Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sinoué Gilbert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Sinoué Gilbert   Sam 23 Avr 2005 - 8:36

Un bateau pour l’enfer

9 novembre 1938. Après l'assassinat à Paris du conseiller d'ambassade von Rath, Goebbels déclencha dans toute l'Allemagne, à titre de " représailles ", la tristement célèbre nuit de Cristal : incendie des synagogues, pillage des maisons juives... Pour les Juifs d’Allemagne, rester c’était subir le pire. Mais partir, était-ce toujours possible ? Depuis l’avènement du national-socialisme, à peine plus de 100 000 Juifs sur les 500 000 recensés avaient pu quitter le pays. En effet, alors que les nations occidentales condamnaient l’attitude de l’Allemagne, elles persistaient à maintenir fermées leurs frontières. Les opinions publiques étaient hostiles à l’afflux de nouveaux arrivants. Roosevelt avait lancé un appel au monde pour que l’on trouve un endroit « où seraient admis des réfugiés juifs en nombre presque illimité ».

Chaque dirigeant y était allé de sa solution: Madagascar, l’Ethiopie, la Russie, l’Alaska, l’Angola, le Kenya, le Tanganyika, le Nyassaland… mais pas d’issue concrète. Partir, oui, mais pour aller où, si l’on sait que l’on est indésirable partout ? Les autorités nazies décidèrent d’autoriser les Juifs à quitter « librement » - mais en échange de la confiscation de leurs biens - le territoire allemand. Ce fut dans ce contexte dramatique que débuta l’affaire du SS Saint-Louis entre le 13 novembre 1938 et le 17 juin 1939. Ayant épuisé toutes les possibilités en Amérique du Nord et en Amérique Latines, les responsables se tournèrent alors vers l’Europe. Le monde entier leur claquait la porte au nez. Indésirables partout...

A Berlin, Goebbels exultait : « PERSONNE N'EN VEUT ! » Commença alors l'effroyable errance du Saint-Louis…

S'appuyant aussi bien sur des documents d'archives que sur les confidences des survivants, Gilbert Sinoué retrace ici, heure par heure, une épopée dont on pourrait se dire qu'elle n'a pu exister tant elle semble inconcevable. Cette histoire poignante montre combien, trois mois avant l’invasion de la Pologne par les armées de Hitler, les juifs d’Allemagne - et d’Europe - se trouvaient dans une tragique impasse.
Sinoué a inventé un couple d’Allemands juifs pour que les lecteurs ne soient pas pris dans un amas de documents ardus. Quant à ses personnages, il les fait parler aussi vrai que possible. C’est une manière d’aborder l’Histoire. Decaux et Castelot le faisaient aussi. Quand il fait parler Hitler, par exemple, il s’appuie sur des témoignages. Il a essayé d’être le plus scrupuleux possible, ce qui n’est pas toujours facile pour un romancier…

http://users.skynet.be/pierre.bachy/sinoue_bateau_enfer.html
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Sinoué Gilbert   Sam 23 Avr 2005 - 15:13

Merci.
Gilbert Sinoué semble avoir choisi là un sujet plus grave et sombre que d'habitude.

Ses romans qui me sont restés en tête sont surtout :

- l'ambassadrice
- le livre de saphir.

Son écriture est très accessible. Son imagination de romancier est toujours étayée de faits historiques précis et de recherces intéressantes.

Si je classais les auteurs que je lis par affinités, Gilbert Sinoué et Amin Maalouf se côtoieraient.
Revenir en haut Aller en bas
 
Sinoué Gilbert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Sinoué, Gilbert] L'enfant de Bruges
» [Sinoué, Gilbert] Avicenne, ou la route d'Ispahan
» [Sinoué, Gilbert] Moi, Jésus
» [Sinoué, Gilbert] L'Egyptienne
» [Sinoué, Gilbert] Le livre de Saphir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: