Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 curiosités de langue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Zyq



Nombre de messages : 26
Date d'inscription : 14/05/2004

MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 18 Juil 2004 - 1:12

On dit aussi :"Je monte à Paris, je descends à Cannes..."

Serait-ce parce que Paris (de chez moi) est en haut sur la carte et Cannes en bas ? Cool

Zyq
Revenir en haut Aller en bas
Antigone



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 18 Juil 2004 - 14:04

rotko a écrit:

Je ne lis pas la Grevisse tous les soirs Smile et je hasarde une reponse dont je ne suis pas "sûr" Laughing

"sur" signifierait ici "aux environs de", comme dans les expressions il va sur ses trente ans, il est rentré vers les deux heures du mat, etc... il n'habite pas Paris même, mais la conurbation au sens large...
n'hésitez pas à me contrer, j'ai un gilet pare-balles Evil or Very Mad

Oui, mais j'ai pas l'impression que "sur Paris" signifie encore "aux alentours de Paris" : il me semble qu'on dit "je suis sur Paris", même quand on est au coeur de la capitale. Mais c'est peut-être un glissement de sens : comme tu dis, l'expression a pu signifier, au début, "dans la périphérie de Paris", et ce sens précis s'est peut-être dilué...

Ton gilet pare-balles est-il également à l'épreuve des canons lanceurs de caramel collant?! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 18 Juil 2004 - 17:53

Antigone a écrit:
j'ai pas l'impression que "sur Paris" signifie encore "aux alentours de Paris" (1)

Ton gilet pare-balles est-il également à l'épreuve des canons lanceurs de caramel collant?! (2)


(1)"sur" s'emploierait-il seulement pour les grandes villes ?
dit-on "je vis/suis sur landerneau" ? Very Happy qui n'est pas à ma connaissance, une conurbation Wink ? d'ou l'hypothèse hasardée Embarassed

(2) et voila ! je m'y attendais ! à tout prendre, je préfère le caramel mou, comme projectile, aux berlingots nantais, qui ont des arètes tranchantes, d'autant que j'ai la peau qui marque facilement Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: on m'a laissé trop longtemps au soleil   Lun 19 Juil 2004 - 23:24

. Tendrement unis ils vivaient d'amour et d'eau fraîche. Hélas!, tout à une fin.
Tirant le diable par la queue, ils n'arrivaient plus à payer leur loyer. Dès potron-minet, ils déménagèrent à la cloche de bois, prenant la poudre d'escampette et fuyant sans tambours ni trompettes......Midi sonnant, avisant une auberge, ils décident de se taper la cloche. Impossible de payer leur écot autrement qu'en monnaie de singe. Ils prirent alors la tangente, filant la queue entre les jambes, de peur que le gargotier ne leur sonne les cloches.
Il ne leur restait plus qu'à faire la manche à la porte d'une église avec l'espoir que les grenouilles de bénitier, en sortant , leur fassent l'aumône. Espoir déçù.
Ne leur laissant d'autre ressources que de coucher à la belle étoile, après avoir regardé la feuille à l'envers pour se prouver leur amour. Very Happy Very Happy

Pour les grenouilles de bénitier, qui sera en mesure de m'en dire plus ?...
Idea Question
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: on m'a laissé trop longtemps au soleil   Mar 20 Juil 2004 - 22:06

Aristarque a écrit:
.
Pour les grenouilles de bénitier, qui sera en mesure de m'en dire plus ?...


Simple metaphore pour designer une personne d'une devotion excessive : grenouille de benitier ou pilier de cabaret, même combat ! o))
ah ! une expression populaire :

. Il n'y a pas de grenouille qui ne trouve son crapaud.
Si laide soit-elle, une fille trouve toujours un mari (d'apr. LITTRÉ, GUÉRIN 1882, ROB.).
d'apres le dictionnaire informatisé sur http://atilf.atilf.fr/tlf.htm

autres expressions avec la grenouille


Mare aux grenouilles : se rapporte à un milieu politique malhonnête.
Avoir des grenouilles dans le ventre : produire des borborygmes.
Manger la grenouille : dépenser l'argent qui appartient à une collectivité après l'avoir volé.
remarque perso :
avoir des cuisses de grenouille ne veut pas dire avoir des cuisses appetissantes, mais plutôt maigrelettes o)
Revenir en haut Aller en bas
Antigone



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: curiosités de langue   Mer 21 Juil 2004 - 12:58

Et les Anglais disent "avoir une grenouille dans la gorge", alors que nous disons "un chat". Un greffier dans la gorge, ça érafle le gosier à coups de griffe, mais une grenouille, ça doit sautiller dans tous les sens, c'est désagréable.

J'aimerais avoir votre sentiment sur une expression qui me déplaît. J'ai appris récemment qu'en argot, un "tarzan" désignait... une crotte de nez. Sad Je trouve ça très, très moche!!! Pour moi qui aime la bagarre, Tarzan est le symbole du mâle courageux et fier qui lutte et qui se bat, paf, bing, aïe, boum! Le comparer à un truc aussi répugnant qu'une sécrétion nasale, j'apprécie moyen. Vous avez une idée sur l'origine de l'expression?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Mer 21 Juil 2004 - 17:56

beurk, beurk, "par ma chandelle verte", dirait Ubu..

.Tarzan se balance au bout d'une liane, beurrrk
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Jeu 22 Juil 2004 - 8:38

Antigone disait Very Happy
Citation :
"Salut les voyous"

Voyou : Homme généralement jeune au comportement grossier et provocant, ou de mœurs douteuses et sans moralité.
Gamin des rues mal élevé, malpropre..

En apostrophe : c'est soit injurieux, soit familier et affectueux ! on beneficierait donc de l'affection d'Antigone....ce qui nous rassure et nous fait plaisir, n'est-ce pas ? (clameurs enthousiastes de la foule Laughing )

Voyou femelle. Jeune femme dévergondée, de moralité douteuse.on dit aussi. voyouse, voyoute !
et on parle même (rarement) de voyouterie acte de voyou .et même de voyoutisme : , manière de se comporter comme un homme du peuple !

l'origine en serait" via" la rue; donc l'enfant des rues, les façons de la rue !

voir aussi le petit raffarin illustré :

Quand on dit "ce n'est pas la rue qui commande", on traite donc les Francais de voyous,
et quand on veut les mettre dans sa poche, on se penche sur la France profonde...

il y aurait des choses a dire sur "trivial" et "vulgaire" et "vulgariser". Mais quoi ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Antigone



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: curiosités de langue   Jeu 22 Juil 2004 - 10:10

Merci, Rotko, quand je dis "Salut, les voyous", ça se veut évidemment familier et sympa. Mais vous êtes peut-être réellement des voyous, je ne vous connais pas assez pour me prononcer. Wink

Et on peut constater que là où Raffarin parle de "voyous", Chevènement préfère dire "sauvageons". Razz
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Jeu 22 Juil 2004 - 14:16

"j'ai deja mon âme en peine, je suis un voyou" (air connu)
Revenir en haut Aller en bas
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: encore une histoire de grenouilles   Jeu 22 Juil 2004 - 23:57

Je cirte : <<Pour les grenouillese bénitier qui sera en mesure de m'en dire plus ?>>
Merci, je suis comblé par la diversité des réponses, vraiment!....
Pour corser un peu, on pourait faire la même demande pour "une grenouille, << dans >> un bénitier ". Je suis sûr que çà existe.
Rolling Eyes Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Antigone



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: encore une histoire de grenouilles   Ven 23 Juil 2004 - 0:11

Aristarque a écrit:
Pour corser un peu, on pourait faire la même demande pour "une grenouille, << dans >> un bénitier ". Je suis sûr que çà existe.
Rolling Eyes Very Happy Very Happy

Je connaissais "s'agiter comme un diable dans un bénitier", mais une grenouille, jamais entendu. A moins que le petit diablotin n'ait pris la forme d'une grenouille... ou d'un crapaud, ingrédient essentiel des recettes de sorcellerie. Wink
Le cas, cité par le bon La Fontaine, de la grenouille un peu nounouille qui voulait se faire aussi grosse que le boeuf, est aussi devenu un classique du langage courant. Qu'est-ce qu'il en prend dans la tronche, ce pauvre Kermit!
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: encore une histoire de grenouilles   Ven 23 Juil 2004 - 9:49

Aristarque a écrit:
même demande pour "une grenouille, << dans >> un bénitier ". Je suis sûr que çà existe.
Rolling Eyes Very Happy Very Happy

Il faudrait un contexte écrit ; on peut penser à une expresion de bien-être du style "comme un coq en pâte" ou à une présence incongrue comme "un chien dans un jeu de quilles". Faudrait voir Bad)
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Ven 23 Juil 2004 - 10:25

chou blanc !
Que vient faire le chou ds cette expression qui témoigne d'un echec ? l'origine en serait le jeu de quilles où un joueur qui n'aurait rien abattu aurait fait un "coup blanc".Mettez l'expresion ds la bouche d'un berrichon et vous avez phonetiquement "choup blanc".

"comme un coq en pâte"

Être comme un coq en pâte. Se gaver de nourriture sans prendre aucun exercice. P. ext. Se trouver dans une situation de confort douillet, avoir tout à satiété. d'accord, mais l'origine ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Ven 23 Juil 2004 - 18:57

rotko a écrit:
l'origine ?

une metaphore culinaire du XVII e siecle , très imagée, qui s'appliquait à un homme "qui est bien couvert et bien chaudement dans son lit, qui ne montre que sa tête".
j'aventure une hypothèse : le coq en pâte serait un coq en paté, presenté comme le dit la definition ci-dessus : ne montrant que sa tête, et le reste enrobé dans le paté (ou la gelée). bon appetit Wink


Dernière édition par le Sam 24 Juil 2004 - 7:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Une Grenouille dans un bénitier....   Ven 23 Juil 2004 - 23:45

Oui Antigone, Oui Rotko, une grenouille dans un bénitier ca existe bien.
Je l'ai vue ! La preuve:


L'Eglise St. Paul-Serge à Narbonne a une particularité: une grenouille dans
un bénitier.............

Cette grenouille potelée,
Si artistiquement ciselée,
Tu la verras contre un gros pilier
A droite, dans un bénitier
Qui a la forme d'une coquille.
L'ouvrier qui du marbre a tiré
Un objet aussi bien travaillé,
C'est quelque chose qui tient du miracle!!

Pourquoi?.....
Un écriteau placé sur le bénitier, nous apprend que cette rainette, échappée des étangs, était venue troubler de ses coassements, les chants du lutrin.....
C'est un peu juste. Mais à Narbonne on raconte aussi une autre histoire beaucoup plus prosaïque. Ecoutez un peu.....

Paul-Serge, "piéton de la grande route" d'après Arthur Rimbaud, était allé un jour évangéliser au bord de l'étang de Bages. Les pêcheurs au lieu de l'écouter, se moquèrent de lui et voulurent même le jeter à l'eau. Un jeune homme alors s'approcha du saint et lui dit, en lui montrant un bloc de marbre: "Prouve nous qui tu es, fabrique toi un bateau et sauve toi avec" Paul Serge sans hésiter, tailla alors une barque qui devint si légère qu'elle se mit à flotter dès qu'elle toucha l'eau. Le Saint embarqua, mais comme il ne savait pas naviguer, il restait sur place sans oser gagner le large. Les pêcheurs ricanaient sur la berge, lorsque soudain, une grenouille sauta dans la barque "Voilà ton timonier " coassa t'elle, en saisissant le gouvernail. Et elle conduisit Saint-Paul de l'autre coté de l'étang, où elle accosta dans l'anse baptisée depuis " Anse de St. Paul "
Plus prosaïquement ,on peut se demander si l'artiste qui a scellé à jamais dans le bénitier, la grenouille si finement ciselée, ne l'a fait que pour rappeler à certaines dévotes bavardes, qu'elles étaient dans l'église pour prier et non pas pour coasser lorsqu'elles trempaient leurs doigts dans l'eau bénite.

Pour la patte brisée, car notre grenouille semble avoir été accidentée, Hercule Birat poète narbonnais (1796-1872) nous a laissé un long poème pour en donner son explication. J'en ai traduit quelques extraits car il est en langue d'oc.
Very Happy Razz
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: Une Grenouille dans un bénitier....   Sam 24 Juil 2004 - 7:57

Aristarque a écrit:
,on peut se demander si l'artiste qui a scellé à jamais dans le bénitier, la grenouille si finement ciselée, ne l'a fait que pour rappeler à certaines dévotes bavardes, qu'elles étaient dans l'église pour prier et non pas pour coasser lorsqu'elles trempaient leurs doigts dans l'eau bénite.

Very Happy Very Happy Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Sam 24 Juil 2004 - 8:30

Dans le récit, la grenouille joue donc un rôle favorable puisqu'elle vient au secours du Saint. C'est donc normal qu'avec humour Smile , elle soit célébrée à la hauteur de ses mérites, et acceptée dans l'é[E]glise - mais dans l'entrée Wink ! et avec un environnement qui lui soit familier Smile et favorable. Merci Aristarque !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Sam 24 Juil 2004 - 8:50

expressions avec un nom propre :

"se mettre Martel en tête" Question
"fier comme Artaban" Idea Question
Revenir en haut Aller en bas
Antigone



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 14/07/2004

MessageSujet: Re: curiosités de langue   Sam 24 Juil 2004 - 23:30

Ou connu comme Barrabas (ou comme le loup blanc).

rotko a écrit:

"fier comme Artaban" Idea Question

Artaban serait un personnage de "Cléopâtre", de Gautier de La Calprenède. Un mec avec une bonne dose d'amour-propre, apparemment. On dit aussi "fier comme d'Artagnan", par déformation.

Autre version : fier comme s'il avait un bar-tabac (Coluche). Wink
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 25 Juil 2004 - 5:17

rotko a écrit:
"se mettre Martel en tête" Question

bien Antigone o))
poutr Martel
Le nom désigne un marteau d’armes à bec pointu, employé comme instrument de combat au XIIIième et au XVIIième. siècles.

L’ancien français donne au nom Martel d’autres sens:


Cheville qui tient les chevaux attachés au limon de la charrette;

membre viril: " il ne puis martel lever… "

par extension Embarassed inquiétude, tourment ( sens apparu au XVIième. siècle ),
"se mettre martel en tête… " signifierait donc se tracasser, souvent inutilement o)) et l'inquietude frapperait la cervelle comme un marteau ! agreable, n'est c e pas ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 25 Juil 2004 - 10:13

mine et Mine de rien Wink
1. Aspect de la physionomie indiquant certains sentiments ou l'état du corps. Mine réjouie. - Avoir bonne mine : avoir un visage qui dénote la bonne santé ; fam., iron., avoir l'air ridicule. - Avoir mauvaise mine : avoir le visage défait ; paraître malade. - Faire bonne, mauvaise, grise mine à qqn, lui faire bon, mauvais accueil. - Faire mine de : faire semblant de.
2. Apparence, aspect extérieur. Juger sur la mine. - Fam. Mine de rien : sans en avoir l'air. - Ne pas payer de mine : ne pas inspirer confiance par son apparence ; n'avoir l'air de rien (et souvent : être excellent, remarquable malgré son aspect peu engageant). 3. mines
Faire des mines : minauder, faire des simagrées.

Merci à ideuc, grand timide Wink qui m'indique un site où les Bretons revelent tout ce que le francais leur a emprunté sans toujours signer une reconnaissance de dette o)) en deduirai-je qu'ideuc est breton Idea ?
http://www.bzh.com/keltia/galleg/langage/breton/bzh-gall.htm
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 25 Juil 2004 - 11:09

volte : mouvement d'un cheval que son cavalier mène en rond. [Tournez, manèges ! Smile ]

volte-face : action de se retourner brusquement pour faire face ; Brusque changement d'opinion
DÉFENSE. Demi-tour qu'opère une troupe attaquée par derrière, pour faire face à l'ennemi.
Ce mot est [bien] feminin Wink

des volte-face : invariable. Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 25 Juil 2004 - 13:42

Tirer au flanc ou tirer au cul !

Dans les batailles, plutôt que de monter au front, certains avaient tendance à éviter l'adversaire ! ils rejoignaient donc les flancs de l'armée, d'ou l'expression "tirer au flanc".
Quant à ceux qui traînaient les pieds pour ne pas se trouver en première ligne, il "tiraient au cul" Very Happy . Soit parce qu'il veillaient à rester toujours à la queue du groupe, soit que, comme l'âne récalcitrant, ils tirent le cul en arrière pour montrer leur volonté de ne pas avancer.
Si ça barde Crying or Very sad , on se "tire" Wink !
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Sam 7 Aoû 2004 - 22:22

Tintin, tintouin...

Se faire du tintouin, donner du tintouin à quelqu'un, c'est l'embarrasser, lui donner du souci, du mal, du tracas !

Aux sources de cette expression, on trouverait le mot "tintin".
.
"tin tin" onomatopée, désigne , le tintement d'un grelot ou d'une cloche, mais aussi le bruit de verres qui s'entrechoquent. [Actuellement on dirait plutôt "tchin-tchin", non ? ]
En argot, et sans que le lien soit évident, se "faire tintin", c'est "se passer de quelque chose", "faire tintin ballon" (joli, n'est-ce pas ?) =: se priver d'alcool.

L'expression "tintin !" signifie "rien à faire !"

Déformé en "tintouin", il désignerait, avec augmentation du volume sonore, le tintement des cloches, au sens de "vacarme insoutenable". D'où en médecine, "l'hallucination auditive" !

Chez Baudelaire dans Spleen ("Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle'...)

"Des cloches tout à coup sautent avec furie,
Et poussent vers le ciel un affreux hurlement..."

j'imagine la tête du correcteur à qui un lycéen dirait que le poète est atteint de "tintouin" ! Laughing

Se donner du tintouin. c'est "Se donner du mal, de la peine".
Et on retrouve Octave Mirbeau, cher à Kyoko et à Mdv Wink dans "le journal du femme de chambre" :
Ah! vous en aurez du tintouin, ma pauvre demoiselle... gémit l'épicière en m'offrant un siège...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



MessageSujet: Re: curiosités de langue   Dim 8 Aoû 2004 - 19:53

"macache bono" ! Crying or Very sad


Au lieu de dire "tintin" ! au sens de "rien à faire", on peut dire "macache bono" !

macache (pas du tout) et macache bono «pas bon du tout».
Les emprunts à la langue arabe, les mots d'argot d'origine arabe (gourbi, bezef, razzia, seide, caoua, salamalec etc...) sur cette page :

http://www.europarl.eu.int/interp/online/lf99_one/v06_no7/page2.html
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: curiosités de langue   

Revenir en haut Aller en bas
 
curiosités de langue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Curiosité de la langue française.
» curiosités de langue
» Langue Hindi
» La langue française : orthographe, grammaire... !
» Quelle langue vous aimeriez parler?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Jeux-
Sauter vers: