Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean Arnaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Jean Arnaud   Lun 9 Fév 2004 - 0:41

Le Cavalier-Squelette par Georges J.Arnaud Editions Le Masque

Nous voilà en plein coeur du Massif des Corbières Audoises, en l'an de grâce 1872, au début de l'hiver. "L'année terrible" comme l'a appelée Victor Hugo, celle qui de juillet 1870 au 10 mai 1871, malgré une résistance héroïque des armées françaises, a vu les prussiens avancer jusqu'à la Loire et remporter la victoire, a laissé des traces profondes jusqu'à cet arrière-pays.
Les "mobiles", ces volontaires qui sont partis bon gré mal gré prêter main-forte pour enrayer, en vain, la déroute, sont de retour depuis près d'une année. Du moins ceux qui n'ont pas laissé leur peau dans l'aventure. Jean Terrasson a été parmi les victimes. Il s'était porté volontaire, à plus de quarante ans, au grand désarroi de son épouse Zélie. Elle reste seule pour continuer à exercer leur métier de photographe ambulant. Seule pour parcourir encore, avec un fourgon hippomobile aménagé pour servir à la fois d'atelier de développement et d'habitation provisoire, les routes de Lézignan à Mouthoumet, et de Dernacueillette à Soulatgé. Afin d'immortaliser par des daguerréotypes, noces, communions, portraits de famille.
Mais la maréchaussée, par le truchement du brigadier Wasquehale, décide de diligenter une enquête sur les agisements de certains "mobiles" qui, pendant qu'ils étaient au front, se seraient enrichis en détroussant des cadavres, en pillant les maisons désertées, en revendant à l'ennemi chassepots, chevaux errants et renseignements. Initiative insolite pour ces temps là, il chargera Zélie de photographier tous les démobilisés afin de présenter les épreuves à un témoin, et ainsi les confondre.
Voila notre Zélie repartie sur routes et chemins pour remplir sa mission.
Mais, Very Happy élément nouveau qui s' ajoute au péril de la randonnée: un cavalier au visage décharné d'une "gueule cassée", monté sur un cheval blême, le sabre à la main, erre dans la brume des campagnes désolées et terrifie les paysans. Laissant sur une porte ou un volet, la trace d'une main à qui il manque un annulaire.
Peu à peu la mort se met de la partie par les meurtres inexpliqués de quelques suspects, et pour faire bon poids, d'une cinquantaine de vaches sabrées sauvagement en une seule nuit. Zélie apportera sa contribution au dénouement des mystères. Elle apprendra enfin, les raisons de la mort de son mari, inutilement sacrifié en défendant "la Maison du Colonel" pendant la bataille de la Loire.
Un bon roman policier. Rondement mené. Le décor et les personnages y sont parfaitement campés. G.J.Arnaud connait bien le pays Ses parents et grand'parent y ont profondément implanté leurs racines. Quant aux us et coutumes de l'époque, il en a assez appris, le soir, à la veillée, pour qu'il nous les restitue fidèlement dans son roman.
Arnaud a connu son apogée littéraire avec "La Compagnie des Glaces" une énorme et délirante saga de Science-Fiction en feuilleton. Soit 12000 pages en 16 volumes chez Fleuve Noir. Son Cavalier-Squelette est d'une lecture bien plus aisée...
Et d'un tout autre style. Tout empreint de l'accent rocailleux de notre terroir.
Aristarque Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Arnaud
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Arnaud
» Jean Ray chez Radio Courtoisie
» [Racine, Jean] Phèdre
» Tous à Matha, de Jean-Claude Denis
» Jean d'Ormesson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: