Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Sarabande, de Bergman

Aller en bas 
AuteurMessage
rotko
Invité



Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptyJeu 16 Déc 2004 - 21:29

Sarabande, le dernier Bergman passera sur arte les 17 et 19 novembre. A ne pas rater !!
Revenir en haut Aller en bas
ideuc



Nombre de messages : 2409
Date d'inscription : 27/04/2004

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptyJeu 16 Déc 2004 - 23:01

voui voui!!! c'était noté Wink
merci de le rappeler
Revenir en haut Aller en bas
Coline



Nombre de messages : 648
Localisation : 03 France
Date d'inscription : 19/02/2004

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptyVen 17 Déc 2004 - 1:09

"SARABANDE", le dernier film (téléfilm, mais chez ce réalisateur cela ne fait que peu de différence!) du Maître Ingmar Bergman...Il sort en même temps en France au cinéma et à la télévision!...

Télérama en fait sa page de couverture en titrant: "Bergman, son dernier film est un chef-d'oeuvre"...
Plus loin, dans la critique, on lit: "L'amour, la mort, la haine, la filliation: avec ses thèmes de toujours, Bergman touche au sublime."

On retrouve dans ce film deux de ses deux acteurs fétiches: Liv Ullmann et Erland Josephson...Le couple de "Scènes de la vie conjugale" (les acteurs mais les personnages du film aussi) , déchiré, trente ans après...
Un film musical où l'on entend Bruckner et Bach (le fils du vieil homme travaille à une thèse sur "La Passion selon Saint Jean")...
Ah!...j'attends vendredi avec impatience...
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptySam 18 Déc 2004 - 11:29

SARABANDE
Il faut être fou et/ou prétentieux pour livrer une analyse d'une oeuvre de bergman. j'ai decidé d'être ingénu.
film suedois de Ingmar bergman avec : Liv Ullmann (Marianne), Erland Josephson (Johan), Börje Ahlstedt (Henrik), Julia Dufvenius (Karin).

Un huis-clos en forme de testament

Marianne, au début et à la fin de Sarabande, en nous regardant dans les yeux, s'adresse à nous, devant un paquet de photos en vrac. Elles sont, on peut le penser, une métaphore de son existence passée, mais aussi des films du metteur en scène. A part quelques paysages, des "vues" de l'extérieur, et l'échappée de Karine dans la forêt, tout se déroule en huis clos, comme au théâtre, mais dans une suite de scènes qui mettent en face-à-face des "couples" de personnages : les anciens époux, le père et le fils, le fils et la petite fille etc...chacun à son tour.

On retrouve les thèmes chers à Bergman : les sentiments d'angoisse et de solitude au moment de la séparation/mort, la tendresse/dureté, le questionnement sur l'au-delà, la sexualité.
Mais ce huis-clos domestique déborde à mon sens ce cadre a priori étroit. Le visage du père prend une force et une solennité qui fait de lui un tout-puissant dont chacun dépend des décisions. Ce patriarche est un Dieu, égoïste par moments, lui-même torturé, qui n'aime pas être importuné, qui sait aussi être efficace et cruel . Je pense que le tableau qui représente Dieu et son fils sanglant dans la chapelle met le point décisif sur cette ressemblance. Il sacrifie son fils douloureux et suppliant, sans lui tourner vers lui son regard fermé et émacié.

Quant au fils, il est à jamais dans le rôle de suppliant, incapable de mener sa barque tout seul, et il s'agenouille au moins moralement devant sa belle-mère comme sa fille, de peur d'être abandonné. Métaphore de la créature humaine ? La seule allusion littéraire, un ouvrage de Kierkegaard, autorise à le penser. A mon sens l'ordonnancement strict de la chapelle montre la rigidité d'une religion dont, à part la musique, on n'a rien à attendre.

Ce huis-clos est aussi le microcosme des portraits que le spectateur scrute pour en deviner les mystères. Ainsi Bergman tranforme-t-il le spectateur en fidèle de son entreprise cinematographique. Comme lui qui s'est penché sur les obscurités de l'être humain et de ses rapports avec autrui, nous sommes incités à examiner de près les visages de nos proches, avec ce qu'ils ont de noble, de poignant, de lâche et de cruel. Nous ne jouerons pas forcément le rôle qu'ils attendent de nous ; Karine, sacrifiée à Henrik, ne saurait être ad vitam eternam le substitut de Marianne dans son corps, son affectivité et son projet musical.

L'ensemble est bien noir, seule la musique, celle de Bach, peut servir d'apaisement, elle qui ordonne en forme d'art (sens du mot "sarabande" en musique) ce qui est notre agitation stérile et bruyante("sarabande" au sens ordinaire).
Revenir en haut Aller en bas
Deathparadise12

Deathparadise12

Nombre de messages : 59
Localisation : 67170
Date d'inscription : 18/02/2006

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Sarabande   Sarabande, de Bergman EmptySam 18 Fév 2006 - 23:55

Je savais que Sarabande était un morceau de musique mais pas un film.
Revenir en haut Aller en bas
http://overdose91.skyblog.com
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptyDim 19 Fév 2006 - 17:29

Tu dois parler de la sarabande de Haendel.
Sarabande n'est pas "un morceau de musique", mais Haendel a composé "une" sarabande.

Voici la définition du mot : (esp. zarabanda). danse noble à trois temps en vogue au XVII et XVIIIè siècle. Composition musicale dans le tempo et le caractère de cette danse. (fem. jeux bruyants, vacarme).

Il doit donc y avoir de nombreuses sarabandes (musicalement parlant et autres d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
Deathparadise12

Deathparadise12

Nombre de messages : 59
Localisation : 67170
Date d'inscription : 18/02/2006

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Sarabande   Sarabande, de Bergman EmptyLun 20 Fév 2006 - 0:13

Oui je sais nous avons du apprendre la définition en cour mais je crois que c'est dans le même genre que la java, ça doit être un style de musique, enfin une danse je veux dire.

Mais dans le film, quel est le rapport avec la musique?
Revenir en haut Aller en bas
http://overdose91.skyblog.com
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman EmptyLun 20 Fév 2006 - 1:27

Juste quelques siècles de différence entre la sarabande et la java.

Pourquoi ce titre au film ? Je ne saurai je ne l'ai pas vu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sarabande, de Bergman Empty
MessageSujet: Re: Sarabande, de Bergman   Sarabande, de Bergman Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sarabande, de Bergman
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sarabande, de Bergman
» Ingrid Bergman, ma vie
» Ingrid Bergman, a classy Swedish lady
» Henning Mankell
» Ce, de Roosevelt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Passions Artistiques :: Arts :: Le 7ème Art :: Cinéma-
Sauter vers: