Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Juste un mot au monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Juste un mot au monde   Dim 1 Oct 2017 - 18:34

Dis, le monde, tu n’en as pas assez des menteurs, des tricheurs, des tueurs ? Parce que là quand même on atteint des sommets, tu ne trouves pas ? Tiens, par exemple… Oui, parce que je pourrais bien te parler du président à mèche jaune, du lanceur de missiles voyageurs ou des angoissés machistes mais ça nous ferait trop long et le lecteur, tu sais comment il est, au bout d’un moment il pique du nez aussi sûrement qu’un retraité devant la 15ème rediffusion d’un épisode de Derrick… Donc, un exemple, un seul… mais un bon… Parce que tant qu’à faire, autant avoir de l’ambition. 
Voilà, le monde… Tu connais ce truc qu’on appelle l’éducation ?… Oui, c’est ça… Le plus beau métier du monde… Je vois que tu connais tes classiques… Eh bien figure-toi que depuis un certain nombre d’années, ce truc qui devrait tourner rond parce qu’il concerne chacun d’entre nous et porte en lui le monde de demain… Oui, c’est ça, celui qui viendra après toi… Voilà qu’on en est arrivé à des extrémités qui finissent par me mettre à bout et me donnent envie de les mettre… Oui, les bouts. Tu peux arrêter de m’interrompre, le monde ? On dirait un journaliste de l’audiovisuel français qui cherche à exister au détriment de son invité.
Or donc… Aujourd’hui, nous avons droit à l’irruption sur ces questions d’éducation de personnes n’ayant que leurs convictions, pour être gentil, à opposer à l’ensemble des professionnels du secteur. Ils n’y connaissent rien, ils ne seraient pas foutus de tenir 30 minutes devant une classe sans se faire démonter, mais ils viennent te dire comment toi, tu dois bosser. Comment toi, tu dois penser. Comment toi, tu dois te comporter avec les générations futures. Ce qu’ils ont à dire, ça n’est pas de la plus grande fraîcheur. Cela va des vieilles recettes éculées aux affirmations péremptoires fondées sur des sources périmées depuis longtemps. Mais tu vois, le monde, le plus extraordinaire dans tout ça, c’est qu’on les écoute, c’est qu’on leur tend le micro, c’est qu’on leur passe de la pommade après leur avoir passé du fond de teint pour qu’ils ne brillent pas devant les caméras. Et plus ils disent des conneries énormes, plus on les réinvite pour qu’ils puissent les répéter encore. C’est fou, non ?…
Ils se sont donnés comme ennemis une caste qu’ils baptisent de noms aussi peu aimables que ridicules. Celui qui fait florès ces derniers temps, c’est celui de pédagogiste. Ne bidouille pas ton correcteur orthographique, le monde, tu ne trouveras pas ce mot-là, c’est une sorte de marque déposée. Avec des variations en plus pour bien montrer que ces gens, à défaut d’avoir de la morale et de la pudeur, brillent par leur intelligence dès qu’il s’agit de flétrir autrui. Que lui reproche-t-on au pédagogiste ? De se poser simplement des questions sur ce qu’il fait et comment il le fait. Ailleurs, tu dois avoir vu des sentiments contraires, non ?… En Asie par exemple, l’ouvrier qui par sa réflexion réussit à faire avancer la ligne de production plus vite devient un héros. Eh bien, par chez nous, c’est exactement le contraire. Ne te demande surtout pas ce que tu fais et pourquoi tu le fais ou sinon tu vas devenir un dangereux révolutionnaire, gauchiste de surcroit. Toi, tu sais bien que tu n’es juste qu’un gars honnête, pas ambitieux pour deux sous. Un honnête artisan comme on disait avant. Avant que tout ne soit frappé du sceau de l’infâmie médiatique. Alors oui, tu te poses des questions. Alors oui, tu essayes des trucs. Alors oui, tu as envie de chasser la poussière parce que tu sais que c’est un puissant allergogène pour la jeunesse. Tss tss tss… Ce n’est pas bien, on te dit ! On te le dit à toi, on le dit à tes ami.e.s, on le dit à d’autres que tu ne connais pas mais qui ont le tort de faire le même métier que toi mais qui ne se posent pas en plus les mêmes questions que toi et, surtout, qui y apportent des réponses différentes. Tous dans le même sac, attendant la pierre qui va vous couler dans le grand océan d’un minuscule verre d’eau.
Je te sens tout perdu, le monde… Tu ne comprends pas, c’est ça… Pas vrai ?… Alors, imagine-toi que ces experts perce-ondes, qui ne supportent pas la contradiction tant ils se paonnent de leur excellence, ont décidé de mettre sous le boisseau les grandes valeurs, les grands principes dont se prévaut notre pays… Notre pays ? Oh, tu le connais bien, le monde… Des fromages, des gens qui râlent et des footeux qui se croient les meilleurs de la planète. Voilà, c’est ça… C’est bien nous… Par charité, je ne répéterai pas ton jugement ici… Revenons à nos moutons bêlants qui hurlent sans cesse qu’on les égorge et qu’on pourrit l’âme de ce cher pays. Mais, diantre, eux qui sont si attachés aux traditions et au passé, devraient savoir qu’il y a cette maxime en trois mots au fronton de nos édifices publics. Liberté, égalité, fraternité. Une maxime si forte pour d’autres pays que je l’entends avec le délicieux accent nord-irlandais de Neil Hannon dans les oreilles. Que voulons-nous, nous les « pédagogistes » ?… Tu remarques, le monde, comme la chose est pernicieuse… Nous nous retrouvons obligés de nous nommer du mot honni simplement pour affirmer ce que nous sommes. Comme ces nobles fiers des temps jadis qui affectaient de brandir haut le nom abâtardi qu’ils entendaient recouvrir de la poussière éphémère de la gloire… Mais je me laisse aller… Que voulons-nous ? Apprendre à nos élèves à être libres, pouvoir leur assurer les chances les plus égales quand bien même la naissance ou les sinusoïdes étranges de l’existence les auraient prédestinés à une relégation précoce, développer en eux une fraternité réelle fondée sur la conscience de l’appartenance à une même espèce, l’espèce humaine. A partir de cela, on peut jeter des tas de mots qui définissent nos espoirs pour demain : vérité, respect, pertinence, intelligence, modération, écoute, culture… Tu vois, le monde, on est des fous dangereux, des intégristes de la pensée, des janissaires à cheval sur des idéologies pernicieuses et périlleuses.
Je crois que tu commences à comprendre à voir la larme qui commence à rouler en plein milieu du Pacifique. Eh ! Ne va pas faire un tsunami à cause de nous, on aurait du mal à s’en remettre. Du coup, je ne sais pas si je continue à t’expliquer… Oui, il y a encore à dire… Là, je ne t’ai décrit que les idées rétrogrades de ceux qui nous accusent d’être la cause des malheurs de la nation quand bien même ils ont une grosse part de responsabilité dans le désastre qu’ils dénoncent. Je ne t’ai rien dit, ou à peine, de leur façon de faire. Des méthodes que n’auraient pas renié les vilains rats des dessins animés de mon enfance. Mentir, mentir et mentir encore en pensant, hélas à juste titre, qu’un mensonge répété finit par devenir une vérité dans la tête des gens. Exister au sein de véritables réseaux glauques, de confréries du pire, d’amicales du rance. Accuser sans preuve mais se défendre sans arguments. Vilipender, attaquer ad hominem, pourchasser de haines mal recuites.
Alors, tu vois, le monde, si ce soir je suis venu te causer pendant que tu prends tes quartiers d’ombre pour la nuit, c’est parce que parfois, j’aimerais que tu t’arrêtes et que tu fasses un peu le tri dans l’espèce humaine. Putain, je ne vais pas demander à Dieu quand même de faire ce boulot à ta place. On le connait, lui… Du genre à laisser s’opérer des massacres en pensant qu’il serait ensuite capable de faire le tri entre les victimes… Et puis, d’ailleurs, c’est souvent en son nom que les mécréants de l’égalité, les thuriféraires des fausses libertés, les casseurs de fraternité s’expriment… Alors, si perso je n’ai rien contre lui, je préfèrerai que ce soit toi qui agisses, le monde. Tu es moins spirituel mais beaucoup plus nature et peut-être bien plus mature. Regarde tous ces bons qui souffrent, je ne parle pas de moi hein… Moi, je boucle un de mes derniers tours de piste, façon vieille carne de cirque qui sent bien que l’écuyère n’est plus sa tasse de thé, alors un peu plus ou un peu moins à porter le fardeau… Mais les autres ? Est-ce qu’ils ont mérité cela alors qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes et ne méritent pas les quolibets, les insultes et les attaques qu’on leur décerne comme de piteux trophées ?
Oui, sois chic le monde… Fais-nous une révolution de plus…
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Juste un mot au monde   Lun 2 Oct 2017 - 1:34

Ici le Monde, je t'entends, mais tu sais, c'est la zone partout, j'ai un putain de boulot, toi aussi d'ailleurs.
Et comme je suis Le monde, je t'envoie ça...

https://www.facebook.com/OuvronsNosYeuxvousmvoyez/photos/rpp.1463902543927991/1886049245046650/?type=3&theater

bisou
Revenir en haut Aller en bas
 
Juste un mot au monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mariage le 5 septembre 2015 thème : le monde magique de Disneyland
» Tour du monde en voilier
» LOUIS XIII LE JUSTE (14/05/1610-14/05/1643) Denier tournois de Navarre - 1635
» Le compteur du monde
» Les mentalistes du monde entier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: