Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le départ du train... (*)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 20:49

Et c'est là qu'entre en scène le génie pur du réalisateur Yann Louche Godario.

Ro s'est rendu compte de sa méprise. Quelques secondes lui suffisent pour décider de laisser tomber machin et de vivre avec le banc.

Yann Louche Godario, originaire d'un pays de l'Est sait et doit faire des films transcendentaux (euh je vérifierais plus tard) avec un budget serré.

Un banc
Une actrice de seconde zone
Un acteur sur le déclin.
La locomotive de Yalta.

Le film sera un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 21:19

Ro qui voyait que dalle d'habitude, voit triple maintenant :

Je résume pour ceux qui suivent pas :

Le Banc
Riz
Boriz...

C'est beaucoup d'amoureux tout soudain !

Elle laisse tomber le banc. Il s'affale dans un fracas de banc qu'en peut plus.
Elle a bien fait, qu'elle se dit. Aucune résistance, ce banc !

Elle, elle veut un homme, un vrai. Un vrai de vrai. Un qui lui fera chanter tontaine tonton sur toutes les gammes !
Pour une fois qu'elle a le choix...

Le train se dit : faut qu'ils fassent vite ! Le temps est compté.

Lu, chef de gare, regarde tout ça du coin de l'oeil. Il lui semble qu'elle pourrait intervenir, faire quelque chose... double coup... coup double... ah, elle sait plus comment on dit... en tout cas, elle a un rôle à jouer, et peut être même la une dans les journaux à obtenir, si elle s'y prend bien... Elle fomente déjà une sombre histoire de grève....

Boriz approche... Riz se méfie... Ro tourne lentement la tête de l'un à l'autre...
Le ciel menace...
Le train piaffe...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 21:25

Qu'est-ce c'est k'ce pédé ?
Le boriz ?

On n'avait pas signé ? Je n'avais pas consenti à des privautés ?
Déjà que je devais jouer en ayant mal au cul, et pas à cause du vin rouge ?
C'est pas gratuit !
Un plateau, c'est un claque, d'accord ! Mais faut respecter les contrats, hein !
Je ne m'envoie pas des machins frippés et mous pour ne rien avoir au final, merde !
Si encore t'étais tringlé façon Sifredi, j'dis pas ! Mais de la zigounette timide, du machin pour maison de retraite, non merci !
Alors, vous le lourdez ce Boriz ?

Ma Ro, console moi, ma chériiiiiiiiiiie ! J'ai mal au cul et au coeur !
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 21:27

Le train, Boriz et Riz crachent leur impatience. C'est une véritable danse nuptiale pour séduire Ro.

deux minutes de piaffements ininterrompus. Gros plans sur Ro. Retour sur le train. Travelling sur les deux hommes.

Puis musique douce,
ciel qui s'éclaircit
travelling avant sur la cheffe de gare.
Elle se révêle être sous son uniforme informe une douce et magnifique créature.

Ro comprend et s'effondre. C'est aussi la faute à ce foutu sabot unique. Foutu film sans budget.
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 21:28

Et pi si on é crit tous in the same time, comment voulez-vous que ce scénario soit cohérent ? là je vais manger
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 21:40

Dac, tu prend les commandes de cet arrière-train infernal, tu fais une VRAIE direction d'acteur ?
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 22:02

OK J AI PAS LE CARACTERE A COMMANDER MOI


Riz tu relèves lentement tes doubles foyers, tu tournes la tête toujours lentement vers la cheffe de gare :Bella- Anna-Malvina. On doit sentir ton émerveillement. Musique symphonique.

Tu te diriges vers elle, tu cours : tes gestes seront traités au ralenti.

Ro, pathétique, réalise la situation. Elle sautille derrière-toi dans son unique sabot. Se casse la gueule sur le bitume sale. Tends les mains et les bras vers toi.

Tu n'en as cu-re. Tu continues vers ton amour.

Là les machinistes entrent en jeu : il faut faire souffler le vent. La caméra suit un bout de jupon qui s'élève vers le ciel. Un cri déchirant, des sanglots.

Je préconise Dvorak pour accompagner le jupon qui symbolise la fin de ton amour pour Ro.
Pour ta découverte de Anna-Bella-Malvina des choses gaites qui emplissent la poitrine du spectateur : Le prince Igor de Borodine et ses danses ...
la partie suivante mettra en scène Boriz.
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 22:12

AH ! Ce connard excuses moi camarade, on joue, je sais même po ki t'es, je te contacte en mp Ce connard, dis-je, de Boriz est toujours de la partie ? (si je puis dire, il n'en n'a pas)
Et pi, c'est un film muet ce truc ?
Ro, que fais-tu avec ta bouche ?

Moi :
je relève mes doubles foyers
Je cours. Me fait mal avec mes pompes de merde.
M'étale dans des poireaux qui trainouillent. Casse mes lunettes. Perd mon dentier. Me percute dans une poubelle. Me rattrape au sein d'une stagiaire.
Dérange deux figurants qui niquent. Les infirmiers me tripotent. Ce n'est pas désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 23:02

Le vent tourne. Heureusement, le vent tourne toujours.
Les taches de graisse de l'uniforme de Bella-Machin-TrucluberLue sautent aux yeux de Riz, témoin numéro 1, comme chacun le sait. Il a un mouvent de recul. Un vague écoeurement lui fait tourner la tête... ô merveille des merveilles... RO !!!
Sa RO chérie étalée sur le quai de la gare !

Savant ralenti de scène. Même le vent tourne au ralenti. Seule Marie-Bella-Truc se démène en accéléré à vous retourner les tripes, parce qu'elle comprend soudain qu'elle ne pourra jamais détourner autre chose qu'un train !

Musique : In the Mood for Love, Violons.
Il pivote lentement sur lui-même.
Sa bouche s'ouvre en formant un cercle d'OR à l'envers. RO !
Il entame au ralenti glissé la lente course pour rejoindre l'affalée qui mord encore le bitume.
A travers ses larmes sans graisse (elle est aussi témoin numéro 1, c'est pour ça qu'ils sont faits l'un pour l'autre), elle réalise le revirement de situation. Elle ajuste ses montures épaisses, s'aperçoit qu'elle doit coller au ralenti. Refait son geste deux foix pour éviter le Trois du Train qui ne siffle pas tellement qu'il est attentif à la suite.
Les fermières sont plantées là, ébahies, poireaux en main. Elles retiennent leur chapeau de paille en botte sur leur chignon croulant.

Ro pleure de bonheur. Elle oublie son sabot dondaine, et sent qu'il se passe quelque chose de décisif. Elle saigne du menton.

Le ralenti se poursuit. Obligé. La musique repart en boucle. Le boss a prévu vingt minutes de ralenti pour cette scène.

Ro arrive aux pieds de Riz, ou plus exactement, c'est Riz qui arrive au menton de Ro. Elle tend la main. Il prend la main.
Le boss râle. Il voulait L'autre main, pas celle là. Celle là n'a pas été maquillée pour des raisons économiques. Tant pis, c'est si beau qu'on ne refera pas une deuxième prise. Ils sont au top, les deux, là !

Il la relève, toujours au ralenti.

Scène du baiser. Indispensable si on veut poursuivre. La scène doit durer très exactement 6 mn 35. Un vrai, pas un faux. Le faux, ça fait toc. On espère que les dentiers vont tenir le choc

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Lun 16 Mai 2005 - 23:38

Je la relève. Juste ce qui faut de ma puissance de mâle.
(montre les muscles, coco)
Ma bretelle gauche saute.
Je touche son front mouillé. Doucement.
Merde, mes ongles sont sales
Le vent tourne. Y a pas de mal. Qu'est-ce qu'elle fouette le parfum !

Je vois Yvette qui arrive. Elle m'apporte mes tartines. Faut que je fasses gaffe, elle va être jalmince.

Moi : aargh ! Je vais me noyer dans vos yeux bleus comme la mer du ciel
On entend "to tototo totototototo" . Ravel. Le beau vélo, je crois.
L'idéal pour toi, jeannot. 20 minutes...Suffit de laisser rouler la pelle. L'Yvette n'y verra que du feu. Et cheftaine non plus.
Vas-y Jeannot !
Moi : Promettez-moi de vous donner à moi, avant cette mission dont je ne reviendrais pas
Je me penche sur ses lèvres, qu'elle tend vers moi, yeux fermés....
Un bouton de braguette saute
Merde, mon portable !
Coupez !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 1:35

Il aurait pu le mettre en vibreur, son portable ! Ro reste bouche bée.... vitrée, style grand jour d'été à canicule omniprésente.

Le problème, c'est qu'il y a un adieu au bout. Sans ce baiser, y'a pas d'adieu, pas de mission, pas de train, ni de gare, ni de cheftaine graisseuse, ni de banc de poireau, bref.
Plus rien.
Du vent.
C'est que du vent, le cinoche.

C'était une erreur.
N'empêche, le ralenti est à refaire depuis le moment où il se penche pour la relever.

Elle, la Ro, elle sent son parfum prisunic se dilapider au vent qui tourne. Bientôt restera plus que la sueur.

Lui, le Riz, réajuste tant bien que mal sa bretelle, reboutonne son bouton de braguette et se râcle la gorge. Le chat grince. Les poireaux se fanent. Les fermières se massent le bras endolori à force de soutenir la botte de paille. Le vent faiblit. La cheftaineLue sort son sifflet. Le train tousse.

Toute la musique que j'aime fout le camp ailleurs.

Le banc publie.

Le boss constate que la charentaise de gauche est à son pied droit, et que son pied gauche est chaussé de la charentaise droite.

Boriz trépigne. Il n'aime pas attendre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Boriz



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 16/05/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 10:12

A moi ! Il est nul ce Riz !
Et son poireau ridicule ! Embarassed

Ah Ro votre parfum de Prisunic !
Ah raah au passé faisons la nique !
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 10:46

REPRISE

Riz est penché sur Ro, il s'est agenouillé, prêt pour LE baiser du siècle. La tension romantique est à son comble.
Elle : les yeux dans les siens.
Lui : il regarde sa bouche et ses promesses. (technique : les boules Quiès dans les narines remplacent avantageusement le masque non approprié à la situation).

Musique : stranger in the night.

La situation se complique.
Le réalisateur va jouer subtilement sur la frustration du spectateur. Pas de baiser.

Ro tourne la tête à 180°. (le réalisateur est un fana de l'exorciste).

Car dans le lointain :
vue sur les rails qui dans l'horizon se rejoignent.
Tension curieuse et étonnée dans les yeux des acteurs.
Les fermières pour plus de commodité ont placé les bottes de paille sur la tête.
Les poireaux sont au garde à vous.
Les brouettes tournent leurs yeux comme les autres figurants.
Le regard de Bella-Anna-Malvina s'émerveille. (elle l'a reconnu).
Dans le lointain une silhouette. Un homme.
Il avance et la caméra recule, laissant planer le mystère.
On devine plus qu'on ne voit une démarche mâle et altière. Ses bretelles sont tricolores (pour se fondre dans le décor). Il a chaque charentaise au bon pied. Sous les bras un litron de rouge.
Détail : il ressemble à Riz - étrangement - Surtout par les poils ne nez significatifs. Détail important qui prendra toute sa mesure dans la suite du scénario. Basanné, un képi à foulard de nuque de la légion remplace avantageusement le béret de Riz. Echarpe de coton du désert nouée "à la légionnaire".

Musique : Il était une fois dans l'Oued. et
Tiens voilà du boudin à l'approche de la silhouette.

La caméra revient sur le quai :
- le train vient de passer, 3 coups de sifflets (sur les wagons le spectateur aura eu le temps de lire : Limoges-Guéret), donnant toute son ampleur à la situation.
Les passages du train signifient le temps qui passe.

Ro la gueuse et la magnifique Bella-Anna-Malvina poussent un cri de joie.
- Attention à la syncro. (synchro ?). Pour cause de budget : enregistrement d'un cri de goret de la ferme à côté de la gare.
- Dans le lointain les restes du jupon de Ro s'envolent. (vestiges de sa jeunesse). Bien filmer de face : Ro a perdu ses avantages artificiels. Paraît soudain ce qu'elle est. Spectateur médusé.

- synchro encore (j'ai regardé le dico).
Leurs bras s'ouvrent en même temps.
Même regard émerveillé.
Réplique forte :
- Ah toi ici.
Boriz entre en gare. Charentaises qui raclent le bitume. Echarpe au vent (penser à emprunter les ventilateurs de l'hôtel de la gare).
Mouches voletant autour de lui.
N'a pas eu le temps de se débarraser de la crotte de chameau du Sahara.
A sa bouche l'éternel mégot de gitane maïs. (penser au spot publicitaire non subliminal. ça fait pas de mal au budget).
Le spectateur doit deviner qu'il sent bon le sable chaud.

La caméra fait un brutal 90° sur Riz :
- consternation d'abord puis jalousie sur son visage.
lui suggérer quelques heures au cours Florent pour les émotions.

Musique : C. Trèlouche : deux hommes et deux femmes.

Les fermières joignent les mains
signe de remerciement à Dieu qui ramène le héros.
(penser à leur demander de s'entraîner pour garder les bottes de paille sur la tête).
Les brouettes et les poireaux font une ronde joyeuse.

Riz est comme un c-n.

Flash back - 10 ans plus tôt. Vue sur le tracteur diesel rouge qui avait causé tant de haine entre les deux hommes. et obligé Boriz à quitter la région.


Dernière édition par le Mar 17 Mai 2005 - 21:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 11:24

Flash-back

Images de foire agricole "LIBRAMONT 1989".
En sépia. Ca économise de la couleur (toujours le budget). Et cette touche "Lelouch" qui nous fait tant pleurer.
Musique "la Lambada", travelling avant sur l'orchestre et gros plan sur l'accordéon.
On doit bien sentir que cette fin de XX était fraîche, sans soucis.
Qu'il y avait encore des oiseaux et de la verdure.
C'était avant la fameuse "catastrophe de Bayonne", qui relégua Tchernobyl au rang de farce pour noces et banquets.
Caméra furtive sur les tablées de militants politiques locaux. N'oublier aucune tendance (le budget !).

On entend un boniment. Une voix rauque, joyeuse, profonde.
"Allons, ma petit' maame, il est point beau c'te tracteur ?"
Brouhaha. Travelling. Flou artistique. On voit une nuque rouge, énorme, perlée de sueur, en partie cachée par un bada rejeté à l'arrière. Il fait chaud. Très chaud.
C'est l'été. On entend une mouche tomber. Bzzzz. Flaaaaatch.
Caméra sur l'avant. Gros plan brutal. On voit un poil. Enorme. Travelling arrière, lent. On voit un nez. Tavelé par le gros rouge. On distingue la fumée du cigarillo planté fièrement entre deux chicots.
Pas de doute. C'est Riz. 16 ans plus tôt. (On avait dit 10, mais le comptable a accepté 6 de mieux, un chic chèque de choc a atterri, "Bon pour un emploi fictif d'animatrice culturelle").
"Ecoutez ma grande, c'est rapport à vot' balcon avantageux que j'vous fait un prix". C'te machine vient des Zuza, faite main au marteau piqueur pour vos yeux qu'vous avez beaux, je m'empresse de vous l'dire, rapport à votre promis qui picole tout ce qui peut au bar.
J'peux point faire mieux, sinon vous promett' un service après-vente de première !
Tenez si ! J'vous le repeint en rouge, couleur pinard. Vot' feignant d'Boriz aimera l' truc.
Et tenez, vu ma santé, j'vous promet des bricoles dans l'poulailler, pasque j'devine que vot' Boriz n'est point trop porté sur la chose. Alors ? Marché conclu ma toute belle ?
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 13:15

Bella Anna Malvina ne peut faire autrement qu'accepter.
Gros plan sur : LA PORTE FERMEE du poulailler.
Musique : savez-vous planter les choux ?
- En souvenir dans mon coeur tu seras désormais Bella Anna Malvina Bam et même Bambam.

Bien filmer la pauvre âme sacrifiée à l'économie de marché fin de siècle : sans le tracteur pas d'avenir.
Air martyr - mains jointes -
Dialogues forts encore :
- Ah mon dieu.

Par comparaison filmer Ro au banquet dans son coma éthylique.

Le temps passe : train Limoges-Guéret.

L'été : utiliser les projo de la gare pour simuler le soleil.
Langage imagé pour le script :
- Ro et Boriz N'gologolo derrière la haie
- Bambam et Boriz N'gologo derrière la haie.
Demander au parc d'acclimatation des bambous et cocotiers pour figurer la haie bocagère. Pas exactement campagnard mais simulera plus le soleil. (truc de réalisateur !).

Bien présenter Boriz comme le s-l--d qu'il est.
Musique grinçante.
Comparaison très fine : image de chien montrant les dents.

Plan suivant :
Train Guéret-Limoges le temps qui passe (inverser les noms de villes pour ne pas lasser le spectateur).
Sur le même plan : les deux maisons. Images côte à côte. Mêmes gestes renforçant la puissance du message.
Bambam et Ro déchiffrant le bluetest fourni par le vénérinaire.

Boriz ne peut assumer cette double paternité.
Chemin de campagne. Symbolique : les coquelicots de la couleur du tracteur.
Boriz sur le tracteur, s'enfuit. Une remorque à l'arrière : ses maigres possessions.
2mn75" - le tracteur roule - le chemin se rétrécit visuellement -
Le spectateur devrait pleurer. Insoutenable.
Musique : l'adieu aux armes.

Nouveau personnage.
Sorcier rabouteux de village Azrariel.
Petit vieux bossu. Nez crochu et mystérieux poils au nez lui aussi. Flasback. Connu depuis des générations.
Caméra autour de la masure.
A l'intérieur étagères et verrines de couleuvres, peaux de lézards...
Faire les vide greniers pour se procurer les ingrédients.
Utilise la crédulité des deux femmes éplorées.
- Mets y cette bouteille de grès dans ton microwave ma fille puis sur le ventre toute la nuit. ça guérit de l'enflure.
(vérifier médicalement la véracité du procédé. Joindre Dr Raynaut).
Musique : it's a wonderful word.

Le temps qui passe. Train Limoges-Guéret.
huit mois plus tard.
Demander au chef de gare d'utiliser sa maison pour figurer la maternité.
Trouver des draps propres.
Eventuellement deux bébés.
Coup du hasard. L'infirmière Isis a été séduite par Boriz puis abandonnée.
Dépit : elle échange les nouveaux-nés.
Image forte : sur une valse de Vienne elle danse, un bébé dans chaque bras.

Tempus fugit. le train ...

Pour élever son enfant Bambam entre à la société de la gare des rails parallèles de la ville.
Ro ne sort peu de son éthylisme.
La caméra passe, doucement, ne s'attarde pas.

Nurse Isis n'est pas mauvaise femme.
Filmer son visage avec plus de lumière. Ses yeux reflètent l'amour de la vie (Le cours Florent elle aussi ?).
Pendant ces 10 années
Flashback
Flashback....
Elle fait la route (le chemin) pour voir grandir les enfants.
(Prendre très vite les plans où elle se cache derrière la haie de cocotiers/bambous. Plus on la garde plus on la paye - la haie -).
Pour démontrer son amour et son abnégation : elle roule en vieille byciclette à une roue et sans selle.
Le spectateur comprendra le tragique de la situation et quel est son état d'esprit. Les hommes devraient serrer les mâchoires et les femmes pleurer.
Musique : A byciclette Y. Montand.

Gros plan sur son visage ravagé.
Pour les larmes artificielles penser à la bassine projetée. Avantage : simulera aussi la sueur du chemin à vélo.
Scène dramatique : elle avoue la substitution à Bambam et Ro.
Les trois femmes en pleur.
Les brouettes en pleurs.
Les poireaux aussi à forte connotation spirituelle doivent rester en premier plan.

Chacune doit parler à son enfant.
Ils son jeunes mais s'aiment.
Attention dialogue très forts. Surhumains.

- Tu seras toujours mon fils mais tu n'es pas mon fils et la fille que tu aimes est ma fille et ta soeur.
- Tu seras toujours ma fille mais tu n'es pas ma fille et le garçon que tu aimes est mon fils et ton frère.

Réflexion intellectuelle du spectateur.

10 ans ont passé. Les trains.... fin des flashbacks. Retour de Boriz.


Dernière édition par le Mar 17 Mai 2005 - 21:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 21:28

rizlabo a écrit:
Je la relève. Juste ce qui faut de ma puissance de mâle

!


Monsieur, c'est un forum correct et de bon goût ici !
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mar 17 Mai 2005 - 21:57

spiderman zut l'avais pas vue celle-la !
Pour une fois que c'est pas
Ariel a écrit:
patati patata
Bueno.
Je planche sur le rush suivant.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 18 Mai 2005 - 1:14

fin des flashbacks. Retour de Boriz.

C'est là qu'elle entre en scène.
La mouche.

Toujours pour des raisons économiques, on a paré au plus pressé.
Une mouche à merde fardée en mouche à western.
Sauf les yeux. On lui a pas fait les yeux pour éviter toute ressemblance avec un travesti mal fagoté.

Musique : le vol du Bourdon - Michel Lebb.
Elle s'élance. Vol lourd. Elle a pas l'habitude, sans le purin. (Penser à poser ça et là des mini-purins en délicats mouchetis pour qu'ils se fondent au décor)
Vol lourd.
Un rien dévié. (penser à la ligne blanche, discrète, style fluo sans fluo)

Elle se dirige selon le script droit sur Boriz. Mission : se poser sur le bord du képi et attendre le gros plan.

Passage du train Guéloge-Liret (pancartes de traviole cause vitesse, cause épuisement du train, toujours le même, les passagers se changent rapidos deux kilomètres plus loin avant de repasser dans l'autre sens pour se changer deux kilomètres plus loin, avant de repasser dans l'autre sens pour se changer deux kilomètres plus loin, avant de repasser dans l'autre sens pour se..... bref, normalement tout le monde comprend tout de suite)

Appel d'air.
Déstabilisation de la mouche à merde. Son rôle lui tient à coeur, elle tente un redressement.
Percute un poireau.
S'assomme et se met au vert, le temps d'aimer avoir joué ce rôle. KO.
STOP musique.
Relancez le train en marche-arrière.
Le vent en marche arrière.
Le purin en snif arrière.

COUPEZ !

Les aléas du cinéma !

Arrivée toutes spatules déployée de Cuis'tôt, Sels en main.
Séance de réanimation d'urgence.
La mouche bat de l'aile, mais défaille encore.
Les poireaux font la gueule. Complexe du dé confit.
Ire du boss.

Le Cuis'tôt s'affaire. Edenirvazaza arrrivent parrr trrrois pourrr lui prrrêterrr main forrrte.
La mouche se réconforte.

Les comédiens transpirent.

Elle reprend des couleurs. Noir.

On peut reprendre.
On l'a échappé belle !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 18 Mai 2005 - 23:36

Coup de malpot.
Mouchonne mouchamiel fait venir ses avocats sur le plateau.
Un contrat intéressant pour Hollyelsewhere in UZA.

- Penser aux figurantes remplaçantes.
- Voir les rubans collants au dessus de la table de ferme. (nombreuses possibilités).

- Grève des fermières : veulent revoir leur contrat. Refusent le port permanent de la botte de paille sur tête hors tournage.
Trop cher en maquilleuse pour refaire à chaque fois.
Prévoir un bras de fer qui risque de durer.

- Les brouettes réclament un vernis neuf en fin de tournage.

- les poireaux veulent être mis en valeur.

Ro Duchmouilleau refuse de doubler le texte sur pellicule. Pas d'autre solution c'est ça où elle l'apprend. Pour l'instant il lui suffit de remuer la bouche.
Avons trouvé la solution pour les expressions : doubler les foyers de ses lunettes.

Riz refuse d'être Riz et Boriz à la fois.
Engageons un acteur espagnol : Riz ollé.

RV avec commissaire Gadget.
Plainte pour vol déposée par le Colonel Moutarde, légionnaire.
Aurait reconnu quelqu'un du tournage s'enfuyant avec son képi et son écharpe.
- Prévoir caisse noire pour frais de justice. (s'arranger avec le juge pour paiement sur futurs bénéfices du film ?).

Procès à prévoir. Certains personnages du film existeraient bel et bien. (????)
Penser à l'annonce :
- toute ressemblance avec des personnes existantes N'EST PAS fortuite.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 5 Avr 2006 - 23:24

Remonte, qu'on ne te croie pas mort, vieux topic.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 5 Avr 2006 - 23:27

Je suis tellement soulagée. J'aime relire ce récit car il me rappelle des parties folles de délire. Je ne le trouvai plus.

Merci Ro. mais grrrrrrrrrrr arrête de changer les choses de place. Mon coeur fragile n'y résistera pas.

Et Hop une relecture pour la bonne humeur !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 5 Avr 2006 - 23:28

Il a toujours été là. Par contre je pensais l'avoir transféré dans Jeux.
Et cette fois, oui, je le bouge pour l'y mettre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 5 Avr 2006 - 23:29

Smiley qui se tire une balle dans la tête !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 5 Avr 2006 - 23:45

Smilie du corbillard.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 12 Avr 2006 - 23:05

à quand le retour du train ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   Mer 12 Avr 2006 - 23:32

Les protagonistes vont peut-être se réveiller avec le printemps. Mais tu est parfaitement iinvité-autorisé-soutenu à relancer l'affaire, l'entrée n'est pas privée Bertrand.



tricot
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le départ du train... (*)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le départ du train... (*)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Petit train touristique du Tarn
» Vidéo d un train dans le complexe ferroviaire de Lyon
» Train en départ de Grenoble
» Un moyen pas cher (train, avion, etc...) de faire Nice-Disneyland Paris regulierement ? (sans voiture)
» Kolwezi, la part de la légion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Jeux d'écriture-
Sauter vers: