Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Violence des banlieues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 1:55

Citation :
PARIS (AFP) - L'explosion de violence en banlieue parisienne suscite les doutes de nombreux élus et responsables associatifs sur la politique de la Ville au moment où le gouvernement a lancé un vaste programme de rénovation urbaine.
Pour bon nombre d'intervenants sur le terrain, comme Farid Saïdani, responsable associatif depuis 20 ans à Villiers-le-Bel (Val d'Oise) "depuis quelques années, le tissu associatif, en banlieue, est en train de mourir". Et il impute "en partie" les violences actuelles à ce dépérissement du financement des associations.
François Pupponi, maire PS de Sarcelles (Val d'Oise), la cinquième plus pauvre commune de France, dénonce aussi "la rupture sur les emplois aidés comme sur le financement des associations". "Cela, ajouté à la crise économique qui est féroce - le taux de chômage des jeunes dans les communes touchées par la violence oscille entre 25 et 30% - et la situation est explosive", dit-il aussi.

Plusieurs élus des communes touchées par l'explosion de violence font valoir que la politique de la Ville, conçue par les socialistes au début des années 80 pour lutter contre les problèmes d'exclusion dans les périphéries des grandes villes, a perdu de sa substance et s'est peu à peu délitée.

Ils font aussi valoir que cette politique de la Ville, érigée au 4ème rang des ministères d'Etat au début des années 90, a été reléguée aujourd'hui au rang de Délégation interministérielle à la Ville, à l'intérieur du vaste ministère de l'Emploi et de la Cohésion sociale dirigé par Jean-Louis Borloo.

"La vraie rupture, indique une source proche du dossier qui a souhaité garder l'anonymat, a été dans la primauté donnée à la rénovation urbaine au détriment du traitement social".

Plusieurs élus citent à cet égard qu'il y a depuis 10 ans un tiers de policiers en moins dans les zones urbaines sensibles où il manque par ailleurs, et sur la même période, 50% d'éducateurs.

Pour Fode Sylla, ancien dirigeant de SOS Racisme, qui vit en Seine-Saint-Denis à Montreuil, et dénonce "le délitement social extrêmement profond" de certains quartiers, "la rupture date de 2002, même avant, dit-il. On a baissé les bras. Et la Rénovation urbaine sans social, ça ne marche pas: le bâti importe peu si les gens vont mal dans leur tête".

Pour le maire de Sarcelles, le problème de fond est que "les politiques de droit commun se sont désengagées" des quartiers sensibles. "La politique de la Ville devait surabonder les budgets de droit commun, explique-t-il, ce devait être un plus". "Mais, ajoute-t-il, elle a été trop souvent la seule à investir" dans les banlieues.

Jean-Louis Borloo, qui a lancé il y a dix-huit mois un Plan de Cohésion sociale, se défend des accusations portées contre un désengagement de l'Etat dans les quartiers défavorisés. "Un tiers de notre programme de rénovation urbaine concerne aussi les équipements publics", disait-il au journal Le Monde dans son édition de vendredi, ajoutant que "depuis trente ans, on aurait dû multiplier et renforcer les services publics dans ces quartiers".

Il fait valoir également que là où l'"on mettait 28 millions d'euros par an, en 98-99, sur la rénovation urbaine lourde, on investit aujourd'hui dix fois plus sur un seul site de rénovation: 325 millions d'euros sur Clichy-sous-Bois-Montfermeil jusqu'en 2008".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par le Sam 5 Nov 2005 - 2:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 2:01

Citation :
Le maire de Sevran dénonce une "ségrégation spatiale" en Ile-de-France

PARIS (AP) - Le maire communiste de Sevran (Seine-Saint-Denis) Stéphane Gatignon a dénoncé vendredi la "ségrégation spatiale" dont sont victimes les habitants de son département, regrettant qu'aucun "rééquilibrage" n'ait été effectué ces trente dernières années dans les banlieues.

"Quand l'Ile-de-France a été créée, les usines ont été installées à l'est pour des questions de vent et de pollution et éviter que Paris ne soit polluée", a-t-il expliqué à l'Associated Press. "Du coup, on a créé une ségrégation spatiale très forte qui se retrouve aujourd'hui sur les épaules de gens en difficulté".

Selon lui, "aucune politique depuis trente ans n'a fait en sorte qu'il y ait un rééquilibrage" et "ces populations dont les parents ont subi la désindustrialisation se trouvent dans une situation compliquée de non-intégration".

"Aujourd'hui, c'est la Seine-Saint-Denis, mais dans dix ans, ce sera la Seine-et-Marne, (...) où on est en train de reproduire les mêmes erreurs", a poursuivi Stéphane Gatignon.

Peuplée de 50.000 habitants, la ville de Sevran, dans la banlieue nord-est de Paris, compte 4.600 chômeurs et 1.600 Rmistes, pour un taux de chômage de 17% de la population active, a-t-il précisé. Un taux qui atteint les 30% chez les jeunes de moins de 25 ans dans les quartiers dits difficiles.

Il a estimé que l'Education nationale n'avait pas "les moyens d'assurer sa mission jusqu'au bout, notamment dans ces quartiers". "On demande aux villes d'informatiser les écoles. Il y a des villes qui sont informatisées depuis maintenant longtemps, mais il y a des villes pauvres comme Sevran où les établissements scolaires ne sont toujours pas informatisés", a-t-il ajouté.

Autre inquiétude, la question du logement. "Il y a un problème de cohabitation, avec des jeunes qui restent jusqu'à 25-30 ans chez leurs parents. Pour trouver un logement, quand on est jeune et qu'on a des contrats précaires, comme des CDD (contrats à durée déterminée), c'est un problème terrible". Les jeunes ont "beaucoup de mal à se créer des projets de vie", a observé le maire de Sevran.

Enfin, il a expliqué que sa ville comptait plus de 50 nationalités différentes. "On leur demande de s'intégrer à la société française, mais on n'a jamais réfléchi à la construction d'un monde commun ensemble. On a renforcé le communautarisme, créé des ghettos culturels", a-t-il conclu. AP

Je me demande si là-haut, ils se posent les bonnes questions au bon moment, s'ils prennent la peine de se tremper les pieds dans les banlieues en ôtant leurs verres fumés. Tous. Quels qu'ils soient.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
aristée
Dard-d'Art
avatar

Nombre de messages : 1449
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 14/07/2005

MessageSujet: La banlieue   Sam 5 Nov 2005 - 11:26

Je ne sais ou mettre ce message

Que faire?
Le problème des banlieues vient de surgir au premier plan.
Comment le résoudre?
Toutes les solutions proposées pourront être critiquées.La mienne comme les autres évidemment.
Je ne suis pas un spécialiste, mais cela peut être un avantage car je n'ai pas d'a priori.
Il me semble qu'il y a 3 nécessités
1/ Il faut sortir les meneurs des banlieues
2/ Il faut les intégrer dans un rythme de vie normal
3/ il faut les occuper et si possible leur donner une formation.
Par ailleurs, il ne faut pas dédaigner la puissance des mots.
Ne pas parler de condamnation mais d'astreinte
Ne pas parler d'uniforme mais de tenue de travail
Ne pas parler de service militaire ( d'ailleurs, il n'y aurait pas d'arme ni de salut militaire ni lever de couleurs etc) mais de service social
Sous le bénéfice de ces observations, il faudrait pour une situation exceptionnelle des mesures exceptionneles, même si elles ne respectent pas certains principes.
Une loi d'exception suivie de décréts d'application devraient organiser le système suivant
Il existe en France de nombreux terrains de manoeuvre ( Mourmelon, Satori etc)
Tous les meneurs seraient soumis a une astreinte de 1 an.
Envoyés dans un terrain de manoeuvre organisé a cet effet, ils auraient une tenue de travail ( djeans, blousons ) et seraient groupés en sections de 40.Le fait qu'il y ait beaucoup de trés jeunes n'est pas un obstacle( personnellement à 12 ans j'étais au Prytanée militaire, et dans une période particulièrement dure)
L'encadrement sur le plan de la discipline serait assuré par la légion ( qui devrait recevoir une formation spéciale pour que ne soient pas imposées des régles militaires véxatoires et absolument inutiles). Un adjudant ou adjudant chef ou sous lieutenant dirigerait la section, il aura 5 ou 6 collaborateurs ayant un titre civil ( par exemple organisateur).
4 sections formeraient une compagnie commandée par un capitaine
4 compagnies un bataillon.
Un lever et une extinction des feux a heures fixes, donneraient le sens d'un rythme de vie normal.C'est primordial.
Le matin serait consacré a des cours de français et de calcul élémentaires, dispensés par des membres de l'enseignement, volontaires et rémunérés en conséquence.
L'aprés midi serait consacré en principe a des exercices physiques et aux sports
Dans la mesure du possible, des ateliers seraient crées pour donner une formation de base( menuiserie, plomberie, mécanique, informatique etc. Ces formations auraient toujours une priorité par rapport aux activités sportives et d'enseignement.
Il semblerait que les exactions actuelles soient occasionnées parcequ'il y a quelques meneurs.1000 ou 2000, ce qui représenterait 1 ou 2 bataillons. Ce ne serait pas énorme.
Bien sur ce plan peut être critiqué. il peut aussi être amélioré. Mais il me semble, que conduit avec fermeté et doigté, il pourrait constituer un élément da,s le reglement du problème.
D'autres plans radicalement différents peuvent être proposés. Car ne nous y trompons pas. Directement ou indirectement nous sommes tous concernés, même au fin fond de nos campagnes.
Revenir en haut Aller en bas
http://bon.livre.free.fr/
Deliege

avatar

Nombre de messages : 3537
Age : 55
Localisation : Entre le Vatican et Diên Biên Phu
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 12:00

Y compris chacun d'entre nous qui,souvent, n'y vivons pas ....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 15:47

Beaucoup d'entre nous qui n'y vivons pas y ont vécu.
Voilà 9 ans que j'ai quitté la banlieue sud (Essonne principalement).
Je n'ai rien oublié de la progression de la pression. Je me souviens parfaitement des paliers successifs. J'y ai vécu 41 ans.
Je ne suis pas coupée des lieux, puisque j'y ai beaucoup d'amis.

J'y reviendrai. J'ai eu le temps d'y réfléchir plus d'une fois.
Si j'étais restée deux mois de plus à Evry, j'aurais fini par voter Le Pen, et c'est très grave. C'eut été une erreur de ma part, mais on perd tout repère objectif quand on est baigné dans l'atmosphère quotidienne.

Faut remonter beaucoup plus en amont, comprendre pourquoi et comment.
A mon avis, ils ne feront jamais la démarche de cette étude, pas plus qu'ils feront une démarche constructive.
Ils vont trouver des conneries pour apaiser, mais rien de fondamental. Toujours le paraître, et la bonne conscience en drapeau.

J'y crois plus. En personne.

Aujourd'hui, j'en suis à me dire que les flics sont ficelés dans un système, que les élus sont aussi ficelés par les élus plus haut placé qu'eux, que les bénévoles sont ficelés par le peu de moyens mis à leur disposition, que les émigrés affluent pour ne pas crever de faims mais sans réelle volonté d'intégration, que les jeunes d'où qu'ils viennent d'ici ou d'ailleurs sont paumés dans l'incertitude de demain et la diarrhée d'opulence qu'on leur fout sous le nez, que les salariés subissent des conditions de travail absurdes, que le patronnat se fout de la gueule des salariés du moment qu'ils remplissent leur compte en banque, que les voisins se foutent du viol sous leurs yeux parce que c'est pas leur problème, que les médias ne sont attachés qu'à leur scoop histoire de se faire du public, que l'Eglise se fout de la gueule du monde en prêchant des conneries monumentales et que c'est davantage une secte qu'une oeuvre de charité et de compassion, que les putes ont recours à ce qu'elles font pour tenter de bouffer jusqu'à la fin du mois, que les bonnes volontés sont décapitées parce qu'on les prend pour des illuminés, que la société est de moins en moins concernée par la culture malgré les demandes et qu'une société qui fout le camp comme ça, ce n'est presque plus réparable.
La volonté de changer, nous l'avons tous. Mais tous nous sommes considérés comme des abrutis-moutons-vaches à lait, par les nantis et qu'ils se garderont bien de faire quelque chose pour nous.
Ce qu'ils entameront ne le sera que pour eux-mêmes. Donc ils ne se pencheront jamais sur les vrais problèmes, bien qu'ils tenteront de nous le faire croire.

Pensée du jour. Même si c'est un amas de conneries, je m'en fous, c'est dit.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 16:31

au moins ça fait du bien de sortir ce qu'on en vient parfois à penser, hein Romane.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 16:36

Romane a écrit:
J'y crois plus. En personne.

.

espérer, espérer...commencer par essayer de croire un peu en soi, après alors peut-être...
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 16:43

Ne vous cassez pas la tête.
Tout va se tasser, comme d'habitude.
Il ne restera qu'un résultat chiffré en montant des dégâts.
Un nouveau train de mesures pour s'attaquer au problème.
Déblayage et reconstruction financés par nous autres.
Jusqu'au prochain coup.
Et si vous êtes vraiment contrariés, il doit bien y avoir quelques autobus à incendier, par chez vous, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Deliege

avatar

Nombre de messages : 3537
Age : 55
Localisation : Entre le Vatican et Diên Biên Phu
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 17:19

Extrait d'une interview publiée par le nouvel Observateur
La théorie du Complot
Quel rapport ? A votre avis ?


N. O. - Vous situez clairement la source de cette vision « complotiste » du côté de la droite cléricale, adversaire des Lumières. Mais vous n'hésitez pas à faire une soudure assez audacieuse avec la rhétorique d'extrême-gauche, altermondialiste en particulier, dénonçant la domination du monde par l'oligarchie financière...
P.-A. Taguieff. - Avec celui de la décadence, le complot mondial est le principal mythe antimoderne de la modernité. Au xixe siècle, les milieux traditionalistes chrétiens dénoncent un complot contre Dieu... Puis surgit l'anticapitalisme révolutionnaire, nouveau vecteur du mythe des maîtres cachés du monde : les maîtres de la finance. Le mythe Rothschild est largement fabriqué par les premiers socialistes. Alphonse Toussenel, disciple de Fourier, publie en 1845 « les Juifs, rois de l'époque ». Marx et Proudhon réduisent le judaïsme à une sordide théologie de l'argent roi. L'espace du complot est bipolaire : à l'extrême-droite contre-révolutionnaire s'ajoute l'extrême-gauche anticapitaliste. Drumont va mixer tout ça... Les juifs se transforment en figure répulsive de synthèse.
N. O. - Mais aujourd'hui, quel rapport entre les alters et l'extrême-droite ?
P.-A. Taguieff. - La rhétorique est la même : hantise des maîtres cachés, cyniques et prédateurs, dénonciation des manipulateurs, lamentations sur le sort du peuple crucifié sur l'autel de la finance... L'antimondialisme d'extrême-droite reste vivace, notamment aux Etats-Unis, et nourrit une littérature répétitive du complot. Mais les sites antimondialistes de gauche, dits altermondialistes depuis 2000, regorgent aussi de complots. Les « véritables maîtres du monde » sont débusqués derrière le « nouvel ordre mondial » qu'ils sont accusés de mettre en place. Ils manipulent et contrôlent tout. Lisez un des maîtres à penser du néo-conspirationnisme d'extrême-gauche, Noam Chomsky !
N. O. - Comment expliquer que dans notre monde surinformé, où l'accès au savoir n'a jamais été plus aisé, les théories conspirationnistes continuent de proliférer ?
P.-A. Taguieff. - C'est un effet paradoxal de la transparence démocratique : plus elle met en lumière les actions des services secrets, des pouvoirs politico-financiers, des groupes mafieux, plus elle nourrit l'imaginaire conspirationniste. Vous y contribuez à votre façon. Le scoop est un peu le Graal de votre métier. Il faut « dévoiler », « révéler », dire « la vérité sur... » Ce faisant, vous alimentez l'idée typiquement conspirationniste que les apparences sont trompeuses, que « la vérité est ailleurs ». Le soupçon devient le mode ordinaire de perception des événements. Et se retourne contre ceux qui font l'information. Un des postulats du conspirationisme est justement que la presse ne dit pas la vérité.
N. O. -D'où la passion des conspirationnistes pour internet...
P.-A. Taguieff. - C'est le vecteur parfait pour la prolifération des rumeurs hostiles et des croyances magiques. Les théoriciens du complot l'ont bien compris - je pense aux amis de Dieudonné ou de Thierry Meyssan. Il permet de diffuser, sans aucun contrôle, des thèses délirantes qui ne pourraient pas être publiées. Et qui dans le monde du soupçon acquièrent de ce fait une valeur inestimable : avoir reçu l'information en confidence, de bouche à oreille, d'ordinateur à ordinateur, fait de vous un initié. Ici, pas de contre-pouvoir, pas d'appareil critique. Internet, c'est l'anti-Lumières.
N. O. - Et aussi, expliquez-vous, le canal privilégié d'une littérature ésotérique d'extrême-droite en plein essor...
P.-A. Taguieff. - Les connexions entre ésotérisme et complotisme se sont récemment multipliées : sous le couvert d'un ésotérisme de bazar se propage une thématique extrémiste qui bénéficie ainsi d'une audience considérable. Certains livres sont passés des librairies d'extrême-droite aux rayons « ésotérisme » des librairies généralistes. Ces accointances entre négationnisme habile, ufologie délirante et complot judéo-maçonnique mondial ont une bonne vingtaine d'années. Le texte fondateur de cette nouvelle vague est le livre des pseudo-historiens Michael Baigent, Henry Lincoln et Richard Leigh, « l'Enigme sacrée », publié en 1982 en Angleterre, et aussitôt best-seller. « L'Enigme sacrée » a deux postérités. L'une est fictionnelle : Dan Brown y a largement puisé pour son « Da Vinci Code ». L'autre, politico-complotiste : celle qui court dans la littérature ésotériconéonazie. Le lien n'est pas fortuit. Au xixe siècle, l'occultisme, dans la foulée du romantisme, se banalise au moment où se constituent les théories du complot mondial. Dans les deux cas, rien n'arrive par hasard. Tout se tient, tout est lié. Et rien n'est tel qu'il paraît être. La folie de décodage à la Dan Brown vient de là. Il faut décrypter, démasquer. On n'en a jamais fini...

(1) « Les Protocoles des sages de Sion. Faux et usages d'un faux », nouvelle édition, Fayard-Berg International.

Pierre-André Taguieff, 59 ans, philosophe, sociologue et historien des idées, est directeur de recherche au CNRS. « La Foire aux illuminés. Esotérisme, théorie du complot, extrémisme » paraîtra le 9 novembre aux Editions des Mille et Une Nuits (616 p., 23 euros).

Laure Garcia Claude Weill
Revenir en haut Aller en bas
aristée
Dard-d'Art
avatar

Nombre de messages : 1449
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 14/07/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 17:35

Contater avec amertume que tout le monde est responsable c'est bien.
Rapporter de savantes cogitations philosophiques sur la question de complot ou non, comme le fait Deliège, c'est bien.
Tout cela ne manque pas d'intéret.
Mais sur le plan pratique, on fait quoi?
Je sais bien. Nous ne sommes pas en charge de ce problème.
Mais s'il y a des idées a emettre,énoncez les.. Cela pourrait être constructif, car les idées vont vite.
Revenir en haut Aller en bas
http://bon.livre.free.fr/
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 17:39

Deliege a écrit:
La théorie du Complot
Quel rapport ? A votre avis ?
C'est la question que je me posais.
Je partage entièrement les développements de l'auteur sur le fantasme du complot qui a pourtant de nombreux adeptes, et je suis admiratif de la pertinence du propos et de la remarquable concision avec laquelle il est exprimé mais je ne vois effectivement pas le rapport...
Revenir en haut Aller en bas
ronronladouceur
Prout Chef
avatar

Nombre de messages : 2608
Localisation : ciel nymbé d'étoiles
Date d'inscription : 27/01/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 18:29

aristée a écrit:
Mais sur le plan pratique, on fait quoi?

Je me demande si les choses ne sont pas justement en train de se faire... De par leur ampleur quasi inimaginable, les événements du 11 septembre n'auguraient-ils pas ce genre d'actes à plus petite échelle?

Quand on a sous le nez les vrais problèmes et qu'on ne bouge pas le petit doigt, comment se plaindre qu'un jour ou l'autre on nous les envoie dans le nez?
Revenir en haut Aller en bas
Deliege

avatar

Nombre de messages : 3537
Age : 55
Localisation : Entre le Vatican et Diên Biên Phu
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 18:49

selmer a écrit:
Deliege a écrit:
La théorie du Complot
Quel rapport ? A votre avis ?
C'est la question que je me posais.
Je partage entièrement les développements de l'auteur sur le fantasme du complot qui a pourtant de nombreux adeptes, et je suis admiratif de la pertinence du propos et de la remarquable concision avec laquelle il est exprimé mais je ne vois effectivement pas le rapport...

Le rapport c'est une réaction au "tous pourris" qui me hérisse de plus en plus .
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 21:30

Ces foyers d'incendie conduisent inévitablement chacun à poser TOUTES les questions et d'y aller chacun de sa critique.
Pour apporter des réponses, on ne peut faire l'économie d'un débat de société.
D'ou l'extrême difficulté de s'entendre et l'immense cacophonie de tous les acteurs et tous les commentateurs.

Il faut, bien sur, condamner à réparation des jeunes et des très jeunes qui, très probablement, ne savent même pas très bien ce qu'il font.
Quand on lit le CV de ceux qui passent devant les tribunaux, on est attéré devant tant de misère morale, affective, économique.
On peut comprendre pourquoi ils en sont là.
Et aussi pourquoi nous sommes las.

En ce qui me concerne, j'ai, pour le moment, très envie de caillasser les "yaka". Et de foutre le feu à leurs convictions, leurs nains de jardins. Les Karchériser bien profond, à des centaines de bars dans le fion.
Revenir en haut Aller en bas
Deliege

avatar

Nombre de messages : 3537
Age : 55
Localisation : Entre le Vatican et Diên Biên Phu
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Sam 5 Nov 2005 - 21:47

Même énervement (voire plus !) , quand je reçois comme chaque samedi l'hebdo du PS qui titre sur une photo de jeunes se recueillant après la mort de deux d'entre eux : "La faillite de la droite !"
Ah que c'est intelligent comme titre mes chers camarades !! Quelle finesse dans l'analyse !! Quelle puissance dans la proposition !!
Merde ça me fatigue à la fin !!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Dim 6 Nov 2005 - 17:23

monilet a écrit:
au moins ça fait du bien de sortir ce qu'on en vient parfois à penser, hein Romane.

Et encore. Je n'ai pas eu le temps de mouliner tous les secteurs concernés.

Deliège a écrit:
Merde ça me fatigue à la fin !!

Surtout quand individuellement, on sait que ce que l'on fait ne représente qu'une infime goutte d'eau peut-être "trop si peu" devant l'amas de tout ce qu'il faudrait remuer.
Qu'on ne PEUT pas baisser ses bras de terre contre le broyage de fer.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 13:30

Puisqu'on entend les mots "guerre civile", y'a -t'il des chances pour que ça bouge, où faut-il qu'ils brûlent un peu plus ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alf
Plumoversificateur
avatar

Nombre de messages : 13967
Age : 69
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 14:08

Relevé dans MAirie Info

4 novembre 2005
Les maires de Ville et banlieue «demandent qu’une vraie solidarité nationale s’exerce à l’endroit des banlieues»

«Une fois de plus, les villes de banlieue sont à l’ordre du jour dans les media et au gouvernement parce qu’elles flambent, et seulement parce qu’elles flambent.», estiment les maires de l’association Villes et banlieues dans un communiqué.
Tout cela, disent-il, est «décourageant pour les maires et les acteurs de la politique de la ville dont le travail et les réussites au jour le jour ne sont jamais décrits, jamais valorisés.» Pour eux, il serait «facile de croire que ces explosions violentes ne concernent que des territoires à la marge et à la périphérie. C’est tout au contraire notre société et sa ségrégation sociale et territoriale qui sont ainsi remises en cause.»
Les maires de Ville et banlieue «demandent qu’une vraie solidarité nationale s’exerce à l’endroit des banlieues: solidarité financière, solidarité dans le maintien ou le renforcement des services publics, solidarité dans la mise en oeuvre d’une politique de la ville forte et ciblée, solidarité dans la lutte contre les discriminations, solidarité dans la répartition des logements. Cela n’est jamais vraiment à l’ordre du jour, ni dans les assemblées, ni au gouvernement. Les évènements de ces derniers jours permettront-ils enfin qu’une politique financée et cohérente soit menée?»
Ils se disent «solidaires de leur collègue Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois, et de tous les maires et communes touchés par les violences urbaines.» Ils rappellent qu’ils ont «déjà expérimenté de nombreuses solutions venues d’en haut pour les banlieues; il est temps qu’ils soient vraiment entendus et soutenus pour faire revenir durablement la paix sociale dans leurs villes.»
Dans l’attente du nouveau plan pour les banlieues annoncé par le gouvernement, les maires de Ville et banlieue demandent à être reçus «en urgence» par le Premier ministre, Dominique de Villepin.
Revenir en haut Aller en bas
Alf
Plumoversificateur
avatar

Nombre de messages : 13967
Age : 69
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 14:09

Idem :
4 novembre 2005
Les élus signifient leur refus d'un «énième plan» pour les banlieues

Reçus jeudi après-midi par Dominique de Villepin à Matignon, plusieurs élus locaux de gauche comme de droite ont exprimé leur refus d'un «énième plan» pour les banlieues, alors que le Premier ministre s'est engagé à présenter un «plan d'action» pour les quartiers sensibles avant la fin du mois de novembre.
Ce n'est «pas l'heure des effets d'annonce, des énièmes plans», a estimé le député-maire UDF de Drancy (Seine-Saint-Denis), Jean-Christophe Lagarde. «Je pense qu'il faut un geste symbolique fort» et «que le président de la République vienne rencontrer les jeunes en Seine-Saint-Denis pour leur marquer que l'Etat et la nation les considèrent comme des citoyens comme les autres», a-t-il réclamé.
Jugeant la situation dans la banlieue parisienne «extrêmement grave, explosive», l'élu UDF a prévenu que «s'il y avait un décès, elle deviendrait incontrôlable». Sévère, il a jugé «urgent que l'Etat parle d'une seule voix et qu'on n'aie pas cet espèce de vide du week-end qui a alimenté beaucoup de tension dans nos quartiers».
Redoutant également une «propagation» des violences, le député-maire PS d'Evry (Essonne) Manuel Valls a appelé de ses voeux un «sursaut républicain», avec «une police de proximité» et «une politique éducative et sociale qui, dans la durée, réponde aux attentes». J'ai «dit très clairement qu'un énième plan pour les banlieues n'avait pas beaucoup de sens», a-t-il souligné. Sénateur-maire PS de Mulhouse (Haut-Rhin), Jean-Marie Bockel refuse également un «énième plan Marshall» pour les banlieues.
«Il faut un sursaut républicain», a renchéri André Gerin, député-maire communiste de Vénissieux (Rhône). «Il faut réconcilier la question sociale et la question économique et j'ai proposé au Premier ministre que l'on réfléchisse à un véritable plan Orsec d'emploi et de formation pour la jeunesse», a-t-il préconisé.
Un message repris à droite par l'ancien ministre délégué au Logement, Marc-Philippe Daubresse. «On n'est pas tellement sur l'idée d'un plan d'urgence», mais «sur l'idée de traiter les problèmes au fond avec un vrai pacte républicain», a plaidé le député-maire UMP de Lambersart (Nord), pour qui «des tas d'outils existent aujourd'hui» qu'il «faut mieux mettre en cohérence».
Revenir en haut Aller en bas
Alf
Plumoversificateur
avatar

Nombre de messages : 13967
Age : 69
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 14:11

Idem :

4 novembre 2005
Banlieues: Dominique de Villepin veut «nouer un dialogue», Nicolas Sarkozy la «main dans la main» avec le Premier ministre

Face à la flambée de violence dans les banlieues, Dominique de Villepin a expliqué jeudi soir qu'il voulait «nouer un dialogue» pour «trouver des solutions adaptées pour donner une place à chacun».
«A la suite des violences des derniers jours, j'ai tenu à rencontrer un certain nombre de maires des communes les plus directement concernées par les violences dans les quartiers. J'ai tenu à rencontrer aussi des représentants d'associations qui font un travail remarquable sur le terrain», a-t-il expliqué lors d'une courte déclaration dans la cour de Matignon.
«Je veux aussi nouer un dialogue pour trouver des solutions adaptées pour donner une place à chacun et je veux que ce dialogue puisse se nouer dans le respect de chacun, fidèle aux exigences et aux règles de notre République», a-t-il dit, sans plus de précision, après avoir présidé dans la journée trois réunions de travail sur les banlieues avec plusieurs de ses ministres. «Face aux violences, la priorité, c'est le rétablissement de l'ordre public, car ces violences sont inacceptables», a enfin rappelé le chef du gouvernement.
De son côté, le ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy a assuré hier soir qu'il travaillait «main dans la main» avec le Premier ministre Dominique de Villepin, alors que le gouvernement est confronté à une flambée de violences dans plusieurs villes de banlieue parisienne. «Notre devoir, à Dominique de Villepin comme à moi-même, c'est de travailler main dans la main, en totale confiance, en totale coordination», a déclaré le ministre de l'Intérieur sur i-télé. «Il ne peut pas y avoir de divisions entre nous, et il n'y en aura pas parce que le problème est trop sérieux.» «Le Premier ministre dirige le gouvernement, j’en suis le numéro deux», a rappelé Nicolas Sarkozy, précisant que cet état de fait est «d'autant plus acceptable que c'est complémentaire, ça évite de prendre la grosse tête».
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 14:30

Citation :
Face aux violences, la priorité, c'est le rétablissement de l'ordre public, car ces violences sont inacceptables

Il est effectivement inacceptable que des violences soient le seul recours pour qu'éventuellement "on" comprenne là-haut, depuis les trônes capitonés, qu'en bas, dans la rue, les entreprises, les écoles, les couloirs administratifs, bref, vous savez bien, tout ce qui n'est pas trône capitoné en somme, ben c'est le bordel et que si les promesses sont magnifiquement utopiques, la réalité glisse dans la gravité.

Il n'y a pas UN mais DES problèmes à résoudre. De banlieues, d'emploi, de culture, de systèmes administratifs, de consommation, de niveau de vie, etc...

C'est comme la différence entre rafistoler une route en mauvais état ou la refaire entièrement. Faut faire un choix, puis employer les moyens. Enfin, il me semble. Sauf que là, à force d'attendre...

Il me semble aussi que le problème ne se limite pas à nos frontières.

C'est tout un état d'esprit qu'il faut revoir.

arrivera ? arrivera pas ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Deliege

avatar

Nombre de messages : 3537
Age : 55
Localisation : Entre le Vatican et Diên Biên Phu
Date d'inscription : 17/05/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 15:27

Une chose m'a frappée : dans je ne sais plus quelle ville touchée, des habitants ont utilisés toute une nuit leurs équipements collectifs pour les protéger des casseurs (piscines, écoles …). Ils le précisaient eux – mêmes : pas comme une milice privée mais comme un groupe de vigilance citoyen. C'est en effet très différent : ici les gens disent " qui que vous soyez, ne touchez pas à nos biens communs, nous en avons besoin pour continuer à vivre ici …pour le reste c'est le travail de la police". Je trouve que ce comportement est très réconfortant car il préserve des dérapages qu'on n'a pas trop de mal à imaginer et il signifie aussi qu'il y a des énergies positives qui ne demandent qu'à être appuyées.
J'ai aussi noté une chose : les services collectifs sont des cibles ( et pas seulement les voitures : bus, écoles, gymnases ...). Comme si on voulait casser toute forme de vie collective organisée. Il faut y réfléchir ... A qui cela profite t'il ( si toutefois il y a une intention et un but derrière tout cela)?
Revenir en haut Aller en bas
Renan
Azurément Vôtre
avatar

Nombre de messages : 706
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 23/09/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 20:30

Romane a écrit:

Il est effectivement inacceptable que des violences soient le seul recours pour qu'éventuellement "on" comprenne là-haut, depuis les trônes capitonés, qu'en bas, dans la rue, les entreprises, les écoles, les couloirs administratifs, bref, vous savez bien, tout ce qui n'est pas trône capitoné en somme, ben c'est le bordel et que si les promesses sont magnifiquement utopiques, la réalité glisse dans la gravité.


Il y a ici assimilation, voire lien de cause à effet, entre les problèmes sociaux, réels, des banlieues, et la délinquance. Cette délinquance "de banlieue" est devenue de ce fait, en une vingtaine d'années, une délinquance avec circonstances atténuantes. On a donc :
1) les gens honnêtes
2) les truands, les vrais
3) les délinquants de banlieue, qui sont un peu des victimes
Ceux-ci n'ont pas grand chose à faire des moyens qui peuvent être mis à leur disposition dans les banlieues. Ils s'en fichent tellement que les autres habitants desdites banlieues tentent de protéger eux-mêmes leurs installations du vandalisme perpétré par ces délinquants. La violence n'est pas pour eux un recours pour faire entendre leurs revendications. Ils n'ont pas de revendication et la violence est un jeu.

Il y a beaucoup de gens qui en bavent dans les banlieues, et qui ne sont pas délinquants et ne le seront jamais parce qu'ils n'ont pas le goût de la violence et ne l'auront jamais (ils sont normaux, quoi). Ils sont l'énorme majorité. Il n'y aurait pas une poignée de crétins pour tout foutre en l'air quand des initiatives sont mises en place (avec crédits à l'appui, si, si), les habitants des banlieues pourraient déjà goûter le résultats de ces efforts. Mais il ne peuvent pas. Alors, écartons d'abord les délinquants (qui sont bien des truands comme les autres) des banlieues (comme l'évoquais Aristée) et voyons voir si, par hasard, les investissements engagés ne portent pas mieux leurs fruits...

Renan
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lesitelaplume.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 22:32

J'ai bien conscience qu'il s'agit de plusieurs problèmes mêlés en un gros paquet de noeuds et qu'il est difficile de décortiquer tout cela. Nous sommes tous liés les uns aux autres, dans les banlieues, ficelés par la tournure d'une société étrange où règnent la surconsommation, le gâchis, le chômage, le manque d'espace et des systèmes administratifs pas très judicieusement montés, des erreurs de stratégie politiques et sociales, bref... un vaste chantier dont il faudrait revoir les moindres recoins.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alf
Plumoversificateur
avatar

Nombre de messages : 13967
Age : 69
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Violence des banlieues   Lun 7 Nov 2005 - 22:41

Et les richesses créées mal réparties par la volonté des riches toujours plus riches,tandis que les pauvres sont toujours plus pauvres... La Bourse... Finance quand tu les tiens !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Violence des banlieues   

Revenir en haut Aller en bas
 
Violence des banlieues
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» HDB, l'Homme Des Banlieues
» Les banlieues parisiennes sympa, petite enquete de quartier
» Banlieues Nord, Est, Sud-Est…
» [Abd Al Malik] La guerre des banlieues n'aura pas lieu
» Dictionnaire de l'argot des banlieues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: