Forums Liens Utiles
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -40%
Vélo d’appartement FYTTER – ...
Voir le deal
150 €

 

 Les pigeons - généralités*

Aller en bas 

Qu’est-ce qu’une « vraie » colombe ?
1 - Une tourterelle blanche ?
Les pigeons - généralités* Vote_lcap53%Les pigeons - généralités* Vote_rcap
 53% [ 8 ]
2 – Un pigeon Blanc ?
Les pigeons - généralités* Vote_lcap47%Les pigeons - généralités* Vote_rcap
 47% [ 7 ]
Total des votes : 15
 

AuteurMessage
Marie-Ange

Marie-Ange

Nombre de messages : 3582
Age : 45
Localisation : LESTREM-PDC
Date d'inscription : 08/03/2004

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyLun 16 Aoû 2004 - 11:40

Qu’y a t il de plus commun qu’un pigeon (si ce n’est un chien ou un chat) ? Animal au corps trapu, à la poitrine pleine, au plumage épais, au bec pourvu d’une cire, connu pour ses qualités de messager et pour sa chair… Et pourtant, ce n’est pas si simple, un pigeon, ce n’est pas juste le volatile qui vient quémander des miettes de pain jusque dans les jambes des passants sur les grandes places parisiennes. En effet, vous ne le savez peut-être pas, mais il existe autant de races de pigeons que de races de chats ! Il y a les pigeons voyageurs, bien sur, ceux qui autrefois portaient les missives, mais aussi des pigeons élevés pour leur beauté, et d’autres pour leur chair (et accessoirement pour leur apparence physique qui n’est pas pour déplaire non plus à certains). A ce que j’ai lu dans un livre, 17 races étaient décrites en 1676, aujourd’hui, on en compterait plus de 300. J’avoue ne pas en connaître autant, mais je tacherais de présenter celles que je connais, ce sera déjà ça.
Comme je souhaite que mes fiches puissent être complétées à loisir, n’en faire qu’une seule sur le pigeon risquerait de la rendre plus qu’indigeste, confuse, et d’une consultation très complexe avec le temps. Par conséquent je vais diviser ce thème en plusieurs parties : les pigeons – généralités et les races de pigeons pour lesquelles j’établirais une fiche par race. Je ferais de même avec toutes les espèces où il y a tant à dire : chiens, chats, poules, canards, etc…

Il semble, d’après les scientifiques qui ont étudié le sujet, que toutes les races de pigeons domestiques actuelles descendent d’une seule et même espèce : le pigeon de Roche (Columbia livia), que l’on rencontre encore en Europe centrale dans les régions montagneuses. Ce pigeon a le plumage bleu avec deux barres sur chaque aile et une queue frangée de noir.

Le pigeon, dont la taille et le poids varient en fonction de la race, est l’un des premiers oiseaux domestiqués. Les Mésopotamiens, en 3000 avant J .C. les élevaient déjà en captivité. Les Egyptiens de l’antiquité le considéraient comme un mets délicat.
Les Romains furent les premiers à l’utiliser comme animal de travail, le chargeant de porter leurs messages.
Apprécié comme oiseau d’ornement depuis le Moyen Age en Europe, il était à l’époque réservé aux seigneurs.
A l’heure actuelle, il fait l’objet d’études scientifiques très avancées portant sur son sens de l’orientation. La radio, puis le téléphone, et enfin Internet, ayant remplacé le pigeon dans son rôle de transmetteur de messages, les colombophiles utilisent aujourd’hui ses compétences dans des concours de vitesse. Certaines races, sélectionnées pour leur apparence physique, sont élevées pour les concours de beauté, d’autres encore, choisie pour la qualité de leur chair ou pour leur poids, sont destinées à la consommation et accessoirement à l’ornement.

Le pigeon est essentiellement monogame, mais il arrive qu’il fasse ménage à trois (un mâle, pour deux femelles). Généralement fidèle, il peut pourtant changer de compagnie.
Il y a plusieurs manières de sexer les pigeons, mais aucune n’est infaillible. Le traditionnel : le mâle roucoule, la femelle non, ne vaut rien : la femelle roucoule également ! Le mâle, certes, à un chant plus fort que celui de sa compagne, cela s’explique par le fait que c’est à lui d’attirer madame et que plus il roucoulera fort, plus il fera preuve de force et de vigueur… les plus vaillants étant bien sûr ceux qui attirent le plus ces dames. Le mâle ne roucoule pas forcément, non plus, qu’en direction d’une femelle. Un mâle adulte montrera ainsi, à un jeune mâle nouvellement arrivé, que c’est lui le chef !
En général, le mâle a une tête plus arrondie, un aspect plus trapu, un corps plus gros, plus fort, et la cire du bec plus prononcée qu’une femelle. Toutefois, ce genre de sexage ne peut se faire qu’avec des oiseaux d’âge voisin, et pour une même race. Une femelle Strasser pouvant peser jusqu’à 700 g sera forcément plus grosse qu’un pigeon mâle Biset ne pesant que 300 g.
Un autre moyen, seulement certain avec des pigeons reproducteur est l’étude des os pelviens : chez la femelle ils sont très écartés (on pourrait y passer un doigt) pour permettre à l’œuf d’être pondu, chez le mâle ils sont plus serrés. Chez les immatures, ces os n’ayant pas encore pris leur place, ils sont plutôt mous.
Certains éleveurs sexes leurs oiseaux de manière étonnante : pris en main le mâle baisse la queue, la femelle la relève, de même pour la tête ( Exclamation Question Idea ).
D’autres prétendent pouvoir les sexer à partir de l’observation de l’œuf : la forme de l’œuf contenant un mâle serait différente de la forme de l’œuf contenant une femelle ; de même la femelle ne briserait pas la coquille pour en sortir au même endroit que le mâle ( Exclamation Question Idea ) !
Chez certaines races, le sexage peut se faire par la couleur. C’est le cas par exemple du pigeon Texan, dont la femelle est plus colorée que le mâle. Un point, à mon sens, à étudier par le novice lors du choix de la race avec laquelle il fera ses premiers pas dans le domaine de l’élevage des pigeons. Je dis « la » race et non « les » races car il est préférable de débuter avec quelques individus d’une seule race, puis, après avoir acquis quelque expérience, développer l’élevage de cette race (en augmentant le nombre de reproducteurs), ou en acquérant des individus d’autres races afin de développer l’élevage dans le sens de la variété.
J’ai remarqué, et je ne suis pas la seule, que lorsqu’il y a deux œufs de pondus par les mêmes parents lors de la même couvaison, que les jeunes viennent tous deux, il y a toujours un mâle et une femelle. Cependant, j’ai lu dans un livre (un seul), et une personne (une seule) m’a dite, qu’il était possible que les jeunes de la même ponte soit tous deux des mâles ou tous deux des femelles. Ce n’est donc pas non plus une méthode fiable à cent pour cent.
L’homosexualité existant également chez les pigeons, ne vous fiez pas non plus aux « couples » formés, sauf s’ils se reproduisent bel et bien.

La maturité sexuelle dépend souvent de la race ; les plus grosses étant plus tardives que les légères. Toutefois, elle survient, en moyenne, vers 4-6 mois.
Le nid à la forme d’une assiette, construit avec des branchages ou des brindilles dans les branches des arbres pour les pigeons sauvages ; en captivité fournissez-leur une coupelle en terre cuite, ou une caissette, garnie de paille. La ponte est de deux œufs maximums, parfois un seul ; mais jamais trois, et encore moins plus. Si vous en trouvez plus de deux, il est certain qu’une autre femelle partage le nid. Les parents couvent tous deux, à tour de rôle, leur ponte, pendant 18 jours. La couvaison commençant après la ponte du deuxième œuf – pondu à deux jours d’intervalle. Les parents nourrissent également tous deux leurs jeunes. Les petits quittent le nid vers 4 semaines et sont sevrés vers l’âge de 1 mois. Une nouvelle ponte sera entamée 10 à 15 jours plus tard. On peut escompter jusqu’à quatre pontes par an, donc un nombre de huit jeunes par couple si tout se passe bien.
A la naissance, le pigeonneau est recouvert d’un duvet qui varie suivant la race. A partir de 10-12 jours les premières plumes, enveloppées dans un « tuyau » font leur apparition. Elles se dégagent de leur « tuyau » à partir de 15 jours. Les oiseaux sont totalement plumés vers 28 jours.

Le lieu d’habitat dépend bien sur du fait que les oiseaux soient sauvages, domestiques ou élevés en captivité. En captivité, le logement sera fonction de votre place, de vos besoins, attentes, … : élevage en semi-liberté, ornement, concours – vol ou beauté -, consommation.
Si vous souhaitez laisser voler vos oiseaux au grès de leur volonté, vérifiez que cela ne dérange pas les voisins (les toits des maisons vont en pâtir, les cultures également). Si vous souhaitez élever des pigeons de beauté, la vie en semi-liberté risque d’empêcher les accouplements sélectionnés suivants des caractéristiques données. Pour ce genre d’élevage, il vaut mieux élever vos animaux entièrement « enfermés » et en couple. Pour un élevage essentiellement décoratif, sans possibilité de vol libre, une volière commune peut très bien faire l’affaire. Dans ce dernier cas, il faudra, tout de même, dans la mesure du possible, accorder au minimum un mètre cube d’espace par couple, et conserver au moins autant de femelles que de mâles ; les mâles jaloux et dominants risquant de devenir très agressif envers toute concurrence supposée. Si vous souhaitez élever plusieurs races ou un seule dans des mutations (couleurs) variées, en souhaitant que les races ne s’accouplent qu’entre elles, ou entre mutations, accouplez les oiseaux en cages séparées avant de les lâcher dans la volière, mais pensez qu’il arrivera peut-être que certains changent de partenaires… la vie en société est en général prévue pour que les animaux s’unissent au grès de leur affinité !

Le pigeon se nourrit de blé, de maïs, de pois, d’orge, d’avoine, de seigle, de graine de colza et de moutarde, de pain sec émietté, de chou, de salade. Certains éleveurs donne de la levure de bière ce qui accélère le grossissement des pigeonneaux de consommation (l’âge idéal d’abattage pour un pigeonneau de chair est d’1 mois ; c’est à ce moment qu’il a atteint un poids correcte et que sa viande est bien tendre). Le pigeon, qui avale les grains sans les pré-casser, a besoin de gravier pour broyer le grain dans son jabot. Certains, pour améliorer la digestibilité des aliments, ne donnent que du grain concassé à leurs oiseaux.


Livres :
Pour ceux qui souhaitent débuter un élevage familial, c’est-à-dire un élevage destiné aux seuls besoins de la famille, avec possibilité de vendre le surplus sans devoir obtenir d’autorisation, être déclarés éleveur ou commerçant, ni devoir posséder de certificat de capacité :
Les Pigeons, Races-soins-élevage, Pierre Corcelle, Rustica Editions
Les Pigeons, Elevage et reproduction, R. A. Robin, Editions Bornemann
Le Traité Rustica de la Basse-Cour, Jean-Claude Périquet, Rustica Editions

Site : http://www.inrp.fr/lamap/scientifique/vie_animale/essentiel/organismes/classification/vertebres/oiseaux/pigeon.htm (description générale du pigeon)
http://www.catalogue-fr.com/index.htm (ce site est destiné à ceux qui souhaitent commencer un élevage de petits animaux « de ferme », dont le pigeon)





A propo de la question :
Comme je suis certaine que plusieurs vont se tromper, en pensant sincèrement être dans le vrai et donc ne pas demander la solution à la question, je vais la donner ici même :
A tord on nomme la tourterelle blanche « colombe », en réalité une tourterelle blanche dite colombe est « une tourterelle blanche » ! La colombe désigne le pigeon en général et en particulier le pigeon blanc. Sur certains tableaux, la colombe ramenant une branche de laurier à l’Arche de Noé est représenté par une tourterelle blanche, de même la colombe de la paix avec son brin d’olivier dans le bec ; ces deux oiseaux ne sont en fait ni l’un ni l’autre des tourterelles mais bien tous deux des pigeons blancs, l’interprétation est dû à des inspirations romantiques : la tourterelle blanche, fine et svelte, a plus bel aspect qu’une pigeon dodu !
La colombophilie est l’élevage et l’exploitation des pigeons voyageurs ; la colombiculture est l’élevage de toutes les autres races de pigeons domestiques. Le colombophile est l’éleveur de pigeon voyageur, le colombier l’endroit où sont élevés les pigeons. Dans le patois du Nord de la France, le pigeon est nommé coulon, et l’éleveur de pigeon le coulonneux.


Dernière édition par le Mer 25 Oct 2006 - 19:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lazuli

Lazuli

Nombre de messages : 248
Age : 58
Localisation : çà change tout le temps
Date d'inscription : 18/02/2004

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyLun 16 Aoû 2004 - 23:56

et oui!!! je me suis trompée!!!! Embarassed Laughing Mais merci pour tes fiches Marie-Ange, super complètes et avec les liens et bibliographies... Chapeau!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
dalida



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 26/02/2005

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: sexe pigeons paon   Les pigeons - généralités* EmptyJeu 15 Juin 2006 - 18:35

comment differencier le sexe des pigeon paon?
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Ange

Marie-Ange

Nombre de messages : 3582
Age : 45
Localisation : LESTREM-PDC
Date d'inscription : 08/03/2004

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyJeu 15 Juin 2006 - 19:27

De la même manière que n'importe quel pigeon ! Voir dans le premier texte.
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
rizlabo

Nombre de messages : 7970
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyDim 13 Aoû 2006 - 10:09

Tiens, en wallon, on dit aussi coulon et couloneux, mais c'est normal, le wallon à une certaine parenté avec les parlers du Nord français.
La colombophilie était très populaire dans notre coin, mais tombe un peu en désuétude.

Mon directeur de l'époque était un acharné, possédant plusieurs champions et les jours de grand fond genre Barcelone, il ne tenait pas en place à la réunion de lundi, et trouvait une excuse pour s'éclipser.

Il existe une série de BD comiques "Li vi bleu" (le vieux bleu) très connue en Wallonie ou la colombophilie était très populaire.

Les personnages sont des caricatures de personnages locaux (Liège) qui existent réellement. Le dessinateur s'appelle Walthéry, dessine aussi "Natacha", et à une notoriété certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Marie-Ange

Marie-Ange

Nombre de messages : 3582
Age : 45
Localisation : LESTREM-PDC
Date d'inscription : 08/03/2004

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyDim 13 Aoû 2006 - 12:18

Par chez nous aussi je crois que ça se perd un peu les pigeonniers et courses de pigeons... Un voisin de ma soeur reste toujours très "enragé", ne loupe pas un lâché, reste scotché à son téléphone pour prendre des nouvelles de la course... je ne suis pas certaine qu'il ai déjà gagné quelque chose, mais c'est sa passion et ça ne se discute pas pour lui...

Je ne connais pas la BD "Li Vi bleu", je suppose que c'est un peu normal, ce doit être une publication locale en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
AigleAwirs



Nombre de messages : 2
Localisation : Flémalle (Belgium)
Date d'inscription : 14/03/2007

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyMer 14 Mar 2007 - 15:49

Oui, c'est une BD qui a aussi été adaptée au théâtre. Une chouette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Alf
Plumoversificateur
Alf

Nombre de messages : 13955
Age : 71
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyLun 1 Oct 2007 - 14:18

Illustration fugace...
Les pigeons - généralités* Cps_hk10
Revenir en haut Aller en bas
Lepère



Nombre de messages : 1
Age : 61
Date d'inscription : 02/03/2008

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyDim 2 Mar 2008 - 21:39

Concernant la réponse a la question, je ne suis pas tout a fait d'accord.

En effet, la couleur blanche vient du fait qu'il y a un manque de mélanine qui donne la coloration au niveau des plumes. (ni plus ni moins qu'une tare)

Ce manque de couleur ou couleur blanche, fait que l'oiseau est catalogué colombe (nom vernaculaire) qui regroupe aussi bien les pigeons que les tourterelles.

Il peut y avoir de colombes de couleur, puisque la mélanine apparait afin de crééer une protection contre la chaleur. Ce n'est pas un dysfonctionnement génétique comme pour les oiseaux albinos par exemple.

Alors pour conclure tous le monde a raison !
Revenir en haut Aller en bas
melisse

melisse

Nombre de messages : 160
Age : 62
Localisation : Lozère
Date d'inscription : 05/02/2008

Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* EmptyJeu 6 Mar 2008 - 10:59

Cette photo est magnifique, elle pourait être utilisée dans une pub sans aucun souci. Moi je dis quand pigeon vole... le monde se porte bien, ce n'est qu'une idée en passant.
Revenir en haut Aller en bas
http://nielle.blog4ever.com/
Contenu sponsorisé




Les pigeons - généralités* Empty
MessageSujet: Re: Les pigeons - généralités*   Les pigeons - généralités* Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Les pigeons - généralités*
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Loisirs :: Animaux :: Pigeons-
Sauter vers: