Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Daniel Hébrard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Daniel Hébrard   Ven 18 Nov 2005 - 13:14

Luis Bodegon meurt dans un petit village des Cévennes. Sa fille Danielle a beaucoup de mal à lui arracher le morceau de chiffon qu’il tient serré dans son poing, comme en un ultime geste de révolte. C’est un bout de tissu sale, un morceau du drapeau de la République espagnole qu’il a conservé dans son soulier comme une relique depuis plus de soixante ans…

Luis a dix-huit ans en 1936, quand le Front populaire espagnol arriva au pouvoir, aussitôt suivi par le coup d’État du général Franco. A cette époque, dans la campagne andalouse, la vie des paysans était misérable. Il est le fils d’un ouvrier agricole écrasé par la misère. Désespéré par les jeux politiques stériles dont les plus modestes étaient toujours les victimes, il leur préféra la violence du combat et la chaleur de la camaraderie virile. Il fut de toutes les batailles de cette terrible guerre d’Espagne. La seule faute était d’être adhérents à la CNT, le syndicat anarchiste, ou au POUM, ce parti communiste prétendument traître. Comment la mégalomanie de Staline pouvait-elle servir de vérité, annihiler toute analyse réaliste ? Comment avaler de telles couleuvres ? Et dans quels buts ? les intérêts du peuple espagnol, la défaite du fascisme ou les intérêts de la Grande Russie ? Chassé par les franquistes, il passa en France. Pour les gendarmes français et autres mobiles, Luis et les siens étaient les produits d’une république de bandits.
Dans le Gard, à Alès, Il devint mineur. Ce fut au fond de la mine, où règnaient des conditions de travail effroyables, qu’il fut à nouveau entraîné dans le combat politique et que, de fil en aiguille, il se retrouva dans la Résistance. Sa vie se limitait à se cacher le jour, mener des actions de propagande la nuit, affichages, tracts. Organisation secrète, travail auquel il n’était pas habitué, groupés par cinq, ne connaissant pas leur chef, l’ossature de l’appareil résistant. Nombre de ses camarades français étaient devenus des amis. La guerre terminée, il retourna à la mine. Des troubles sociaux éclatèrent…vite réprimés par l’armée française. Il dut de nouveau se cacher. Il était toujours menacé parce que « Espagnol ». Le calme revenu, il épousa Marinette, sa compagne de guerre qui vouait un culte obstiné à Staline. De cette union naîtra Danielle. Il fut finalement naturalisé français.

En 1989, année du bicentenaire de la Révolution Française, à 73 ans, il retourna en Espagne à contrecoeur poussé en cela par sa fille Danielle. Il ne reconnut pas son pays. De cette traversée de l’enfer, il garda à tout jamais un dégoût profond de la politique et une foi inébranlable dans la justice, la liberté et l’amitié.

Tout le désarroi de Luis est là. Lui qui a connu bien des révoltes, il ne supporte plus cet univers cloaqueux. Il va être saisi d'une soudaine envie de pureté et de valeurs pour repères. L’auteur le saisit tel qu'il est, peu bavard, tourmenté, et restitue parfaitement sa part de mystère. Mais le laisse se fracasser contre ses rêves. Autant dire qu'il reprend un principe cher aux grands dramaturges classiques : montrer le drame dans toute son horreur pour qu'on en tire les leçons. Sans prétendre faire œuvre de moraliste. On l'en remercie. C'est réussi. D'autant que l'émotion, qui va crescendo, n'empêche pas l'essentiel, la réflexion. Avec énergie, Daniel Hébrard retrace le parcours flamboyant de ce jeune Espagnol à travers une des aventures les plus fascinantes du XXe siècle. Si l'histoire de Luis est tragique, c'est parce que le siècle qu'il traverse l'est aussi. Ce texte qui parle au coeur et vibre de colère, violent et généreux. Des phrases hachées, des salves de mots, un style enflammé, passionné, pénétré de longues effluves de la terre brûlée de soleil. Une langue qui lutte contre l'oubli commode. « Tous soleils bus » est un ro¬man râpeux em¬pli d’une tendresse qui ne trouve pas les moyens de s’exprimer. Une véritable découverte ! A quels signes reconnaît-on une grande œuvre ? Lorsque la fièvre empourpre votre front, lorsque les pages se tournent toutes seules, lorsque la fébrilité le dispute à la précipitation, lorsque la gorge se noue, lorsqu'on veut revenir en arrière pour lire trois ou quatre fois encore une phrase dont l'évidente beauté vous frappe au cœur... voilà tous les symptômes qui attendent le lecteur de ce roman, une œuvre qui vous bouscule.

« Tous soleils bus » ne vous laissera pas tel que vous étiez avant de l'avoir ouvert.

http://users.skynet.be/pierre.bachy/hebrard_soleilsbus.html
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
Daniel Hébrard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Daniel Hébrard
» Tous soleils bus-Daniel Hébrard
» Daniel Osborne (Oz)
» [Pennac, Daniel] Comme un roman
» Apicitou de Daniel Sebban

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: