Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lament-Georges Hagen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Lament-Georges Hagen   Mar 29 Nov 2005 - 19:58

Dans ce roman, George Hagen traite des déracinés et de l’exil. Les pérégrinations des Lament débutent en Afrique du Sud dans les années 1950. Julia est un peintre au caractère bien trempé, et Howard, un ingénieur qui rêve d'irriguer le Sahara. Il a également créé un cœur artificiel. Lorsque leur premier enfant naît, ils n'arrivent pas à le nommer. Ils cèdent à la demande d'un pédiatre - le Dr. Underberg, dont les idées sont très en avance sur son temps - qui pousse Julia à accepter que leur fils soit allaité par Mary Boyd, une femme dont l'enfant prématuré et par conséquent placé en couveuse, ne peut prendre le sein. Cette dernière kidnappe le bébé et périt avec lui le jour même dans un accident de voiture. Choqués, les Lament finissent néanmoins par adopter le nourrisson et le prénomme Will, qui signifie « Volonté ».
Hagen nous invite à suivre le périple de la famille motivé par le désir d'Howard de ne pas ressembler à son père qui n'a jamais bougé de son fauteuil. Ils partent pour Bahreïn, puis pour Albo, en Rhodésie du Nord où Julia met au monde de beaux jumeaux, Marcus et Julius. ils s'installeront ensuite successivement en Angleterre puis aux Etats-Unis, dans le New-Jersey, en espérant toujours trouver l'endroit idéal pour élever leurs fils et s'épanouir…

« La famille Lament », un roman de l'humain, des rencontres, des rêves et des désillusions. Les Lament voyagent par obligation ou par désenchantement. Howard devient au fil du temps une espèce d'ermite. Victime des contraintes d'emploi, de culture et de race, il emmènera sa famille de l'abondance à la pauvreté, de la foi de vivre au désabusement global. Aux Etats-Unis, Howard perd son travail et s'enfonce mois après mois dans une sévère dépression.

Hagen s’attache aux failles et aux faiblesses de ses personnages pour les rendre très humains. Hymne à la famille, plaidoyer pour la tolérance. Ce roman séduit aussi grâce à la personnalité des protagonistes. On ne peut que s'attacher à eux. On voudrait les sauver de leurs fantômes. Leurs inquiétudes, on les accepte : elles répondent à des nécessités, à des urgences, à ce que sont les autres autour d’eux. Au bout du compte, comme tout le monde, les Lament cherchent à se bâtir un bonheur solide à partir de matériaux fragiles. Le romancier nous réserve, ainsi qu'à ses personnages, un joli lot de surprises. Les masques tombent progressivement, révélant des vérités inattendues. Seul reste une énigme : Will est-il le jouet du destin ? La question est taraudante. Il y est répondu dans les dernières lignes du roman.

En dévorant les pages, le personnage de Julia émerge. On éprouve presque de la compassion. Sortira-t-elle de l’engrenage dans lequel elle est entrée, un peu par sa faute, beaucoup par celle des autres ? Par bien des aspects, ce roman est un livre noir, celui d’un destin broyé, une douloureuse prise en main de la réalité. Du sourire et des larmes…

http://users.skynet.be/pierre.bachy/hagen_famille_lament.html
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
Lament-Georges Hagen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Hagen, George] La famille Lament
» George HAGEN (Royaume-Uni)
» Vivre à Bussy-Saint-Georges
» Georges Bayard / Michel
» GEORGES CHAULET A LA RADIO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: