Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cette France d'avant l'élection présidentielle de 2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yugcib

avatar

Nombre de messages : 843
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Cette France d'avant l'élection présidentielle de 2017   Dim 5 Fév 2017 - 18:29

... Depuis l'affaire Pénélope/François Fillon qui fait la Une , la Une principale et quotidienne de tous les médias Français et étrangers, et qui débuta le mardi 31 janvier ; cette "France qui émerge" autour du mouvement "En marche" d'Emmanuel Macron, est bel et bien en train de devenir cette France à laquelle je faisais allusion précédemment (le 20 janvier)... Et à cette France là, du mouvement "En marche" d'Emmanuel Macron, de quelque dix millions de personnes dont plus de la moitié voire les deux tiers sont des cadres moyens et supérieurs, des gens "relativement aisés avec patrimoine immobilier, placements financiers ; dont un quart sont des gens aux ressources plus modestes voire même quelques "économiquement défavorisés"... A cette France là donc, s'oppose une autre France, celle dont le regard, dont la vision de la société, de la France, de l'Europe, du rapport aux étrangers, se portent vers Marine Le Pen... Et cette France là, bien plus que celle d'Emmanuel Macron, est celle des "économiquement -et socialement- défavorisés et déconsidérés"... qui compte aussi environ dix millions de personnes auquelles on peut ajouter quatre autres millions de personnes qui elles, se portent vers Jean Luc Mélenchon...
La grande difficulté qui est celle des Républicains (ex UMP) avec l'affaire Fillon, c'est qu'en cas de défection de Fillon, il n'y a personne parmi eux (ceux qui se sont présentés à la primaire de la droite et éventuellement tel ou tel autre) qui peut faire l'unanimité : Sarkozy a été "balayé", Juppé ne serait le candidat que d'une minorité d'électeurs de droite et du centre (ne "faisant donc plus du tout le poids" face à Emmanuel Macron)... François Fillon était le seul d'entre tous, des Républicains, qui pouvait faire "à peu près" l'unanimité, mais il est devenu inaudible depuis l'affaire qui le "plombe"...
C'est donc cette France qui émergeait déjà avant la désignation de François Fillon, cette France tournée vers la modernité, vers les idées progressistes, vers le développement durable, le libéralisme social ; qui est en train de prendre les devants mais non sans mal avec Marine le Pen, avec Jean Luc Mélenchon et avec Benoît Hamon...
La France tournée vers la modernité, vers les idées progressistes et le développement durable soutenu par une économie libérée d'entraves... qui-peut-être- fera quelques pauvres un peu moins pauvres-et quelques chômeurs en moins- (c'est à voir)... Mais qui sera aussi la France des familles "plurielles" (ou recomposées), des familles à trois ou à quatre adultes avec enfants, des "papa et papate/maman et mamane avec enfant" (enfant né sous PMA voire GPA)... La France où la recherche généalogique, où la recherche de ses racines, de ses origines, sera rendue encore plus difficile qu'elle ne l'est naturellement...
Pour la génération des nés entre 1945 et 1960 voire jusque vers 1970, génération qui a connu ce que j'appelle "l'ancien monde" dans son enfance, son adolescence, une partie de sa vie active, et qui est témoin de tout ce qui évolue dans le "nouveau monde" (depuis 1990) en matière de technologies (en gros internet, téléphonie mobile, numérique), en matière d'évolution sociétale, de rapport à l'argent, de relation, d'instantanéité de l'information ; en matière de biotechnologie, de robotique, d'intelligence artificielle ; en matière de consommation, de mode de vie... Pour cette génération là donc, des "entre deux siècles/entre deux millénaires", ce qui domine dans le "ressenti" des gens, dans la réflexion, c'est, bien plus encore que de la colère ou du rejet (mouvements anti ceci anti cela) , bien plus que de la nostalgie d'un temps qui n'est plus... Mais... Une interrogation, un questionnement sur le sens de cette évolution si rapide, si diverse, si incertaine, si inquiétante, si peu porteuse de réponses satisfaisantes... Mais que les modernistes, les progressistes, les générations "post années 80" portent en avant, en marche et disent, de cette évolution, qu'elle s'inscrit dans le sens de l'Histoire, de la civilisation, qu'elle est irréversible et qu'il faut en attendre plus de bien que de mal... Mais du bien pour qui en réalité, sinon pour ceux qui en profiteront , pour ceux qui en seront les privilégiés, de cette évolution ?
Tout à fait personnellement, je dis que "ce qui me conviendrait le mieux" (quoique "me convenir" n'est pas tout à fait ce qui correspond à ce que j'attends)... Serait que Benoît Hamon parvienne à rallier à lui Jean Luc Mélenchon (qui dans les enquêtes d'opinion, ne ferait que 10% d'électeurs au 1er tour des présidentielles)... Si cela devait ou pouvait être le cas, Benoît Hamon aurait alors plus de chances de figurer au 2ème tour devançant quelque peu Emmanuel Macron.
Mais comme j'ai déjà dit, en tant qu'anarchiste inclassable et ayant pour modèles Louise Michel et Elisée Reclus (personnages certes, du 19 ème siècle -mais ayant toujours à mon sens une "portée intemporelle" question vision du monde, de la société, de la relation avec les êtres et les choses, la nature)... Et, me référant à la géographie et à l'économie des sociétés humaines préhistoriques du Paléolithique supérieur... Le "système Hamon" est pour moi comme "une solution de rechange valant ce qu'elle vaut" ; et le "système Macron" quant à lui, je suis loin d'y adhérer !

Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
yugcib

avatar

Nombre de messages : 843
Age : 69
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 14/01/2010

MessageSujet: Re: Cette France d'avant l'élection présidentielle de 2017   Lun 6 Fév 2017 - 17:44

... A propos d'Emmanuel Macron : un "détail" qui "en dit long" sur ce qu'il conçoit (ou propose) pour l'avenir d'un jeune de banlieue qui n'a pas réussi à l'école et qui trouve un job chez UBER...
Précisons que ce jeune là ne veut pas, comme d'autres de son quartier, ni "dealer" ni devenir un délinquant...
Précisons aussi que UBER embauche par SMS sur i-phone (contrat de travail sous forme de SMS) des chauffeurs de taxi VTC... Et que la communication entre UBER et ses "employés" ne s'établit que par SMS (ordre de mission, directives, rapport du travail effectué)...
Le jeune ainsi embauché travaille des 50 jusqu'à des 70 heures par semaine pour un "salaire" autour de 1000 euro par mois (en fait ce sera par exemple 470 euro une semaine, 315 euro une autre semaine...)
Interrogé sur ces emplois de jeunes par contrat SMS, voici ce que répond Emmanuel Macron au journaliste de C.POLITIQUE :
"Voilà un jeune qui va mettre un costume, qui va avoir une activité rémunérée, qui va retrouver une dignité ; à ma connaissance je ne vois pas comment depuis 30 ans il pourrait en être autrement, dans une économie de l'offre et de la demande, c'est comme ça que ça marche et que voulez vous qu'on y fasse, trouvez moi une autre solution, moi je n'en vois pas d'autre, un travail c'est un travail quel qu'il soit, le plus important c'est d'avoir un travail"...
En somme pour Emmanuel Macron, c'est "ça" l'avenir, pour un jeune qui n'a pas réussi à l'école, un "boulot", n'importe quel boulot même payé des clopinettes, plutôt que de rester au chômage ou à dealer... Ce "système" d'emploi, de rémunération, c'est le même que celui qui existe et se pratique en Allemagne, en Angleterre, aux USA, dans beaucoup de pays dont des pays dits "développés économiquement avec croissance à 2 chiffres"...
Précisons pour conclure, que UBER dernièrement, a augmenté sa commission (son prix de la course) de 25%, se faisant ainsi des "couilles en or" et en continuant à sous-payer les gens qu'il emploie à la semaine, à la journée, et sur contrat SMS...
Vive le marché sans limites sans contraintes totalement libéré, d'Emmanuel Macron, avec tous les lobbyies derrière lui ; vive la libéralisation dérèglement du travail selon la vision sociétale et économique d'Emmanuel Macron !
Si cette "dignité" qu'évoque Emmanuel Macron, c'est celle de quelqu'un qui, parce qu'il a trouvé du travail, parce qu'il met un costume, parce qu'il n'est plus une charge pour la société ou pour sa famille ;  si cette dignité donc, c'est celle d'un jeune ou de n'importe quelle personne, devant se lever le matin, devant effectuer une activité aussi bien de nuit que de jour à n'importe quelle heure, devant passer des heures en transport pour se rendre à son boulot, et tout cela pour une rémunération de l'ordre d'un Smig ou en dessous... C'est assurément (qui osera dire le contraire) une "dignité très cher payée" en galère de vie, en résignation, en privations, en difficultés de vie au quotidien... Est-ce là ce qu'on peut appeler un "avenir"? Une perspective enthousiasmante ?
Revenir en haut Aller en bas
http://yugcib.e-monsite.com
 
Cette France d'avant l'élection présidentielle de 2017
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» c'est de qui cette triangulation avant ?
» 8 villes ne veulent plus d'autos d'avant 1997
» y a t il une pré sélection avant le comité de lecture ?
» quoi savoir avant d'acheter cette occaz ?
» Emissions d’Algérie en billet avant 1962

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: