Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Ven 4 Oct 2013 - 9:59

L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.

Un fil sur Ultreïa s'achève, le Scapi-Stevenson n'est pas encore rentré au sec que déjà votre Vic revient de son périple andalou les yeux pleins de clichés numériques. On laissera donc Montaigne patienter un temps, celui d'un voyage, ou plutôt d'un carnet.

Notre dernière errance nous avait porté du côté de Séville . Nous en avions gardé un souvenir ébahi. Or, l'Andalousie ne se résume pas à cette ville. Il nous fallait donc y revenir. Dix jours, pour voir Grenade, la Sierra Nevada, Ronda, Vejer de la Frontera, Trafalgar, Cadix et Jerez. Dix jours, c'est court pour découvrir une région si vaste d'où l'on doit éliminer faute de temps Cordoue, Jaen, Almeria, etc.

Mais, puisqu'il nous faut choisir, débutons notre déambulation par Grenade.
Ici, les gens vivent dans un lieu artistique depuis des siècles. Depuis que des émirs nasrides y construisirent après 1238 un paradis autour d'un fruit qu'ils appelèrent Alhambra, (la Rouge). Depuis que des rois catholiques voulurent reconquérir cet éden. Depuis qu'avant la dernière guerre civile, un poète dénommé Garcia Lorca se dilua dans une foule aussi bigarrée que grenadine.



(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Ven 4 Oct 2013 - 11:31

Ah, enfin un nouveau carnet. Qu'on voyage encore, quoi !
Celui-ci est prometteur, nous attendons la suite avec impatience !
Géniale, cette photo Shocked 

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Ven 4 Oct 2013 - 17:17


Je comprends que 10 jours soient trop courts, j'en ai vu si peu en 7 de la superbe Al Andaluz!

Grenade, Granada, la magnifique, à peine vue, une demie journée pour l'Alhambra, c'est bien trop court!
Et les Alpujarra...

Comment ça c'est tout? Ben, oui, faut que j'y retourne...

J'attends ton récit de voyage pour continuer le mien...
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 5 Oct 2013 - 11:08

Démocratie moderne, l'Espagne possède depuis 1978 une constitution. Mais, ce pays est également un royaume. Or, les informations télévisées nous l'apprennent à longueur de journées et de bulletins radiotélévisés, le roi est actuellement à l'hôpital. Que faire alors pour pallier la vacance de son pouvoir ? Aucune loi ne régit en effet cette situation et si le bon sens voudrait que le prince Felipe assurât la continuité du trône, rien dans la constitution permet d'assoir la légalité d'une telle initiative. Du coup, à l'heure où la Catalogne demande son autonomie, que gronde un peuple victime de la crise, que les gens des Baléares ne veulent même plus parler espagnol, le sujet agite le débat, amplifie les polémiques nationales. Le corps sénescent de ce descendant direct de Louis XIV occupant énormément les esprits de ces citoyens ibériques incapables de construire valablement une guillotine régicide. Bref, la prothèse de hanche royale a fait, durant notre périple andalou, beaucoup de bruit.

Heureusement, outre une constitution, une maison royale, l'Espagne possède également une institution séculaire appelée le paseo. Cette façon de marcher héritée d'une longue tradition relativise dans la rue, la fougue d'une nation parfois trop fière et permet d'atténuer des débordements malheureux que l'histoire mouvementée de ce pays fait toujours craindre. Alors, si dans notre dernière article sur Séville, nous vous avions parler de l'art espagnol de la procession permettant la rémission de tous vos péchés, si Tryskell nous a, par son fabuleux reportage, fait entrevoir l'art du camino, il est plus que nécessaire pour votre édification de vous parler désormais de l'art andalou de la promenade.
 
Il existe ainsi à Grenade une avenue dite de la Constitucion et effectivement constituée de deux chaussées pour bus et autos encadrant une large voie piétonne centrale. Cette dernière se trouve agrémentée d'un décor paysager, de fontaines et de statues et tout cela serait comparable à de nombreuses réalisations urbaines qui se font aussi chez vous, à un détail près. Car ici, à Grenade, l'artiste (entendez le sculpteur) n'a pas jugé utile de disposer ses œuvres sur des piédestals, mais plutôt de les mêler au flot des passants. Du coup, statues et piétons cohabitent ainsi à égalité dans le temps et l'espace. Tout se passerait alors comme si, du fait du soleil, le temps se figerait permettant de mêler personnages historiques et piétons contemporains dans une sieste puis une unique ballade vespérale. L'air de la ville devenant peu à peu moins étouffant, une légère brise descendue de la montagne réveillerait le chant des oiseaux et, petit pas à petit pas, l'Andalousie tout entière, vous avec, vous rapprocheriez du soir. Le paseo désigne en effet un mode de faire ancestral conduisant la foule à marcher, mais, à la différence des pèlerins, sans but, à flâner, à s'asseoir sur les bancs pour regarder passer les autres passants qui, nonchalamment gagnent ainsi lentement d'autres observatoires : les terrasses de cafés. Déambuler ou rester immobile constituant en effet le mot espagnol pasearse, verbe paradoxalement actif qui oblige tout un chacun à se diriger non vers le dîner (institution trop française car rigoureusement balisée par un début et une fin) mais vers un perpétuel picorage de tapas permettant d'espérer la fraîcheur de la nuit.






(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 5 Oct 2013 - 14:05


Quand nous sommes arrivés à Grenade, c'était la fête de la ville.
Une chose m'a frappée: les gens "passaient" , toutes générations confondues, et ce fort tard puisque l'Espagne comme dit une chanson "Ne s'éveille que le soir".
C'était la fête, mais en famille, plutôt calme d'ailleurs, même s'il était difficile de trouver une place en terrasse.

Je n'ai pas eu l'occasion de voir cette avenue là!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 5 Oct 2013 - 17:26

S'assoir et lire.
S'assoir et regarder.
S'assoir et réfléchir.
S'assoir et penser.
S'assoir et somnoler.
S'assoir et prendre le temps !

Un luxe à porter de main, gratuit et bienfaisant.

Merci, Vic !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Bianca



Nombre de messages : 1735
Date d'inscription : 04/08/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 5 Oct 2013 - 17:54

Merci Vic, je connais bien Barcelone pour y avoir séjournée. Mais je ne connais pas l’Andalousie, je vais suivre ce fil avec grand plaisir !Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Dim 6 Oct 2013 - 11:33

Après le soleil, la deuxième richesse de Grenade est l'eau. En effet, cette ville se situe au pied de la Sierra Nevada (la montagne enneigée), ce qui peut paraître curieux à cette latitude et si près de la mer Méditerranée, mais qui le sera moins dès lors que vous aurez en tête que ses cimes culminent à 3000 m à l'instar de l'Atlas, son cousin africain. Donc qui dit neige, dit eau et qui dit eau dit oasis. Grenade fonctionne donc comme une oasis de la même façon que la plus grande partie de l'Andalousie. La modernité a fait que l'Espagne possède le deuxième parc éolien d'Europe, juste après l'Allemagne mais que l'Andalousie explose sa production d'énergie propre avec en plus ses innombrables champs solaires.


La Sierra Nevada


champ solaire (détail de plusieurs hectares)

Mais, le soleil ne servirait de rien s'il n'y avait l'eau et son acheminement. Car, tout comme les andalous, ici l'eau se promène, court, ou stagne selon des principes fort complexes qui permettent la vie. Ainsi, à Grenade existe face à l'Alhambra, un quartier immense, lui-même juchée sur une colline et que l'on nomme depuis toujours l'Albaicin. C'est un dédale de ruelles, d'escaliers qui s'accrochent à la pente rocheuse depuis des siècles selon des principes musulmans de pureté (c'est à dire de bains, de hammams, mais aussi de jardins) et l'on se demande alors comment tous ces gens ont pu vivre là-haut bien au-dessus de la rivière le Darro. En fait, le secret se trouve sous vos pieds. Sous les maisons et les palais qui cachent d'immenses citernes qui sont la partie cachée des innombrables fontaines et puits, alimentées par tout un réseau complexe d'aquavias, des aqueducs en poterie qui acheminent l'eau depuis plus de deux kilomètres de la montagne avoisinante. Ce système hydraulique fonctionnait à merveille depuis le début du onzième siècle et permettait que chacun ait l'eau potable, fraiche et entièrement gratuite à moins de cent mètres de chez lui.


L'Albaicin vue depuis l'Alhambra


Porteuse d'eau.


Passante dans une ruelle de l'Albaicin


Détail d'aquavia


Malheureusement, en 1960, le modernisme voulut que l'eau ne fut plus potable. Il fallait l'eau courante dans les maisons, de l'eau traitée chimiquement mais surtout délivrée par une compagnie privée donc désormais payante. Alors, les pelleteuses pour passer leurs tuyaux en plastique ont tout détruit l'ancien réseau qui fonctionnait pourtant si bien depuis presque un millénaire. Demeurent les citernes vides que peuvent désormais visiter les touristes. Mais à Grenade, c'était en premier l'eau qui se baladait.



(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Dim 6 Oct 2013 - 11:55

Je ne connais de l'Andalousie que les villes que vous avez "évitées". Aussi ce regard original et informé sur Grenade est plein d'intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Dim 6 Oct 2013 - 12:20

Après la seconde guerre mondiale, on a beaucoup ignoré, détruit et perdu...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Dim 6 Oct 2013 - 14:03

C'est la maîtrise de l'eau qui a en grande partie fait de l'Andalousie ce qu'elle est.

Grenade Rêve


Dernière édition par Tryskel le Dim 6 Oct 2013 - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 53
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Dim 6 Oct 2013 - 23:02

Magnifique, ça me donne envie d'aller faire un tour dans le coin...
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Lun 7 Oct 2013 - 9:35

Un autre mode fort répandu de cheminement consiste en une ascension vers le pouvoir quand on sait combien celui qui dispose du haut de la montagne, possède de facto toutes les riches plaines avoisinantes. Les Maures avaient bien compris tout cela pour avoir ériger au déclin de leur empire, leur dernier palais sur la plus haute et la plus escarpée des collines de Grenade. Et, il n'avait pas fallu plus de dix mois de siège pour qu'enfin les rois catholiques (Fernando d'Aragon et Isabelle de Castille) puissent reconquérir en 1492 , l'Alhambra, dernière capitale d'Al-Andalus, ce pays musulman qui en 800 recouvrait les 4/5 de la péninsule ibérique.
Le pouvoir nasride à l'Alhambra était donc tout là-haut protégé et magnifié tel un paradis par une complexité de remparts, de bâtiments, de salles, de patios, de bains, eux-mêmes ornés de décorations labyrinthiques propres à ébahir et égarés courtisans et ambassadeurs qui y déambulaient dans l'espoir d'obtenir un entretien. Il fallait donc pour accéder à l'émir un paseo particulier fait d'une longue lecture de ce dédale qui offrait aux yeux, à l’ouïe, à tous les sens ce que pourrait être un jour votre future balade au Paradis d'Allah. Bien sur, là encore l'eau et le soleil y jouaient des rôles de premier ordre. La lumière de l'astre suprême savamment apprivoisée par les jeux des auvents, des fenêtres, des claires-voies, des moucharabiés, des étoiles et des lunes se découpant dans les murs, des miroirs des bassins qui reflétaient et démultipliaient à l'infini ces clairs-obscurs et tous ces tableaux vivants. L'eau partout y courait, jaillissait, disparaissait, sourdait à nouveau, inondant vasques et bassins. Partout son chant mêlé à celui des oiseaux qu'elle abreuvait, son illusoire miroir renvoyant toutes les couleurs des milliers de fleurs et d'arbres qu'elle nourrissait. Les invités de l'émir étaient ainsi appelés à progresser dans ce lacis féérique afin de mieux percevoir ce qui, à l'instar du soleil ne peut être regardé directement et qu'il leur serait à jamais inaccessible derrière d'ultimes portes : l'immense pouvoir que confèrent des appartements privés royaux.

Las, et trois fois hélas, tout aurait été pour le mieux pour l'émir Abu al-Hassan si, malheureusement, à l'intérieur même ce paradis terrestre, sa compagne, la Sultane Soraya, lassée de tout ce faste, s'y était ennuyée à mourir...















(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Lun 7 Oct 2013 - 10:55

La description est superbe de ce paradis prison.
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Lun 7 Oct 2013 - 16:11


L'Alhambra fait partie de ces lieux qu'on a vu 1000 fois en photo. Mais tant qu'on n'y est pas en vrai, on ne peut pas savoir ce que c'est!

Je n'avais pas envisagé l'aspect: "prison dorée", surtout pour une femme.

"Pleure comme une femme ce que tu n'as pas su défendre comme un homme" aurait dit sa mère au dernier émir contraint de capituler devant les Rois Catholiques.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Mar 8 Oct 2013 - 10:10

C'est donc entièrement du fait de cette sultane qu'après trois heures de visites de l'Alhambra, votre ticket d'entrée vous offre encore la possibilité de prolonger votre promenade d'autant à deux cent mètres de là pour pénétrer le Generalife. Cet endroit n'a rien à voir avec un quelconque général. Son nom est l'hispanisation du mot arabe Djannat al-Arif : le jardin du paradis suprême.

En effet, ce brave Abu ne pouvait laisser sa femme se morfondre davantage. Donc, il construisit rien que pour elle un paradis supérieur à l'Alhambra. Un jardin reprenant non plus les arcanes du pouvoir mais la sensualité et la complexité de l'âme féminine. Ce brave garçon mit tout son cœur dans les dessins alambiqués des jardins et des patios, des jeux d'allées, d'escaliers, des lieux ouverts ou fermés tant et si bien que la brave Sultane comprit enfin le mode d'emploi de tous ces labyrinthes végétaux en y recevant en secret son amant, le chef des Abencerajes, l'ennemi juré de son mari …


Idée première du père Abu: faire du plat à sa femme en pleine montagne ...


Idée 2: se servir de l'art topiaire pour aménager des lieux ouverts-fermés


Idée 3: se servir de l'eau ...


Partout ...


Même pour les rambardes d'escaliers ....

-Ah! Je comprends mieux l'intérêt du tchador!
- Partons d'ici! Demain, on visite la vraie montagne! La randonnée, il n'y a que ça de vrai!
-Mais, Mimine... Qu'est-ce que j'ai dit de mal ...

(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Mar 8 Oct 2013 - 10:30

Un jardin discret pour effeuiller son jardin secret donc !
Le patron de Séville a dû avoir le même problème avec sa sultane car autour du palais trotte le même jardin magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Mar 8 Oct 2013 - 10:50

La fraîcheur bienfaisante doit circuler en même temps que l'eau, autant que son chant chinois 

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Mar 8 Oct 2013 - 14:57


Le Généralife est une pure merveille, j'attends la Serra Nevada.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Jeu 10 Oct 2013 - 9:36

Finalement, au bout de mille et une nuits, l'émir Abu al-Hassan mourut. Il fallut lui trouver une sépulture. C'est pour cela que le plus haut sommet de l'Espagne européenne, le troisième sommet européen, culminant à 3479 mètres d'altitude dans la Sierra Nevada se nomme Mulhacèn : pour Mollay Hassèn, le mollah Hassan qui y repose.
Au sud de cette chaîne, (Grenade étant au nord) sont les Alpujarras : les indomptables. C'est à dire, non les femmes mais toute une série de vallées reculées où se réfugièrent les Maures après la chute de Grenade. Du coup, vous y retrouvez là une agriculture, un habitat très proche de celui de nos actuels berbères de l'autre côté du détroit. Sur ces flancs de montagne très ensoleillées, on y cultive orangers, citronniers, amandiers, plaqueminiers à l'instar des arbres décoratifs du Generalife mais surtout on y élève le cochon ibérique car le climat permet d'y faire sécher le jambon, institution indispensable pour les tapas.


Aussi, dès que vous entrez dans ces vallées, êtes-vous surpris d'entrevoir au loin sur les pentes montagneuses des taches blanches ressemblant à des névés. Après un peu de réflexion et la consultation e de votre altimètre, vous vous résolvez de vous-même à écarter la présence de neige à cette hauteur, côté sud à la fin de l'été. Ces tâches blanches sont les « pueblos blancos ».



En effet, la langue espagnole traite d'un même mot le peuple et le village, désignant à la fois l'habitat et l'habitant. Et, ce qu'il faut visiter dans les Alpujarras, c'est non seulement la nature qui de toute façon s'imposera à vous que vous soyez à pied ou en voiture, mais surtout, ces petits villages plus originaux les uns que les autres et qui se font une spécialité de vous accueillir le temps de déguster una copa de vino tinto con tapas !


Exemple de pueblo blanco






Je veux dire: exemple de maquette de pueblo blanco érigé au bord de la route pour inviter le touriste à monter au village...


vue de dessus


Ici, l'eau possède une fonction plus populo...


(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Ven 11 Oct 2013 - 17:03

Pour visiter l'Alhambra de Grenade, j'ai omis de vous préciser qu'il faudra faire la queue. L'été, vous pourrez réserver bien à l'avance un coupe-file sur internet qui, quoique beaucoup plus cher, vous obligera à vous présentez aux portes du château tel jour à telle heure précise mais qui ne vous privilégiera en rien quant à l'accès des immenses et hyper-modernes toilettes collectives du site ...  De fait, le paradis grenadin n'est en rien miraculeux. Il ne peut en effet contenir dans la même demi-journée que quelques milliers de visiteurs. D'où des horaires stricts. Un peu comme à l'usine. Étant donné le nombre impressionnant de cars y déversant leur flot ininterrompu de groupes de touristes, vous remarquerez très vite que les onze mille vierges promises par le Coran ne vous sont pas uniquement réservées. A l'Alhambra, il y a du monde ! Beaucoup de monde, un peu comme pour la tour Eiffel, quelque soit la saison!
Et c'est pourquoi, lors de votre prochain voyage en Andalousie, je vous recommanderai vivement la Calahorra.

Une fois sorti des lacets des Alpujarras, de la sorcellerie de ses villages et de ses paysages, une fois franchie la Sierra par le Puerto de la Ragua perché à 2000 mètres, vous rebasculerez versant nord vers le désertique village de la Calahorra et son château. Pour mieux vous expliquer la chose, je vous dirais que la Calahorra, c'est l'Alhambra mais à l'envers. Bien que distant de trente kilomètres de Grenade, vous vous y retrouverez illico à cent lieues. Vous pénètrerez le pueblo, un œil fixé sur son château qui, juché sur son rocher, le surplombe d'un regard sourcilleux. Puis, l'entrelacs des ruelles vous fera perdre son imposante silhouette et l'absence de tout panneau indicateur vous obligera à stopper votre véhicule pour quémander votre chemin à l'unique passant autochtone. Il vous apprendra alors qu'il n'existe pas de route capable de mener là-haut votre trop belle voiture de location. Le mieux serait de la garer sous la protection de l'église et de la sainte pour qui cette dernière fut édifiée puis de grimper par les ruelles-escaliers jusqu'aux rochers qu'il ne vous suffirait plus alors que d'escalader jusqu'aux pieds des remparts seigneuriaux. Comme il est déjà 19 heures, que le soleil décline un peu sur l'horizon, votre compagne vous demande s'il ne serait désormais pas plus prudent de regagner et Grenade et la civilisation ... Vous lui rappelez alors votre mission consistant à rapporter à votre lectorat des souvenirs de vacances extraordinaires. Et c'est pourquoi, fidèle épouse, elle s'engage à votre suite et malgré une fatigue compréhensible dans un lacis de venelles escarpées où, tenez-vous bien, il n'existe désormais plus la moindre échoppe à touristes ! Alors, je sais ce que cela représente pour les plus sensibles d'entre vous. Plus la moindre carte postale ! Mais que voulez, à cet instant de notre récit, nous n'aurons plus le moindre cliché auquel nous raccrocher. Nous pénétrons en effet l'Andalousie des vrais gens et non celui des habitants typiques et pittoresques tels que décrits dans le guide. Tout à coup, sous vos pieds, on déverse un seau d'eau sale ! Celle-là même qui vient de servir à rafraîchir une terrasse apparemment trop empoussiérée. Plus loin, une autre femme andalouse, et qui pourrait tout aussi bien être votre fille vu son accoutrement gothique, étant son linge malgré la proximité de la nuit. Car, ici, comble d'exotisme, vous pouvez faire sécher votre linge, même la nuit ! Par décence, je glisse mon appareil photo sous mon Tee-shirt ! Il y a aussi quelques chats et un chien. Le sons des télévisions nous rappellent que toutes ses maisons sont raccordées au modernisme et aux télénovelas. La ruelle grimpe davantage et il nous faut désormais batailler pour nous frayer un chemin entre des boosters adolescents ; ici itou, tous ces destriers sont mal garés. Dehors, il n'y a absolument personne, à part nous, épiés par une multitude de fenêtres préservant ce qui ne plus être exposé.

La ruelle se transforme tout à coup en chemin de montagne. Sous nos pieds, le village. Ses maisons forcément blanches séparées par des basses-cours improbablement délimitées par des sommiers à ressorts, des barbelés tendus sur des fers à béton. Sur les toits en gravier, des chèvres, quantités de cheminées rondes et d'antennes de télévision. Et, tout ce damier (le village) regarde les plantations de panneaux solaires absolument rectangulaires semblant réfléchir à la modernité de notre aventure dans cette ambiance on ne peut plus médiévale !

Et puis, enfin, nous arrivons !
" />

( à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Ven 11 Oct 2013 - 18:55

Les carreras de la Calahorra, c'est carrément charmant vu avec ton humour. Et merci d'avoir fait l'effort à une heure aussi tardive de grimper jusque là...Mais la prochaine étape est peut-être la nuit au château ?
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 12 Oct 2013 - 12:47

Le château se présente de façon aussi austère que le paysage alentour. Un parallélépipède des plus massif flanqué aux quatre coins d'énormes tours cylindriques, le tout surmonté d'un chemin de ronde crénelé laissant apparaître par endroits les tuiles d'un toit. Tout cela semble avoir été scellé depuis des siècles à l'escarpement rocheux qui luit d'un même rouge dans le soleil couchant. Il ne se visite pas ; c'est une propriété privée. C'est le gardien qui nous le dit. Il est devant la porte et tient dans ses mains une immense clé, plus longue que son avant-bras. L'homme est petit, rondouillard, paysan d'où un regard acéré qui a tout observé de notre ascension. Pour l'heure, il discute de façon fort révérencieuse avec une personne plus noble, plus grande et plus fine qui aide méticuleusement ses deux amis âgés à s'extraire de sa voiture. Il y a deux voitures devant ce qui semble être l'unique ouverture dans ces remparts. La Fiat Panda de l'homme altier et une splendide BMW dont la plaque d'immatriculation nous apprend l'origine allemande du jeune couple qui en sort à l'instant. Il y avait donc une route ?
Le gardien, freinant le débit de son discours, me demande si je suis anglais. Je le rassure de suite sur ma nationalité. Il articule alors davantage pour que les deux couples d'étrangers le comprennent :
- Le château ne se visite pas. C'est une propriété « muy privada ». Les propriétaires sont une très riche famille, résident à Madrid et lui, c'est le gardien de ce château qui est, historiquement, le plus important d'Espagne. Il ne se visite jamais, sauf ce soir, exceptionnellement pour ce monsieur qui passe toutes ses vacances dans sa maison secondaire du village. Ce monsieur est un très très grand professeur d'histoire. En effet, il enseigne toute l'année dans un lycée de Grenade et m'a prié de montrer le château à ses deux invités.
J'acquiesce à toutes ses phrases tout en traduisant en anglais ce qu'il nous dit aux allemands. Puis, je salue révérencieusement le MBS andalou.
- Vous allez voir, ce château est très intéressant.
Je constate alors avec ravissement, qu'avec ce professeur, je comprends parfaitement le castillan.
- Parce que nous avons le droit de visiter ?
- Si Monsieur le gardien l'autorise ?


Effectivement, puisque cela plaît à Monsieur le Professeur, Monsieur le Gardien est prêt à tout autorisé. A l’exception des photos, bien évidemment …

Le couple d'allemands, trop jeune et sans doute trop allemand, ne semble rien comprendre : ils gardent leurs appareils photos en bandoulière et, comble de grossièreté, s'avisent tout à coup de sortir leur porte-monnaie. J'interpose rapidement et mon corps et mon éducation française entre ces deux parties extrêmes de l'Europe tout en faisant signe aux teutons de cacher leur pognon. Fort heureusement ces fiers andalous ne fixent jamais leurs vis-à-vis en dessous de la ceinture.

Nous pénétrons donc en procession le château. Le gardien d'abord, puis le professeur soucieux d'aider la difficile progression de ses personnes âgées sur un sol plus qu'accidenté, nous autres les français et enfin sur nos basques les allemands qui continuent à se prendre pour des touristes. Le gardien referme l'immense portail et nous plonge dans la pénombre :
- Je vous préviens, il n' y a pas la lumière …
Le professeur traduit :
- Il parle de l'électricité.

Le gardien ouvre une autre porte pour nous éclairer. En fait, nous sommes dans les écuries du château. Une immense salle voûtée qui accueillait les chevaux des anciens visiteurs. Il y a même un petit réduit pour accueillir les voitures. Pas très grand non plus, car les Maures se déplaçaient plus volontiers à cheval qu'en voitures. Dans les escaliers, il nous explique encore que le château fut construit par les Maures pour contrôler ce côté-ci de la montagne du temps de la Reconquista. C'était un ouvrage militaire des plus modernes en ces temps médiévaux car les remparts de trois mètres d'épaisseur se trouvaient, comble de sophistication stratégique, percés de meurtrières propres à se défendre d'éventuelles assiégeants. Seulement, contrairement à l'Alhambra, il n'y eu jamais de siège à la Calahorra, vu que les occupants maures s'étaient déjà converti au catholicisme et qu'en voyant arrivé sur eux les armées chrétiennes, ils leur offrirent ces murs en guise de bienvenue. La Calahorra servit alors de prison : voyez ici, les geôles toujours en l'état. (Le gardien pousse un volet obturant une meurtrière et effectivement, les pénombres se transforment en geôles). Et puis, notre guide se met à parler  très très vite aux Espagnols qui sourient émerveillés, ce qui fait que je comprends plus rien et ne peux plus rien traduire en anglais aux allemands. Il nous avait fait déjà le coup en bas de l'escalier à propos du garage aux carrosses. En tendant l'oreille, je crois discerner le mot : Cervantes.
Je me permets alors de demander au grand professeur s'il ne s'agirait pas par hasard du Cervantes de Don Quijote de la Mancha. Mon interlocuteur semble gêné :
-Vous connaissez Don Quijote ?
     - Un peu. C'est un roman de Cervantes, je crois ?

- Effectivement. Ici, dernièrement, ont été tournées des scènes d'une série télévisée très populaire racontant la vie de Cervantès. Bien sûr, Cervantès n'est jamais venu ici, mais, comprenez-nous, cet un artifice de cinéma … ce n'est pas la vérité historique, c'est pour la télé, il faut nous comprendre, la crise ...

Le gardien s'inquiète. Il a peur d'avoir commis une bourde. Cervantès, c'était juste pour les vieilles personnes qui accompagnent le professeur. Pas pour nous.
- Vous connaissez la série en France ?
- Non, je ne connais Cervantès que par les livres.

Le professeur explique alors au gardien que Cervantès n'est pas qu'un personnage de télé, mais qu'il a réellement existé historiquement. C'est pour ça que même les Français le connaissent. De façon implicite, nous taisons alors tous l'utilisation triviale et télévisuelle de ce lieu sacré aux allemands qui pour l'heure non toujours pas compris qu'il est strictement interdit de prendre des photos. Je les rappelle à l'ordre au grand contentement de nos hôtes.

Et c'est là que nous ressortons au grand jour, au milieu du château. Le décor de cet immense patio est splendide, des colonnes de marbre y soutiennent toute une galerie tout aussi richement décorée et qui ceint une cour carrée. Et pour accéder de la cour où nous nous trouvons désormais, à la galerie, un majestueux escalier tout aussi blanc et sculpté finement.

- C'est du marbre de Carrare ! S’enorgueillit notre guide. C'est le marquis Rodrigo Diaz de Vivar y Mendoza qui a construit tout cela pour sa seconde épouse. C'est le précurseur de la Renaissance en Espagne et vous avez là devant vous le plus vieux bâtiment Renaissance de notre royaume. Ce marquis est le fils illégitime du Cardinal Mendoza et de la reine Jeanne du Portugal. La reine Isabelle pourtant si pieuse pardonna cet écart de conduite à son grand conseiller et on appela le bébé Rodrigo Diaz de Vivar en souvenir du vrai Rodrigo, celui que vous connaissez vous les Français sous le nom du Cid, et qui fit tant durant la guerre de Grenade. La reine Isabelle offrit donc ce château au cardinal en 1490 et quand celui-ci mourut cinq ans plus tard, c'est son fils qui en hérita. Sa première femme mourut de chagrin du fait de la mort de son premier bébé et surtout de la nature frivole de son marquis de mari. Son veuvage ne l'arrêta pas, au contraire, il partit voyager en Italie où il fit une cour éperdue à la fille du pape : Lucrèce Borgia. En vain. Il devint alors ami avec Dante, Boticelli et rapporta en Espagne leur nouvelle doctrine humaniste et chevaleresque : celle des Fideli Amore : fidèles en amour.

C'est ainsi qu'il s'éprit d'une jeune fille de bonne famille, Maria de Fonseca, mais que la Reine Isabelle avait déjà promise à un cousin. Passant outre les désirs de la Reine, notre bon Rodrigo l'épousa en secret. Il finit donc en prison. La reine mourut ce que le libéra et lui permit d'enlever Maria qu'on avait durant tout ce temps remisée au couvent. En 1506, il put donc l'épouser officiellement et la faire venir au château. D'où l'emploi de tous ces architectes florentins qui vinrent  ici exercer leur art.


Le gardien poursuit donc la visite des appartements somptueux dessinés dans cette vieille citadelle pour l'unique Maria. Rien n'a bougé depuis, les sols couverts de fientes de pigeons, les plafonds ouvragés, les poutres : tout ici date des années 1510. N'a disparu que le mobilier. La chambre de Maria, à l'opposé de celle de Rodrigue est la plus grande. Elle donne sur une autre pièce, tout à fait moderne pour l'époque : une immense salle de bain. Il y a aussi les armoiries sculptées sur les chapiteaux. Je reconnais la croix de Saint-André de la province d'Aragon. Le professeur et le gardien ne fixent d'un drôle d'air. Je livre mes sources : hier, à Grenade nous avons visité la Castilla Real : la chapelle royale et j'ai appris sur les imposants gisants des rois catholiques à reconnaître la croix de Ferdinand d'Aragon et le blason des Castille.
Le gardien n'en revient pas.
-Vous avez été vous agenouillé devant les dépouilles royales ?
Je confirme que dans la visite de la chapelle royale, j'ai vu les cercueils royaux reposant dans la crypte mais aussi que je ne comprends pas le verbe espagnol agenouiller. Du coup, le professeur d'histoire me parle désormais dans un français impeccable au moment même où j'aperçois les fleurs de lys. Je dis :
- Mais, c'est à nous ça !
Le professeur m'explique à la plus grande joie du gardien. Ces fleurs de lys appartiennent aussi au blasonnement des Medicis. Les Mendoza étaient apparentés à l'une de leur branche. Regardez ici.
On lit une inscription gravée sur le fronton d'une porte :
Medina celli.
Medina : la ville en arabe, celli : la ville en latin. Medina celli, c'est l'ancien nom des Medicis qui ont prospéré à Florence et vous ont donné Catherine qui a permis  à la maison des Bourbon

Je voudrai lui parler de Montaigne mais je préfère couper là son cours de généalogie. Pourquoi alors, ce château s'est-il arrêté de vivre d'un coup ? On se croirait chez la belle au bois dormant.
C'est le gardien qui répond. Il montre le milieu de la cour. Un trou entre les pavés. C'est l'orifice supérieure de la citerne. Ici, sur cet éperon rocheux, aucune possibilité d'aquavia. Juste une citerne recueillant l'eau de la pluie. Seulement, à la Calahorra, il ne pleut pas beaucoup et la réserve d'eau, c'est souvent de l'eau croupie. Alors bien sûr, pour les bains de la Maria, on faisait bouillir l'eau. Seulement, cela ne lui suffisait pas. Le marquis a du déménager.

Devant ce terrible constat, le temps est venu pour les étrangers de prendre congés. Nous saluons là le professeur tandis que le gardien nous raccompagne à la porte d'entrée. Il dit que pour la visite, c'est gratuit, mais que …
Le jeune allemand lui donne un billet de dix euros pour lui et sa compagne. J'en fais autant. Le gardien nous sert alors à tous chaleureusement la main et nous délivre de sa grande clé. Je repense au billet d'entrée de l'Alhambra, 33 euros par personne...

Sur la place de l'église, face à notre voiture, les paysans du village se sont rassemblés. Avec le crépuscule, leurs champs solaires ne produisent plus. Ils semblent tous là, à nous attendre à la terrasse de l'unique café. Nous entrons et commandons :
- Agua con gas para la senora y una cerveza, por favor ?
On nous sert nos boissons accompagnés d'une copieuse assiette de jambon et une autre d'olives : les tapas. Nous dînons de tout cela comme des français, c'est à dire bien avant la nuit. Puis, je demande la cuenta.
- Dos euros !
Pendant que je paie, ma femme se dirige discrètement vers le fond de la salle. Tout le monde la voit et comprend. Un homme crie au barman :
- La clé pour les toilettes pour dames !

C'est qu'en Andalousie, dans les villages, les toilettes pour dames demeurent toujours fermées à clé.

Question d'hygiène !

http://www.calahorra.info/fr/calahorra2.html



(à suivre)
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 12 Oct 2013 - 13:18

Je ne dis rien, mais je savoure ! chinois 

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   Sam 12 Oct 2013 - 16:26

Que tu nous fasses partager ce moment unique me donne une joie indicible. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'Andalousie, ça n'est pas que pour les chiens.
» gaspacho d'Andalousie
» L'Andalousie 2006
» vieux marbella (andalousie)
» Andalousie - Frigiliana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Vic Taurugaux-
Sauter vers: