Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pierre Pelot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Pierre Pelot   Lun 6 Juin 2005 - 12:23

Méchamment dimanche

Zan, bientôt douze ans, habite avec son père veuf, Marcel Dieude dit le grand Marcel, ouvrier chargé de la chaufferie et éventuellement de l'atelier de menuiserie du tissage des Ajols. Les fantômes de sa mère et de son jeune frère hantent encore la maison…Malgré son jeune âge, Zan ou « Bout d’Zan ou P’tit Grand Marcel » est le chef d'une bande de « galichtrés », Tipol, Tonto, Belette et sa jumelle Zita. Certains de ces garnements sont rassemblés la nuit du 13 juillet 1957, dans le cimetière pentu du village de St-Maurice-sur-Moselle. Zan, après avoir imprudemment parlé d’une trappe et d'un souterrain secret, n'avait pas prévu la venue de « ce grand con de Nano Grandgirard », un rival, qui le jette dans le trou avec son copain Tipol. De cet incident humiliant va naître un désir de vengeance, attisé par la jalousie, surtout lorsqu’il voit l'adolescente Angèle s'intéresser à Grandgirard ! La guerre des bandes est déclarée, riche en épisodes angoissants ou tragiques, telle l’attaque d’un train par des « Indiens », munis d'arcs aux flèches acérées. Suivra l’incendie criminel... Zan devient angoissé et épouvanté. Il voit le monde entier le menacer d' « aplatissement », un sentiment bientôt renforcé par un insupportable sentiment d'injustice. Il y a quelques années, son petit frère est mort alors qu'il était sous sa surveillance. De désespoir, sa mère s'est suicidée et son frère disparu s'est réincarné dans le chien de la famille, Jean-Claude, chien avec lequel l'enfant converse normalement. Quant à l’assistante sociale, Méline Baillon, apparentée à la famille Baillon, propriétaires et patrons du tissage, qui a entamé une liaison avec son père, Zan ne le supportera pas ! Jugé comme un meneur, il est menacé par son père d’être envoyé en pension à l’école Saint-Joseph de Remiremont. 2004. Un drame provoque le retour au village d'un certain Jip Barthe, commissaire de police retraité, dont on devine très vite qu'il a bien connu le forcené Paul Barcot, dit l’Attendeur, un vieil homme du village, lequel vient d'abattre froidement cinq ouvriers en train de démolir une vieille maison afin d'améliorer les routes.

A l'intérieur de ce récit sur le passage de l'adolescence à l'âge adulte, Pelot déploie son talent de conteur. Baigné dans une ambiance de village, avec ses non dits, ses personnages, nimbé de relents fantastiques et policiers, basé sur le remords la culpabilité. « Méchamment dimanche » est le récit d'une superbe amitié et d'un copain ignoré.
http://users.skynet.be/pierre.bachy/pelot-mechammentdimanche.html
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
Pierre Pelot
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Personnage] Dylan Stark par Pierre Pelot
» [Pierre Pelot] Broceliande
» Pierre Pelot
» Les auteurs « progressistes » : Christian Grenier, Pierre Pelot et les autres
» Pierre Pelot - Le sourire des crabes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: