Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jeu d’échecs, Kasparov et Google

Aller en bas 
AuteurMessage
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1879
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Le jeu d’échecs, Kasparov et Google   Lun 27 Aoû 2018 - 1:23

Le match homme contre machine

A l’époque où je me suis passionné pour le jeu d’échecs, la grande question était si un jour les machines parviendraient à battre les humains. Qui emporterait le match homme contre machine ?

La première fois que j’ai vu une machine jouer aux échecs c’était autour de l’année 1975. Les programmes qui ont commencé à sérieusement menacer les champions d’échecs sont arrivées, de mémoire, fin des années 80, début des années 90. Durant ces années-là on critiquait les programmeurs qui n’innovaient pas depuis longtemps et se contentaient de profiter de l’amélioration des performances des machines pour améliorer le niveau de jeu.

Puissance de calcul versus intelligence artificielle

Un temps, la question posée était s’il était préférable de reposer la conception du programme sur le calcul pur, ou sur l’intelligence artificielle. C’est-à-dire, soit on réduit une partie d’échecs à une simple question de calcul ; soit on essaie de modéliser sinon la pensée humaine, du moins les conceptions stratégiques et tactiques du jeu. La première, privilégiant la puissance de calcul, c’est avéré bien plus fructueuse.

Une entreprise, IBM, a relevé le défit de concevoir la machine qui serait la première à battre un champion.

Les concepts de calcul et d’ouverture

Il faut dire ici, pour ceux qui ne sont pas familiers du jeu d’échecs qu’il y a deux notions importantes pour ce qui va suivre. L’un, le calcul. On parle aux échecs de calcul le fait de prévoir une série de coups forcés. Cette idée de forcée est importante. L’adversaire est forcé de jouer un coup en réponse au nôtre sans quoi il perd la partie ou presque. On peut alors jouer un autre coup qui va forcer la réponse de l’adversaire. On peut comme ça aller très loin, et aboutir à un échec et mat. C’est une arme importante dans l’arsenal d’un joueur d’échecs mais loin d’être suffisante.

L’autre est la notion d’ouverture. Au début de l’ère moderne du jeu d’échecs (au XIXe siècle), on a inventé quelques séries de premiers coups auxquels on a donné des noms (partie espagnole, défense sicilienne, gambit de la dame, défense est-indienne, etc.). Si au début il s’agissait de mémoriser les deux, trois premiers coups, avec le temps, la profondeur des ouvertures a évolué pour englober il y a déjà longtemps, des parties entières. C’est beaucoup à l’occasion des championnats du monde que la théorie des ouvertures connait des accélérations, puisque les plus grands maîtres s’efforcent d’inventer des lignes pour surprendre les adversaires. Des lignes qui étaient ensuite reprises et développées par d’autres joueurs.

Deep thought et Deep blue

IBM, donc. Il a conçu une machine qui n’a pas pu battre le champion incontesté de l’époque, Kasparov, puis une autre, Deep Blue, qui en est venu à bout en 1996. A vrai dire, c’était une victoire pas très convaincante mais malgré tout, il était devenu clair qu’une étape avait été franchie et que désormais, les machines étaient supérieures aux humains au jeu d’échecs. Les machines avaient du champ devant elles en matière de puissance de calcul et de mémoire pour stocker et traiter les ouvertures déjà jouées.

Désormais, pour les joueurs d’échecs, jouer contre les machines ne présentait pas plus d’intérêt que pour un haltérophile de se mesurer à une grue ou un coureur à une moto. Ils s’en servent pour leur entraînement, et les machines ont leurs compétitions à elles. A ce jeu, le logiciel qui a surclassé tous les autres, s’appelle Stockfish. Jusqu’à l’année dernière.

Google veut aussi jouer, ou la revanche de l’intelligence artificielle

Des machines des années 90 à l’année dernière, les machines et les logiciels se définissaient notamment au nombre de coups qu’ils étaient capables de calculer. Google arrive avec un logiciel d‘un tout autre type, appelé AlphaZero. Alors que Stockfish traite 70 millions de coups par seconde, la créature de Google n’en traite que 80 000. Tout chez lui repose sur l’intelligence artificielle et le machine learning.

C’est qu’en matière de machine learning pour le traitement de données massives, Google en connaît un rayon. AlphaZero ne bat pas Stockfish, il le massacre. Sans appel.

Epilogue en forme de conclusion

Dans les années 90, quand on parlait de ces choses-là, c’était sous la forme de défi. Pachman dans les années 70 disait que les ordinateurs ne parviendraient jamais à battre les humains, à cause de l’énormité des données à traiter. Personnellement, je me disais qu’il n’y avait jamais eu de match homme contre machine, que ce qu’il y avait eu c’était un match entre un homme qui jouait à la main et un autre qui jouait assisté par ordinateur. Peut-on seulement dire qu’un ordinateur « joue » ?

Un joueur français de l’époque, dont j’ai oublié le nom, disait que si les machines venaient à battre les hommes aux échecs, la question homme contre machine dans le domaine du jeu serait secondaire, tellement les implications en matière financière, militaire et autre, seraient importantes.

Ces logiciels étaient le fait de savants fous dont on admirait les exploits. Jusqu’à ce qu’IBM, pour le prestige, décide de se lancer dans la partie.

Mais l’intelligence artificielle, pour Google, c’est pas pour rire, ni pour jouer, ni pour s’amuser.

N’est-elle pas inquiétante, cette démonstration de sa supériorité en matière de IA de la part de Google ?

Après tout, il est vrai qu’après la défaite de Kasparov face à Deep Blue, c’est un sujet qui n’a pas été beaucoup abordé.  En revanche, l’AI si, et en particulier la AI aux mains de Google.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
 
Le jeu d’échecs, Kasparov et Google
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT][MortScript] IPTWeather_20110910 : Météo AccuWeather, avec My Location/Google Latitude, dans iPhoneToday/S2U2 [Gratuit]
» [REQUETE] Google Maps "Ma position" imprécis
» Google Maps et boussole
» Jeux d'échecs
» Google Chrome vs Safari

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: