Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fin de vie digne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ideuc



Nombre de messages : 2414
Date d'inscription : 27/04/2004

MessageSujet: fin de vie digne   Jeu 18 Nov 2004 - 20:43

meurt-on bien en france ? et surtout d'une façon égalitaire
Moi, je ne le pense pas - insuffisance de services de soins palliatifs, de personnels qualifiés
et vous, qu'en pensez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Ven 19 Nov 2004 - 6:29

ideuc a écrit:
meurt-on bien en france ? et surtout d'une façon égalitaire
Moi, je ne le pense pas - insuffisance de services de soins palliatifs, de personnels qualifiés
et vous, qu'en pensez-vous?

Le corps médical fait les frais de notre politique économique... donc nous aussi, pauvres patients si peu pressés de mourir...

Je vais ici parler d'une infirmière. Elle a vécu la dégringolade du milieu hospitalier, l'augmentation du travail et la diminution du personnel, au point, me disait-elle, de ne plus pouvoir prendre le temps de dispenser quelque douceur aux mourants.
Elle avait un geste pour ces êtres qui s'en allaient, qui savait qu'ils s'en allaient : elle passait sa main dans leurs cheveux, parfois (souvent) sur leur crâne dénudé par la chimio... Et elle me disait : "ils se laissent faire, avec un sourire béat. Ce n'est pas grand chose, mais je ne peux plus me permettre de rester plus longtemps près d'eux"

C'est elle que j'ai vu mourir, dans la lenteur exaspérante, traumatisante, d'un cancer dévastateur.
Je suis restée quelques nuits auprès d'elle, quelques nuits et quelques jours, les derniers.

Le cancer est une maladie ignoble, qui mange l'intérieur du corps, inexorablement. S'ensuit l'anéantissement des cellules du cerveau et une dégringolade impressionnante des facultés mentales.

Les infirmières m'avaient dit : "elle a demandé à ce qu'on ne la laisse pas souffrir. Elle ne souffrira pas."
Ce n'est pas totalement vrai. Immobile, l'esprit déserteur, elle ne pouvait plus s'exprimer. Mais à l'insuffisance de sa respiration, je sais qu'elle a lutté et qu'elle s'est amoindrie plus encore. Qui connaît l'épuisement et les efforts d'un être, lorsqu'il cherche l'air ? Il suffit de se souvenir d'une bronchite, d'une crise d'asthme, pour en effleurer l'idée...
Elle ne pouvait plus demander à boire. Elle avait soif. Ne me demande pas comment je l'ai compris. En certaines circonstances, les mots sont inutiles et l'on sait. Seul le brumisateur d'évian pouvait à peine la soulager...

Le bracelet de sa montre remonté jusqu'au coude, la bague ôtée tant son doigt flottait dans l'anneau, le cou saillant, les seins inexistants, les jambes et les cuisses tendues par la rétention d'eau, le visage émacié, comment appelez vous cela, messieurs les médecins ?
Moi, j'ai trouvé un nom : l'insoutenable.

La morphine, c'est bien pour le stade d'avant. Juste avant. Quand on peut transporter la personne dans un fauteuil, pour la déplacer, ou qu'elle vous reçoit mi-assise dans son lit.

Le stade d'après relève de l'avilissement complet, de l'inutile, de l'attente de la mort.

Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. A ce stade là, l'espoir n'est plus permis, ou alors nous sommes fous de le penser...

Une dose un peu plus forte, à peine, pour aider. Oui, certes, mais il aurait fallu que cela soit une semaine avant. Juste une semaine. Par respect pour l'être humain qui s'en va.

On juge et on emprisonne à tort et à travers ceux qui défendent cela. Et rien que cela, j'insiste. Ces juges n'ont rien compris. Je leur souhaite de comprendre sans passer par ce traumatisme inhumain...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
igorlepsy
Modérateur


Nombre de messages : 30
Localisation : paris-france
Date d'inscription : 22/01/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Lun 22 Nov 2004 - 14:59

je suis tout à fait d'accord avec vous et la même question se pose dans les mêmes termes pour la fin de vie des malades atteints de la maladie d'alzheimer.
mais tant que le législateur n'aura pas fait son travail, rien ne pourra bouger et les médecins ,pour eviter d'être en position d' accusation, ne peuvent qu'accompagner,tant bien que mal, et en se déchargeant de ce travail sur les infirmières, qui elles assument .
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Lun 22 Nov 2004 - 16:17

igorlepsy a écrit:
je suis tout à fait d'accord avec vous et la même question se pose dans les mêmes termes pour la fin de vie des malades atteints de la maladie d'alzheimer.
mais tant que le législateur n'aura pas fait son travail, rien ne pourra bouger et les médecins ,pour eviter d'être en position d' accusation, ne peuvent qu'accompagner,tant bien que mal, et en se déchargeant de ce travail sur les infirmières, qui elles assument .

J'entends bien et comprends parfaitement.

Il faudrait seulement dire exactement cela à la famille, qui elle prend l'absence d'initiative pour de l'indifférence...

La communication est, à ce stade de fin de vie d'un être, primordiale. Tant pour celui qui nous quitte, que pour ceux qui, impuissants, se sentent dévastés par l'incompréhension de l'acte de mourir dans une telle déchéance.

Le droit à la dignité, c'est la première chose qui vient à l'esprit. Que la médecine soit pieds et poings liés par le législateur, la famille n'en a pas forcément conscience.

Les médecins, s'ils se sentent non soutenus par le législateur, doivent oser l'exprimer. Il faut dire les mots. Les mots justes, les mots vrais. Exactement.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jojo l'invincible



Nombre de messages : 36
Localisation : En train de prendre un verre
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 0:10

Personnellement, j'ai eu bien des gens qui m'étaient proche mourir (accidents, cancer, suicide...) mais je ne pense pas que la médecine d'aujurd'hui, ni même permettre à un malade de mourir est un bon sujet.

J'imagine que j'ai un fils, donc je l'aime plus que tout : la question est si il a chopé quelque chose qui le clou dans un lit, dans une bulle extériorisant du monde et de tout le monde; que je sais que sa vie sera plus dure que la mienne et qu'il mourra sous peu... que dois je faire ?
La réponse d'un père dirait de le garder car c'est son enfant qui a eu en aimant une femme : mais dans son coeur, on y trouve ben de la pitié pour cet être. Cela peux aller jusqu'a rejeter son fils. Et vous comment réagiriez vous ?

Moi mon devoir de père serait de demander a abréger ses souffrances bien entendu : a partir du moment ou sa vie n'est faite que de douleurs, il est inutile de s'éterniser. un enfant né, vit et meurt. au cours de sa vie il connait joies et tristesses tressés ensemble. si il est incapable de ressentir, si il ne sait plus communiquer, si il sait qu'il va mourir ? que dois je faire.

c'est la question que je me pose. si j'ai un mome un jours, qui dit que ma femme et moi ne soyont pas dans cette triste situation. je ne souhaite ce malheur à personne : choisir entre la vie et la mort de son fils ou sa fille est peu etre l'une des choses les plus horribles qu'on a affronter.
Nous ne passons que près de 70 ans sur cette terre; c'est un passage court comparé aux cycles sans fin de la terre. nous ne sommes pas réglés comme des horloges : notre environnement a le pouvoir d'agir sur nous et notre santé.

Ajoutons a cela le mépris que l'on a de la vie meme et voila le résultat : des larmes. On se donne la liberté de juger de la vie des gens par contre la justice ne donne pas le droit ni a cette homme ou a son entourage de trancher le fil de la vie.
Si je suis dans cette situation, qu'un jours je risque vraiment ma vie sur un lit d'hopital, je ne demanderai pas a mourir mais plutot a voir ceux que j'aime. on a beau etre solitaire, dans le fond, nous ne sommes pas fait pour ce comportement. quoi que l'on fasse ou ce qui nous arrive, notre environnement sentimental est pris dans ce tourbillon et nos amis souffrent pour nous comme nous pour eux.

Mais en aucun cas je ne demanderai a mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 2:10

Oui, Jojo, je t'ai lu attentivement et respecte ton choix.

Cependant, je parle de l'instant où le malade n'est plus en état de demander quoi que ce soit, puisqu'il est inconscient, qu'il délire inaudiblement, qu'il souffre malgré la morphine dose maxi, et que son état fait qu'il est déjà coupé du monde.

J'ai bien dit : ce cas là. Pas l'instant d'avant, quand il pouvait encore demander à boire ou dire "j'ai chaud".

Que ce soit bien clair, comme ça l'est dans mon esprit.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jojo l'invincible



Nombre de messages : 36
Localisation : En train de prendre un verre
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 11:24

Romane a écrit:
Oui, Jojo, je t'ai lu attentivement et respecte ton choix.

C'est ce dont je parlais aussi. on ne sait pas savoir ce qui nous tombera sur la tête demain. Mais quand on est ou on possède une personne qui nous est chère à notre coeur, choisir pour elle n'est pas facile.
Porter sur soi la mort de quelqu'un a qui on apporte beaucoup d'importance est un poid considérable. notre Justice a finalement tranché et a dit que c'était interdit. maintenant, es ce que c'est juste ?
A la fois oui et non, connaissant l'être humain on devrait savoir que nous ne sommes jamais à l'abris de ces abus. Le dernier scandale avec l'enfant qui demandait directement au président de mourir le montre encore : la justice francaise est dépassée par ces situations. Elle ne peut pas autoriser et si l'on commet ceci, on se retrouve en cabane avec une amende.

Maintenant comme je l'ai dit, si je sais que mon fils veut mourir et que mon devoir de père s'opose a ma raison ; comment par la suite je pourrai ne pas me le repprocher ? Vouloir la mort de quelqu'un est un poid en lui meme.
J'en viens donc à dire que si je met fin à sa souffrance, ce n'est surtout pour ma autosufisance, par pitié de cet être. Si je sais que ce sera bien pour lui, comment pourais je le savoir car je ne connais pas l'autre monde ?

C'est un débat sans fin, faire mourir ou vivre le patient est encore trop difficile pour se prononcer. les médecins et la Justice se cachent derrière l'éthique pendant que les infirmières et particuliers écrivent pour faire révoquer ces lois.
SI souvent le monde est décevant et triste, c'est un peu de notre faute finalement : on se joint a des débats qui nous dépasse royalement. beaucoup de gens diront qu'il faut abréger les souffrance tandis que des autres diront que le prix d'une vie est trop importante.

Mais quitte a mourir, autant partir avec le sourire aux lèvres sans regretter. c'est comme cela que je penserai si demain celle que j'aime partait : je ne me risquerai pas de lui dire que mieux vaut qu'elle meurs, ni meme si elle me demandait de lui fermer les yeux. je m'arrangerai plutot a ce qu'elle ait ce qu'elle ait toujours désiré, dans la limite de mes moyens.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 15:49

Jojo l'invincible a écrit:
les médecins et la Justice se cachent derrière l'éthique pendant que les infirmières et particuliers écrivent pour faire révoquer ces lois.

on se joint a des débats qui nous dépasse royalement.

Mais quitte a mourir, autant partir avec le sourire aux lèvres sans regretter.

La justice tranche derrière son bureau.

Les infirmières et les familles subissent aux pieds du lit d'un moribond.

Le moribond, dans le cas que j'évoque, ne risque pas d'avoir le sourire aux lèvres ; il n'est plus qu'une loque dévorée de part en part.

Le débat ne dépasse que ceux qui n'ont pas vécu cela.

Quand on y est, là, vraiment là, dans l'inhumain indescriptible et absolu, le débat, on s'en fout : on est témoin de l'horreur. Tout simplement.

Et ce que l'on voit est traumatisant.

Et indélébile dans la mémoire.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Jojo l'invincible



Nombre de messages : 36
Localisation : En train de prendre un verre
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 20:47

mais j'ai déjà perdu ma petite amie Romane, bien sur je n'était pas la quand elle est partie; mais le malaise de perdre un être cher est terrible et le silence est lourd de sens. Je passerai les détails et pourquoi elle est partie si vous me le permettez.

Quand on en est là Romane et tu n'as pas réussi a me dire le contraire, tu ne sais pas vrément ce que tu dois faire : tu a l'éthique la pitié et tes sentiments qui mènent la danse.
maintenant dans les cas ou la personne ne peux meme plus remuer les lèvres; ce débat dépasse la justice quand meme, quoi que l'on puisse en dise et meme hair la personne derrière le bureau.
Le passage de la vie a trépas est toujours surnaturel a voir : mon père a vu son père et mon oncle partir qu'alors il était présent dans la chambre d'hopital.

Maintenant être vivant pour voir les gens mourir, ben c'est comme ca; tot ou tard on apercoit la mort voler nos êtres chers et ca ben on y peux rien. tous naissent vivent et meurent.
C'est la loi de la nature, peu importe comment, peu importe pouquoi et peu importe les conditions, quand le rideau se ferme c'est que la pièce touche a sa fin. on a beau faire du théatre et les enterrer dignement, quand ils sont partis ils sont partis.
On est triste bien sur, mais on est soulagé selon les cas que la personne parte.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 23 Nov 2004 - 21:25

Jojo l'invincible a écrit:
Quand on en est là Romane et tu n'as pas réussi a me dire le contraire, tu ne sais pas vrément ce que tu dois faire : tu a l'éthique la pitié et tes sentiments qui mènent la danse.

C'était la première fois que j'assistais jusqu'au dernier moment.

Je sais très exactement ce que j'aurais fait, si j'en avais eu le droit : j'aurais envoyé la dose forte.

Je distingue parfaitement les différences de notions entre :

- la mort : qui n'est que prolongement de la vie, dans un autre état.

- l'acte de mourir : qui est insupportable pour les humains conscients que nous sommes (et sans doute aussi pour l'animal), car il y a là toute la séparation concrète avec les êtres chers, et l'arrêt du coeur.

- l'avilissement total d'un être entrain de mourir : je parle ici des dernières heures, c'est à dire environ une semaine. Ces heures là donnent à voir l'inhumain : l'être est réduit à rien, objet d'un mal qui le ronge comme une souris grignote son bout de fromage. L'être ne pense plus, ses facultés sont déjà détruites, son cerveau est inefficace. L'être souffre, quelles que soient les doses de morphine. Ou il sombre dans le dernier coma avant la mort. Je parle ici de cette horreur là. Dans le cas d'une "longue maladie", comme on dit.

Bien sûr, tout est question d'individu. Elle, elle avait demandé à ce qu'on l'aide, quand elle arriverait à l'extrémité.
L'extrême bout du bout de sa vie, c'était une semaine avant.
Après, ce fut l'enfer.

Pour elle.
Pour nous.

Et je le dis avec toute la sincérité humaine dont je suis capable : je l'aurais aidée, si j'avais eu le droit. Le droit, dispensé par cette justice qui n'y connaît rien. Qui ne se penchera pas de sitôt sur le sujet. Froussarde, frileuse, et surtout hypocrite.

Je ne dénonce pas les hommes de la justice, en disant cela, mais le système.

Ma conscience est paisible. Elle tend vers le respect. Permettre à l'autre, en face, de garder sa dignité humaine. Et quand il n'y a plus rien de cela, l'éteindre. Parce que rien ne reviendra plus jamais.

Après, j'ai mes croyances d' "après". C'est autre chose. Et tout aussi profondément ancré en moi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
ideuc



Nombre de messages : 2414
Date d'inscription : 27/04/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Lun 29 Nov 2004 - 10:32

je pense que la médecine est malade de sa technicité et de sa rentabilité-
elle oublie trop souvent le malade et sa souffrance Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Jojo l'invincible



Nombre de messages : 36
Localisation : En train de prendre un verre
Date d'inscription : 11/11/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 30 Nov 2004 - 1:42

Romane a écrit:


Je sais très exactement ce que j'aurais fait, si j'en avais eu le droit : j'aurais envoyé la dose forte.

Je distingue parfaitement les différences de notions entre :

- la mort : qui n'est que prolongement de la vie, dans un autre état.

- l'acte de mourir : qui est insupportable pour les humains conscients que nous sommes (et sans doute aussi pour l'animal), car il y a là toute la séparation concrète avec les êtres chers, et l'arrêt du coeur.

- l'avilissement total d'un être entrain de mourir : je parle ici des dernières heures, c'est à dire environ une semaine. Ces heures là donnent à voir l'inhumain : l'être est réduit à rien, objet d'un mal qui le ronge comme une souris grignote son bout de fromage. L'être ne pense plus, ses facultés sont déjà détruites, son cerveau est inefficace. L'être souffre, quelles que soient les doses de morphine. Où il sombre dans le dernier coma avant la mort. Je parle ici de cette horreur là. Dans le cas d'une "longue maladie", comme on dit.

Bien sûr, tout est question d'individu. Elle, elle avait demandé à ce qu'on l'aide, quand elle arriverait à l'extrémité.
L'extrême bout du bout de sa vie, c'était une semaine avant.
Après, ce fut l'enfer.

Et je le dis avec toute la sincérité humaine dont je suis capable : je l'aurais aidée, si j'avais eu le droit. Le droit, dispensé par cette justice qui n'y connaît rien. Qui ne se penchera pas de sitôt sur le sujet. Froussarde, frileuse, et surtout hypocrite.

Je ne dénonce pas les hommes de la justice, en disant cela, mais le système.

Ma conscience est paisible. Elle tend vers le respect. Permettre à l'autre, en face, de garder sa dignité humaine. Et quand il n'y a plus rien de cela, l'éteindre. Parce que rien ne reviendra plus jamais.

Après, j'ai mes croyances d' "après". C'est autre chose. Et tout aussi profondément ancré en moi.

Le problème ma Romane c’est que oui la pitié de l’être aimé t’aurais aidé à faire le « bon » geste mais après comment te sentirais tu aujourd’hui ? Es ce que tu supporterais ton geste ?
La main de la Justice est froide et applique aveuglément ce qu’elle écrit mais parfois ce n’est pas sans mal.

Maintenant concernant la mort, on dira que c’est le prolongement de la vie, d’autre diront que c’est la fin de tout, d’autre viendront même te dire que c’est le début d’une renaissance. Bref personne ne sait vraiment ce qui t’attend une fois le rideau tombé.
Tout comme cette théorie que la mort est insupportable pour les gens doués de conscience, cette théorie m’aurai éviter de voir un de mes potes se suicider en bagnole. Si on prend le problème a l’envers si je puis me permettre : ne serai ce pas ce qu’on appelle ironiquement ça le mal de vivre ?
La théorie de la peur de mourir est assez récurrente chez les gens qui ont bien vécu en étant heureux mais ce mal de vivre, beaucoup de gens de mon âge le vivent encore par exemple.

Pour ce qui est des dernières heures avant de mourir, je pense que bien que des gens le vivent mal comme tu le dis mais c’est un mal nécessaire.
Tout le monde connaît cette légende comme quoi on verrait sa vie défiler avant de traverser un tunnel. Moi j’y crois pas trop mais j’ai lu une nouvelle –dont le titre est- racontant comme quoi on aurait une sorte de la boite noire qui stockerai chacun de nos souvenirs, chacun de nos sentiments. Si la nouvelle explorai cette théorie sur des bases simples, a force de réflexion j’en suis venu a me dire que l’âme humaine est inséparable de son corps qui est lui-même un esclave.
A un moment lorsque nous savons que nous allons mourir ou sommes sur le point, il semblerai que la boite noir s’ouvre… en un instant : imaginez tous vous souvenirs ressortir, tel une diaporama de photos en l’espace fugace d’un temps a la fois infiniment long et cours. Mais c’est qu’une théorie –très mal présentée par ma main d’ailleurs- mais cela montre que l’être humain n’est rien devant l’inconnu, sa peur devant celui-ci se réveille et lui cause d’irrémédiables doutes sur sa vie et ce qui l’attend.

Si ton amie est morte, c’est ainsi, ça arrive a tout le monde et ironiquement on ne peux toujours pas choisir ni sa mort, ni la notre et a quel moment ni dans quelles circonstances. Comparé a toi, il est vrai que je ne suis qu’un gamin : je n’ai jamais vu quelqu’un mourir ni même mourus moi-même et donc je ne peux me permettre de faire la moral seulement de dire que les choses vu objectivement sont différentes.
Lorsque quelqu’un demande à mourir et qu’il ne possède pas les moyens nécessaires, il est légitime que l’on cherche –toute personne constituée d’un cœur en ce bas monde- à l’aider. Mais aujourd’hui on a évoqué en cours de français l’avortement et je me suis mis dans la peau d’un médecin a qui on lui demandé de faire ça ? N’es ce pas tout aussi choquant ?

La réponse que j’ai eu finalement est donc qu’il n’y en avait trop : dans la médecine, qu’elle soit pourrie jusqu’à la moelle ou reposant trop sur ses écrits sur l’éthique poussiéreux ; chaque médecin est un être humain qui comme chaque facteur, juges, bourreau ou politicien agis selon un texte mais l’adapte selon sa propre manière, sa propre conscience … bref son jugement. Dans une société ou l’on demande aux gens de réfléchir et ou l’on est libre de penser ce que l’on pense, un texte peut prendre sa propre définition autant de fois que des gens le lisent.
Tu as toi aussi une vision propre a comment tu va constituer tes phrases, comment tu va écrire, ellipser des moments que tu juges inintéressant, corriger des passages etc. etc. mais une autre personne te diras peut être le contraire. Y a aussi bien sur des gens qui ne réfléchissent pas et appliquent aveuglément les choses.
C’est comme ça et on les critiquera tout autant.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Mar 30 Nov 2004 - 2:09

Jojo a écrit:
Le problème ma Romane c’est que oui la pitié de l’être aimé t’aurais aidé à faire le « bon » geste mais après comment te sentirais tu aujourd’hui ? Es ce que tu supporterais ton geste ?

C'est pas de la pitié mais du respect.
Je me sentirais mieux : soulagée d'avoir fait le bon geste.
Je me sens mal de ne pas l'avoir fait.


Jojo a écrit:
Pour ce qui est des dernières heures avant de mourir

C'est déjà long, mais quand c'est plusieurs jours, c'est pire. On achève bien les chevaux ou les chiens... !!! L'homme vaut-il moins que cela ?

Jojo a écrit:
Lorsque quelqu’un demande à mourir et qu’il ne possède pas les moyens nécessaires, il est légitime que l’on cherche –toute personne constituée d’un cœur en ce bas monde- à l’aider.

C'est bien ce que je dis. Sauf que la loi l'interdit. Donc les gens de la loi ne sont pas des personnes constituées d'un coeur, pour reprendre ton expression. Ou s'ils en ont un c'est juste pour brasser du sang. Carton rouge !!!

[quote="Jojo"]Mais aujourd’hui on a évoqué en cours de français l’avortement et je me suis mis dans la peau d’un médecin a qui on lui demandé de faire ça ? N’es ce pas tout aussi choquant ?
Citation :


L'avortement est un autre sujet, mais je veux bien m'y arrêter pour dire qu'on ne fait pas avorter une femme par simple caprice. Il y a des raisons bien fondées, pour en arriver là.

[quote="Jojo"]Dans une société ou l’on demande aux gens de réfléchir et ou l’on est libre de penser ce que l’on pense, un texte peut prendre sa propre définition autant de fois que des gens le lisent.

cf la bible, le coran, etc............ on sait où mènent les interprétations de textes...........

Jojo a écrit:
Tu as toi aussi une vision propre ......mais une autre personne te diras peut être le contraire. Y a aussi bien sur des gens qui ne réfléchissent pas et appliquent aveuglément les choses.
C’est comme ça et on les critiquera tout autant.

Il faut de tout pour faire un monde. Je ne revendique pas la vérité. Mais j'exprime la Mienne. Et j'y tiens.
J'estime être passée par toutes les phases de l'expérience qui me fait réagir ainsi.

Donc je confirme : Si j'avais eu le moyen, je l'aurais aidée à mourir.
Pour toutes les raisons développées dans ce fil.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
nirvana
Ex Future 5000 Posts
avatar

Nombre de messages : 9732
Localisation : si vous saviez !
Date d'inscription : 27/03/2005

MessageSujet: Re: fin de vie digne   Dim 27 Mar 2005 - 15:59

N'est-ce pas le rôle des services de soins palliatifs ? et ce que cherche chacun de nous : mourir dans la dignité !
à l'heure actuelle face à la mort la médecine ne peut qu'accompagner et non abréger, son rôle premier est de guérir et quand elle ne le peut ou plus : éviter toute souffrance !
j'ai rendu visite dernièrement à une de mes tantes en fin de vie, elle n'a pas souffert, elle a tenu plus longtemps que la médecine ne pensait mais ses proches ont pu lui dire au revoir (et tout ce que cela comporte) et commencer leur deuil : chose que bien des fois on ne peut faire dans le cas d'une mort subite !
N'est-ce pas la souffrance, la douleur qui nous terrifie le plus que la mort elle-même ?
Nirvana
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: fin de vie digne   

Revenir en haut Aller en bas
 
fin de vie digne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Genève - Grenoble - Digne-les-Bains
» Tu es digne d’être aimée
» Vercors
» [INFO] HTC HD2 , Quel opérateur pour avoir internet ?
» Cartonnage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: