Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Marek HALTER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Marek HALTER   Jeu 12 Aoû 2004 - 23:25

Le Vent des KHASARS par Marek HALTER... Robert Laffon éditeur
sortie en 2001 350 pages

"Le vent des Khasars avait soufflé sur la steppe en chassant les Khasars eux mêmes,les poussant vers l'Europe dans les montagnes du Caucase....
"Le vent des Khasars avait soufflé durant des siècles, effaçant toute trace du royaume juif avec patience et obstination, jusqu'à ce qu'il n'en reste même pas une épée ou une lettre d'amour"
S'identifiant au personnage principal, Marc Sofer, écrivain en panne d'inspiration littéraire, de confession juive, Halter nous entraîne dans un récit haletant, entremêlant des faits historiques se déroulant de l'an 939 à février 956, et leurs effets corollaires dans les évènements
de pure fiction qu'il développe d'avril à mai de l'an 2000.
Avril 2000, au cours d'une conférence, Sofer connu pour son pacifisme affiché, est interpellé par une belle et attirante auditrice, qui lui demande pourquoi il ne voulait plus écrire.
Il a une réponse embarrassée. La mystérieuse inconnue disparaît.
Quelques jours plus tard, à Paris, Sofer rencontre un postulant à l'immigration qui lui demande son aide pour une régularisation d'autorisation de séjour. Il se dit russe, juif, descendant d'une communauté aujourd'hui disparue: les Khasars. Ce peuple apparenté aux Turcs "avait établi un empire entre la mer Noire et la mer Caspienne, du VIIème au Xème siècle. Leur particularité fut la conversion de la dynastie régnante et de la caste noble au judaïsme en 740" Ce solliciteur, Ykobow, parle d'un synagogue, dernier vestige de cette civilisation, cachée dans une caverne des monts du Caucase. Elle abrite un trésor et une inestimable bibliothèque de livres et de parchemins anciens. Pour preuve, Ykobow fait don à Sofer d'une très ancienne pièce d'argent frappée du chandelier à sept branches et de caractères hébraïques. Il n'en faut pas plus pour enflammer l'imagination de notre romancier.
Et de réveiller sa muse littéraire. "L'histoire s'était mise à chuchoter à son oreille.
Le roman prenait forme." Les personnages aussi "la katum Attex d'abord. Belle avec un fichu caractère. Ironique, moqueuse. Inquiète du désir d'amour qui montait en elle sans qu'elle sache à qui elle offrirait le plat d'amour: le khâviar dont les grains paraissent s'évanouir sur la langue. La saveur en est étrange, pleine des ombres de la mer, salée et douce comme des larmes, moelleuse comme un souvenir qui s'efface. Les femmes du royaume Khasar le réservent pour celui qu'elles ont choisi comme époux". Puis ce fût le tour du roi Joseph,
le Khagan, sévère, grave, au port altier, mais le poids de la responsabilité en plus. Suivirent Benjamin, le vieux khagan, sage et sentencieux, Barout le farouche guerrier, chef de la Sécurité, le rabbin Hanania le défenseur de la loi mosaïque, l'ambassadeur de Byzance Blymnédès, retors à souhait. Sans oublier Isaac Ben Eliézer, juif sépharade envoyé par Hazdaï-ibn-Shrapot ministre juif de calife de Cordoue, et de ses compagnons Simon et Saül.
Abandonné par Ykobow, Sofer part pour Bakou pour quémander auprès des "Juifs de la Montagne" des indices qui lui permettront de retrouver la caverne, la synagogue et ses trésors. Commence alors un ballet où les personnages de légende se mêlent, dans le récit, à ceux des temps modernes: politiciens, requins de l'industrie pétrolière, terroristes vrais ou supposés, mafieux, aventurières troublantes et mauvais garçons. Pour nous offrir un ouvrage dans lequel les enjeux, romantiques, politiques, économiques, présentent des similitudes troublantes entre les deux époques. Jusqu'au final, dramatique à souhait, mais qui peut laisser le lecteur perplexe.......
Les Khasars ont bien existé. Halter a la réputation de se documenter scrupuleusement avant d'écrire ses romans à tournure historique. Il a pu ainsi, s'inspirer de sources arabes, hébraïques et chinoises. Arthur Koestler en parle dans son roman "La Treizième Tribu....". Que notre romancier montre tant d'empressement à souligner la particularité religieuse de cet ancien peuple ne doit pas nous étonner: c'est une exception historique!. Il ne pouvait la manquer. Il est profondément juif, passionnément juif, subjugué par l'histoire de son peuple. Il nous donne ainsi, une fois encore, une oeuvre captivante, rehaussée par sa poésie toute orientale.
"Le vent des Khasars avait disséminé et porté au loin les vestiges des temps anciens .Pour la toute dernière fois, il venait de souffler et de retomber avec la poussière de la falaise de Sadoue.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Re: Marek HALTER   Ven 13 Aoû 2004 - 19:26

Peut-être un complément à cette excellente analyse de
Aristarque

http://users.skynet.be/pierre.bachy/halter.html

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
Marek HALTER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marek HALTER
» [Halter, Marek] La Reine de Saba
» [Halter, Marek] Le kabbaliste de Prague
» Marek HALTER
» [Halter, Marek] Tsippora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: