Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le suicide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
André B.



Nombre de messages : 776
Date d'inscription : 25/04/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 19:19

Marie-Ange a écrit:
Ce qui m'énerve le plus ce sont les "pense aux autres ! qu'est-ce qu'ils vont devenir sans toi ?"
Quand je me suis mise en ménage, il fallait que je pense bien à ce que je faisais parce que si ça n'allait pas et que je revenais : "pense à ce que vont dire les autres".
Quand je suis tombée enceinte de ma première alors que j'aurais voulu attendre encore un peu ( .../...) on m'a dit "pense à Didier, il a envi d'un enfant".

Nous on te dit " Pense aussi un peu à toi !!! " Wink
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 19:24

spirit a écrit:
je crois qu'il faut vivre des expériences douloureuses pour comprendre ce que les gens au bord du suicide peuvent ressentir

Je ne pense pas qu'il soit question de gravité de situation, mais de résistance personnelle à la gravité de situation.

Devant une situation similaire, deux personnes réagiront d'une manière différente, en fonction de ce qu'elles sont capables de supporter.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Coquelicot



Nombre de messages : 487
Localisation : dans les champs...
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 19:55

ideuc a écrit:


c'est une "sale maladie" au même titre qu'une autre mais plus sournoise,

il faut oser en parler et pour ne pas cèder aux pulsions suicidaires, se raccrocher à la moindre chose : prendre son téléphone, se brancher sur internet



Je ne pense pas que ce soit une maladie...parfois peut-être...mais pas en général, surtout quand ce mal de vivre à de vrais raisons d'exister...

Quand c'est la solution ultime trouvée ...que c'est réfléchi, ce n'est pas une pulsion...parce qu'il ne reste plus d'espoir de se raccrocher à rien...qu'il ne reste que le vide...financier... affectif..., et que dans cet état vous n'avez plus envie de communiquer...vous perdez même l'amitié de vos relations (à qui vous faites toujours le ciné de celui qui va bien) ne comprennent pas pourquoi on ne vous voit plus...

Prendre le téléphone ou sortir Ideuc ? mais pour quoi dire alors que l'on se sent si lourd...c'est impossible ...
Les gens aiment la légèreté...le sourire...on peut faire illusion sur un temps court auprès de personnes qui ne nous connaissent pas ...alors les autres ont les évites...Et puis ce n'est pas à cause d'eux...

Internet ? mais il faut aller bien pour discuter avec légèreté de tous les sujets... et il faut aller bien pour pouvoir s'y intéressé un tant soit peu...

Les causes viennent de très loin dans un acte réfléchi... et il y a accumulation durant des années..et la vie n'est que lutte permanente...et un jour on s'apercoit qu'on à tout donné...qu'on a fait mille fois le tour de ses espérances...et le désespoir déborde...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 19:59

C'est un épuisement, dont tu parles, mon p'tit Coquelicot.
Un épuisement physique et moral...

Ah oui, que je comprends !
C'est vrai que lorsqu'on arrive au bout du bout, il n'est même plus possible de décrocher son téléphone, et j'ajoute même que l'arrivée de quelqu'un qui obligerait à parler est un fardeau.
Une sorte de retranchement en soi, hermétique à tout ce qui gravite autour.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Coquelicot



Nombre de messages : 487
Localisation : dans les champs...
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 20:21

Romane a écrit:
C'est un épuisement, dont tu parles, mon p'tit Coquelicot.
Un épuisement physique et moral...


Non tite Romane jolie...ce n'est pas un épuisement physique et moral que je ressens... parce que je suis quelqu'une de très fort dans ma tête...juste que lorsque l'on est seule à faire façe et que l'on voit qu'il n'y a plus d'espoir de s'en sortir sans une gigantesque lutte...encore une...on se dit "à quoi bon ???"
Je suis une grosse affective sous mes airs de dure...je crois que la vie ne vaut d'être vécue et de lutter pour elle que si l'on est pas seuls désespérement... la vie ne peut pas être qu'une lutte perpétuelle pour la vivre d'une manière si ...vide...

Je crois justement que le monde est remplit de gens qui pensaient comme moi qui n'ont rien fait, et qui finalement sont partis dans d'horribles souffrances générés par un cancer ou autre...
Est-ce mieux ??
mes enfants sont grands... ils vont probablement me quitter pour finir leurs études ailleurs...et c'est normal qu'ils continuent leur vie...je suis heureuse de les savoir épanouïes..


Dernière édition par le Dim 15 Mai 2005 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
nirvana
Ex Future 5000 Posts
avatar

Nombre de messages : 9732
Localisation : si vous saviez !
Date d'inscription : 27/03/2005

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 20:21

Un mal être cela a toujours un début, c'est à ce moment là qu'il faudrait réagir soi-même et que ceux qui nous entourent réagissent...
Nous avons tous notre vécu, notre histoire, notre caractère, et j'en passe... nous sommes tous différents et nous le sommes aussi face à nos épreuves, à nos douleurs et nos "réactions" (je ne trouve pas le mot adéquat) en sont différentes.
Mais, le désespoir n'est pas une fin en soi... le ruminer, le garder en soi ne fait que l'agrandir et tout le reste nous échappe, on se sent seul et de plus en plus seul, incompris et pour cause on se ferme, on s'isole et on ne laisse personne y entrer... le dire, l'écrire même peut être déjà un premier pas pour sortir par des mots notre ressenti, un soulagement de vider son sac comme quand on prend une profonde respiration pour évacuer ce mal être, l'étaler et dire stop mon fardeau est trop lourd, j'ai donné à vous maintenant de faire quelque chose pour moi... et il y a toujours quelqu'un pour écouter, pour lire soit quelqu'un qu'on connaît ou non, l'important c'est que ce quelqu'un vous VOIT et qu'à travers ses yeux on existe comme un être vivant à part entière.
Il est bien de savoir donner mais il faut aussi accepter de recevoir et les gens qui donnent trop oublient qu'ils peuvent aussi recevoir. Accepter qu'une main qui se tend n'est pas la sienne, mais celle d'un autre !
Le désespoir on l'enferme trop en soi et on le garde bien au chaud pour qu'il prenne de l'envergure et la moindre chose qui nous arrive l'amplifie encore et encore ! il est nôtre, certes, mais il peut être revu et corrigé par quelqu'un de l'extérieur et c'est cela qu'il faut admettre !
Dans désespoir ne jamais oublier qu'il y a aussi le mot ESPOIR !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 20:45

Coquelicot a écrit:
il y a accumulation durant des années..et la vie n'est que lutte permanente...et un jour on s'apercoit qu'on à tout donné...qu'on a fait mille fois le tour de ses espérances...et le désespoir déborde...

Je crois que la vie est obligatoirement faite de ces accumulations, de ces luttes, de ces dons de soi pour un tas de raisons.
Nos espérances sont pour certaines réalisables, pour d'autres pas.

Mais il y a encore autre chose, mon p'tit Coquelicot : c'est l'inconnu.

L'inconnu, c'est ce dont on ne se doute pas parce qu'on ne peut pas l'envisager vu qu'il est inconnu. C'est quelque chose qui va surgir au moment où on ne l'attendra pas, qui pousse quelque part en soi, que l'on ne reconnaît pas encore...

C'est peut-être une facette de soi, un visage nouveau (ou un ancien qui va se révéler d'une autre manière), une situation, un événement... etc...

Rien que pour cela, demain vaut la peine d'être attendu. L'aube nouvelle, j'y crois. La rencontre d'une amitié ou d'un amour, j'y crois. L'opportunité à saisir, j'y crois...

Ne pas baisser les bras, ma jolie fleur. Garde tes mains ouvertes, la vie déposera autre chose dedans, quelque chose que tu ignores encore.

La vie est sacrée. Il suffit de regarder les fleurs piquées dans l'herbe, pour en être convaincu.

Je t'embrasse fort
Tendresse
Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
ideuc



Nombre de messages : 2414
Date d'inscription : 27/04/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Dim 15 Mai 2005 - 22:58

ma toute belle, rappelle toi ta poésie : " je veux"

moi, je veux y croire bisou bisou
Revenir en haut Aller en bas
Coline



Nombre de messages : 648
Localisation : 03 France
Date d'inscription : 19/02/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Lun 16 Mai 2005 - 3:03

Masques de Venise a écrit:
[
Mais, je le répète, ce doit être l'aboutissement d'une pensée consciente et réfléchie. Sinon, c'est gâcher l'idée même du suicide.


Mais que peut-il bien avoir à en faire, celui qui se suicide, de "gâcher l'idée même du suicide"?...
Un seule chose compte: la délivrance d'une vie qui n'est pas supportable, pour des raisons variables mais concrètes...alors "gâcher une idée"...ouh la la...Il n'a pas l'idée de se poser cette question...
Revenir en haut Aller en bas
André B.



Nombre de messages : 776
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 25/04/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Lun 16 Mai 2005 - 4:47

Coquelicot a écrit:
Je ne pense pas que ce soit une maladie...parfois peut-être...mais pas en général, surtout quand ce mal de vivre à de vrais raisons d'exister...

Tu sais Coquelicot la légéreté bien sûr ne résoud pas les problèmes mais elle peut permettre de déconnecter les problèmes et le " mental. " Mais il ne faut pas qu'il s'agisse d'une légéreté jouée artificiellement uniquement pour les autres, il faut la jouer pour soi. Même si au fond elle n'est qu'un jeu, le jour où on prend plaisir à jouer sa propre légéreté et bien il y a au moins quelque chose de positif, c'est que la connexion problème - idées noires est attaquée. Bien sûr cela ne résoud pas les problèmes mais cela peut aider à les supporter. Bien sûr aussi cela peut sembler vain et bien sûr encore ( troisième fois ! ) cela ne va pas de soi bisou
Revenir en haut Aller en bas
Coquelicot



Nombre de messages : 487
Localisation : dans les champs...
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Le suicide   Lun 16 Mai 2005 - 15:42

[quote="André B."[/quote]

Tu sais Coquelicot la légéreté bien sûr ne résoud pas les problèmes mais elle peut permettre de déconnecter les problèmes et le " mental. " Mais il ne faut pas qu'il s'agisse d'une légéreté jouée artificiellement uniquement pour les autres, il faut la jouer pour soi. Même si au fond elle n'est qu'un jeu, le jour où on prend plaisir à jouer sa propre légéreté et bien il y a au moins quelque chose de positif, c'est que la connexion problème - idées noires est attaquée[/quote]


[quote="André B."[/quote]

Tu sais Coquelicot la légéreté bien sûr ne résoud pas les problèmes mais elle peut permettre de déconnecter les problèmes et le " mental. " Mais il ne faut pas qu'il s'agisse d'une légéreté jouée artificiellement uniquement pour les autres, il faut la jouer pour soi[/quote]



Je veux vous remercier tous d'avoir été si gentils...
Je vous prie de m'excuser de vous avoir ainsi fait peur...

Comme vous pouvez le "voir" je vais mieux...ce n'était un gros coup de blues.. me suis retrouvée subitement "ailleurs" par un trop plein de trop de tout... mais je vous assure c'est passé !
Et pour vous tous.... bisou bisou


J'ai essayé "la légèreté"...en m'inscrivant sur ce site...pour ne pas ruminer, me sortir de la solitude...mais je n'ai fait que trainer une énorme lourdeur ...on ne peut pas être au diapason quand on se sent mal....tout sonne faux où bien décalé quand on a la tête remplie de soucis inextricables.
Comment donner le change à commencer par soi-même ?
Mon optimisme naturel et mon sens du rire et des échanges se sont bien étiolés depuis un certain temps... et après tant avoir lutté pour reconstruire ma vie, l'espoir me lâche!
Difficile André, avec cet état d'âme d'entrer dans les sujets sur le site pour se distraire...alors imagine dans la vraie vie...
Revenir en haut Aller en bas
Coquelicot



Nombre de messages : 487
Localisation : dans les champs...
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Le suicide   Lun 16 Mai 2005 - 15:46

Romane tes écrits font mouches dans mon coeur à chaque fois...tu as tellement de sensibilité ...tu écris si bien...mais...à mon âge difficile d'y croire encore...ce n'est pas faute d'avoir espéré pourtant...
Bisous ma douce
toutes mes excuses à toi aussi ...tout va bien maintenant !!
Coquelicot
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Ange

avatar

Nombre de messages : 3582
Age : 42
Localisation : LESTREM-PDC
Date d'inscription : 08/03/2004

MessageSujet: Re: Le suicide   Mer 18 Mai 2005 - 10:15

Ariel a écrit:
Marie-Ange a écrit:
Ce qui m'énerve le plus ce sont les "pense aux autres ! qu'est-ce qu'ils vont devenir sans toi ?"
Bien entendu, ça peut énerver, mais cela peut aussi aider quelqu'un à ne pas franchir le pas.
Tu fais allusion à un départ, aux choix que l'on t'a refusé, mais le suicide est plus qu'un départ.
Un père qui quitte sa femme pour refaire sa vie peut rester un père pour ses enfants. Un père qui se suicide ne sera jamais plus auprès d'eux.


Je reviens sur les paroles d'Ariel.
Un de mes amis a divorcé après 25 ans de mariage. Madame est parti vivre avec quelqu'un. Lui est allé s'installer seul dans un appartement, vide, et en plus à ce moment là il venait de perdre son boulot, et il n'avait plus un sou parce que son femme avait acheté, acheté, tout à crédit, et qu'il fallait rembourser illico parce que ça commençait à faire beaucoup. e ne sais pas s'il n'était vraiment pas au courrant comme il le prétendait, mais il est vrai que c'était tout de petites choses : canevas, habits, bijoux, maquillage....
Il s'est donc retrouvé sans un sou, dans un appart vide et sans boulot. Pas du tout le genre suicidaire, en plus comme il était dans la restauration, pour ce qui était de se faire à manger pas de problème, pour le ménage, c'était lui qui le faisait déjà du temps de son mariage, donc de ce côté là il savait aussi se débrouiller sans problèmes. Mais se retrouver, seul, sans boulot, sans argent... il l'a eu dur. Aujourd'hui, il a une belle petite maison, un boulot qui lui va, il a retrouvé le moral, mais au début ça n'allait pas fort, et aujourd'hui, il le dit s'il n'y avait pas eu des gens pour le soutenir, lui prêter un lit, une gazinière, une télé pour l'occuper les soirs, il ne serait peut-être plus là... et pourtant en tout bon vivant, il ne pensait pas avant celà au suicide. Ses enfants sont grands, il disait à ce moment-là que rien, ni femme, ni enfant, ni boulot ne le retenait en ce bas monde.


Le mari de ma soeur a commencé à travailler à 14 ans, il était boulanger. Il avait une maladie de naissance semble-t-il, qui ne sait développée que tardivement. Son cerveau n'était plus irrigué correctement. Il a donc dû être mis en invalidité. Les premiers mois, il tournait en rond, faisait la vaisselle, allait nourrir ses poules et ses lapins, et le reste du temps quand il tournait en rond il parlait de se foutre en l'air. La psychologue qu'il allait voir (à cause de mots de tête, de trou de mémoire et autres dû au problème d'irrigation) disait à ma soeur qu'il fallait lui acheter encore et toujours plus d'animaux, parce que lors de ses conversations avec mon beau-frère, elle a compris que c'était la seule chose qui le retenait. Ma soeur avait dû reprendre le travail, elle n'était pas là à la maison, mon filleuil était lui à l'école, et grandissait à vu d'oeil : donc sortie avec copains....


Quand tes enfants sont grands, qu'ils ont fait leur vie ou vont bientôt la faire, tu ne te sens plus forcément utile pour eux... et donc si tu es suicidaire, entre rester vivant et mourrir, je pense que le choix doit être vite fait et ce n'est sans doute pas celui de rester.


J'ai une tante qui, son mari également, travaillait en Suisse. Là-bas, il n'y a pas comme en France de retraite versé tous les mois, en tout cas eux n'ont pas eu ça : ils ont reçu tout d'un coup. Ma tante prévoyante a placé de l'argent, mais mon oncle joueur invétéré et gros perdant aux courses à tout bouffé. Ma tante l'a quitté et elle était parti pour se jeter dans un ravin. Puis au dernier moment, elle s'est dit que vraiment se foutre en l'air pour un "salopard" pareil c'était vraiment idiot. Elle a demandé le divorce et se sent très bien en célibataire. Mais ma tante est une battante, l'ami divorcé aussi (et pourtant lui a eu besoin d'aide pour s'en sortir, ma tante elle a sû se remonter seule)... mon beau-frère ne l'est pas, et sans aide il n'y arriverait pas... et franchement moi au bord du gouffre je me demande si seul la peur de la mort ne me retenerait pas, car ce n'est pas un secret, je ne suis pas une battante.
Revenir en haut Aller en bas
sampang

avatar

Nombre de messages : 640
Age : 57
Localisation : auprès de mon arbre...
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Le suicide   Lun 10 Déc 2007 - 2:19

alejandro a écrit:
Romane a écrit:


Ceci dit, au moment même de l'acte de se suicider, j'imagine que la personne se trouve dans un état second. Désespérance au point multiplié...


Ce qu'on m 'a rapporté lors des TS de proches, c'est effectivement un état second, ne pas savoir ce qu'on est en train de faire, à la limite, après coup, d'avoir presque oublié qu'on l'a fait et pourquoi.

le suicide... ni un acte de noblesse , ni un acte de courage pour moi.
"Juste" un désespoir et l intime conviction de ne plus être maître de sa vie. Le sentiment que nous sommes impuissants à changer le cours des choses.
Et je pense que l on peut être très lucide de l acte à venir et de ses conséquences, bien au contraire... chinois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le suicide   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le suicide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Suicide revient !!!
» le suicide
» Le "suicide" de Murdoch
» Suicide d'amour
» Tentative de suicide la plus triste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: