Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 19:28

Ludovia est une université d'été dédiée à l'utilisation des nouvelles technologies dans l'enseignement (y compris à travers le jeu éducatif) : http://www.ludovia.org/2014/

Je me suis retrouvé à y participer sans y trouver ce que je pensais y trouver en m'inscrivant. Bien au contraire. Au point d'avoir envie de fuir quand j'ai vu dans quelles conditions on devait intervenir. Lorsqu'une personne de la Mission académique sur les nouveaux technologies éducatives m'a adressé le message suivant (en fait, une sorte de circulaire car je ne l'ai ni rencontrée et je n'ai pas parlé avec elle... ou bien elle a omis de se présenter), je me suis dit que ça méritait réponse. Vous connaissez la "vigueur" de ma plume, j'attends vos réactions...

Message reçu

Bonjour,

Je souhaite vous remercier au nom de l'équipe de la Mission Académique pour le Numérique Educatif pour votre participation active aux ateliers ou tables rondes dans le cadre de l'université d'été Ludovia. Merci pour votre disponibilité,votre enthousiasme et votre dynamisme pour nous présenter des projets innovants, attractifs et toujours au service des apprentissages.

Il est très important pour nous de mettre en valeur des actions pédagogiques innovantes qui se déroulent dans l'académie afin d'inciter les collègues à découvrir d'autres façon d'enseigner et ou de généraliser certains usages. Nous souhaitons continuer en ce sens : n’hésitez donc pas à nous faire part de vos nouveaux projets pour cette nouvelle année scolaire !
J'ai été ravie de vous rencontrer ou de vous retrouver pour échanger avec vous, et j'espère que nous nous recroiserons sur d'autres évènements.

Bonne rentrée à tous,



Ma réponse


Bonjour,

Vous m’avez envoyé un message pour me remercier de ma participation à Ludovia 2014 et je ne peux laisser passer la possibilité d’y répondre. En effet, si je partage avec vous la nécessité de remercier les participants et les organisateurs de cette manifestation, je ne suis pas du tout sur la même ligne que vous concernant la stratégie déployée à travers une action comme Ludovia. Je dirais même plus, je suis persuadé que c’est véritablement l’inverse de ce qu’il serait bon de faire pour développer l’usage du numérique (j’avais écrit primitivement TICE, quelle erreur ! On nous a dit que les TICE n’existaient plus). Pour appuyer ce qui va suivre, je mets dans la balance l’expérience (longue) d’un enseignant de presque 51 ans qui utilise l’informatique depuis une époque où celle-ci se faisait sur des MO5 et des TO7 de Thomson, qui a assuré de nombreux stages de formation dans ce domaine et qui fait régulièrement travailler ses élèves en utilisant les « nouvelles technologies » (qui, depuis le temps qu’on les nomme ainsi, auraient dû prendre un sacré coup de vieux).
Une manifestation comme Ludovia 2014, loin d’aller dans le sens d’une diffusion de l’usage pédagogique de l’ordinateur (mot à prendre au sens très large), ne fait à mon sens que renforcer la prédominance d’un certain nombre d’happy fews tombés dans le numérique un jour et qui nagent fort bien dans celui-ci sans avoir à se débattre. J’en veux pour preuve les terminologies utilisées dans les intitulés des conférences ou des interventions de l’explorcamp qui ne peuvent qu’être nébuleuses et répulsives pour un non-initié… Mais les initiés, eux, se comprennent très bien et ne semblent pas se rendre compte qu’ils ferment l’accès à leur savoir au lieu de l’ouvrir aux autres. Qu’un professeur de mathématiques se mette à « jargonner » devant un enseignant d’anglais et ce dernier ne comprendra bien évidemment rien ; dans ce cas précis, tout le monde comprendra que c’est un problème mais, étrangement - peut-être parce que cela recouvre du transdisciplinaire ? – cela ne semble choquer personne lorsqu’il est question de numérique. Une collègue voulant comprendre ce que sont ces mystérieux MOOCs dont elle a entendu parler sans bien saisir de quoi il s’agissait (donc quelqu’un qui voulait comprendre !) a abandonné la conférence à laquelle elle assistait parce qu’elle ne comprenait rien à ce qui se disait. Cela me ramène une bonne dizaine d’années en arrière lorsqu’on formait les professeurs stagiaires dans ma matière à l’usage pédagogique d’internet en leur expliquant ce que signifiait http et les différents protocoles de transmission d’information en binaire. Rien n’a donc changé ?…
Cette remarque sur la difficile transmission nous indique donc bien que nous fonctionnons totalement à l’envers. Au lieu d’aller vers ceux qui ne pratiquent pas avec le numérique dans la classe (mais aussi ceux, plus nombreux encore, qui croient le faire parce qu’ils vidéoprojettent au tableau le manuel numérique proposé par l’éditeur de leur manuel papier), on attend qu’ils viennent. Et s’ils viennent, on les met à nouveau à distance par l’hermétisme du langage. Fonctionnement à l’envers également lorsqu’on constate que c’est la technologie qui mène le bal et pas la pédagogie, celle-ci étant la remorque de celle-là comme on le voit bien dans le reportage proposé par France 3 ; un intervenant montre à une enseignante le fonctionnement d’une machine d’impression en 3D et celle-ci de se demander ensuite devant la caméra comment on pourrait utiliser cela en classe. Donc, en gros, c’est aux enseignants de trouver ce qu’ils peuvent faire avec les nouveaux matériels (et du coup matériaux) qu’on leur propose. Or, nous avons déjà un matériel simple (ordinateur, imprimante, voire tableau interactif pour les mieux lotis) qui n’est pas assez et pas bien utilisé par une quantité importante de professeurs. Quel est le résultat de cette course à la technologie sinon l’accroissement de l’écart entre les initiés et les autres ? Alors qu’on voudrait l’effacer, non ?...
Je comprends fort bien qu’un festival tourné vers l’utilisation du numérique dans l’enseignement propose à des entreprises de venir proposer leurs produits. Là où je suis plus sceptique c’est lorsque je constate le décalage abyssal qu’il y a entre ce qui est proposé et ce qu’on peut trouver (et espérer trouver pendant longtemps encore) dans les établissements. Tablettes, tablettes, tablettes… Mais, pour prendre l’exemple de mon propre lycée (pourtant bien équipé dans le domaine du numérique), nous n’avons pas une seule tablette et nous ne sommes pas prêts d’en avoir. Donc, à quoi sert-il de proposer autant d’applications « géniales », « novatrices » (et j’en passe sur ce que j’ai pu entendre auprès des démonstrateurs) puisque celles-ci n’auront pas d’impact avant longtemps (si elles en ont car, à ce moment-là, elles seront sûrement déjà ringardisées par de nouvelles) ?... Est-ce que cela fait vraiment avancer les choses ?... Alors, quand j’assiste à une intervention qui se propose de montrer comment effectuer un certain apprentissage sur Ipad, là, je me dis qu’on n’y arrivera jamais. Parce que s’il faut en plus tenir compte du matériel disponible (marque, système d’exploitation…), on peut très bien se retrouver bientôt avec des applications tournant pour tablettes 7 pouces et d’autres pour 10 pouces. Que deviendra l’enseignant qui changera d’établissement si, sur son premier poste, tout était sous Androïd et sur le suivant tout est sous Windows pour tablettes ? A se mettre à la remorque de la technologie pour enseigner avec le numérique, on se condamne, me semble-t-il, à ne pas pouvoir enseigner. Ou, du moins, toujours les mêmes professeurs… Et toujours vers les mêmes élèves…
Si le but d’une manifestation comme Ludovia est bien d’amener les nouvelles technologies du numérique vers le monde enseignant réputé (à tort, en plus désormais) réfractaire à celles-ci, il faut sans doute s’y prendre de manière différente. Ne pas faire dans ce que j’appelle le « geekisme » (dont j’ai pu constater les ravages dans les TRAAM, Travaux Académiques Mutualisés) mais plus dans la proximité. Sortir de la tête des enseignants que l’utilisation de l’informatique est difficile, dangereuse, chronophage, cause de troubles et d’agitation dans la classe. Leur montrer au contraire que cela permet de créer des activités adaptés aux élèves qu’on a en face de soi, à leurs besoins réels et divers. Ces activités, elles ne pourront pas émaner de quelqu’un qui ne connait ni l’établissement, ni la classe, parce que ce créateur travaillera pour un élève lambda qui n’existe pas (et qui ressemble très souvent au bon élève). Ces activités, elles tourneront sur le matériel de l’établissement sans avoir à se battre avec des plug-in aux noms barbares et que le technicien de l’établissement refuse parfois d’installer. Ces activités, elles ne seront pas périmées rapidement du fait de l’apparition de nouvelles technologies mais, au contraire, elles seront aisément modifiables pour s’adapter aux évolutions des programmes, des connaissances ou des intérêts des classes. Ces activités, elles mettront l’élève et ses besoins au cœur de la réflexion… Et pas le matériel.
Car, ce qui m’a également frappé à Ludovia, c’est cette croyance – non proclamée mais visible dans les actes – que c’est le matériel qui fait tout. Que c’est lui qui dicte la marche à suivre et pas l’humain. Du moment qu’il y a un ordinateur et un grand écran, tout semblait réuni pour que la communication se fasse bien. Désolé, cela ne marche pas ainsi !... Un intervenant a besoin d’une liberté de ton et de mouvement pour faire passer son message, convaincre. Ce n’est pas en le coinçant contre un écran en bout de table avec à peine la place pour poser son ordinateur (et oui, je n’ai pas une tablette ou un ordi 10 pouces mais un ordinateur 17 pouces !), pas la place pour poser ses notes et avec d’autres intervenants autour de lui faisant aussi leur speech qu’on peut faire passer quoi que ce soit (j’exagère sans aucun doute mais, communiquer ainsi, c’est faire de la communication de conseil d’administration, pas de la communication d’enseignant). Passons également sur le côté zapping de ceux qui arrivent, repartent, ne peuvent rien comprendre en n‘ayant capté que quelques bribes d’un tout ayant sa logique… Le non respect des horaires aura également été un problème puisqu’au lieu d’avoir une heure, je me suis globalement retrouvé avec 45 minutes (les auditeurs faisant comprendre par toute une série de gestes qu’un professeur connaît bien qu’il commençait à faire faim vers 12h45 et qu’ils voulaient partir). Comment faire passer correctement ce qu’on a prévu de faire passer quand bien même les gens en face de vous (en fait, à côté de vous pour une partie… voire même dans votre dos pour d’autres…) sont des personnes intéressées et auxquelles vous ne parlez pas chinois ?
Vous l’aurez compris, je n’ai pas trouvé dans Ludovia ce que je pensais y trouver lorsque je m’y suis inscrit comme intervenant. Je ne le regrette pourtant pas puisque ce que j’ai présenté a eu l’air d’intéresser et de convaincre une toute petite dizaine de personnes mais, je constate un trop grand écart entre les objectifs affichés, votre satisfaction et l’impact réel d’une telle manifestation sur ce qui est notre objectif : apporter, grâce aux techniques du numérique, un enseignement de meilleure qualité et plus efficace à nos élèves de la maternelle jusqu’à l’université.

Cordialement


Dernière édition par MBS le Jeu 9 Oct 2014 - 21:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 19:35

J'ajoute quelques photos pour appuyer certaines de mes remarques...



L'entrée du casino d'Ax



Un des deux chapiteaux (en bord de nationale 20... avec une circulation perpétuelle)



Les exposants (sur le perron d'entrée au casino)



Les conditions de présentation pour les intervenants (et encore, elle, elle a réussi à parler debout)
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 21:10

" ...mais, je constate un trop grand écart entre les objectifs affichés, votre satisfaction et l’impact réel d’une telle manifestation sur ce qui est notre objectif : apporter, grâce aux techniques du numérique, un enseignement de meilleure qualité et plus efficace à nos élèves de la maternelle jusqu’à l’université."

C'est très "Education Nationale" d'être "satisfait" dès l'instant qu'on a regroupé des gens pour leur présenter quelque chose!
Que ça ai été compris ou pas (pas beaucoup ici d'après ce que tu dis), que ça ait servi ou non à quelque chose, ils sont contents d'eux.
La confusion entre l'outil et son usage, son utilité est aussi dans le style de l'institution (pas que l'EN d'ailleurs). Ils pourront dire Rue de Grenelle que tout a été fait pour que les enseignants réfractaires se convertissent au numérique.

Quant au jargon totalement hermétique pour les non initiés des spécialistes de l'ordi, j'ai le souvenir d'une "formation" prévue pour deux jours que j'ai quitté au bout d'une matinée parce que je ne comprenais pas un traître mot de ce que disait l'informaticien face à nous, il causait l'informaticien, et n'en a pas tenu compte quand il lui a été demandé d'user d'un langage à notre portée de béotiens. C'était il y a une vingtaine d'années, mais apparemment, ça n'a guère changé

On parlait sur un autre fil du long terme, de ce que rien ne fait d'un coup de clic magique, c'est juste, pas grand chose sinon rien n'a été fait pour que l'usage du numérique entre dans les moeurs pédagogiques, des incitations à s'y mettre à titre perso, mais sans plus. Une fois de plus, la France a raté le coche.

Sans compter que tous les établissements ne sont pas équipés au même niveau, sans compter qu'il existe plusieurs systèmes (là, je te crois sur parole AngeR ) Les "Thomson" auxquels tu fais allusions étaient des rossignols refilés à l'EN par la boîte qui arrêtait sa production, d'où aucune formation à l'utilisation, aucun suivi. Où j'étais, je ne les jamais vu les fameux ordinateurs!
Mais à l'époque, si j'avais croisé un ordi dans la rue, je ne l'aurais pas reconnu! mdr


Dernière édition par Tryskel le Ven 29 Aoû 2014 - 22:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 21:32

Je ne sais pas si le lien fonctionne toujours. C'est le reportage de France 3 sur Ludovia : http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees//emissions/jt-1213-midi-pyrenees

(le reportage commence vers 8mn20... Et après l'avoir regardé, je me suis rendu compte que je n'en avais rien retiré de concret, juste du "bruit", une petite musique disant "il se fait quelque chose")


Sinon, Trys, tu comprends pourquoi après avoir pondu mon texte (que je pourrais encore étoffer d'ailleurs), j'ai décidé (au mépris des récriminations de mon compte en banque) de me payer un aller-retour aux Rendez-vous de l'Histoire à Blois...

Gaga
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 21:55

Le thème des Rendez Vous cette année,  c'est "Les Rebelles"! Ange
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 29 Aoû 2014 - 23:24

Tout à fait moi...

mdr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Mar 9 Sep 2014 - 16:51

Hier, un des responsables de l'organisation, visiblement professeur dans une université lyonnaise, nous a envoyés un mail pour faire une évaluation de l'université d'été. Une évaluation comme on sait les faire maintenant... Numériquement (bien sûr) avec des questions et des propositions de réponses et on coche... Généralement, je n'ai pas trouvé la ou les réponses que j'attendais, preuve qu'ils n'ont pas du tout imaginé le type de critiques que je pouvais avoir à formuler. Preuve donc qu'ils n'envisagent absolument pas le type de "lecture" que je peux faire (mais à travers moi, de tas d'autres participants potentiels). C'est vrai aussi que je n'ai été qu'intervenant et pas participant... Ce qui explique peut-être que je n'aie pas pu me décider à choisir parmi les animations connexes entre, entre autres, la soirée en boite de nuit et je ne sais quelle grillade-party.
Il y avait quand même une question ouverte, demandant 3 défauts ou problèmes... mais pour y répondre, l'espace proposé permettait visiblement de ne rentrer qu'un mot (en fait, on pouvait écrire plus mais sans voir plus d'une quinzaine de lettres à la fois, preuve que l'idée d'une réponse développée n'était pas prévue véritablement). En fait, consciemment ou pas, le questionnaire tendait à accréditer l'idée que l'organisation progressait d'année en année... Mais là encore, comment le vérifier quand on vient pour la première fois ?

Je mets le lien vers l'enquête... Une identification est demandée pour obtenir le vrai lien... Mais cela ne garde pas de trace de votre identité... Juste pour un curieux éventuel voulant voir lesdites questions et les réponses proposées.

Il n'empêche que tout cela me plonge dans un grand désarroi... Soit j'ai raison et Cassandre, à côté de moi, c'était une amatrice... Soit je me goure complètement et ça veut dire que je ferais mieux d'aller à la pêche à la ligne plutôt que me casser la tête à vouloir changer les choses (et ça doit valoir alors aussi pour plein d'autres domaines : l'enseignement au lycée, l'écriture etc...). Ouais, ça me déprime carrément... Plus que la rentrée...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Mar 9 Sep 2014 - 16:56

Le genre d'évaluation qui ne demande qu'approuver, pour une non approbation ou des remarques visant à améliorer, y'a pas la place!
Tu dois vraiment déprimer (pas de quoi, le soleil brille, enfin sur la Cité des Ducs), parce que tu as oublié le lien! mdr


Dernière édition par Tryskel le Sam 27 Sep 2014 - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Mar 9 Sep 2014 - 16:58

Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 26 Sep 2014 - 18:23

Donc pour oublier Ludovia, je vais aller me culturer à Blois. Voici la sélection des sujets qui me bottent le plus (en tenant compte évidemment des problèmes de compatibilité de temps et de lieux)

Jeudi 9 octobre

FEMMES REBELLES,
DES HÉROÏNES SINGULIÈRES ?
>> DE 15H30 À 17H – SALLE KLÉBER-LOUSTAU, CONSEIL GÉNÉRAL.
Carte blanche au Laboratoire CRIHAM (Universités de Limoges et Poitiers)
TABLE RONDE avec Anne-Claude AMBROISE-RENDU, professeure à l’université de Limoges, François DUBASQUE, maître de conférences à l’université de Poitiers, Jérôme GRÉVY, professeur à l’université de Poitiers, Anne JOLLET, maîtresse de conférences à l’université de Poitiers, Julia LAROSE, professeure d’histoire-géographie, Héloïse MOREL, doctorante au CRIHAM.
Parmi les rebelles, la question des « femmes rebelles » mérite une attention particulière. Les formes de domination spécifiques pesant sur les femmes en tant que groupe en font des « rebelles » dès lors qu’elles ne se conforment pas aux normes sociales dominantes.

LES REBELLES DE L’ANTIQUITÉ
>> DE 16H À 17H30 – SALLE DES CONFÉRENCES, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
Carte blanche à la SOPHAU (Société des Professeurs d’Histoire Ancienne de l’Université)
TABLE RONDE avec Antonio GONZALES, professeur à l’université de Franche-Comté-Besançon, Sylvain JANNIARD, maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours, Francis JOANNÈS, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Maurice SARTRE, professeur émérite à l’université de Tours, Anne-
Emmanuelle VEISSE, maîtresse de conférences à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Les rébellions ont scandé l’histoire de l’Antiquité, de l’Orient ancien au turbulent Bas Empire, avec des figures emblématiques de rebelles comme l’esclave Spartacus, le chef arverne Vercingétorix dressant la Gaule contre Jules César ou encore les Juifs de Judée.


Vendredi 10 octobre

OLYMPE DE GOUGES, DES DROITS DE LA FEMME À LA GUILLOTINE
>> VENDREDI 10 OCTOBRE, DE 10H À 11H – SALLE DES CONFÉRENCES, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
Conférence d’Olivier BLANC, historien, auteur d’Olympe de Gouges : des droits de la femme à la guillotine
[Éditions Tallandier]
Olympe de Gouges est surtout connue comme l’auteure, sous la Révolution française, de la Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne, un texte capital dans l’histoire des idées. Elle fut plus qu’une féministe, une humaniste qui consacra sa vie à la lutte contre l’exclusion et le racisme,

LES REBELLES À LA CONSTRUCTION DE L’ÉTAT
>> DE 11H À 12H30 – AMPHI 1, UNIVERSITÉ
Carte blanche aux éditions Belin.
Table ronde avec Sylvie APRILE, professeure à l’université Lille 3, Michel BIARD, professeur à l’université de Rouen, Geneviève BÜHRERTHIERRY, professeure à l’université Paris-Est Marne la Vallée, Joël CORNETTE, professeur à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, Nicolas LEROUX, professeur à l’université Lyon 2 et Michelle ZANCARINI-FOURNEL, professeure à l’université Lyon 1.
Au travers des 13 volumes de la collection Histoire de France (de 481 à 2005) des Éditions Belin, sous la direction de Joël Cornette avec Jean-Louis Biget et Henry Rousso, les différents auteurs des volumes concernés s’interrogent sur « Les Rebelles à la construction de l’État ».

COMPRENDRE LES FORMES DE RÉBELLION DANS LA RUSSIE DE 2014
>> DE 14H À 15H30 – AMPHI ROUGE,
CAMPUS DE LA CCI
Carte blanche aux Cahiers du Monde Russe et à la revue Le Mouvement Social
TABLE RONDE avec Anna COLIN-LEBEDEV, chercheuse associée au CERCEC (EHESS), Laurent COUMEL, chercheur à l’ANR, Jean-Paul DEPRETTO, professeur à l’université de Toulouse, Benjamin GUICHARD, conservateur des bibliothèques (BULAC), Nathalie MOINE,chargée de recherche au CNRS / CERCEC, Anna
ZAYSTEVA, attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Paris-Sorbonne.
On interrogera les racines historiques de la protestation dans la Russie contemporaine, prenant pour exemple une littérature homosexuelle, les combats écologistes, les artistes non conformistes, l’action des mères de soldats ou des mineurs du Donbass.

PLATE-FORME 14 (1914-1918), FORMATION, PÉDAGOGIE, NUMÉRIQUE
>> DE 15H45 À 17H – SALLE CAPITULAIRE, CONSEIL GÉNÉRAL
Atelier avec Marie-Christine BONNEAU-DARMAGNAC, professeure d’histoire-géographie, chargée de mission histoire et éducation civique (SCEREN-CNDP), Maryse PISANO-BOLAERS, professeure d’histoire-géographie, formatrice dans l’académie de Reims, Guillaume SOULEZ, professeur à l’université Sorbonne Nouvelle Paris
III.
Plateforme 14 permet de bâtir des ponts entre la recherche universitaire et les contenus enseignés, par une analyse croisée des documents sur la Grande Guerre dans une approche pluridisciplinaire et inter-degrés. Une démarche numérique innovante et collaborative.

ÉDITER L’HISTOIRE : SERVIR OU TRAHIR
>> DE 17H À 18H30 – AUDITORIUM DE LA BIBLIOTHÈQUE ABBÉ GRÉGOIRE
Rencontre proposée par le Centre national du Livre.
Table ronde avec François DOSSE, professeur des universités, Sophie HOGG, éditrice (Fayard), Alexis LACROIX, journaliste et Jean-Yves MOLLIER, professeur à l’université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.
Éditer, c’est faire des choix. Mais quelle histoire choisit-on ? L’officielle, qui réécrit le roman national pour le montrer sous ses meilleurs atours ? Ou bien celle des chercheurs et des historiens, souvent complexe, parfois polémique ? L’éditeur sert-il l’Histoire ou la trahit-il ? Et, surtout, comment choisit-il ?

MAI 68 : DES REBELLES AU CŒUR DES TRENTE GLORIEUSES?
>> DE 17H30 À 18H30
MAISON DE LA MAGIE
CONFÉRENCE de Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences Po
Que signifie l’émergence, au coeur de la France prospère des années 1960, dans la Ve République des Trente Glorieuses, d’un mouvement de contestation et, chez certains,


Samedi 11 octobre

DU RIFIFI CHEZ LES BLEUS : REBELLES ET CONTESTATIONS EN ÉQUIPE DE FRANCE DE FOOTBALL, DE KOPA À
KNYSNA À PARTIR DES ARCHIVES DE L’INA
>> DE 9H30 À 10H45 – SALLE 22, ESPÉ
Carte blanche à la commission numérique de l’APHG
Atelier TICE avec François DA ROCHA CARNEIRO, président de la Régionale de Lille de l’APHG et professeur de lycée.

LES DROITES PEUVENT-ELLES ÊTRE REBELLES ?
>> DE 10H À 11H –
SALLE DES CONFÉRENCES, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
CONFÉRENCE de Danielle TARTAKOWSKY
La manifestation de rue qui, en France, n’est pas synonyme de rébellion, l’est à moins fort titre s’agissant des droites. Cette disparité n’exclut pas que certaines d’entre elles mobilisent l’imaginaire de la rébellion. Ces deux aspects nous retiendront.

ENTRE RÉBELLION ET FILIATION, L’HISTOIRE AUJOURD’HUI EN FRANCE : UNE ÉCOLE OU DES COURANTS ?
>> DE 11H30 À 13H –
SALLE DES CONFÉRENCES, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
Carte blanche au Comité français des sciences historiques
TABLE RONDE avec Lucien BÉLY, professeur à l’université Paris Sorbonne (Paris IV), Emmanuel
DREYFUS, trésorier adjoint du CFSH, Claude GAUVARD, professeure émérite de l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Bernard LEGRAS, professeur à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Jean-François SIRINELLI, professeur à Sciences Po, président du Comité français des sciences historiques.
Le Comité français des sciences historiques organise un débat stimulant entre les représentants des quatre périodes de l’histoire. Le CFSH se penche sur la famille des historiens.

UN NOUVEL OUTIL POUR ENSEIGNER LA GRANDE GUERRE AU COLLÈGE : LE CARTABLE NUMÉRIQUE DE LA BDIC
>> DE 11H15 À 12H30 – SALLE 22, ESPÉ
Atelier avec Céline LÈBRE, responsable de l’action pédagogique, et Lionel MAUREL, responsable des nouvelles technologies à la BDIC.
Réalisé avec le Conseil général des Hauts de Seine et l’université de Paris Ouest à l’intention des enseignants du secondaire, le cartable numérique de la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine sera officiellement lancé en septembre 2014, avec comme premier thème la Grande Guerre.

REBELLES DE PARIS
PARIS VILLE REBELLE, DU MOYEN ÂGE À NOS JOURS
>> DE 14H15 À 15H45 – AMPHI 2, UNIVERSITÉ
Proposé par le Comité d’Histoire de la ville de Paris
TABLE RONDE avec Laurence CROQ, maîtresse de conférences à l’université Paris 10, Quentin DELUERMOZ, maître de conférences à l’université Paris 13, Claude GAUVARD, professeure émérite de l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Clyde MARLO-PLUMAUZILLE, chargée de cours à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
Jean-Louis ROBERT, professeur émérite à l’université de Paris 1.
Ce débat portera sur les particularités des rebelles de Paris : leur appartenance sociale, leurs modes d’action face aux pouvoirs, leur insertion dans l’espace public, enfin leur rôle de modèle. Paris, ville des rébellions, reste un horizon du débat.

CIRCULATION DES RÉBELLIONS :
LA RÉBELLION EST-ELLE CONTAGIEUSE ?
>> DE 16H15 À 17H45 – AMPHI 2, UNIVERSITÉ
TABLE RONDE avec Vincent AZOULAY, maître de conférences HDR à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, Patrick BOUCHERON, professeur à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, Leyla DAKHLI, chercheuse au CNRS, Mathilde LARRÈRE, maîtresse de conférences à l’université de Paris-Est Marne-la-Vallée, Gregorio SALINERO, maître de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
À travers des signes, des traductions, des adaptations, les mouvements de rébellion assemblent des singularités et des situations particulières pour inventer des répertoires communs. Ici, les rebelles passent les frontières, s’exilent et se décentrent pour se réinventer.

LA NOUVELLE CARTE DE FRANCE :
RÉFORME OU RÉBELLION ?
>> DE 18H À 19H30 – SALLE DES ÉTATS GÉNÉRAUX, CHÂTEAU ROYAL DE BLOIS
Débat d’actualité proposé par le journal Le Monde
Animé par Gérard COURTOIS, journaliste au Monde, avec la participation de responsables politiques, nationaux et régionaux, et de chercheurs, historiens et géographes.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 26 Sep 2014 - 18:58

Je découvre ce fil et j'avoue m'être régalée et avoir bien ri (bien que jaune). Bon mais j'suis pas enseignante, hein, donc je ne fais que passer mdr mdr mdr mdr mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Sam 27 Sep 2014 - 18:00

Ca m'a l'air passionnant!

J'y serais bien étée, mais je pars faire de l'Histoire/ Géo sur le terrain du côté de Naples cette semaine là!

Le Vésuve, Herculanum et Pompéi tant qu'il en reste quelque chose. j'ai vu un reportage (Des racines et des Ailes) Mercredi soir, Pompéi, c'est juste 40% du site visitable, le reste, et même une bonne partie de ce qui est ouvert part en sucette, au point que l'UNESCO s'est fâchée, menaçant de rayer le site du "Patrimoine mondial"... D'où réaction tardive et pour l'instant limitée des autorités italiennes. C'est que, ça frappe au porte monnaie si les touristes ne viennent plus, déjà la fréquentation baisse sensiblement...

Et enfin, Capri si c'est pas fini!
Revenir en haut Aller en bas
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Dim 28 Sep 2014 - 12:46

ça m'aurait bien botée aussi les rebelles de Blois... Mais malheureusement je bosse ce weekend là.
Sinon c'est payant les Rendez-vous de l'histoire, c'est ouvert à tout le monde ? Et il y a des actes à se procurer quelque part après si on ne peut pas y aller ?
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Dim 28 Sep 2014 - 13:07

Ce n'est (toujours) pas payant... La crise étant là pour tout le monde (ou presque), les facilités qu'avaient l'organisation il y a encore quatre ou cinq ans se sont peu à peu délitées (subventions des uns et des autres)... Et ça se voit à travers le nombre important de "cartes blanches" dans la programmation puisque ce sont des magazines, des organismes, des grandes écoles qui prennent en charge l'organisation (et sans doute en partie le financement) de débats ou de conférences.

Le principe qu'ils veulent maintenir c'est justement cette ouverture à tous les passionnés et ne pas en faire un repère de spécialistes (ce qu'est, qu'ils le veulent ou non, Ludovia). Ca rend la ville grouillante de personnes vraiment très différentes (même si les têtes saupoudrées de neige sont quand même majoritaires) sans que ça soit pesant et c'est ce que je trouve sympa (seul hic ! pour se nourrir au centre de Blois ce n'est pas simple si on ne veut pas aller dans un resto).

Une partie des interventions est captée et mise en ligne sur le site : http://www.rdv-histoire.com/-Des-conferences-et-des-debats-en-.html

Moi, ce qui me pose problème (à cause de mon agoraphobie) c'est l'attente pour entrer dans les différentes conférences. Déjà que quand je pouvais bénéficier de l'avantage de mon badge de participant, je ne cherchais pas à en profiter... Mais là, je vais être comme le premier des pékins... Donc, dans la liste, si j'arrive à aller à quatre trucs différents, ce sera déjà un miracle...

Et, comme Lily ne m'a pas posé la question mais qu'elle a dû lui trotter dans la tête, la réponse est oui... Oui, je vais aussi à Blois parce que j'ai prévu d'y situer un épisode des aventures de Fiona... Le dernier...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Jeu 9 Oct 2014 - 21:19

Premier jour

Je suis vraiment passé par à peu près tous les sentiments aujourd'hui...



Le positif en arrivant largement à temps pour prendre mon train (6h05)

Le négatif en me faisant voler deux euros par un distributeur de boissons à la gare

Le positif en n'ayant pas jusqu'à Bordeaux un zygoto vouant fourrer ses jambes au milieu des miennes pendant le voyage

Le négatif en entendant la pluie commencer à tomber un peu après Montauban

Le positif en pouvant aller, pour une fois, prendre un petit-dej à McDo (il y en a un dans la gare de Bordeaux)

Le négatif, ces nazes n'ont pas de sirop d'érable pour aller avec les pancakes

Le positif, le deuxième TGV était à l'heure

Le négatif, la navette entre St Pierre des Corps et Tours, elle, est partie avec 10 minutes de retard pendant lesquelles j'ai dû subir une incorrigible bavarde qui me racontait pourquoi et comment elle avait failli la rater

Le positif, j'ai été repéré à la gare par une des filles de l'accueil grâce à ma valisette verte Rendez-vous de l'Histoire

Le négatif, elle ne m'a pas donné de programme (pensant sans doute que j'allais en avoir un à l'accueil général) et pas de valisette non plus (elle est noire cette année)

Le positif, la situation de mes chambres s'est arrangée très vite à mon arrivée (je garde la même les trois nuits)

Le négatif, j'ai un deuxième lit au-dessus de la tête

Le positif, la chambre donne sur la gare et les voies

Le négatif, on ne peut pas ouvrir vraiment pour aérer (et prendre une photo pour la couverture d'un futur Fiona)

Le positif, j'ai eu largement le temps de prendre mon billet pour aller à Blois dès cette aprem

Le négatif, quand je suis arrivé au Conseil général avec 45 mn d'avance pour la première conférence c'était déjà plein

Le positif, j'ai eu le temps de retourner au château pour un débat sur les rebelles dans l'Antiquité

Le négatif, il a fallu attendre 45 bonnes minutes (maintenant, il y a des cabanes avec des filles dedans qui te donnent des tickets... Mais même si elles étaient là depuis le début, elles n'ont commencé à donner les tickets que 20 mn avant le début de la conférence... J'ai chopé mal au dos évidemment)

Le positif, je suis tombé sur mon inspecteur qui m'a demandé combien de temps je restais etc...

Le négatif, j'ai croisé mon ancien inspecteur à l'entrée du château mais il ne m'a pas vu car il sortait à fond

Le positif, le débat était bien et j'ai pris 3 pages de notes

Le négatif, je ne suis pas sûr de pouvoir me relire

Le positif, il a fait beau toute l'après-midi

Le négatif, j'ai raté mon train du retour pour 5 minutes et il a fallu que j'attende 50 minutes le suivant

Le positif, j'ai pris des notes pour un futur Fiona (en fait la série se terminera à Blois 2014, c'était décidé déjà depuis cet été)

Le négatif, chaque fois que je vois un endroit dont j'ai parlé dans J'avais un rendez-vous, ça me fait sourire et en même temps ça me file le bourdon d'imaginer tout le temps qui a passé depuis ce bouquin.

Le positif, je suis rentré tranquillement à Tours

Le négatif, je râle déjà en pensant aux choix que je vais devoir faire demain. Il est matériellement impossible de voir plus de deux trucs dans la journée...




Et je crains que les montagnes russes ne recommencent demain... A moins que je ne l'espère...

Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Ven 10 Oct 2014 - 21:46

Deuxième jour

Je plane...
Comme cela ne m'était jamais arrivé ici...
D'habitude, j'avais un truc à faire et ça me prenait la tête. Avant de passer en "représentation" je ne pensais qu'à ça... Après, j'étais vidé ou désespéré ou obligé de repartir vite.
Là, même s'il y a une énorme frustration de ne pas pouvoir aller à tout ce qu'on avait coché, c'est vraiment le pied. J'ai fini, en attendant (parce que c'est la moitié de la journée, attendre), par comprendre pourquoi. C'est une rupture totale avec mon quotidien. Soudain, ce n'est plus moi qui enseigne mais je deviens l'élève (banal, vous me direz, j'aurais pu y penser plus vite...). Plus fort encore, on me parle un langage différent, un langage qui me parle, évolué, flexible, nuancé mais précis. En face de moi, ça ne râle pas, ça ne chouine pas et c'est reposant... Ouais, rien que pour ça - en dehors même du contenu - c'est formidable cette oxygénation qui d'habitude ne passe que par les bouquins. Là, elle devient humain et c'est là qu'on se rend compte à quel point la relation entre celui qui parle et celui qui écoute est fondamentale. Il paraît que c'est même ça la base de la pédagogie mais nos normes administrativo-réglementaires l'ont oublié depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Sam 11 Oct 2014 - 20:02

Troisième (et dernier) jour...

Voilà c'est fini (enfin non, ça continue demain mais sans moi). J'aurais pu encore essayer d'empiler deux autres conférences à mon tableau de chasse du jour mais mon stylo était mort et moi pas loin de l'être non plus même si je n'ai eu à attendre debout qu'une grosse demi-heure aujourd'hui. Je ne rentrerai pas dans les détails de ce que j'ai vu (disons que la journée était plus professionnelle que simplement intellectuelle) mais j'ai été surpris de découvrir que le premier intervenant connaissait mon nom bien qu'enseignant à Roubaix. Quelque part ça flatte gentiment l'ego... En revanche, personne ne m'a demandé des nouvelles de Fiona et j'ai trouvé ça vraiment très grossier... AngeR

J'ai également fait mon achat livre du séjour... Plein d'envies évidemment quand on se retrouve face à une mer d'ouvrages mais je m'étais fixé comme idée de prendre un livre coup de cœur, c'est-à-dire un truc qui promet de me titiller les neurones et que je ne trouverai pas forcément à Toulouse. Ca s'est fait finalement très vite puisque j'ai flashé sur un bouquin des Presses Universitaires de Rennes qui est un recueil d'articles sur une semaine de la télévision française en 1967... Et ça a d'autant plus flashé que mes parents ont acheté leur première télé en 1968. Donc j'étais sûr d'aborder un territoire familier et pourtant mal connu.

Sinon, en guise de bilan, j'aime le peps de ces gens, âgés ou pas, qui attendent (en râlant souvent, en disant parfois des conneries énormes à mon sens) avec une gourmandise terrible d'apprendre, de comprendre. Là encore, c'est un dépaysement qui n'est pas géographique mais social ou sociétal pour un prof qui doit se battre pour intéresser. Et cette gourmandise on la devine aussi chez beaucoup d'intervenants, même si eux aussi ont forcément leurs frustrations (pas assez de temps souvent pour dire, une prise de parole réduite par rapport à d'autres débatteurs) et leurs soucis (courir d'un débat à une conférence). J'ai adoré une jeune intervenante entourée de deux pontes bien âgés, de quadras paraissant bien installés. D'abord, j'avais l'impression qu'elle n'en revenait pas d'être là (et ça m'a touché parce que c'est quelque chose que j'ai aussi ressenti même si mes interventions n'avaient pas le même caractère scientifique... et donc ça a fait un peu la madeleine de Proust dans ma tête)... Et puis elle hochait la tête en entendant les interventions de ses partenaires de débat comme pour se rassurer sur ce qu'elle savait elle-même. Et puis elle a pris la parole, paniquée parce qu'elle n'avait pas de micro devant elle et en voulant parler fort... Sa voisine, la médiéviste Claude Gauvard, a alors tourné son propre micro vers elle et elle a pu se lancer avec une fraîcheur, un enthousiasme qui ont suscité je crois un enthousiasme en retour de la salle. Et après, il y a eu ces petits apartés avec Claude Gauvard, hors micro et ce n'était pas très compliqué de deviner ce que l'installée disait à sa jeune collègue. Voilà, en plus du savoir, on vit des moments comme ça, un peu magique... Avec des gens qui savent parler, qui - pour beaucoup - ont même un vrai sens de l'autodérision ou avouent qu'ils ont pu se tromper par le passé (un homme politique ferait-il cela ?). On est loin de cette vision binaire qu'on semble imposer à notre monde. Ici, ce n'est jamais tout blanc ou tout noir, c'est le royaume du gris. Ce n'est pas une "couleur" que j'aime spécialement mais là elle vaut tous les bleus de Mister Blue Sky.

PS : Manuel Valls devait venir. Je ne sais pas s'il était là mais il y avait un peu plus de flics qu'hier... Dans tous les cas, rien à voir avec le déploiement de force (ville en état de siège) d'il y a quelques années lors de la venue de Châtel... C'est à des petites choses comme ça qu'on se rend compte qu'il y a encore une petite différence entre la droite et la gauche.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9743
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   Lun 13 Oct 2014 - 20:27

" C'est une rupture totale avec mon quotidien. Soudain, ce n'est plus moi qui enseigne mais je deviens l'élève (banal, vous me direz, j'aurais pu y penser plus vite...). Plus fort encore, on me parle un langage différent, un langage qui me parle, évolué, flexible, nuancé mais précis. En face de moi, ça ne râle pas, ça ne chouine pas et c'est reposant... Ouais, rien que pour ça - en dehors même du contenu - c'est formidable cette oxygénation qui d'habitude ne passe que par les bouquins. Là, elle devient humain et c'est là qu'on se rend compte à quel point la relation entre celui qui parle et celui qui écoute est fondamentale. Il paraît que c'est même ça la base de la pédagogie mais nos normes administrativo-réglementaires l'ont oublié depuis longtemps."

Totalement!
C'était un plaisir en FAC (et un peu au lycée) quand le prof ou l'assistant était bon, plaisir que j'ai redécouvert avec les conférences de l'Université Permanente. T'es plus le centre, t'as plus à faire gaffe à pas dire de bêtises, à peser tes mots, t'écoutes, tu prends des notes (habitude d'étudiant) tu apprends, sans te prendre la tête! Le pied quoi! Ange

Les participants de la rando m'ont remerciée d'avoir répondu à leurs questions sur l'histoire de l'Italie et des romains, ça m'a fait plaisir, surtout que je faisais pas un cours, c'est le style: "L'autre abruti... César se prenait pas pour de la petite bière..."
Enfin, tu me connais, l'Histoire sauce Trys! mdr
J'adore ne plus être obligée de "faire des cours" c'est échanger, partager, ça devrait être toujours comme ça Rêve
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ludovia / Rendez-vous de l'Histoire 2014
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: