Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL

Aller en bas 
AuteurMessage
Masques
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyLun 17 Jan 2005 - 18:19

Le film vient de sortir et n'est pas encore à l'affiche dans la ville où j'habite. Mais cela ne saurait tarder. La polémique fait déjà rage. Certains reprochent même à l'affiche du film de représenter le visage d'HITLER, ici interprété par Bruno GANZ et, plus encore, d'être placardée sur les colonnes MORRIS de la capitale !

Ce qui est tout de même, selon moi, aller un peu loin !

Le film de HIRSHBIEGEL pas plus que son affiche n'encensent l'action d'Adolph HITLER. Le but recherché - et semble-t-il obtenu grâce à GANZ, l'un des plus grands acteurs allemands de sa génération - est de présenter le côté "humain" du dictateur nazi. Par "humain", il faut bien entendu entendre un HITLER capable de s'exprimer naturellement et d'éprouver des sentiments "normaux", un HITLER diminué aussi par la maladie de PARKINSON.

Selon certains, la chose aurait dû être interdite. Il s'agit là d'un crime. Et certains journalistes se disent "choqués" d'avoir vu HITLER pleurer à un certain moment.

J'avoue ne pas comprendre une telle attitude. HITLER était un monstre. Mais un monstre à l'image de Monsieur-Tout-Le-Monde. Vouloir l'étiqueter et le montrer toujours comme une caricature du Mal me paraît une très mauvaise manoeuvre - non : les monstres, on ne les reconnaît pas avant qu'ils n'aient commis leurs monstruosités, ce serait bien trop facile ! - et aussi une tentative éhontée de dénaturer l'Histoire. Ce qui est toujours intolérable !

Enfin, quand j'aurai vu ce film, je vous en dirai un peu plus. Cool
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMar 18 Jan 2005 - 10:07

Moi non plus, Mdv, je n'ai pas vu le film, c'est pourquoi dans le fil plus bas que tu as ignoré (rire), je rapportais l'opinion de Marc Ferro et de plusieurs historiens.

Qu'Hitler ait été un homme, nul ne le conteste, et pour cause. Eichman était selon Hannah Arendt un fonctionnaire maniaque et tatillon. Le pouvoir transforme ces hommes à fantasmes en criminels de guerre monstrueux. Si on leur enlève leur dimension historique, ils ne sont que des êtres insignifiants ou de légers pervers, ou de francs salauds insignifiants, comme beaucoup sans doute.
C'est pourquoi les représenter dans leur intimité est périlleux, amha, dans la mesure où on ne voit plus qu'une partie de leur personnalité, la moins dangereuse, ce qui peut aussi servir à banaliser l'image d'une figure historique dont on dira qu'au "fond il n'était pas entièrement mauvais". Les révisionnistes adorent ces raccourcis qui incitent à une indulgence, voire à une sympathique compréhension : "La Gestapo, finalement etc..." disait récemment le porte- parole médiatique de l'extrème-droite.
D'autre part, ce point de vue étroit, celui de sa secrétaire, ferait donc l'impasse sur les aperçus historiques criminels qu'on doit sans cesse avoir à l'esprit. Seront-ils clairement rappelés dans le film ? Vu la réflexion du réalisateur sur le meurtre des enfants goebbels, "métaphore du calvaire des enfants juifs", on peut en douter.
Enfin si les personnes ordinaires, la secrétaire, la femme de Goebbels, ont succombé au charme du chef nazi, à son aura, n'est-ce pas une bonne occasion pour tous ceux qui venaient acclamer Hitler et le seconder dans ses entreprises criminelles, de se dire : "nous aussi nous avons été abusés, son charisme était irrésistible" etc... ce qui revient à dire "passez l'éponge", "on n'y est pour rien".
En parler ? certes, il le faut ! mais ne serait-il pas bon que ce soit sans ellipses et sans réduction du champ de vision ?
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMar 18 Jan 2005 - 10:10

Porte-t-on un homme au pouvoir pour son image pour pour son programme ?
or le programme d'hitler fut annoncé et ses idées partagées.
gare à ceux et celles qui trouvent les jorg Haider et consorts séduisants...!
Revenir en haut Aller en bas
Masques
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMar 18 Jan 2005 - 13:03

Mais la réduction du champ, on l'a toujours et c'est bien là qu'est le problème.

Quand TF1 - je crois que c'est cette chaîne-là - a diffusé un téléfilm (en deux parties, je n'en suis pas sûre) sur l'intégralité de la vie d'Hitler, on a volontairement coupé nombre de scènes se rapportant à son enfance et à son adolescence. Toujours le même prétexte : on risquait d'"humaniser" HITLER.

Je ne suis pas d'accord. Pas plus qu'il n'est arrivé au pouvoir tout seul, HITLER ne s'est pas matérialisé comme ça, un triste matin, à Berlin. Il a eu un passé qui, s'il n'excuse en rien sa monstruosité, explique une part de son cheminement personnel - son homosexualité latente par exemple - et bien entendu politique.

Priver HITLER de ses bases est une erreur très grave et, sur le plan historique, cela reste une tentative de dénaturer le passé. Ceux qui se livrent à pareille expérience gomment du même coup l'esprit anti-hébraïque qui régnait dans nombre de milieux - en Allemagne mais dans d'autres pays - bien avant la naissance du futur dictateur nazi. Il y a également beaucoup à dire sur les origines d'HITLER. Son "roman familial" prouve amplement que, par sa mère, il avait du sang tchèque dans les veines et que, par son père, il était d'origine israélite. Mais si un certain courant admet son sang tchèque, ce même courant refuse de prendre en compte l'illégitimité du père d'HITLER tout comme il préfère ignorer que ce n'est pas pour sacrifier à sa folie personnelle qu'HITLER, qui se méfiait d'HEYDRICH, a fait raser le village recelant le cimetière où reposait sa grand-mère.

Ce sont des pratiques comme celles-ci et comme celles qui ont eu cours en France avec les "coupes sombres" de TF1 qui encouragent les démarches comme celle d'HIRSHBIEGEL. Encore celle-ci ne serait-elle pas ouvertement "révisionniste."

Enfin, j'irai bien voir et me ferai une idée personnelle de la chose. Mille excuses, Rotko, pour ton fil : c'est vrai, je ne l'avais pas vu ... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMar 18 Jan 2005 - 15:17

oui, MDV, va le voir, je te fais confiance pour ne pas te laisser séduire par un tel homme ! a+
Revenir en haut Aller en bas
André B.



Nombre de messages : 776
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 25/04/2004

La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptySam 22 Jan 2005 - 2:29

Masques de Venise a écrit:
Toujours le même prétexte : on risquait d'"humaniser" HITLER.

Je ne suis pas d'accord. .

Moi non plus ! Humaniser ne veut pas dire dédouaner ! Je ne suis pas allé voir le film parce que je n'aime pas aller au cinéma mais les échos que j'ai eus du film se résument tous à cela, humaniser ne veut pas dire dédouaner, au contraire même.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
alejandro

Nombre de messages : 1880
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyDim 30 Jan 2005 - 18:42

La chute
De Oliver Hirschbiegel avec Bruno Ganz


Le film raconte les derniers jours d’existence du régime nazi. On suit une secrétaire personnelle (Alexandra Maria Lara) de Hitler (Bruno Ganz) et à travers ses yeux, on voit la désintégration l’état major allemand. En parallèle, on suit le sort de la population berlinoise menacée, puis assiégée, puis envahie par les troupes soviétiques.

Peut-être l’intention du réalisateur était de donner à voir la vérité du nazisme, et en particulier celle de Hitler, en la faisant rejaillir au moment où il sait qu’il vit ses derniers jours, son heure de vérité, comme on dit en tauromachie lorsqu’on parle de la mise à mort. Le réalisateur choisit une mise en scène plutôt sobre, on suit simplement les personnages, la camera essaye de saisir des moments, des situations qui pourraient donner cette vérité.

Hirschbiegel construit son film par des mises en parallèles en contrastant, par exemple, la réaction des uns et des autres face à la fin, certains en s’abandonnant à l’alcool d’autres en essayant de se rendre utiles, certains faisant leur devoir, avec application mais désabusés, sachant très bien que ce combat jusqu’à la fin est absurde, d’autres en y croyant encore et toujours, les soldats russes face à eux, en plein milieu de Berlin.

Cependant, le contraste le plus saisissant est certainement celui qui oppose, d’une part, le fanatisme et la loyauté absurde de nombre d’Allemands, qu’ils soient militaires, SS ou simples civils, et le mépris avec lequel Hitler et certains autres, notamment Goebbels, ignorent ce qu’endure son peuple, en particuliers les civils.

Le film commence et se termine sur l’interview réelle de cette secrétaire personnelle de Hitler. On aurait pu s’en passer, car elle ne fait rien d’autre que se justifier par le fameux « on ne savait pas ». Je ne suis pas spécialement partisan de constamment rappeler aux Allemands le passé nazi de leur pays, mais il ne faut pas raconter des histoires, on ne la croit tout simplement pas. Comment faut-il comprendre cette interview ? comme une image du peuple allemand confiant, trompé par les dirigeants nazis, ce que la scène où Hitler dicte son testament politique laisse supposer ; ou comme un aveuglement volontaire qu’il s’agit de condamner, comme le suggèrent des répliques de Hitler ou Goebbels telles que « C’est le peuple allemand qui nous a confié son destin » ? Quelque soit la réponse, je pense que cette interview fait tâche dans le film.

Jouer Hitler ne devait pas être une mince affaire, le suisse Bruno Ganz compose un Führer crédible sauf, peut-être, lors des ses fameuses colères envers ses généraux. Il ne fait tout pas vraiment peur. Les acteurs en général sont bons, avec, je dirais, une mention spéciale pour Corinna Harfouch qui campe la femme de Goebbels.

Il paraît qu’on a reproché à La chute d’humaniser Hitler, et donc, de prendre le risque de le rendre sinon sympathique du moins, moins antipathique qu’il ne le mérite. On ne risque pas. D’abord, la figure de Hitler est tellement imprégnée chez nous tous qu’on ne perd jamais de vue qui était le Führer. Quelque soient les égards qu’il puisse avoir envers ses secrétaires, quelque soit sa faiblesse à cause de sa maladie de Parkinson, quelque soit la tendresse qu’il ait pour sa chienne et sa compagne, on n’oublie jamais qu’il est le responsable de la conflagration la plus impressionnante de toute l’histoire, le fondateur d’un parti à l’idéologie particulièrement odieuse et l’inventeur de l’industrialisation et la bureaucratisation du meurtre de masse. Et pour les étourdis qui ne l’auraient pas à l’esprit, c’est suffisamment rappelé. En revanche, la question peut se poser lorsque le film aborde des personnages secondaires tels que Speer ou le médecin au crâne rasé. Les deux se rendent sympathiques en se préoccupant du sort de leurs concitoyens ; le premier en refusant la destruction d’installations civiles durant les plusieurs mois qui ont précédé la chute du régime, le second en faisant tout ce qu’il lui est possible de faire pour les militaires blessés.

Speer a été relativement épargné par Nuremberg, a toujours cherché à minimiser son rôle dans le troisième Reich, y compris face à la camera aussi tardivement que dans les années 70. Néanmoins, les historiens ont bien établi le zèle avec lequel il s’est occupé de la logistique du troisième Reich en matière d’armement, avec une efficacité dont les Alliés se seraient bien passés. Quant au personnage au crâne rasé, s’il est médecin, il est aussi officier SS, ce que l’on ne pouvait pas être sans une profonde conviction nazi. Est-ce un problème ? A mon avis non, pas vraiment. Le but du film était apparemment de reconstituer ces derniers jours le plus fidèlement possible, ce qui est tout à fait honorable, et si ça s’est passé de la sorte, eh bien c’est une bonne raison de le reconstituer ainsi. De toute façon, autrement, ce serait tomber dans un manichéisme facile.

En résumé, je trouve le film plutôt bien réussi et je pense qu’il vaut la peine d’être vu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Masques
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMer 9 Fév 2005 - 21:24

Il n'est pas encore passé à N/G. J'attends ... Sinon, ce sera le DVD ! Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
rotko
Invité



La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL EmptyMar 15 Fév 2005 - 15:45

autant rapprocher les deux fils sur le même theme o)

donc sans radoter Very Happy
J'aime bien sur fr.rec.cinema.discussions l'article d'Arnaud Wadja du 13 02 2005 intitulé Re: [Avis] Der Untergang, de Oliver Hirschbiegel - 2004

Pour les newsgroups, par exemple : passer par google, , selectionner groups, mettre le titre de l'article in fr.rec.cinema.discussions
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty
MessageSujet: Re: La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL   La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Chute - Olivier HISRSHBIEGEL
» L'ile de Olivier de RESSÉGUIER
» Olivier Audigé
» Olivier, curieux dans l'âme ...
» [Del Toro, Guillermo et Hogan, Chuck] La chute

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Passions Artistiques :: Arts :: Le 7ème Art :: Cinéma-
Sauter vers: