Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bret Easton Ellis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
drenka



Nombre de messages : 17
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/04/2006

MessageSujet: Bret Easton Ellis   Lun 10 Avr 2006 - 16:47

Un jour, pour faire ma belle, je m'ai abonnée à Tecknikart, trop c'est le magasine trop faschionable de la rebellitude, que ma pauvre, si tu le lis pas t'as aucune chance de séduire Beigbeder et par conséquence de publier chez Grasset et Flammarion.

Et là, on m'a dit voilà, le culte de Tecknikart, c'est Bret Easton Ellis, on y fait environ référence 54 fois par numéro, alors dégage et tu reviendras nous lire quand t'auras lu Bret Easton Ellis (beh mince, moi qui pensais qu'avoir lu Houellebecq déjà c'était trop bien: non non non: Houellebecq c'est pour quand tu veux t'abonner aux Inrock. Ah ok. Au temps pour moi).

C'est dans ces conditions que je me suis lancée dans "Moins que zéro". C'est un livre qui apparemment a pour but de nous tartir dans l'ennui qu'il est long et qu'on fait rien, à cause du Héros qui sait pas quoi faire de ses journées parce qu'il est trop riche, qu'il a plus de désirs, que c'est dur pour lui, et qu'il faut bien comprendre que c'est pas facile de se tartir toute la journée. C'est rudement bien fait, on se tartit en grande quantité.

Mais oui, mais bien sûr évidemment qu'elle est bête alors. "Moins que Zéro", beh c'est juste son premier livre enfin voyons, ce qu'il faut lire c'est "Américan Psycho".

Mais mon Dieu, mais que j'étais contente de l'avoir fini cet American Psycho hein. C'est comme 24 heures chrono hein (mais sauf que dans 24 heures chrono, comment il est trop beau Jack Bauer). C'est pas un truc qui te détends. Faut prévoir un bon xanax pour pas faire des cauchemars. Quant au style, 9 pages pour décrire le rasage de Môônsieur le psychopathe, ça a beau être culte, je suis pas emballée moi quand même.

Et pis là, Lire s'y met. "Lunar Park", attend, tellement c'est trop bien, on a jamais vu ça même. Commentaire de Frédéric Beigbeder: "la première autofiction mondiale au vrai sens du terme". Waa ça a l'air bien. Et alors comme je suis prête à donner une autre chance à Frédéric Beigbeder (vu qu'il dirige Flammarion), j'ai lu Lunar Park.

Et là, au temps pour moi. Je retire tout ce que j'ai dit, je suis folle d'Ellis.

Pourtant, c'est exactement ce que j'aime pas d'habitude:

- D'abord il est traduit, et ça, c'est le mal, on en perd la moitié. Si j'étais une fille bien je l'aurais lu en Anglais, mais faut pas pousser Mamie dans le cactus candélabre. Résultat, il a fait 3 à mon test perso de combien j'écris de nouveaux mots dans mon carnet à nouveaux mots (pour comparer, Elisabeth Quin a fait 56, mais à l'époque je lisais pas Tecknikart en même temps).

- Bret est dépressif à tendance je vais me foutre en l'air dans pas longtemps si vous continuez à m'embêter même que je vais le dire à ma mère. Oui, bon c'est-à-dire, je suis légèrement moins regardante sur la dépression en ce moment, vu qu'il fait moins 56° au bas-mot, que le Chéri est pas venu depuis longtemps et que je fait un boulot de feu qui déchire trop sa race mais sauf que je me tartis comme un rat crevé, et que du coup finalement, Ouééééééé quand y a quelqu'un de malheureux je me sens moins seule (hein que ça vous fait une belle jambe à injection électronique V8 et jeantes alus de savoir ça, non?).

- Il se passe des trucs dans ce livre, on se croirait dans le dernier Stephen King qui aurait fumé la moitié de la moquette vieux rose de mon mec (ce qui m'arrangerait, mon Dieu qu'elle est moche cette moquette). Du coup, on y croit comme moi je suis évêque, et en plus pour dormir il faut mettre le livre dans le congel et avoir un couteau de cuisine Ikéa dans la main droite (ou dans le pied gauche si vous êtes un orang-outan irsute et gaucher)

- A la fin, même pas il se marie avec sa femme et il lui fait un troisième enfant, ce qui est scandaleux, déjà qui'l y a pas une phrase de romance dans tout le bouquin, vous voyez bien que je suis au fond du gouffre, vraiment c'est pas malin.

- Et en plus à la fin, vous êtes bien feintés, on sait même pas pour de vrai qu'est-ce qui c'est passé en vrai (mais on lui en veut pas, il nous avait déjà fait le coup dans Américan Psycho) (mais quand même c'est énervant quand même) (ça serait Werber il nous expliquerait tout ça depuis la préhistoire minimum) (vous me dites quand vous en avez marre des parenthèses)

Et ben malgré tout ça, Bret est tellement laminé du bulbe rachidien, que je suis contente d'avoir lu Americain Psycho et Moins que zéro. Même que j'envisage sérieusement de lire Glamorama.

Parce que c'est tellement bien fait, qu'on dirait qu'il a écrit tous les livres précédents uniquement dans le but secret de dire dans celui-là: Non mais regardez les gens, comment je suis trop tellement à l'envers, que vous avez vu ce que j'ai écrit!! Ahah truc de ouf.

Oh et pis, ça s'arrange pas hein. Au début il avait dit qu'il allait se reprendre, genre, ça suffit, maintenant, les phrases de 3 lignes, on dirait que je serais trop ordonné et cartésien et pas trop coké, et que je ferais des première phrase de roman trop courtes et efficaces. Dernière phrase du roman: pas 3 lignes, Mesdames et Messieurs les gens, 3 pages. Ouh lou lou, ça va mieux hein.

Voilà, en fait Bret, je sais pas du tout pourquoi je l'aime. Mais alors, je l'aime hein. Oui je t'aime grand FOU.
Revenir en haut Aller en bas
http://orange-drenka.blogspot.com
c. c.



Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Re: Bret Easton Ellis   Lun 8 Mai 2006 - 11:38

J'ai lu american psycho et lunar park (enfin je suis en train)

Ces textes sont comme ceux d'un adolescent ou de quelqu'un qui veut entendre des "ho !" et des "ha !".
Il donne des descriptions "choquantes" qu'on ne faisait pas toujours. Des détails qu'il juge immoraux, il les écrit, et ca marche. Les gens aiment cette perversion, et puis ça rapporte aux éditeurs.
Mais dans le fond qu'en est-il vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Bret Easton Ellis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bret Easton Ellis (American Psycho...)
» MOINS QUE ZERO de Bret Easton Ellis
» Bret Easton Ellis
» GLAMORAMA de Bret Easton Ellis
» Bret EASTON ELLIS (Etats-Unis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: