Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des intellectuels qui ne marchent pas dans les clous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 709
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Des intellectuels qui ne marchent pas dans les clous   Sam 11 Juin 2016 - 15:29

    Bernard Maris, décédé le 7 janvier 2015 dans l'attentat contre Charlie Hebdo, économiste écrivain et journaliste, titulaire d'un doctorat en sciences économiques...


Jacques Généreux, diplômé de l'institut politique de Paris en 1977, titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA), docteur de 3 ème cycle en sciences économiques à l'IEP de Paris en 1980...



Alain Supiot, meilleur spécialiste du droit Français et du droit social, dont les compétences sont mondialement reconnues...



Tous trois donc, de formation universitaire...

Si des personnages, des intellectuels de cette envergure -contrairement à tant d'autres- contestent, dénoncent la dictature des marchés, de la finance, des lobbies et du néolibéralisme... Que ne sont-ils écoutés et lus par le plus grand nombre de gens en France notamment ! Que la puissance et que la pertinence de leur argumentation ne balayent-ils pas ce discours de pensée unique de nos gouvernants, de nos économistes, de nos élus, de nos intellectuels tous inféodés à la mondialisation de l'économie, aux marchés, à la finance !
Alain Supiot est l'auteur d'un ouvrage "L'esprit de Philadelphie/la justice sociale face au marché total" (éditions Le Seuil), un ouvrage accessible par sa lecture, à tous. Mais les rapports d'Alain Supiot ont été jugés dérangeants dans les ministères...
Dans la loi El Khomri (Loi travail) la diminution des garanties juridiques est un signal donné (un feu vert) aux marchés financiers, aux lobbies européens et au néolibéralisme.
C'est en quelque sorte, cette loi travail, une sorte de suicide pour le Système lui-même, puisque l'augmentation de travailleurs, de salariés précaires, associé à la diminution des garanties juridiques, ne pourra que généraliser un pouvoir d'achat, et donc, un pouvoir de consommer, encore plus réduit qu'il ne l'était jusqu'à présent ; tout cela dans une servitude et avec des contraintes plus lourdes pour des millions de gens qui ne pourront se défendre que plus difficilement...
C'est cela, à propos de la loi travail, et depuis déjà plusieurs années avec toutes les attaques menées contre les droits sociaux  au nom du libéralisme économique, des marchés, de la consommation de masse, que contestent Alain Supiot, Jacques Généreux et Bernard Maris (Bernard Maris dont on entendra plus la voix, que l'on ne verra plus à C dans l'air)...
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 709
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Des intellectuels qui ne marchent pas dans les clous   Sam 11 Juin 2016 - 15:33

... Tous ces intellectuels, journalistes politiques et économiques, que l'on voit sur des plateaux de télévision d'émissions politiques et d'actualité ; ont quasiment tous, chacun à leur manière, ce même discours consensuel axé sur le bien fondé, sur la nécessité d'une économie libérale du marché mondialisé, sur la pertinence et sur l'obligation qu'il y a à réformer (les retraites, le code du travail, la santé publique...)
Et tout ce qui est exprimé, argumenté, contre ce discours consensuel, contre cette pensée unique politique et économique, par d'autres intellectuels qui eux, dérangent et sont considérés comme des rêveurs, des idéalistes voire d'affreux révolutionnaires ; est vilipendé, nié, ou, au  moins pire fait l'objet d'une indifférence générale  de la part de millions de gens... De gens qui pourtant "galèrent" dans une vie quotidienne de plus en plus difficile, de plus en plus précaire...
La peur de perdre ce dont on jouit encore, les habitudes ou plus exactement les addictions qui sont les nôtres à la consommation de masse loisirs, équipements alimentation... Font qu'il nous apparaît inconcevable de "vivre autrement", voire totalement déraisonnable sinon suicidaire de penser pouvoir remettre en question le "Système"... Alors même que - c'est la réalité-  nos vies sont bel et bien en train de "partir en eau de vaisselle" petit à petit ; nos vies sont bel et bien en train de se diluer dans une somme de comportements consensuels formatés et de mode, tout cela dans la façon de nous habiller, de nous nourrir, de nous distraire...
... Je suis de plus en plus, chaque jour qui passe, réfractaire et en rupture, en face de tous ces comportements et habitudes, façons d'être, de paraître, d'une consensualité écoeurante, des uns et des autres de la plupart de mes connaissances... Et surtout en rupture totale face à ces discours toujours les mêmes des politiques et des économistes et de tous ces gens de télé, qui me gavent, me font partir en courant dès que je les vois apparaître, en rupture totale avec cette philosophie de consommation cultuo-culturo-loisiresque-boustifaille-fringues-télé-trucs branchés-modes-technologies dernier cri – propos truffés de mots anglais...
Ras-le-cul de toute cette chierie qui ne ressemble à rien et dont tout le monde fait son marché quotidien !
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
 
Des intellectuels qui ne marchent pas dans les clous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Si t'es pas dans les clous...
» Scorpi tome 1 : Ceux qui marchent dans les ombres
» [RESOLU] Plus de son dans les ecouteur
» Dans les Mains du Pistolero - Ocaso de un Pistolero - Rafael Romero Marchent - 1965
» Une main dans sa culotte...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: