Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2 M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: 2 M   Jeu 26 Mai 2005 - 18:42

Ce qui différencie l'Homme et la Femme...les 2 M...

Il nous faut méditer sur le machisme et la misogynie servis par la langue française dans laquelle le même mot désigne l'espèce humaine et l'individu mâle, comme si le second était le meilleur représentant de la première.

Simone de Beauvoir, dans Le Deuxième Sexe, met l'accent sur ce point en remarquant que le mot désigne “à la fois le positif et le neutre. Il y a le type humain absolu qui est le type masculin. Le mot " homme " en alphabet phonétique, [mo] est l'anagramme de [om]) vient d'ailleurs du latin homo, qui a donné le pronom on : l'homme, c'est tout le monde.
La femme est un homme à part. Le terme s'emploie pour désigner soit une personne de sexe féminin, soit... l'épouse d'un homme. Là encore, la balance n'est pas égale. Puisqu'un mari peut dire : “C'est ma femme”, on (on, c'est-à-dire les femmes, y compris les célibataires et les divorcées) on devrait pouvoir annoncer dans tous les milieux et en toutes circonstances, sans avoir besoin de le chanter d'un air canaille : “C'est mon homme”.

Mais la langue s'obstine dans ses discriminations. Ainsi tous les moralistes des XVIIe et XVIIIe siècles, à la recherche de vérités éternelles, mettent-ils face à face “l'homme” et “les femmes” : grammaire tortueuse, qui oppose le masculin singulier au féminin pluriel.

Jacques Lacan s'est même fendu du fameux : “La Femme n'existe pas” - comme si à une entité mâle quasi divine ne pouvait correspondre qu'une myriade d'éléments femelles tous tirés de la même côte. “Dieu n'a créé les femmes que pour apprivoiser l'homme”, assure Voltaire. Des milliers d'Eve pour un seul Adam, en quelque sorte...
D'un autre côté, quand l'équilibre grammatical s'opère sur le nombre, c'est rarement par souci de justice. Ainsi, “l'homme est un roseau pensant” de Pascal devient sous la plume de Jules Renard : “La femme est un roseau dépensant”.

Dépassons pourtant ces vieux, très vieux conflits et observons que, in fine, les deux mots sont assez semblables. Ce qui les rapproche surtout, au-delà des divergences initiales, ce sont les deux m qui en forment le coeur. Telle est la bonne nouvelle ( le e en reste muet de bonheur ) : homme, femme, les deux s'aiment...
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
2 M
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: