Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Robert Van Gukik

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: VAN GULIK sino-sexologue érudit   Mer 15 Sep 2004 - 22:36

Les manuels du sexe dits livres "de l'Art de la Chambre à Coucher" ont existé en Chine depuis la plus haute antiquité. Ils ont acquis un renouveau de faveur à l'avènement de la dynastie Soei et pendant l'apogée de l'Empire 590-1279.
Ils sont souvent couplés avec des livres médicaux. Le boudhisme et le confucianisme naissants leur donne une certaine respectabilité. Le Yi-King souligne que la relation des sexes est le fondement de la vie universelle laquelle est manifestation des forces cosmiques *yin* et *yang* .....<< L'entremêlement constant du Ciel et de la Terre donne forme à toute choses...L'union sexuelle de l'homme et de la femme donne vie à toutes choses..>>
Dans les manuels du sexe, *un yin * et un *yang* s'emploient souvent pour désigner une femme et un homme. C'étaient des guides à l'intention des couples mariés.
Le "Tong-husuan-tze" ne comportait que du texte; le Sou-nu-king était illustré d'estampes conventionnelles.
Le livre de Van Gulik répertorie, dans une liste exhaustive, le détail des conseils donnés aux couples. Avec sobriété et en évitant de tomber dans un voyeurisme de mauvais aloi. Je me contenterais de donner les noms, d'une poésie toute orientale, de quelques unes des trente positions développées dans les chapitres concernés : Les Papillons Voltigeants..
Le Couple d'Hirondelles.....L'Union du Martin-pêcheur.....Les Bambous près de l'Autel....
Le Phénix tenant son Poussin (à l'attention de femme obèse avec son petit homme)....
Le Dragon Changeant ....L'Attaque du Singe.....La Cigale bien Attachée.....etc...etc...
Des peintres ayant illustré d'estampes explicites le Sou-ni-king, sont restés célèbres:
Tcho Mong-fou pour les Douze postures..... T'ANG -Yin pour les Six Positions Extraordinaires
TS'IEO-Yin pour les Dix Positions Glorieuses.
La philosophie faisait partie elle aussi de l'enseignement proposé. Maître Tong-hsuan
disait: **Entre les dix mille choses créées par le Ciel, l'homme est de toutes la plus précieuse. Entre toutes les choses qui font l'homme florissant, nulle ne peut se comparer au commerce sexuel. Il se modèle sur le Ciel et prend patron sur la Terre, il règle le Yin et régit le Yang. Ceux qui en comprennent la signification peuvent nourrir leur nature et prolonger leurs années; ceux qui n'en entendent pas le sens véritable se feront du tort à eux-mêmes et mourront avant leur temps.**
J’ai choisi ce court extrait pour présenter « La Vie sexuelle dans la Chine ancienne » un livre de 450 pages édité par Gallimard en 1971 dans sa collection Tel pour sa version française.
L’étude, fort bien documentée, est l’oeuvre d’un spécialiste de l’art littéraire chinois, Van Gulik. Elle couvre une période allant de 1500 ans avant J.C. jusqu’à la fin de la dynastie Ming en 1644. Le livre est agrémenté de reproductions de tableaux et de dessins représentant des scènes de la vie domestique des lettrés de l’époque. Reproductions soigneusement choisies pour éviter tout reproche de visées érotiques….
De même pour les textes : des termes alambiqués comme :** la Précieuse Porte, la Ravine de Cinabre, les Cordes de la Lyre, voire le Pic Vigoureux ou la Tige de Jade**, remplacent des mots qui dans notre langue peuvent paraître outranciers..
Un livre plaisant à lire pour ceux qui sont curieux des particularités des différents âges de l’évolution humaine chez différents peuples…….Pour les autres…… ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Robert Van Gukik   Lun 20 Sep 2004 - 23:13

Exécutions capitales à l'époque du Juge Ti, dans Chine Impériale du 7ème siècle

Le bourreau planta son épée dans le sol et ôta son surtout. Ses muscles épais saillaient sur son torse nu. Ses aides firent descendre les condamnés de la charrette. Ils débarrassèrent Yu Tsi de ses liens et de sa pancarte, puis le traînèrent jusqu'à un poteau muni d'une traverse. Un des aides lia le cou du criminel au poteau tandis que l'autre attachait ses bras et ses jambes aux branches de la croix en bois.
Le bourreau choisit alors un long couteau très mince, puis vint se placer devant Yu Tsi...le juge inclina la tête, et l'arme s'enfonça dans le coeur du condamné
Le corps fut ensuite découpé en morceaux. Madame Li s'évanouit à la vue de cet horrible spectacle, et plusieurs spectateurs se cachèrent le visage dans leurs manches.....Puis le bourreau apporta la tête sanglante au juge qui en marqua le front de son pinceau vermillon, et elle fut jetée dans un panier avec les autres morceaux du corps....
Les aides amenèrent Madame Li devant l'estrade et la firent mettre à genoux.
A la vue du bourreau et du knout, elle se mit à pousser des glapissements sauvages.
Sans se laisser émouvoir par ses plaintes, l'un des aides attrapa la suppliciée par ses longues nattes et lui tira la tête en avant, tandis que l'autre déchirait son surtout et lui attachait les mains derrière le dos....Le bourreau soupesa le knout dans sa main. Ce fouet à lanières terminées par des crochets de métal n'était utilisé que lors des exécutions capitales.
Au signe du juge, le bourreau leva ses lanières. Elles s'abattirent sur le dos de Madame Li avec un bruit à faire lever le coeur, déchirant la chair du cou à la taille.
La suppliciée serait tombée face contre terre si un des aides ne la retenait fermement par les cheveux....Quand elle eut retrouvé ses esprits, Madame Li se mit à hurler. Mais le bourreau la frappa et la frappa encore. Au sixième coup, ses os étaient à nu. L sang ruisselait de sa chair en lambeaux. Elle perdit connaissance..
Le juge leva la main......Il fallut un bon moment pour lui faire reprendre conscience......Puis le bourreau leva son épée tandis que ses aides agenouillaient la suppliciée.....A un signe du magistrat, la lourde lame s'abattit sur le cou de la condamnée et sépara la tête du tronc.
Le juge marqua le front de son pinceau vermillon et la tête fut jetée dans un panier, en attendant d'être accrochée pendant trois jours à une porte de la ville.
Extrait du "Mystère du Labyrinte" de R.Van Gukik.
Revenir en haut Aller en bas
 
Robert Van Gukik
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jordan, Robert] La Roue du Temps - tome 7: La montée des orages
» MALEVIL de Robert MERLE
» Robert Pattinson
» Robert SILVERBERG - La face des eaux
» Portrait Robert Conrad/James West [Graphite]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: