Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Album

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
imagine.
Invité



MessageSujet: Re: Album   Sam 27 Nov 2004 - 3:25

Romane a écrit:
Un soleil tout neuf !
/ lécher le parquet. /, arrogant, vif, pointu, aguicheur./ Ah que c'est moelleux, / Les draps remontés jusqu'aux seins, assise dans le grand lit, devant la grande fenêtre grande ouverte / Même les oiseaux n'ont pas de nid plus accueillant ! //
Rouge rond. Rouge luisant. Rouge croquant. Rouge juteux. //
Piquées de leur queue rebiquée, //
Et moi.... je croque. Je défais prestement le noyau, entre mes dents. Je le dépose dans ma main en cône. Je mâche la chair sucrée, la chair printemps. Croquante. Rouge juteux. //
Quand j'ai avalé, !


Non pas trop de connotation érotique dans ce texte... si peu Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Sam 27 Nov 2004 - 3:31

Evidemment, vu sous cet angle... comme quoi, c'est intéressant de saisir les remarques des autres sur son propre texte. J'étais tellement dans la sensation exacte de ce jeu, qui revenait chaque printemps, qu'il ne m'est pas venu à l'esprit le sens perceptible des mots employés.

Alors je dirais : non, pas érotique. Sensuel peut-être. Croquer un fruit éveille déjà les sens. Dans ce contexte, c'est vrai... ben mince alors...
Je ne m'en serais jamais aperçue si tu ne me l'avais pas dit !!

Quel regard affuté, Imagine !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
imagine.
Invité



MessageSujet: Re: Album   Sam 27 Nov 2004 - 22:07

besoin inconscient d'érotisme ? Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 0:00

imagine. a écrit:
besoin inconscient d'érotisme ? Wink)

Oui.
Mais besoin conscient.
Etre sensuelle aussi.
Mais je le suis.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 0:33

Un txt écrit il y a quelques temps

ta réplique m'y a fait repenser


Cas clinique

Une pièce froide, stérilisée, des hommes habillés en blouse verte, masque sur le visage, calotte sur la tête, mains en avant, gantées.
« Nous allons disséquer le sentiment amoureux, dit le neurochirurgien à ses internes.
« Regardez-bien, nous avons là, une femme d’une trentaine d’années, approchez ! -- Les internes s’avancent, se penchent en avant -- qui présente une pathologie grave. Elle se plaint de pulsions qu’elle n’arrive pas à contrôler. Pas de lésions au niveau cervical... Pas d'altérations non plus dans le système neurologique... La coordination est bonne et nous n'observons pas de problème de cohérence... Alors, Messieurs ? demande le neurochirurgien.»
C'est psychosomatique... -- s’empresse de répondre le premier de la promotion -- elle veut croire à ses rêves, alors elle a l’impression d’en toucher certains et de les vivre ! ... et symptomatique, le sentiment amoureux, quand on est disposé à le vivre, on a donc plus de chances d'en être atteint. La rediriger vers un psy ?
Revenir en haut Aller en bas
imagine.
Invité



MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 0:33

c'etait moi Smile
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 2:05

Ah que je n'aimerais pas qu'on vienne tripoter à mes sentiments amoureux, à mes fantasmes, à mes rêves, à mes utopies, à mes coups de folie, de coeur, aux frissons, aux émotions....
Très bon texte !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 15:52

court, clair et tres bon.
imagine, un régal.

Encore!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Aureliano
Revenir en haut Aller en bas
imagine.
Invité



MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 17:08

Une dernière pour Aureliano

-- Tu vois, j'ai les boules.
-- De quoi ?
-- Bah, tu vois, tu créer des ptits bébés et ils grandissent très bien, et tu en es fiere. Et puis un jour, vivent leur vie.
-- Jusque là, normal non ?
-- Oui, jusque là... Mais là j'ai un peu les boules, de voir qu'ils on échoué dans des bras étrangers.
-- Mais c'est ça la vie. Hein ? On fait des bébés, ils grandissent et un jour ils partent.
-- Oui, c'est ça la vie. Mais faut-il toujours que les choses les plus belles soient toujours convoitées par d'autres ?
-- Tu devrais etre fiere
-- Je devrais oui. Je m'en vais, si ça ne te derange pas. Je vais faire des bébés ailleurs, tout aussi beaux.
Revenir en haut Aller en bas
Piero

avatar

Nombre de messages : 141
Localisation : Trop hors de moi pour être fidèle
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 17:49

et pour toi:

Outlook

J’ai surveillé ma boite de réception, pas de message, rien que le moniteur, plein d’icônes, gris, pas de message.
Elle est pas derrière son écran.
Je lui écrit.
Je mets, dans mon message : police 14, en rouge, pour qu’elle ne voit que ça, pour qu’elle ne voit que moi.
Envoyer, recevoir, te désirer, te vouloir.

Touche "control"
"control M" , je veux qu ‘elle réponde,
elle répond pas.

Je lui écrit, « copier, coller », je veux la coller, pour l’aimer, je veux la copier, lui ressembler.
Je mets « je t ‘aime », dans mon message, « control M », c’est elle que j’aime, je la connais pas.
Je tremble sur mon clavier.
Je mets des petits points, j’en mets pleins, c’est sans fin, les petits points…..
Je mets des majuscules, des jolies,
Des minuscules, des jolies,
Je les mélange, pour qu’elle aime « control M »
Je mets des points d’interrogations, pour qu’elle devine que je suis fragile, je m’interroge, donc je suis fragile.
Je mets des « je t’aime », mais je les mets pas, pour qu’elle les voit, dans les virgules.
Elle m' répond pas, je suis figé, éclairé, hébété, devant la bécane, comme un âne.

Je continu :
police 14, en noir, gras, cette fois, faut que je signe, faut qu’elle voit que c’est bien moi.
Police 14, en fushia, non, c’est cul cul, en bleu, bleu marine, comme la mer, comme elle, comme moi,
elle répond pas.

- « Vous venez de recevoir un message »
- «Voulez vous le lire maintenant ».
Je clic « oui », mon cœur bat, bat si fort.

Police 10, c’est petit, mais je la lis, elle me dit des « je t ‘aime », on les voit pas,
Elle ose pas, elle m’ connaît pas, mais moi je les vois.

Elle me dit « a bientot »,
elle veut que je réponde.
« Control M » « Envoyer, recevoir » je la devine au clavier, je la connais pas, elle écrit bien, c’est joli, elle doit être douce, comme polie, police 10 mais jolie.

« Le serveur 1312 a causé une défaillance sur la mémoire interne…. »

Elle est partie, sans ma réponse, police 28, en rouge gras, des « je t ‘aime » par millier,
un tout petit giga octet, plein d’amour.
Je suis figé, c’est mon cœur, la douleur, je l’ai perdu, écran noir.

Je vais l’imprimer, sa réponse :
« control P », la garder, la relire, la relire.
Je m éloigne, je recule, je peux plus me le voir ce computeur, et je pleure.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Dim 28 Nov 2004 - 19:20

Drap. Blanc.
Robe. Blanche.
Douce lumière orangée.


Drap. Blanc. Lisse, neuf, brodé.
La robe blanche s’est affaissée sur le fauteuil blond. Les dessous de dentelle, dégrafés, glissés, défaits, gisent sur la robe inerte.
Elle, elle est assise au bord du lit, sur le drap blanc, lisse, neuf, brodé.
Sa lourde chevelure brune tombe sur ses épaules.
Elle est nue. Blanche. Si blanche…

Il contemple celle qu’il vient d’épouser.
Il la contemple et dans son regard, danse la flamme.
La flamme du désir de sa femme.

Elle, elle est assise au bord du lit, blanche et nue.
Elle baisse la tête et sous ses cils bruns, elle regarde ses cuisses de neige.
Frissons.

Il contemple les cuisses de neige de sa femme.
Flamme du désir d’elles.
Envie de les parcourir.
Envie de les ouvrir.
Envie d’Elle.

Elle regarde ses cuisses de neige, par-dessous ses cils bruns.
Aussi neigeuses que la robe de ses noces.
Serrées.
Verrouillées.
Insondable désert blanc.

Il est d’incommensurables silences de glace, des neiges éternelles aux abîmes terrifiants…
Noces de Neige.
Nuit noire.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Lun 29 Nov 2004 - 1:12

didier meral a écrit:
c'est superbe ce que tu as écrit Romane , troublant aussi...
je dois reconnaitre sinon avouer que je suis tres sensible aux brunes à peua tres blanche, ce qui a redoublé mon plaisir (désir?) de lecteur....

c'est onctueux


bises


didier

Je me serais attendue à tout sauf à cela...
Pour moi, ce fut le début du Silence.
Terrifiant.

Le pouvoir des mots...
Incroyable !

Merci Didier. Les tiens aussi sont troublants. Si humains !
Je t'embrasse.
Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Lun 29 Nov 2004 - 5:39

Ne crains rien, ma jolie. Je ne te ferai pas de mal.
Tu vois bien, je suis là, tout autour, calme, tranquille, paisible, je m’endors sur la petite chaise bleue de tes jeunes années.
Tu as tant fredonné la douce chansonnette en balançant ta tête sous le pommier.
Tu as tant joué à faire semblant, à faire comme si, à faire peut-être en y croyant si fort.
Quand tu fermais tes yeux, tu plissais ton visage sous le plaisir de l’attente, souviens-toi… tous ces petits paquets multicolores à déballer… tes menottes fébriles… souviens t’en… tu y croyais n’est-ce pas ?
Te souviens-tu des rires, te souviens tu des larmes aussi ? C’était à gros sanglots, c’était à poitrine hoquetante, c’était à lourds chagrins. De ceux qui passent. Qui ne sont rien.
Tes rires cascadaient, ricochaient, se jetaient sur les murs et passaient par les fenêtres.
Tes rires pleuvaient, quand tu ne pleurais pas.

Je m’endors sur la petite chaise bleue de tes jeunes années.
J’ai laissé ma main traîner sur tes murs d’aujourd’hui. Tu entends mieux les murmures d’autrefois.
Te souviens-tu ?

* * * * * * *

Ne crains rien, ma jolie. Je ne te ferai pas de mal.
La parole n’est rien, que des mots que l’on donne. Sont-ils si nécessaires ?
Tu vois bien, je suis là, sur le bord de tes lèvres, et depuis mon sommeil je t’envoie tous mes rêves.
Te souviens tu du son de ta voix ?
Te souviens-tu des mots ?
Les mots blessent. Ils ont des doigts pointés, des ongles pointus.
Ils ne supportaient pas les tiens. Tu ne les supportais pas toi-même.
Ils étaient âcres, âpres, amers, désabusés.
Ils étaient déjà blancs.
Ta voix s’est allongée, elle n’en pouvait plus, exténuée, à bout de forces. Elle n’en pouvait plus de se cogner, de se griffer.
Tes mots en dedans, feutrent leurs sons, patinent leur sens. Ils tournent en rond, manège cercle, volutes éthérées, ils s’envolent et reviennent, ils vont deux par deux, dix par dix, cent par cent.
Te souviens-tu ?

* * * * * * *

Ne crains rien, ma jolie. Je ne te ferai pas de mal.
Laisse toi glisser dans l’abîme de mes infinis. Laisse… laisse… lâche prise…
Déplie tes bras, dégrafe tes doigts, abandonne…
Je t’emporte doucement le sais-tu ?
Dans la blancheur ouatée d’un autre paradis…
Tu n’as pas entendu la porte se verrouiller. Dans sa discrétion, tu l’as oubliée avant même de savoir qu’elle était là…
Plus rien ne te retient, désormais…
Fais de ton corps un poids mort, l’étoile sur l’eau, le poids de l’océan sur son insondable, le poids de la terre sur elle-même.
Tu es plage.
Tu es dune lunaire, linéaire, aux lignes troubles là-bas si loin, horizon sans horizon, ni début, ni fin.
Sans orage, sans nuit, sans hirondelles ni stupeur, sans faim, ni soif, sans la course effrénée dans l’ingratitude du temps, sans peur, sans tremblement, sans le cri des bateaux, ni celui des enfants, sans le désir des hommes, sans leurs mots d’amour ni même leurs mots de maître, sans leurs mains avides, sans leur sexe déchireur, sans le goût de leur semence dans ta bouche, ni celui des fraises des bois, du miel, de la savane, des glaciers, des tempêtes, sans lettre à décacheter, sans effort, sans épuisement, sans rideau rouge, sans tous ceux-là qui grouillent dans les rues, sans trottoirs trempés, sans monuments ni musées, sans fierté, sans frémissement ni sursaut, ni maladresses, sans douleur, sans envie, sans élan, sans éclats de rire ni larmes, sans rêve ni cauchemar, sans…
Sans ombre ni lumière….

Viens… viens… laisse toi venir… je t’emporte…

* * * * * * *

J’y suis allée.
Il s’appelle Silence.
Conjugué à tous les temps.
Sans issue de secours.
Sans le goût des fraises des bois, ni celui du miel, sans le désir des hommes, sans éclats de rire ni larmes, sans rêve ni cauchemar…
Silence.
Sans ombre ni lumière.
Rien.
Rien d’autre que ce rien.
D’où l’on ne revient pas…

Mais la mort n’a pas voulu de moi…

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
ideuc



Nombre de messages : 2414
Date d'inscription : 27/04/2004

MessageSujet: Re: Album   Lun 29 Nov 2004 - 10:17

Rolling Eyes Rolling Eyes
merci romane!! baisers au plus profond de ton âme
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Lun 29 Nov 2004 - 10:36

ideuc a écrit:
Rolling Eyes Rolling Eyes
merci romane!! baisers au plus profond de ton âme

Merci Ideuc... Je prends.
Je prends maintenant tout ce que la vie peut me donner...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
imagine.
Invité



MessageSujet: En parlant d'album ...   Lun 29 Nov 2004 - 10:39

Jeu ma muse, Je de rôle…



Je fais « cliché », si si, en ce moment. Cliché bien sage, telle une image, imagine, qu’on pose sur la console, ou sur la cheminée, belle image encadrée, tellement bien, qu’on ne s’y attarde plus. N’avez-vous pas remarqué ? Lorsque les photos prônent, on ne les regarde même plus. Elles font partie d’un décor, une touche de couleur, souvent du au cadre plus qu’à la photo en elle-même. On ne les regarde finalement plus que lorsqu’en râlant, on fait la poussière. Voilà, je suis « ça ». Une image encadrée, posée entre la lampe à poser et la plante, l’une m’éclairant et l’autre m’abritant de son ombre, c’est selon le moment de la journée. Je suis potiche, je suis objet... Je suis un vulgaire instantané... Sachant cela, je vais mettre les couleurs de côté, et jouer le contraste du noir et blanc.
Revenir en haut Aller en bas
imagine.
Invité



MessageSujet: Re: Album   Mar 30 Nov 2004 - 21:43

Noir et blanc. Après-guerre. Une petite place de verdure dans un village particulier où courent des garçons aux genoux cagneux, écorchés, parce que toujours à battre la campagne, dans leur short à la coupe très droite, mi-cuisses, montés haut à la taille, et leurs scandales. Insouciants ; Ensuite, fatigués, ils vont rejoindre leurs parents, assis à l’extérieur sur le trottoir sur leurs chaises pliantes, devant la maison dont la cour est toujours ouverte, discutant avec leurs voisins, la télévision n’a pas encore envahi les foyers. Les gens profitent les uns des autres, ils savent ce que vaut la vie, alors ils prennent le temps de la vivre, de s’arrêter, de se poser là, à regarder les autres, à discuter, à rire.
d'abord l'image http://blogsimages.skynet.be/images/000/676/628_c9abbd009570d72c2712b673fc1bcb65.jpg


En couleurs. Trente ans après. Une petite place de verdure dans un village particulier, la même, où je courais enfant, les genoux cagneux, écorchés, parce que toujours à battre la campagne, ma robe à la coupe droite, coupée très courte et mes scandales. Insouciante Ensuite fatiguée, je vais rejoindre ma grand-mère par la cour restée ouverte, de la maison juste devant, où le linge séche, et quand le linge séche, il séche sur des fils pendus bas, et malgré ma petite taille, il me faut l’éviter en me baissant pour rentrer dans la maison. Là j’ai droit à des tartines tellement grosses avec tout autant de beurre et de confiture que rien que de les voir, j’angoisse déjà de ne pas savoir comment je vais bien pouvoir ouvrir la bouche assez grand pour ne pas m'en mettre partout.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Mer 1 Déc 2004 - 3:35

… mettre bas les masques… les maquillages…

Les masques ne viennent jamais seuls. Nous les posons, un à un sur notre visage.
Dans les coulisses mystérieuses des détresses dont on ne peut se défaire.
Dans l’obscurité de la lumière crue, saillante, perçante, vorace de l’en-dedans de l’Etre.
Contact.
Les doigts fouillent le fard blanc. Lisse et blanc. Onctueux. Comme la chaude couverture contre l’hiver de glace. Fard tiède. Température idéale. Trompeur déjà. Tiède comme la peau. Onctueux comme la peau. Lisse et blanc. Comme elle. Il en est presque sensuel. Vacherie ! Il ne manquerait plus que ça !
Doigts maculés du ciment-geôle de notre chaos.
Déjà, ils ne sont plus doigts. Ils sont verrou. Mais le sait-on ? Le sait-on, quand ils approchent lentement ce visage à voiler, à cacher, à enfouir, à vomir, à soustraire, à haïr, à oublier, à enfoncer dans la terre plus profondément que les racines de l’arbre ancestral… Le sait-on…
Quelques minutes à peine ont suffi.
Vingt ans. L’éternité.
L’éternité toute entière entre l’instant où mes doigts parcourent la distance qui les sépare de mon visage. C’est long, l’éternité ! On a le temps de tout revivre, de tout refaire sans rien changer. On ne peut pas changer ce qui a vécu. On a le temps, une dernière fois, de refaire ce parcours. Les yeux dans les yeux de soi. Tout y est. J’ai vérifié. Tout y est.
Contact.
Ils ont trouvé ce qu’ils cherchaient.
Barbouiller le visage. Tout le visage. Méticuleusement. Soigneusement. Attentivement. Passionnément. Ce sera le dernier geste passionné. Il faut le déployer. Lui donner son plein sens. Le sentir précis, volontaire et tenace. Dans la persévérance de l’extrême. Accomplir le chemin inverse.
Les doigts s’activent. Pommettes, front, tempes, les paupières, l’arête et les ailes du nez, le tour des lèvres, les lèvres même, le menton, le cou, les oreilles… Ils cimentent les doigts. Ils plombent de blanc la chair d’antan… déjà d’antan… mon Dieu… déjà… quel gâchis !
Refaire le chemin en sens inverse. Quitter l’ombre de la lumière et entrer dans la lumière de l’ombre.
Barbouiller. Boucher les pores de la peau qui n’est plus peau déjà. Qui n’est plus que l’en-dedans, comme l’est l’en-dedans d’avant depuis toujours.
Le faire vite et lentement.
Pour ne pas penser. Ou pour y penser pour la dernière fois…

Avant de les ôter un à un, il faut les avoir posé un à un.
Dans l’anti-naissance de soi-même.
Ou dans la pré-mort.
C’est la même chose.

Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
spirit
39° à l'ombre d'un strip
avatar

Nombre de messages : 1700
Date d'inscription : 26/03/2005

MessageSujet: Re: Album   Sam 26 Mar 2005 - 17:23

quelque chose que j'avais écrit un matin d'hiver....

**************************************************


Ce dimanche matin là, Clara a fait la grasse matinée. Il est 10H30 et elle dort toujours. Elle se réveille soudain, échappant un cri de douleur, comme extirpée brutalement d’un mauvais rêve. Un peu vaseuse, elle enfile son peignoir et comme tous les matins descend à la cuisine prendre son petit-déjeuner. Elle a du mal à boire son café… une sorte d’angoisse lui fait serrer les dents, comme si des frissons avaient pris possession de son corps et elle a peur… elle se sent vraiment mal… elle a le vertige, il faut absolument qu’elle remonte se coucher...

Elle retrouve son lit, et se recroqueville sous l’édredon dans la position du fœtus... Elle a si froid… et cette sensation étrange d’une présence, elle est obsédée par son rêve, mais elle ne s’en souvient pas très bien… et sa tête lui pèse…
Clara essaie de se détendre, respire profondément et se concentre pour se rendormir, non pas pour dormir réellement, mais pour tenter de replonger dans ce rêve : elle veut revoir, l’interpréter, et aussi voir la suite… il faut qu’elle voit… il le faut...

Alors, dans une espèce de sommeil paradoxal, mi-endormie, mi-consciente…elle voit…
Une petite-fille dans un couloir, dans le noir semble t-il, oui elle voit beaucoup de noir… Elle entend des cris aussi, des cris de femme, mais elle ne discerne pas bien si ce sont des cris de détresse, de peur, ou de douleur… mais elle les entend comme des échos… il y a quelqu’un dans ce couloir ? Non, il n’y a personne, la petite-fille est seule, elle a du mal à respirer, à avancer, elle voit des bougies qui éclairent les parois de ce couloir, mais c’est étrange... elle ne peut pas toucher ces parois, quand elle essaie de les toucher, sa main tombe comme dans un néant, un vide total, comme si ces parois n‘étaient que mirages… Elle avance en direction des bougies, peut-être y trouvera t’elle la sortie…? Mais il n’y a pas de sortie, ni même d’entrée dans ce couloir, il n’y a rien, rien pour s’accrocher, rien pour se repérer ni personne…

Soudain la sonnerie du portable laissé sur sa table de nuit la veille réveille Clara.
Elle décroche. C’est Françoise sa mère qui l’appelle pour prendre de ses nouvelles.
La mère et la fille discutent quelques minutes, des banalités de la vie, de la famille, du boulot, mais Clara a du mal à se concentrer sur la conversation : elle est ailleurs dans sa tête et elle a toujours cette boule qui lui compresse le cœur à lui en donner des nausées…

Brutalement, des mots s’échappent de sa bouche, sans réflexion, comme si quelqu’un avait pris possession d’elle et lui faisait dire cette phrase et prononcer ces premiers mots a priori incensés ! Parce que Clara ne sait vraiment pas pourquoi elle dit ça, là maintenant…!

Clara : Maman, dis-moi, il y a un secret sur Papa ?

Après quelques secondes silencieuses et pesantes, Françoise répond :

Françoise : Pardon ? Euh… Pourquoi tu me demandes ça tout d’un coup là ?

Clara : Je sais pas maman, c’est sorti comme ça, je suis encore un peu endormie, je suis dans mon lit là.

Françoise : Ah je t’ai réveillée, excuse moi, benh justement t’as pas les idées trop claires, ça ne te réussit pas les grasses matinées à toi.

Clara : Si si.. je suis réveillée… comment te dire, je viens de rêver et c’est étrange, je pense à toi, je pense à papa…et c'est étrange que tu m'appelles ce matin...

Dans une gêne perceptible à travers le téléphone, la voix de Françoise commence à changer de ton….

Françoise : Ah bon….

Clara : Comment te dire, tu n’es pas là, mais je te sentais.. Je te sentais près de moi… et là tu appelles...

Françoise : Mais qu’est-ce que tu me racontes voyons …

Clara : Tu me caches quelque chose sur Papa ?

Françoise : Bon sang pourquoi tu me poses des questions comme ça, là ce matin ?

Clara : Je sais pas, parce que je le sens, le ressens en moi, comme s’il s’était passé quelque chose quand j’étais bébé, ou comme si j’avais entendu quelque chose quand j’étais petite-fille et que je l’avais oublié… et là…

Françoise met du temps à répondre…. Puis elle commence à s’énerver…

Françoise : Bon écoute, si c’est pour me raconter des conneries je raccroche hein !

Clara : Non ne raccroche pas maman ! Mais réponds ! Je suis ta fille quand même ! Papa a fait quelque chose de mal c’est ça ?

Françoise : Oui… il a fait des bêtises…

Clara : En rapport avec moi maman ? Il m’a frappée, il a abusé de moi ?

Françoise : Mais non, bien sur que non Clara ! Jamais !

Clara : Alors à toi ? À Caroline ?

Françoise : Mais non tu sais bien que s’il m’avait donné une gifle ou avait touché un seul cheveu de vous pour vous faire mal, je l’aurais quitté, je ne l’aurais jamais laissé faire, arrête d’imaginer des trucs tordus !

Clara : Alors c’est en rapport avec Caroline ?

Françoise ne parle presque plus…elle sent bien qu’elle en a dejà trop dit, et qu’elle est un peu prise au piège dans la conversation, Clara ne la lâchera pas tant qu’elle ne lui dira pas…

Françoise : Oui.. Mais il ne vaut mieux pas que tu saches…

Clara : Il a pas été violent avec elle ? Il l’a pas touchée ?

Françoise : Mais non enfin arrête, ton père n'est pas comme ça, arrête d’imaginer des trucs, il a jamais abusé de vous !

Clara : Mais c’est grave ce qu’il a fait, c’est puni par la loi ?

Françoise : Oui … c’est puni par la loi…

Clara : Il a une double vie ? Il a tué quelqu’un sous les yeux de Caroline ? Il a kidnappé Caroline ? Il nous a abandonné ? Putain tu me fais peur maman !

Françoise : Mais non il a tué personne ! Tu regardes trop la télé, et puis arrête hein tu me fatigues, ça sert à rien que tu saches ! Tu comprends c’est mieux ! c'est mieux... bon je dois te laisser...j'ai du repassage à faire...

Impossible de faire avouer le secret à Françoise… Elle résiste…

Clara : Tu penses que je ne regarderais plus papa de la même manière si je savais ?

Françoise : Arrête Clara, oui… Oublie tout je t’en prie, arrête arrête ! C'est mieux que tu ne saches pas....

Françoise a des sanglots dans la voix…

Clara : Mais maman mets-toi à ma place aussi, je suis perturbée ! J’ai fait ce rêve…et c’était toi maman que j’entendais, c’était toi…je sais maintenant…

Le bip-bip du téléphone interrompt Clara dans sa phrase. Françoise venait de raccrocher, sans même lui dire aurevoir…

Clara se recroqueville de nouveau dans son lit, se remet dans la position du fœtus comme pour retrouver des repères et un peu de chaleur et de réconfort. Puis soudain elle fond en sanglots… 10 minutes douloureuses avec le sentiment que sa tête va exploser, elle a des spasmes dans le ventre, de longs sanglots et des râles s’extirpent douloureusement de sa gorge… il faut que tout ça sorte.. Il faut évacuer ce rêve…

Clara a toujours su… Clara a mal… elle a envie de remonter le temps, juste remonter le temps d’une journée... juste une journée...

Le soir-même Clara appela sa sœur Caroline. Elle avait juste envie de l’entendre et de lui dire qu’elle lui manquait. Pas un mot à sa soeur de ce rêve, non... pas un mot non plus de la conversation qu’elle avait eue avec leur mère le matin même… Non... juste envie d’entendre la voix de Caroline et juste savoir qu’elle va bien…

Et depuis ce jour Clara sait... elle sait qu’il y a des rêves et des secrets qui font basculer la vie, les sentiments, les croyances et les valeurs.. Il y a des rêves étranges et des fantômes dans le subconscient qui veulent voir la lumière : elle n’essaiera plus de parler à ces fantômes, elle n'essaiera plus jamais de replonger dans les rêves.

Et dorénavant, elle gardera tous ses rêves et ses propres secrets enfouis dans son âme. Il y a des rêves et des secrets inavouables pour le bien, la quiétude des gens qu’on aime et pour sa propre sérénité.

Il y a des rêves et des secrets qu’il ne faut jamais dévoiler, ne jamais partager, ne jamais connaître.

Il ya des rêves et des secrets qu'il est plus raisonnable de laisser dans l’ombre, telles les épaves d’un bateau coulé et enfouies, à jamais sous la mer.
Revenir en haut Aller en bas
julia



Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 13/04/2005

MessageSujet: Re: Album   Mar 3 Mai 2005 - 20:56

J'arrive, j'ouvre la porte, tout est calme. Pas un bruit si ce n'est celui d'un souffle qui court en notes discordantes. Un sourire palot sur des lèvres aux lueurs blafardes et transparentes. Un sourire triste, un sourire qui en dit plus long que tous les mots s'il pouvait les prononcer. Un sourire qui se sauve sur ses lèvres qui s'étirent en un mince filet qui s'étiole, sur ses lèvres transparentes déjà. Une toux qui rompt ce silence sans fin, une toux, une souffrance qui s'élève, une toux sans fin. Ses yeux qui crient au secours, qui crient aides moi. Le médecin arrive, le médecin est là. Morphine est le mot prononcé, morphine pour apaiser la souffrance. Piqûre est faite. Il se redresse, fier comme à son habitude, voulant garder un reste de dignité, en ce dernier voyage à accomplir. Il se redresse et désigne sur le mur - ne pouvant plus déserrer les dents pour qu'un mot un son sorte de cette gorge usée - ce tableau, ce tableau tant aimé, fait un jour par un neveux doué. Ce tableau il veut me le donner, il veut que je le prenne, que je l'emporte loin de ce lieu où il aura souffert ses derniers mois, ses derniers jours. S'il savait le pauvre que ce tableau je n'ai pu l'emporter désigné qu'il était d'avance par mon frère à son fils préféré.
Il savait, il savait le voyage dernier arrivé. Il savait qu'il allait enfin rejoindre celle qui n'avait pu l'attendre, qui était partie en premier, alors qu'il eut espéré le contraire. Il me dévisagea de son plus beau regard d' un bleu profond. Il semblait vouloir s'excuser de ce départ vers d'qutres horizons. Il semblait malheureux de devoir me quitter, mais en même temps soulagé des souffrances endurées en ces mois difficiles sans celle qu'il avait tant aimée.
Il resta un moment à me regarder, puis doucement s'endormit, pour ne plus se réveiller, juste au moment ultime pour comme me demander pardon de partir vers d'autres lieux. Sa main dans ma main perdit ensuite toute sa luminosité, toute sa vitalité.
Il était parti.
Revenir en haut Aller en bas
ZAZA 54
Ouillette D'Inde
avatar

Nombre de messages : 6571
Localisation : Sur mon ile au soleil
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Album   Mar 3 Mai 2005 - 22:11

Oh Julia, c'est triste et émouvant tellement empreint de vérité , en te lisant j'étais avec toi;
Bises

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
C'est ainsi que je veux écrire. Avec autant d'espace autour de peu de mots. Je hais l'excès de mots. Je voudrais n'écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer le silence. En réalité, les mots doivent accentuer le silence. »

Etty Hillesum
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Album   Dim 29 Jan 2006 - 0:52

L'enfant devra prendre son courage à deux mains
plonger, même sans savoir nager
descendre au fond, tout au fond de ses détresses
les regarder en face
bien en face
sans juger sans vouloir sans prendre
juste regarder
souffrir encore intensément
plus que cela peut-être même se sentir mourir
ne plus exister
descendre encore plus au fond de son être
y voir l'obscurité le manque l'oubli l'abandon
le refus d'Un qui devrait être Tout mais n'a pas pu aller au bout de cela
et doucement remonter
remonter
remonter encore
avec dans le coeur la nécessité
d'accepter
parce qu'on est obligés de tout accepter
l'abandon
la trahison
le silence
l'absence
la frustration
la mort
tout
et d'avantage
les mystères
les questions sans réponse
les choses qui nous échappent
l'irrattrapable
l'insondable
et il faudra accepter
pour pouvoir recommencer à vivre
autrement
avec ses propres vides
ses propres manques
manques d'amour
manques de mots
accepter et recommencer
son propre chemin
en rayonnant enfin
d'une délivrance
mûre et belle
et donner enfin
mieux
complètement
à mains nues
le regard clair
et profond
le coeur ouvert
sans jugement jamais
de ce que les autres reçoivent sans pouvoir rendre autant
et là
l'enfant se dira
mais il ne sera plus enfant
il aura 30 ans
50
plus, peut-être
il se dira
qu'il a compris un petit bout de vie
et quand il ouvrira sa main
il y verra l'Amour...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lison

avatar

Nombre de messages : 7704
Localisation : Gatineau, Québec
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Album   Dim 29 Jan 2006 - 1:30

Comme un enfant je tends la main à mon tour!

Merci chinois bisou
Revenir en haut Aller en bas
batymo



Nombre de messages : 42
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: Album   Sam 28 Juin 2008 - 13:31

je viens de lire (découvrir) les textes d'imagines, un régal...
vivement d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Album   

Revenir en haut Aller en bas
 
Album
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» question sur scrap/mini-album
» Fiche technique de l'album avec le kit d'octobre de la Fée
» Mon blog et mon album
» Mini album 6X12 reliure piano
» L'album-photos souvenir de la série Buffy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Jeux d'écriture-
Sauter vers: