je vous fais confiance ...
- C'était juste une métaphore …
- RRRzzzz, RRRRRzzzz
- Oh, regardez, Monsieur Montaigne, mon cheval qui se dédouble à son tour… RRRzzz
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Sam 14 Sep 2013 - 10:36

"A consommer avec beaucoup de modération... Ecrits doublement dangereux pour la société de notre pays. Ils incitent au boire et à la pensée... A censurer d'urgence... Veuillez recevoir monsieur Valse l'expression de ma haute configuration."

(extrait du rapport d'enquête de l'adjudant-colonel Julie Navarro en date du samedi 14 septembre 2013, service du contre-espîonnage français, atelier de psychanalyse de l'ennemi)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le blocavik   Sam 14 Sep 2013 - 11:23

Moi, j'attends avec impatience le dédoublement du pécharmant et autres babioles du genre... !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Sam 14 Sep 2013 - 16:38


"C'est parce que c'était moi, et parce que c'était lui."

-Encore un verre?
-Non, tout le tonneau! tchin 
Revenir en haut Aller en bas
Scapinocchio de la Mancha

avatar

Nombre de messages : 1708
Localisation : Gallardon
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Sam 14 Sep 2013 - 17:11

Je sens que ça va philosoviner à pleine barrique !... la vraie vie, quoi !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Dim 15 Sep 2013 - 11:07

- Bonjour Monsieur Aristote !
- Bonjour Monsieur Vic ! Que puis-je faire pour vous !
- Mon collègue Montaigne ronfle et j'ai un double cheval. Puis-je m'inscrire dans votre lycée ?
- Je ne comprends pas trop ce que vous me dites, jeune homme. Mais entrer dans mon lycée, diantre, pourquoi faire ?
- Pour approcher l'Apollon Lycien.
- C'est là une excellente initiative. Savez-vous que nous sommes voisins de son sanctuaire ?
- Oui, Monsieur Aristote. Je m'intéresse beaucoup à l'étymologie.
- Ah ! Et que souhaiteriez-vous apprendre ?
- La promenade. J'ai sur mon forum des tas d'amis qui se promènent partout. J'aimerais leur ressembler.
- Vous savez, chez nous, nous nous promenons que de façon péripatéticienne
- Je sais et cela me tente bien, mais...
- Je vous sens un peu hésitant Monsieur Vic ?
- Je suis comme Monsieur Montaigne : je suis marié alors ...
- Nous pourrions dans un premier temps vous inscrire à nos cours exotériques. Avez-vous déjà entendu parler de la métaphysique, Monsieur Vic ?
- Un peu, Monsieur Aristote.
- Et qu'en avez-vous retenu ?
- C'est que …
- Pas grand chose à ce que je vois … Vous venez d'une filière scientifique, je suppose ?
- Non, littéraire, j'avais pris option langues … au bac, j'ai été repêché à l'oral, mais...
- Littéraire et vous ne pouvez m'articuler deux mots sur la métaphysique, jeune homme !
- C'est sans doute à cause du pécharmant, il était un peu...
- Parce qu'en plus vous avez bu ! Votre cas devient de plus en plus intéressant pour la vie scolaire, Monsieur Vic ! Pourquoi vous présentez-vous au lycée qu'après une semaine de rentrée ?
- C'est parce que ma mère avait une..
- C'est à cause d'une fille, c'est çà?!!! Ignorez-vous, Monsieur Vic que la cause est notre première substance ?
- Je l'apprends, je l'apprends … Monsieur Aristote...
- Notez-le, plutôt ! Cela vaudra mieux. Et savez-vous pourquoi une telle affirmation, Monsieur Vic ?
- Arrêtez de vous agiter ainsi , Monsieur Vic !
- Je ne m'agite pas, j'essaie de réfléchir, Monsieur ...
- En criant dans votre sommeil ?
- Oh ! Monsieur Montaigne, vous êtes toujours là ?
- Où croyez-vous donc que je me sois enfui ? J'ai fait une très bonne sieste sous cet arbre. Mais maintenant, en selle si nous voulons atteindre Marsac avant midi !

Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Le blocavik   Dim 15 Sep 2013 - 11:29

Ah la la ! Pauvre Vic ! Son Panthéon est décousu (sans doute à cause de la selle)... Montaigne, Aristote, Freud... Lacan la Compagnie créole et le Douanier Rousseau ?

AngeR 

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le blocavik   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le blocavik
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Vic Taurugaux-
Sauter vers: