Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tel mépris qui croyait prendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Tel mépris qui croyait prendre   Lun 17 Aoû 2015 - 23:09

Toulouse, 17 août 2015

 Chers historiens (mais non, les géographes, je vous aime aussi, vous êtes ma deuxième famille),

 Vous vous enflammez aujourd’hui à propos d’une interview donnée par Lorant Deutsch sur France Inter, une interview dans laquelle vous avez éprouvé durement tout le mépris que cet historien de supermarché éprouve à votre encontre. Dans ce brasier de réactions, on trouve tout : de l’ironie mordante et cruelle à la réflexion plus globale sur la situation. Unis face à l’attaque, vous vous trouvez pourtant rapidement désunis par la diversité de vos réactions. Comme si frappés sur une joue, vous vous empressiez  de tendre l’autre. On vous accuse d’arrogance, vous répondez vous aussi par le mépris. On vous dit enfermés dans des tours d’ivoire, vous ripostez en brandissant vos thèses de doctorat qu’elles soient terminées ou en cours. Veuillez s’il vous plait regarder les choses en face. Dans ce combat, vous êtes globalement seuls (enfin, vous… Nous… Je n’ai pas de thèse – pas encore ? – mais, si vous voulez bien de moi, je suis prêt à me tenir à vos côtés). Seuls pourquoi ? Parce que le monde politique, de droite comme de gauche, et même si beaucoup de ceux qui le fréquentent (presse) ont flirté avec l’Histoire dans leurs études, a bien compris que le peuple a déjà choisi son camp : les Deutsch, les Bern, les Ferrand, les Gallo… Tous ces « historiens médiatiques » qui entendent profiter du besoin d’Histoire qui est celui de notre temps. Un besoin d’Histoire répondant à la perte de repères dans un monde de l’immédiateté où tous les phénomènes sont automatiquement perçus comme des dangers voire comme des catastrophes inéluctables. Quel recul peut-on avoir quand tout va si vite, que les images s’enchaînent, que les paroles se mêlent pour ne plus faire qu’un ruisseau au débit régulier et insipide ? Faute de recul, on cherche à s’accrocher à de solides bouées. Ces bouées, ce sont  ces repères qui flottent dans l’air depuis des générations, qui sont devenus si familiers qu’on ne les questionne plus, qu’on accepte parce qu’on croit qu’ils ont toujours été acceptés. Ce sont ces ilots-là que les « historiens de garde », pour reprendre le titre d’un essai savoureux, gardent et dont ils font leur pré-carré. Tout ce que vous leur opposez ce sont d’intelligents pavés, des articles brillants dans des revues qui restent confidentielles pour le grand public, des questionnements toujours novateurs mais qui, sans que vous le vouliez (pour la majeure partie en tous cas), vous éloignent de cette base qui pose des questions que vous n’entendez pas et auxquelles vous ne répondez pas. J’ai découvert aujourd’hui grâce à Twitter la parution d’un ouvrage sur « Bordeaux et la Bretagne au XVIIIème siècle. Les routes du vin ». Passionnant ! (et pourtant je ne bois pas d’alcool…) Mais passionnant pour un agrégé d’Histoire, éventuellement pour quelques sommeliers curieux, voire pour un éthylotest intrépide… Au-delà…

 Vous devriez pouvoir comprendre que vous vous ferez toujours prendre à votre propre jeu. Plus vous édifierez de superbes réponses, plus vous vous enfermerez dans ce personnage de donneur de leçons (je sais de quoi je parle, on me le reproche en famille dès que je commence à pinailler, à questionner l’évidence vraie) et moins on vous écoutera. Si vous y ajoutez en plus ce mépris que j’évoquais plus haut, vous aggraverez votre cas (le mépris vient toujours des moins nombreux, les plus nombreux n’éprouvent que de la pitié ou de l’indifférence). Combien sommes-nous ? Quelques milliers… Et combien sont-ils à croire ces vérités vraies et révélées ? Des millions… Enfin ! Vous le savez bien !  Les profs sont tout le temps en vacances ; les garagistes sont tous des voleurs ; les fonctionnaires sont tous des fainéants ; les journalistes sont vendus au pouvoir en place ou aux grands entrepreneurs du secteur ; les routiers sont sympas sauf quand ils bloquent les routes, j’en passe et des meilleures. On va appeler ça un lieu commun, pour ne pas dire une légende urbaine. Mais un mensonge cru par des millions de personnes, c’est plus solide qu’une vérité qu’on s’échange entre happy few… Et vous devriez ne pas vous étonner qu’à « Histoire » on associe le terme de « secrets ». Non content d’être arrogants et méprisants, vous cachez les choses aux gens, vous les saoulez avec des choses sans intérêt qui ne valent même pas le salaire que l’Etat vous verse trop généreusement (même quand régulièrement vous poussez vos étudiants à bloquer les universités pour pouvoir vous consacrer à vos travaux d’opérette). C’est ce qui se dit dans le salon de coiffure de ma maman ; ça doit donc être vrai… Vous (nous) en haut, si peu nombreux et fermés sur nous-mêmes… Eux en bas nombreux et tout aussi certains d’avoir raison… : « Mais enfin voyons, 1515 c’est une date essentielle. Pourquoi on ne l’apprend plus à mon fils en classe ? » ; « la chronologie, elle n’est plus enseignée » … Je continue ?...

Moi ce que j’aurais envie de vous proposer (et c’est pour ce combat-là que je veux me tenir à vos côtés) c’est de refuser l’enfermement sur la hauteur mais de descendre dans la plaine (je préfère ce mot à l’autre, marais, qui sent trop la tourbe populaire).  Vous avez des choses à dire, dites-les ! Mais pas dans des émissions passant « sur le câble » (comme on disait avant) ou à pas d’heures. Utilisez ces nouvelles technologies qui permettent d’entrer aujourd’hui dans les foyers n’importe quand et au besoin en glissant le pied dans l’entrebâillement de la porte vulgairement appelé écran. Autrement dit, apprenez à jouer selon les règles de l’adversaire mais sans vous abaisser à ses traîtrises, à ses simplifications, à son conformisme traditionnaliste. Allez répondre aux attentes d’une société déboussolée, allez lui expliquer les choses, intéressez-la, captivez-la et ensuite vous pourrez plus facilement lui donner à comprendre vos travaux. Là, ce que vous attendez c’est que chaque citoyen de ce pays soit capable de dépasser Javier Sotomayor ou Serguei Bubka pour vous rejoindre sur vos cimes : « Allez les gens, devenez intelligents et vous nous comprendrez »… Mais non ! Tout l’échec de notre système d’éducation repose sur cette idée fausse que c’est à « l’apprenant » de faire tous les efforts et tout le chemin. Non !... Tendez la main ! Rapprochez-vous ! Utilisez vos talents qui sont multiples pour toucher les gens, le « grand public » comme on dit (ce qui montre bien que nous devons être des saltimbanques autant que des savants si nous voulons être écoutés et, rêvons un peu, entendus).  Ne laissons pas les ouvrages des « historiens médiatiques » truster les étalages du rayon Histoire des supermarchés… et même des librairies spécialisées parfois dans des rapprochements assez dérangeants. Ne soyons pas complices de certaines émissions dans lesquelles nous servons de caution : trente secondes d’un universitaire disant une banalité pour 3 mn d’une sommité connue pour tout autre chose que son parcours - souvent fantasmé et autoproclamé - d’historien.  Osons investir le net à travers des formats appropriés, des pastilles vidéo courtes répondant à des questions précises, une encyclopédie d’Histoire rigoureuse en ligne (pourquoi pas ?) pouvant devenir une référence, des présentations intelligentes et claires utilisables par les enseignants du secondaire et bien plus profitables que bien des documentaires formatés pour les attentes du public (archives sélectionnées pour leur côté percutant, images colorisées, musique tonitruante). Que sais-je ! (désolé, je n’ai pas fait exprès). Oui, osons être moins bête que le taureau fonçant sur la muleta bien rouge qu’on agite devant lui. Et puisque tout ceci est une affaire de mépris, osons la jouer façon BB des archives. Non pas « Tu les aimes mes fesses ? » mais « Tu les aimes mes recherches ? ».

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Tel mépris qui croyait prendre   Mar 18 Aoû 2015 - 2:42

Rectificatif: Le taureau n'est pas bête, et il est daltonien, alors le rouge de la muleta, il s'en tape, ce qui le fout en rogne, c'est le connard qui l'excite, et comme il a de la testostérone l'animal, il fonce! Ange

A propos de François the First, je viens d'apprendre que les chanoines de l'abbaye de Beauport en Goëlo près Paimpol se sont quasi ruinés pour rassembler une partie de la rançon de sa majesté vaincue à Pavie où, comme chaque lecteur/ auditeur de Decaux/ Castello et leurs navrants successeurs  de Garde, tout fut perdu "For l'honneur". On ne dira jamais assez ; mais cela a t-il été dit? Combien nous ont coûté nos glorieux monarques guerriers quand ils ramassaient la pâté, forcément glorieuse, mais l'honneur se comptait en francs écus puisés dans les bourses des sujets de leurs majestés!

Ben vi que les bretons avaient des relations commerciales intenses avec Bordeaux, et l'Espagne, ce qui leur valu d'être mis à l'index et taxé de "Traîtres" par le Loulou XIV en guerre avec les anglais, qui ont dominé Bordeaux for longtemps, et conservé après de bons rapports, et les espagnols pour une obscure question de succession... D'où la ruine rapide d'une province si prospère qu'elle provoqua moult convoitises y compris du François qui magouilla le traité de "Rattachement" au sujet de l'honnêteté duquel il y a autant à redire et a contester qu'au sujet  des traités fondant l'Union Européenne unie autour du fric et du mépris des peuples!

Bon, voila, j'ai fait mon numéro " Moi historienne", on me dit souvent (ceux pour qui l'Histoire est quasi Tera Incognita" et qui admettent ne pas savoir) que j'ai une façon " rigolote" de la dire et ceux qui le disent aiment bien le côté "rigolo" qui leur apprend des choses. je fais pas volontairement le pitre, mais qu'ils rigolent autant qu'ils leur chaut si en même temps ils apprennent! Ce qui n'empêche que je corrige (manie de prof) la moindre erreur sur un ton que d'aucun peuvent trouver sentencieux.

Etant une semaine plongée dans la Bretagne profonde et son histoire, coupée de tout engin d'info médiatique (et quel bien ça fait) je n'ai pas entendu la dernière sortie de Deutsch (franchement, avec un nom pareil comment ce mec peut il prétendre être l'historien de la France? AngeR ). Mais nul doute qu'à l'ouïr mon sang d'historienne pro n'aurait fait qu'un tour style vinaigre...
quoi, nous avons travaillé pour acquérir une formation, des connaissances, lesquelles sont sans cesse remises en question, mais c'est le rôle de la recherche, et un connard médiatique la ramène pour nous casser la baraque en racontant n'importe quoi? Enfin pas n'importe quoi de n'importe quoi, juste ce qui plaît aux foules pas éduquées...

Je concède que les titres de thèses ou de mémoire paraissent totalement abscons aux commun des mortels, ça ne passionne que les auteurs, n'empêche que ce sont ces bouts de passion perso qui pas à pas font avancer la recherche...

Je n'oserais présenter mes fesses mdr mais pour le "Tu les aimes mes recherches", pour la vulgarisation de notre savoir, je suis partante, on commence quand?
Revenir en haut Aller en bas
MBS

avatar

Nombre de messages : 8144
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Tel mépris qui croyait prendre   Mar 18 Aoû 2015 - 7:14

Si ça te tente, l'objet du délit (délire ?) est là... http://www.franceinter.fr/emission-a-rebrousse-poil-lorant-deutsch

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Tel mépris qui croyait prendre   Mar 18 Aoû 2015 - 17:40


Les nantais ont du pif de l'avoir viré le royaliste! AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tel mépris qui croyait prendre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tel mépris qui croyait prendre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tel est pris qui croyait prendre
» [Dahl, Roald] Tel est pris qui croyait prendre
» Tel est pris qui croyait prendre/Et maintenant ?
» Tel mépris qui croyait prendre
» RL STINE - Tel est pris qui croyait prendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: