Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du body hacking

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Du body hacking   Sam 18 Jan 2014 - 11:05

Du body hacking.

Notre corps demeure encore pour quantité d'entre nous un dernier bastion identitaire. Mais pour combien de temps ? L'Histoire nous enseigne combien cette référence charnelle se situe pour chacun comme une preuve incontournable de son existence et a pu autoriser durant des siècles, nombres de règles implicites désormais obsolètes. Ainsi depuis peu, la couleur de la peau n'est-elle plus un obstacle à la reconnaissance d'une « âme » humaine de même que, les corps féminins, ont pu gagner en légitimité et permettre un concept révolutionnaire visant à l'égalité de droits entre sexes. Bien sur, l'évolution de notre représentation corporelle a surtout bénéficié des progrès récents de la médecine qui ont transformé le siège de nos principales souffrances en lieux confortables, voire parfois de jouissance, à tel point qu'on imagine désormais de nouvelles lois portant sur une assistance active à la fin de vie ou sur la procréation artificielle des bébés. En effet, à quoi nous serviraient dorénavant des corps-carcans tels ceux de nos anciens saints martyrs sinon à provoquer, non plus la reviviscence d'une foi rédemptrice dans la crucifixion de Jésus-Christ, mais plus le scandale désormais intolérable imposé par la future déchéance ante mortem de nos modestes carcasses ?

D'ailleurs, il devient aujourd'hui possible de vivre plus longtemps grâce à une nouvelle définition de la mort. Jusqu'en 1959, nous étions déclarés décédés quand notre cœur s'arrêtait de battre. Depuis, nous sommes morts quand notre cerveau ne fonctionne plus et que notre électroencéphalogramme demeure désespérément plat.  Ce nouveau point de vue a permis le don d'organes et les progrès conséquents de cette nouvelle discipline médicale. Dernièrement, la médecine française a même crier cocorico dans toutes les gazettes scientifiques en implantant pour la première fois sur un malade un cœur artificiel, c'est à dire une machine, un robot. Cette nouvelle avancée technologique nous oblige donc encore une fois à modifier notre auto-portrait : nous entrons désormais de plain-pied dans l'ère bionique et, partant, ce pas révolutionne notre représentation de nous-même à la façon dont la Renaissance obligea l’Église et tout un chacun à nous voir autrement du fait des travaux immoraux des anatomistes, dépeceurs de cadavres.

Alors, pour aider à penser ce nouveau passage, internet vous parle d'une nouvelle "mode vestimentaire", le body hacking consistant à s'implanter dans le corps des petites machines, telles des puces identitaires, des interfaces pour nos machines électroniques externes, des aimants, enfin toutes sortes de babioles sensées démultiplier notre puissance intra-corporelle. Bien sûr, comme toute mode adolescente, cette dernière joue de la provocation et peut instiller dans la psychologie de chacun autant de cauchemars que de rêves.

Par contre, la littérature autorise un cheminement plus doux pour notre pensée. Grâce au dernier livre de Maylis de Kerangal : Réparer les vivants. Comment en effet, du fait de tous ces progrès, continuer à ensevelir sereinement nos morts tout en réparant les vivants ? L'auteur s'appuie dans cet ouvrage sur le récit d'une transplantation cardiaque pour démontrer que le plus puissant outil du médecin est, non pas toute sa science technique, mais bien sa parole. Comment rendre intelligible pour une mère que le corps de ce grand adolescent étendu sur son lit d’hôpital et qu'on voit respirer encore grâce à une ventilation artificielle est à la fois son fils mort et une précieuse banque d'organes absolument nécessaires pour des étrangers anonymes qui souhaiteraient et pourraient continuer à vivre encore si ce n'était l'autorisation de la famille du défunt ici présent ? Alors, vous voyez bien à me lire qu'une telle idée ne peut tenir dans une seule phrase. Qu'il faut trouver des mots pour parler avec cette maman dans ce moment éminemment dramatique. Dans ces conditions, l'équipe médicale a une triple obligation : avouer leur impuissance devant le décès de leur malade, atténuer tant faire ce peu la douleur de la famille, penser aux autres malades qu'ils vont pouvoir guérir grâce aux organes du gisant. Et puis aussi et surtout, faire vite, les organes prélevés demeurant éphémères hors d'un corps. Donc, selon cet auteur, ces modifications corporelles doivent demeurer avant tout des prouesses langagières où des mots justes permettent que perdure parmi nous la poésie de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Du body hacking
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Prima Dolly AA] Peaches Pure Neemo body p.4
» Clownface de Jason Pearson dans Body bags (statue finie)
» Le Body-Art des années 60-70- Histoire de l'Art
» body slim version
» Peindre un muscular body

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: