Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 René Sanz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8138
Age : 53
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: René Sanz   Sam 24 Déc 2016 - 1:03

Chapitre I
Le troisième est le plus pourri

D’aussi loin qu’il s’en souvienne, cette terre avait été battue par les vents sans qu’aucune organisation internationale y trouve à redire. Le vent du Nord était le plus pénible. Froid, oppressant, hurlant sans cesse des hululements déments à rendre fou un sage à l’esprit bien charpenté. Un vent de muerte, un vent d’aventure et de langueur dans lequel on entendait flotter les bruits d’un violon crincrin sarabandant dans une ville voisine.
Au carrefour des Olivades, entre la Départementale 12 et la Nationale 108, là où le vent venait heurter sa course sur un sommet abrasé et nu, un puits factice ornait un rond-point fortement typé DDE. C’était là, il le savait, ce qu’on appelait le puits du diable. On racontait dans le pays que là, jadis, s’était livrée une homérique bataille entre les forces infernales de l’intramonde et une escouade de braves sans peur, sans reproche et sans cervelle, qui avait débouché sur la défaite humiliante d’un Satan repartie griller son méchouis lui-même le trident entre les jambes.
René Sanz avait appris tout cela dans les grimoires qu’il avait dépouillés, auscultés, mis en fiche depuis des années. Il était un peu historien, un peu généalogiste, un peu marabout… Un peu fada aussi à en croire les avis autorisés des villageois à 25 kilomètres à la ronde. On ne lui aurait pas donné le bon Dieu sans confession, et cela tombait bien puisque René Sanz, le nom qu’il se donnait, n’était pas de l’espèce humaine mais un survivant du fameux combat livré ici. Laissé pour occis sur le champ de l’affrontement, il avait trouvé à s’échapper avant les dernières épiphanies de la défaite des troupes sataniques mais s’était retrouvé prisonnier d’un monde dans lequel sa vie avait été condamnée à la quête d’une solution magique pour regagner le monde infernal.
Des siècles avaient passé. Il avait vu tomber des régimes, pleuvoir des coups, bayer des corneilles et glapir des artistes du TOP 50 jusqu’à ce qu’une rencontre fortuite avec un bout de parchemin lui indique la conjonction heureusement maléfique qui le conduirait à nouveau aux côtés de son suzerain brûlant et griffu : Satan. Le 8 novembre 2016, le puits viendrait à être renversé par un phénomène sismique ; une grille immobile depuis des siècles se fracasserait soudain, subjuguée par les relents fétides d’un air chargé en soufre. Un appel d’air ouvrirait la voie à une langue de magma dans laquelle il n’aurait plus qu’à se jeter pour regagner le crématorium de compétition de Satan.
A 10h22, le sol se mit à trembler avec la même énergie qu’un parkinsonien appelé à allumer une flamme olympique. Sans surprise, le puits construit par les élèves de l’école communale Raoul Volfoni avec des matériaux de récupération s’effondra façon puzzle. Sans surprise, un air jaunâtre se répandit au cœur du rond-point grillant au passage les asperges sauvages cultivées là par la mère Granchard. Une bouffée de chaleur libéra un nuage de vapeur d’eau propre à inonder un hectare de forêt équatoriale en début de soirée.
Au moment où, heureux comme un gardon qui aurait échappé à un hameçon pluriséculaire, René Sanz voulut plonger dans le magma bouillonnant façon lessiveuse à l’ancienne, une forme étrange apparut nimbée d’une sorte de crème transparente lui couvrant le corps (qu’elle avait fort joli et robuste d’ailleurs). Sanz resta tout interdit. Que venait faire là cette donzelle ? Y avait-il embouteillage sur le chemin entre le monde terrestre et le monde infernal ? Avant même d’avoir le commencement d’un début de réponse, il sentit deux poignards aux lames aiguisées lui traverser le torse.
- Je ne risque rien, fit-il, je suis immortel…
- Que nenni ! Ces lames ont été fabriquées dans de l’acier béni et trempées dans de l’eau de bénitier. Tu ne te relèveras pas…
Sentant sa dernière heure arrivée grâce à un chronomètre digital qui venait de se déclencher devant ses yeux, René Sanz posa la question qu’on aimerait tous avoir le temps de poser en de si décisives circonstances.
- Qui es-tu ?
- Je suis Melba de Turin !... La meilleure zigouilleuse à gages de ce côté-ci de la planète… Ah, je t’aurais trouvé bien plus tôt si le cardinal Ancellito n’avait pas égaré la recette de sa crème lactée à voyager dans le temps.
René Sanz était tombé sur ses genoux étriqués qu’une rouille malsaine gagnait de loin en loin.
- Melba de Turin ? s’exclama-t-il… Alors, vous êtes perdue ! Et je ne perdrais point ma vie sans la consolation de vous savoir aussi vaincue. Il existe en l’an 1495 une barrière que vous ne pouvez franchir sans vous y brûler les ailes et le sang. J’ai laissé en cette époque un présent mortel qui anéantira toute votre civilisation et effacera vos noms, vos titres et votre descendance pour les siècles des siècles.
Le gnome de plus en plus oxydé s’effondra sur le sol de la pelouse semi-artificielle des alentours du rond-point. Cela fit un grand fracas comme on en entend au tir aux boites des fêtes foraines municipales qui interdisent encore le numérique.
-De quoi s’agit-il ? Parle ! s’emporta Melba en pointant son poignard sous la gorge en feu de René Sanz.
Un éclair de phosphore annonça la mise à feu du compte à rebours final de la vie du dénommé René Sanz. Melba de Turin s’éloigna, regagna l’abri de sa combinaison transparente et plongea dans le magma. Avec un peu de chance, elle retrouverait l’année 1225 sans autre séquelles que les avertissements inquiétants du gnome satanique.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
pour vos commentaires : http://liensutiles.forumactif.com/vos-textes-longs-feuilletons-romans-pieces-f5/mbs-commentaires-t13327.htm

pour entrer dans mon univers : http://fiona.toussaint.free.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
 
René Sanz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Barjavel, René] Le grand secret
» [auteur] Commandant René
» René Peron
» Estelle Renée Roberts
» René Barjavel , La nuit des temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: