Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Anthony Burgess

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Anthony Burgess   Jeu 5 Aoû 2004 - 23:38

L'Homme de Nazareth par Antony Burgess Editions Robert Laffont

Dans son prologue, Burgess nous avertit : **Du point de vue biographique, tout a été dit sur Jésus-Christ dans les quatre évangiles. Mais mon roman se contente de suivre le récit des quatre évangélistes à cela prés qu'il tâche de combler, par des inventions plausibles,la grande lacune qui s'étend dans la vie de Jésus, entre sa bar-mitzrah et le commencement de sa mission. Mon principal objectif a été de bien caractériser le personnage du Christ comme celui de chaque disciple; de les montrer dans leur vérité d'êtres humains, avec leur parler et leurs talents distinctifs**
L'histoire étant archi-connue , codifiée et sacralisée depuis des siècles, il suffira, je pense, d'aller de citation en citation pour découvrir l'originalité de style qui tout en suivant de très près la trame commune des Evangiles, rend le récit plus vivant, plus alerte, mettant l'accent sur les us et coutumes d'une époque charnière de notre civilisation. Sans oublier la gravité du sujet, l'importance des prédications, des miracles et guérisons de malades, du message d'amour et de bonté prôné par Jésus jusqu'au sacrifice final où ** Sitôt le pied de la Croix engagé dans la gaine tout se passa sans ennui. Le grand corps déchiré avec sa ridicule couronne d'épines que personne n'avait songé à ôter s'affala et saigna **.
On peut alors pardonner au romancier de faire dire à Marie après l'annonce de sa conception virginale : ** Mieux valait être violée par des bandits de grand chemin ou des soldats en marche. Cela on le croirait, oui Joseph le croirait. Mais être violée par Dieu, fi! blasphème et qu'elle suffisance! ** A quoi le dit Joseph en l'apprenant rétorque ** Rusée tu n'es qu'une rusée. Comme ta mère, elle aussi savait trouver le point faible, elle aussi savait très bien que j'étais le plus gros imbécile et le benêt le plus crédule de tout Nazareth ! **.
On peut également lui pardonner sa vision des Noces de Cana où il fait épouser Sara, quinze ans par un Jésus de vingt ans. Union malheureuse Sara après avoir perdu trois enfants avant terme, sera tuée lors d'une échauffourée sur l'esplanade du Temple.
Lorsqu'il écrit que ** Romains et Juifs furent également déçus à la vue de ce grand gaillard (Jésus) qui arrivait humblement, chevauchant gauchement un petit ânon et suivi de onze loqueteux ...** c'est possible. Comme il est possible aussi que le repas servi à la Cène.....
** Consistait en un agneau rôti entier, une garniture de chicorée et d'endives, un grois pain sans levain et cruche de vin. C'était le repas qu'avaient mangé les Israëlites quand l'Ange de la Mort était passée sur l'Egypte. Repas simple et hâtif assaisonné d'amertume. **
Possible aussi que le prédicateur ait dit: ** Ne parlez pas trop de miracles, de guérisons, de vue rendue aux aveugles. Car les miracles s'en vont rejoindre tous les actes de l'histoire humaine, pour devenir matière à doute dans l'esprit de ceux qui n'en furent pas témoins...**
Le narrateur nous présente Jésus au fil de sa vie, comme un bébé bien fait qui hurlait à pleine gorge.....un enfant vigoureux qui promettait d'être grand et fort. Très attentif au savoir des mages et guérisseurs égyptiens pendant l'exil......comme étant dès l'âge adulte plus grands que la plupart des fils de Galilée -trois coudées et demi- de forte carrure et bien musclé, doué d'une voix vigoureuse et extrêmement virile, bien que d'ordinaire il s'exprimât doucement.
D'aucuns trouveront ce livre sacrilège. D'autres l'accepteront comme une introduction à une lecture ou relecture des Evangiles pour comparer et mieux comprendre les Ecritures, suivant en cela l'auteur qui pense que son livre met l'accent sur le caractère logique de l'eucharistie. Qu'il souligne aussi la beauté d'une suite de structure divine:
Le précurseur d'une femme qui n'était plus en âge de concevoir
Le rédempteur né d'une vierge
Dieu se fait chair
La chair se fait pain et vin (Dieu en tant que Levi-Strauss).
Revenir en haut Aller en bas
 
Anthony Burgess
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pauvre Anthony Burgess ! Pauvre Stanley Kubrik.
» L'Orange Mécanique - Anthony Burgess
» «L'orange mécanique» de Anthony Burgess. ~ court roman
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» 19 Bennett (Anthony Buckeridge) en BV des années 70

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: