Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Politique polynésienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jonás
Invité



MessageSujet: Politique polynésienne   Sam 16 Oct 2004 - 7:33

Cet extrait pourrait aussi bien figurer dans les coups de gueule...
Etant sur place, je confirme la réalité des faits.


[...]
Je redécouvrais la Polynésie. Mon premier voyage avait été plein de surprises.
Ici, la vie des citoyens a peut-être moins d'importance qu'en métropole. Ne croyez pas que je pense, mais c'est en tout cas ce que l'état et le gouvernement territorial me laissent imaginer.
Ainsi, en Polynésie, il est possible d'acheter des cigarettes dans les grandes surfaces. Elles sont à coté des caisses, il suffit de demander. En polynésie, lors de mon précédent voyage, le port de la ceinture de sécurité n'était pas obligatoire dans les voitures, de plus certains propriétaires de pick-up, que j'aurais tendance à surnommer « bétaillère » transportait la moitié de leur famille, enfants compris, à l'arrière du véhicule, sans aucune protection, au su et au vu de la gente d'arme, qui semble-t-il, s'en souciait peu.
Cela dit, il me suffisait d'observer et de parler un peu aux gens qui m'entourait pour me rendre compte d'autres points de décalage. C'est pendant mon deuxième voyage que j'ai compris pourquoi le territoire de Polynésie Française était à ce point en retard du point de vue des lois et des règles de vie en générale, qu'il s'agisse de code du travail, de code de la route, etc.
Je suis arrivé pour la deuxième fois, au mois de mai 2004. Cette fois-ci il faisait nuit et je ai pas pu regarder Moorea par le hublot.
J'avais envoyé quelques affaires par bateau un mois et demi avant mon arrivée, mais j'avais avec moi la charge maximale de bagage autorisée, voire même un peu plus.
Après quelques jours de récupération, je pus me rendre compte que la polynésie était en campagne électorale. Des affiches à l'effigie du président du territoire figuraient sur des panneaux d'affichage. L'opposition n'avait pas encore installé les siennes. L'assemblée avait été dissoute quelques semaines avant, de façon inattendue.
Quelques mois avant, un nouveau statut d'autonomie interne avait été mis en place par le gouvernement, apparemment sans effectuer une grande consultation, mais peu importe, il était entré en vigueur.
Le sénateur de Polynésie Française, présent au sénat, était également le président d'un territoire d'environ 240 000 habitants, dispersé dans cinq archipels regroupées dans un petit coin d'océan étendu comme l'Europe.
J'ai pu voir de quelle façon les hommes politiques se comportaient, quel que soit leur bord. Ainsi, la facilité avec lesquels certains retournaient leur chemise m'a profondément surpris. Ici, le climat n'incite pas au port de la veste, d'ailleurs avant que je n'arrive, je n'imaginais pas que les changements d'opinions pouvaient être aussi fréquents.
Or, une chemise est beaucoup plus facile à retourner, surtout si elle a des manches courtes, j'ai donc fini par penser que l'explication de certains changement d'alliance provenaient de la légèreté des vêtements locaux.
Le président ayant dissolu l'assemblée, il espérait asseoir son pouvoir sur les institutions du pays en rendant l'opposition presque inexistante. Il avait pour cela introduit un système de prime majoritaire, qui aurait du lui permettre d'obtenir une majorité très large.
Malheureusement pour lui, c'est l'opposition qui a bénéficié de cette prime dans les iles du vent, archipel de la société.
Pour jouer sur les mots, je dirais que c'est sur les îles les plus peuplées que le vent a tourné, alors que dans le reste du territoire, le parti gouvernant restait encore majoritaire.
L'opposition divisée, s'était brusquement rassemblé sous la bannière de « l'union pour la démocratie. » Choses surprenante, cette opposition était constituée d'un amalgame d'indépendantistes et d'autonomistes.
A l'issue des calculs des voix et des modifications liées aux fameuses primes, il était clair que l'assemblée allait changer de main, avec une nouvelle majorité très légère.
Une fois en place, le nouveau président de l'assemblée, d'une main sûr a imposé une croix sur le mur de ce lieu de travail.
Chacun allait de son petit mot au sujet de ce geste. Dans les deux camps, certains trouvaient le geste déplacé, d'autres prétendait que cela apporterait de la sérénité aux débats.
Force est de constaté que depuis des siècles, partout ou la religion s'installe, la sérénité s'enfuie.
Or ce symbole avait réussi à diviser, en jouant sur l'étymologie du mot, je trouvais que la performance était remarquable.
Quelques mois plus tard, le président du territoire est allé lui-même, à contre-coeur, décrocher la croix que son ami avait installé quelque temps plus tôt.
Je dois préciser que plusieurs mois avant ces faits, un débat avait eu lieu en métropole concernant la laïcité.
L'union avait été parainée par un grand parti métropolitain se prétendant de gauche, en conséquence, la présence de ce signe religieux devenait inattendue, malgré la profonde religiosité du peuple polynésien.
Certaines religions sont basées sur une vérité révélée.
Personne ne dit comment cette vérité fût révélée, on sait simplement que c'est une vérité et c'est tout, on ne discute pas sur le contenu des oeuvres littéraires divines, c'est un pêché très grave.
Forcément, dans ses conditions et au pied du bûcher, il ne reste plus qu'à obtempérer.
En cas de contestation, on peut éventuellement présenter un gros livre d'histoires pieuses, une bible, un nouveau testament ou pourquoi pas un manifeste du parti communiste.
Pardonnez-moi d'être un peu provocateur, mais je mets les extrêmes dos à dos.
Bref, chacun selon ses opinions y trouvera une édition de son ouvrage pieux préféré.
Que je sois bien clair, pour les simples d'esprits, je suis un fervent partisan de la laïcité. Une croix n'a rien à faire dans un tel lieu.
Cela dit, ici, la religion majoritaire est le christianisme, dans deux déclinaisons que sont le protestantisme et le catholicisme.
Ce qui divise ces deux églises est peut-être moins visible que ce qui les réunis. Ca n'a pas toujours été le cas. Je me rappelle assez bien de mes cours d'histoire et je considère le protestantisme comme fils adoptif de l'imprimerie. Sans l'imprimerie, la lecture serait restée l'apanage des prêtres et moines catholiques ou des rois, eux-même catholiques par ailleurs.
L'imprimerie a permis la diffusion rapide de livres religieux et a permis à Luther d'appuyer sa doctrine sur des textes qui devenaient ainsi compréhensible à beaucoup de monde et dont il pouvait par des traduction en langue dite vulgaire, lever les ambiguïtés.
A partir de là, catholiques et protestants ont luttés, les uns contre les autres, les uns massacrants ou brûlants les autres au nom de la vérité, je devrais dire au nom de leur vérité révélée.
Voila ce qu'a fait le christianisme en Europe, et je ne parle pas des croisades contre les "albigeois" ou contre les musulmans, je n'évoque même pas les bûchers des personnes accusées de sorcellerie, je n'évoque pas les tortures de l'inquisition...
Ici, l'astrologie est aussi très médiatisé. De médiocres horoscopes, mais en existe-t-il de bons, sont diffusés tous les soirs à la télévision. Triste spectacle, que l'aliénations de quelques uns aux faux oracles ou aux vérités de quelques autres.
Finalement, au bout de quatre mois, la nouvelle opposition déposait une motion de censure contre ce nouveau gouvernement.
La courte majorité n'a pas résisté aux coups de boutoir de l'opposition. C'est au gré du retournement de chemise d'un membre de la majorité, que celle-ci a changé de camps.
Une motion de censure ne doit être déposé en toute honnêteté que lorsque le gouvernement est réellement incapable. Or quoiqu'en dise l'ancienne opposition, ce gouvernement semblait ne pas s'en tirer si mal. Il comportait beaucoup d'hommes inexpérimentés, mais le résultat n'était pas si mauvais.
Le motif officiel du retournement de chemise était la présence de la croix, mais cette croix avait été décrochée presque un mois auparavant. Le motif officiel de la motion de censure était l'incompétence du gouvernement, incompétence qui pouvait difficillement être prouvée.
A mon sens, la véritable raison est qu'un homme s'accrochait au pouvoir, à tous prix et qu'il était prêt à tous les coups les plus tordus pour retrouver son trône, mais ceci est une vision personnelle de la politique locale.
Cela dit, je m'intéresse à celle-ci depuis plusieurs années, je pense donc en savoir un peu plus sur les protagonistes de cette triste mascarade, que le métropolitains découvrant ce triste visage de la république bananière de Polynésie, territoire français des antipodes.
La politique locale est pleine de rebondissement. Si ce n'était pas aussi sérieux, j'en rirais. Ici, le ridicule doit tuer un peu moins qu'ailleurs, c'est vraisemblablement à cause du climat.
Tels de grands enfants, j'eus l'occasion d'entendre des invectives, mais aussi des menaces. Certaines menaces avaient même déjà été mise à exécution. Ainsi, il arrive de temps en temps qu'un des pions de ce mauvais échiquier se fasse casser la figure par un autre. Ainsi, ils se battent, comme des enfants dans une cours de récréation d'école primaire.
J'en venais à dire qu'ici, à l'instar du meilleur compagnon de l'homme, certains politiciens se résument à de grandes gueules, mais s'ils se retournent, l'image que je voudrais donner est nettement plus petite et moins belle, quoiqu'ayant la forme d'un anneau.
Finalement, l'image de l'anneau pouvait représenter le cercle vicieux de cette politique qui de rebondissements en rebondissements ne cessait de se mordre la queue, telle l'Ouroboros.
Ayant pu observer attentivement le mauvais théatre de cette assemblée de mauvais comédiens, je compris pourquoi le pays n'avançais pas et pourquoi, certains retards s'accumulaient.
Ceux qui ne supportaient plus ce jeu quittaient la scène, et plus d'un se sont ainsi éloignés du pouvoir et parfois même du territoire.
L'opposition a réussi son coup de main, et a fait tombé le gouvernement. Puis connaissant parfaitement le fonctionnement des institutions, ils ont voulu faire accélérer l'élection du nouveau gouvernement, mais le président de l'assemblée ne s'est pas laissé faire. Finalement, nous avons assisté à des scènes surréalistes et kafkaïenne. Peut-être même que Gogol ou Ionesco auraient pu décrire certaines séances précédent les élections.
[...]


Pour ceux qui ont suivi, c'est d'actualité.
A bientôt.
Jonás
Revenir en haut Aller en bas
ideuc



Nombre de messages : 2414
Date d'inscription : 27/04/2004

MessageSujet: Re: Politique polynésienne   Sam 16 Oct 2004 - 8:53

merci jonas Exclamation Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Piero

avatar

Nombre de messages : 141
Localisation : Trop hors de moi pour être fidèle
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Politique polynésienne   Mer 24 Nov 2004 - 13:05

Iao rana Jonaz

Tiens nous au courant, rien à l'air d'étre joué, sous cette lattitude.
Gaston s'accroche.

Nana
Aureliano
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Politique polynésienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Politique polynésienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paroles á une étoile
» Une perle polynésienne de 10,1 mm avec petit diamant.......
» Ecole de danse tahitienne
» Droits de l'homme, Democratie, Politique et Nouvelles Technologies en RDCongo, Les congolais peuvent aussi inventer des applications ? ( Totala)
» Politique : Marvel versus DC.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Coup de Gueule!-
Sauter vers: